Vous avez des questions à poser concernant votre prochaine rencontre ? C'est par ici que ça se passe !
Avatar de l’utilisateur
Par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#224713
Eeyore a écrit :Je ne néglige pas la difficulté des boulots physiques, mais la plupart des gens négligent la difficulté des boulots intellectuels et leur impact sur la santé qui est bien réel, ni plus ni moins souhaitable que les soucis physiques.
Je suis suivi pour mes yeux : je souffre d'hypertension oculaire (des collyres tous les soirs jusqu'Ă  la fin de mes jours) :grin:
Pas soigné, ça entraîne le glaucome... Et j'ai aussi investi dans des nouvelles lunettes avec des verres traités pour les écrans (reflets bleutés).

Travailler en bureau (devant un ordinateur) a bien des conséquences même si on aime ce que l'on fait (j'aime toujours ce que je fais).
Avatar de l’utilisateur
Par Genisa
Femme de 27 ans non vierge
#224715
Eeyore a écrit :C'est moi qui suis perchée? :neutral_face:
Je ne néglige pas la difficulté des boulots physiques, mais la plupart des gens négligent la difficulté des boulots intellectuels et leur impact sur la santé qui est bien réel, ni plus ni moins souhaitable que les soucis physiques.
Et pour le fait qu'on retrouve facilement du boulot, c'est un cliché. J'ai pas mal galéré pour trouver du boulot dans ma branche (parce que c'est pas parce qu'on a un diplôme d'ingénieur qu'on peut bosser indifféremment en informatique, en environnement ou dans le nucléaire.) Il faut voir le taux de chômage des sortants a bac+5... Ah et pour finir : faut pas croire non plus qu'on est si bien payés que ça... Certains surement. Pas tous, loin de la.
Sauf que si on se penche sur l'impact physique, ça aboutit carrément à des inégalités dans l'espérance de vie entre catégories sociales, ça dépasse le "souci physique".

Je sais pas si les effets sur le mental sont sous-estimés, il me semble qu'on parle beaucoup de burn-out, de dépression, de harcèlement au travail.. mais ces problèmes peuvent arriver peu importe la profession. Pour certains métiers ça va s'ajouter à l'usure physique - je pense par exemple aux aides-soignant(e)s.

Et je sais que c'est difficile de trouver du boulot même avec un diplôme, j'ai un master et je galère pour trouver un emploi stable..
Par resO
Homme de 32 ans vierge
#224716
Eeyore a écrit :
Dire que j'adore mon boulot est surement exagéré, mais j'ai plutôt plaisir à y aller le matin, oui. Par contre ce que j'aime ce n'est pas mon boulot d'ingénieur en général, c'est le boulot que j'ai actuellement, depuis janvier. avant j'ai fait d'autres boulots d'ingénieur, dans d'autre contextes... et ce que dit Impala je l'ai vécu aussi :

Je suis ingénieure aussi et cela m'est arrivé, ô combien, de ne pas aimer mon travail. Parce que : sentiment d'inutilité voire d'être néfaste (travail qui rentre en contradiction avec mes valeurs), pas les mêmes aspirations et besoins que mes collègues, beaucoup de stress et de charge de travail qui faisaient que j'y passais quand même le plus clair de mon temps.

Un ancien chef d'agence me disait d'ailleurs qu'il avait bossé quelques mois comme éboueur et que quand il y repensait, il préférait être éboueur qu'ingénieur, car au moins en dehors des heures de boulot, tu ne repenses pas à tes poubelles et ça ne t’empêche pas de dormir, contrairement à tes projets et responsabilités qui te bouffent parfois la santé mentale. J'ai d'ailleurs abandonné deux boulots en période d'essai car j'ai très vite senti que je m'engageais sur une autoroute pour la déprime et le burn out.
Ah bah en creusant, on comprend dernièrement que tu as aussi connu des difficultés finalement. Si tu avais dit ça plus tôt on aurait je pense évité un quiproquo et économisé des pages de discussion, enfin j'ai pas eu cette impression au début en te lisant. C'était pas évident comme tu semblais déplorer que beaucoup de gens n'aimaient pas leurs jobs (et bien avant ce passage ci-dessus) me faisait tiquer, pour le coup. Bon j'ai pris le temps de relire ton explication depuis :laughing:
Me concernant, que quelqu'un aime ou déteste son boulot, ça ne change rien. Il/elle a tout à fait le droit de le dire ou de le penser car il doit bien y avoir des raisons. Jaime bien mon job (en tout cas bien plus que mon ancien travail qui de base était un job étudiant devenu pénible par la suite donc c'était pas difficile à comparer ) mais il a son boulot de stress par moments, j'arrive à gérer tout ça tant bien que mal et heureusement pour cela qu'il y'a une bonne ambiance avec les collègues donc je touche du bois.
Eeyore a écrit : Et pour le fait qu'on retrouve facilement du boulot, c'est un cliché. J'ai pas mal galéré pour trouver du boulot dans ma branche (parce que c'est pas parce qu'on a un diplôme d'ingénieur qu'on peut bosser indifféremment en informatique, en environnement ou dans le nucléaire.) Il faut voir le taux de chômage des sortants a bac+5... Ah et pour finir : faut pas croire non plus qu'on est si bien payés que ça... Certains surement. Pas tous, loin de la.
C'est pas évident d'être au chômage avec bac+5 (ingé, master...) ou jeune diplômé en général quand on a peu d'expérience, tout comme tu sais que se retrouver avec seulement un bac général est encore moins enviable (surtout si on a plus de 25 ans et qu'on est trop cher pour les entreprises pour l'alternance). Après pour les ingénieurs les plus chanceux qui n'ont pas d'attaches particulières (famille à charge) et qui possèdent un très bon bagage dont un très bon anglais et des moyens, j'imagine qu'ils vont tenter leur chance à l'étranger (je ne dis pas que c'est ton cas, mais les pays anglo-saxons doivent apprécier un tel profil).

Finalement avec juste un petit bac +3 et des cours suivis comme ça à la volée sur le net, quand je vois que d'anciens camarades ont arrêté un master qu'ils ont débuté pour faire autre chose, je me dis que j'ai économisé du temps et de l'argent en comparaison. :sweat_smile:
Genisa a écrit :
Désolée mais faut pas être perché non plus.. Mon oncle a passé sa vie à être cuistot, à soulever des cuves bien lourdes en cuisine. Il a dû être opéré des deux épaules et s'est retrouvé à ne plus pouvoir travailler alors qu'il avait pas encore droit à la retraite. Je pense pas qu'il dormait bien (ni qu'il est vraiment tranquille maintenant, vu le montant de sa retraite).
Je dis pas qu'on peut pas être mal dans d'autres boulots (j'ai été harcelée l'année dernière sur un poste de simple secrétaire, j'en étais malade, et ça peut arriver à n'importe qui n'importe où), mais il faut pas non plus fantasmer la "simplicité " des métiers mal payés.
Rien qu'être à l'abri financièrement, avoir le choix de partir si ça va pas et retrouver quelque chose assez rapidement, c'est un énorme privilège.
+1000Genisa pour la considération des jobs ingrats. Quand j'ai dit que je bossais en magasin, j'ai pas reçu de mépris de ceux qui m'ont reconnu et dit qu'il n y avait pas de sot métier. Mais combien d'entre eux auraient accepté ce job ??

Et puisque tu parles de nettoyer les toilettes, je ne pense pas que j'aurais tenu en CDI en faisant ce travail.
Je respecte vraiment le personnel qui s'en occupe (et qui devrait être mieux payé selon moi comme dans d'autres professions) et je suis même gêné parfois de le croiser en train de nettoyer juste avant que j'aille aux WC. Je ne sais pas dans quel état sont les toilettes publiques chez les femmes mais quand j'utilise celles pour les hommes notamment à Paris ça craint !!! :mask:
Des traces de pneus à chaque visite et des traces d'urine à même le sol...heureusement pour vous que l'odorama n'est pas démocratisée mais je vous laisse imaginer. Je me rappelle d'un type qui est sorti d'un cabinet pour se laver les mains. Je me précipite pour aller me soulager et j'ai eu mouvement de recul, constatant qu'il avait laissé un gros souvenir au fond de la cuvette. Mon regard a croisé le sien dans le miroir...il répond "Sorry ! :wink: ". C'était pas aussi glamour que la chanson éponyme de J.Bieber :mask: Et les touristes qui ne se lavent même pas les mains après avoir utilisé les urinoirs.... si des gens sont sales comme ça à l'extérieur, à quoi ressemblent leurs WC ?? :scream:
J'espère que vous n'êtes pas en train de manger.

Dans le même style d'accident de travail que ton oncle, j'ai un ancien collègue du supermarché où j'étais qui s'est pété le dos alors qu'il était à 2 ans de la retraite et qui a été arrêté pour de bon. Je l'ai revu une fois depuis sa retraite anticipée, et en voyant comment les conditions de travail se dégradaient quand le magasin à l'époque à été repris par un nouveau directeur( qui nous faisait bosser en sous-effectif comme 2 ), il m'a clairement conseillé de changer de boîte. J'avais pas l'intention de rester en CDI dans ce magasin au début même si j'y suis resté plus longtemps que prévu en CDD, son accident ainsi que les mauvais ventes depuis que ce magasin a encore été repris (juste avant mon dernier jour en rayon et que ce magasin ne change de nom) m'ont davantage convaincu de vite trouver un autre job. C'est aussi pour cela que je conseille à celles et ceux qui font des jobs dit ingrats de changer d'entreprise dès que possible.
SnapBack a écrit : Je suis suivi pour mes yeux : je souffre d'hypertension oculaire (des collyres tous les soirs jusqu'à la fin de mes jours) :grin:
Pas soigné, ça entraîne le glaucome... Et j'ai aussi investi dans des nouvelles lunettes avec des verres traités pour les écrans (reflets bleutés).

Travailler en bureau (devant un ordinateur) a bien des conséquences même si on aime ce que l'on fait (j'aime toujours ce que je fais).
Parle pas de malheur Snap !! Je bosse aussi derrière un écran et je suis le seul (à la maison ou au bureau) à ne pas encore porter de lunettes :sweat_smile:
Avatar de l’utilisateur
Par godfreyho
Homme de 44 ans vierge
#224719
resO a écrit :Parle pas de malheur Snap !! Je bosse aussi derrière un écran et je suis le seul (à la maison ou au bureau) à ne pas encore porter de lunettes
Pas de panique, tout le monde n'est pas condamné à développer ce genre de symptômes.
Avatar de l’utilisateur
Par Azrael
Homme de 33 ans non vierge
#224721
Si j'étais riche, c'est clair que je ne voudrais pas bosser... En dehors d'une activité artistique, et encore il faudrait que je fasse un peu ce que je veux et sois pas mal chez moi (l'écriture tu ne dépends de personne, personne ne diminue la qualité de ton travail et tu organises tes journées), le reste je n'ai rien qui me vienne à l'esprit, et c'est clair que je ne m'ennuierais pas non plus.

C'est sûr que le travail amène des relations sociales, mais on n'a pas besoin d'aller au travail pour en trouver, on pourrait souvent rencontrer beaucoup plus de monde autrement.

Et enfin, il y a nettoyage et nettoyage (j'aime moins nettoyer quand il faut faire très très attention), comme il y a laver les WC et laver les WC d'ailleurs, là où je suis ils ne sont jamais bien sales (même si je n'ai encore jamais fait). Et au boulot je préfère nettoyer en bas, qu'être en cuisine, je n'ai personne dans mon dos au moins, comme je préfère nettoyer que pas mal des anciennes missions dans l'informatique (encore une fois, tout dépend ce que l'on fait). Quand je vois les mecs le matin avec leur chariot, qui ramassent les détritus dans la ville avec leur pince, j'avoue que je tends à les envier, personne dans leur dos/au grand air, et ça ne semble pas un rythme de malade, je préfère un job pas très intéressant mais moins prise de tête, même s'il y a des limites (le même geste toute la journée...).
Avatar de l’utilisateur
Par Lux
Femme de 32 ans non vierge
#224722
Je suis assez d'accord avec Genisa, on a quand même davantage le choix quand on a davantage de diplômes. Ce qui ne signifie pas que ce soit forcément parfait ; je l'ai vu dans mon ancien taf où c'était l'horreur, alors même que j'y étais allée par choix. Mais les chiffres sont assez clairs sur l'espérance de vie des gens en fonction de leur activité, et sur leur capacité à trouver un emploi en fonction de leur niveau de diplôme.
Après, ce qui est dur quand t'es diplômé, c'est de trouver un poste qui te convienne ; parce qu'en réalité, à bac + 5, n'importe qui t'embauche pour faire un taf administratif pas folichon mais que tu vas parfaitement maîtriser en trois jours. En revanche, trouver dans sa branche, ça c'est dur, c'est vrai, étant donné le marché de l'emploi...
Par Tyrus
Homme de 31 ans non vierge
#224724
Lux a écrit : ↑10 sept. 2019, 19:31En revanche, trouver dans sa branche, ça c'est dur, c'est vrai, étant donné le marché de l'emploi...
Tout dépend de la branche en question.
Le fait d'avoir beaucoup de diplômes ne garantie pas de trouver facilement un emploi si tous ces diplômes concernent des secteurs surchargés.
Avatar de l’utilisateur
Par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#224725
Lux a écrit :En revanche, trouver dans sa branche, ça c'est dur, c'est vrai, étant donné le marché de l'emploi...
Ça m’a pris 5 ans... pour que ce soit quelque chose qui dure plus d’une semaine.
Pour deux mi-temps, j’estime que je suis encore sur le chemin d’un CDI au même endroit.

Avec un Bac +3 par contre... ça me sert juste à avoir un salaire en accord avec mon niveau d’études dans certaines boîtes.
C'est surtout mon portfolio qui doit convaincre.
Avatar de l’utilisateur
Par Lereveur
Homme de 38 ans non vierge
#224726
Je vois que le sujet a pas mal dévié... :)

Je me permets de rappeler mon propre parcours : milieu aisé, BAC + 5 en droit choisi au pif et décroché en 7 ans, longues périodes de recherches pour finalement décrocher des postes administratifs (BAC + 2 en gros, travail de bureau) que je n'ai guère aimés et finalement pris en grippe, pour me retrouver aujourd'hui avec un boulot " de prolo ", plus physique, dont je n'ai absolument pas honte. Et il y a une grande variété de parcours parmi mes collègues, actuels ou anciens (pilote d'hélico en URSS, architecte d'intérieur, employé sur plate-forme pétrolière, charpentier...).

Tout ça pour répéter : il y a certaines tendances (l'espérance de vie d'un cadre sera plus longue que celle d'un ouvrier par exemple, accès aux études supérieures plus simple dans un milieu social favorisé, etc.), mais gardons-nous des généralités.
Eeyore, godfreyho, Amaz et 1 autres aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par godfreyho
Homme de 44 ans vierge
#224753
Je reviens vers le sujet, une bonne séance avec mon thérapeute hier, ça fait du bien. :sweat_smile:

On a identifié une bonne partie des blocages que je m'impose: la confiance envers les autres, je n'ai aucune confiance en l'autre, pour moi toute personne extérieure est un ennemi qui va fatalement me faire du mal si je baisse la garde, que je suis moi-même. Cela handicape pour se faire des amis, j'y suis quand même arrivé mais pour aller "au delà" ça me parait compliqué. La cause est identifiée mais pas le remède si vous avez des trucs je suis preneur, j'essaierai de ne pas être négatif et de ne pas les rejeter. :innocent:
  • 1
  • 31
  • 32
  • 33
  • 34
  • 35
  • 40