Une sélection de bons conseils pour vous aider à bien préparer vos rencontres !
Par Blup

Homme de 31 ans vierge
#208681
La plupart de mes amis ont eu leur premier rapport entre 16 et 18 ans, pour les autres ça s'est réglé avant la vingtaine, lorsque tout le monde est parti dans les grandes villes pour faire des études.

A l'époque je ne me faisais aucun souci par rapport à ça car que je ne me sentais pas différent d'eux, même s'ils avaient déjà tous eu des petites amies contrairement à moi. Je voyais ça comme un espèce de rite normal de passage à l'âge adulte, quelque chose que tout le monde connaît et que je devais forcément connaître. J'étais dans un état d'esprit assez passif, c'est quelque chose qui devait arriver naturellement, sans forcer quoi que ce soit.

Avant mes 25 ans, le discours tenu par les autres était le même : "T'inquiètes, ça va te tomber dessus sans prévenir !", ce qui confortait mon idée que c'était quelque chose de plus ou moins "planifié" dans le grand cycle de la vie. Je voyais mes amis se mettre en couple en me disant que la prochaine fois, ce serait pour moi.

Après 25 ans, le discours s'est subitement transformé en "Faut que tu te grouilles là, sinon tu vas finir ta vie seul !". Alimenté par ça, j'ai eu un gros passage à vide et c'est là que j'ai pris conscience que quelque chose clochait. J'ai ressenti un profond désespoir pendant plusieurs mois (sans aller jusqu'à la dépression mais quand même). Mes parents pensaient que c'était volontairement que je refusais d'avoir une copine, de me mettre en couple "Tu te rends pas compte, tu es en train de passer à côté d'un truc là ! Tu perds du temps !" etc...Ma sœur leur disais que j'étais un homosexuel refoulé, et elle le pense encore.

Un jour je leur ai dis que c'était simplement parce que j'étais incapable de séduire, que je ne plaisais pas et que c'était sacrément mal barré pour qu'ils aient des petits enfants. ça les a tellement blessés que maintenant je préfère leur mentir en disant que j'ai enfin des aventures et que tout est rentré dans l'ordre.

Des regrets, on en a tous, mais personnellement je me dis que même si j'avais la possibilité de remonter le temps, je ne suis pas sûr que cela changerait quelque chose. Je n'ai sans doute pas su faire ce qu'il fallait, les bons choix aux bons moments, est-ce que j'arriverais à mieux si on m'en laissait la possibilité ? Rien n'est moins sûr...

Maintenant il faut regarder devant soi, mais j'ai terriblement peur pour l'avenir, peur de continuer à faire des mauvais choix, peur de perdre encore du temps, peur de ne pas être en phase avec celles qui ont "vécu"...
Par salambo

Femme de 30 ans non vierge
#208695
Ton message m'a rendue un peu triste Blup...

Blup a écrit :Mes parents pensaient que c'était volontairement que je refusais d'avoir une copine, de me mettre en couple "Tu te rends pas compte, tu es en train de passer à côté d'un truc là ! Tu perds du temps !" etc...Ma sœur leur disais que j'étais un homosexuel refoulé, et elle le pense encore.

Un jour je leur ai dis que c'était simplement parce que j'étais incapable de séduire, que je ne plaisais pas et que c'était sacrément mal barré pour qu'ils aient des petits enfants. ça les a tellement blessés que maintenant je préfère leur mentir en disant que j'ai enfin des aventures et que tout est rentré dans l'ordre.


Ce passage là par contre m'a mise en colère : c'est ta vie, tu ne leur dois aucune explication. J'aurais violemment recadré ma soeur et expliqué à mes parents que leurs remarques étaient déplacées et me rendaient malheureux. Et pourquoi ont-ils étaient blessés quand tu leur as dit le fond de ta pensée? Ils ont été blessés que tu leur dises être malheureux? Si c'est ça j'aurais rappelé à leur bon souvenir les remarques qu'ils m'auraient faites. Les petits-enfants? Je te renvoie à la première phrase de mon paragraphe.
Par Blup

Homme de 31 ans vierge
#208703
Ce passage là par contre m'a mise en colère : c'est ta vie, tu ne leur dois aucune explication. J'aurais violemment recadré ma soeur et expliqué à mes parents que leurs remarques étaient déplacées et me rendaient malheureux. Et pourquoi ont-ils étaient blessés quand tu leur as dit le fond de ta pensée? Ils ont été blessés que tu leur dises être malheureux? Si c'est ça j'aurais rappelé à leur bon souvenir les remarques qu'ils m'auraient faites. Les petits-enfants? Je te renvoie à la première phrase de mon paragraphe.


Mes parents ont été blessés parce que leur fils n'a pas connu l'amour et ne le connaîtra peut-être jamais (même si je ne leur ai jamais dit clairement que j'étais vierge, mais bon, ils ne sont pas bêtes non plus). Pas dans le sens "c'est un incapable" mais dans le sens "ça le rend malheureux d'être seul et il ne sait pas comment en sortir".

Jusqu'à ce que je leur dise ça, ils pensaient vraiment que c'était moi qui refusait de me mettre en couple, parce que ça ne m'intéressait pas et là je leur balance qu'en fait c'est juste parce que personne n'a voulu de moi, ça les a ébranlés. Ils n'ont pas envie que je passe à côté de ma vie pour le regretter ensuite.

Après il y a aussi la fierté sociétale de dire aux autres "il a une copine charmante, ils ont acheté un petit pavillon, un SUV et ils sont partis pour avoir toute une tripotée de bambins :smile: ". Mais je pense que c'est secondaire pour eux. La priorité c'est que je ne sois pas malheureux. Et comme je n'ai pas envie de les inquiéter, bah je leur laisse croire des choses...ce qui est plus facile depuis que je n'habite plus chez eux :innocent:

Quand à ma sœur, je n'y fais pas beaucoup attention, on n'est pas vraiment proches donc je la laisse penser ce qu'elle veut, ça ne m'atteint pas.

Ton message m'a rendue un peu triste Blup...
Merci pour ta compassion :blush:

Il y a beaucoup de messages qui me rendent triste sur ce forum mais pour mon cas, il n'y a vraiment que cet aspect de ma vie qui coince (même s'il ressurgit sur les autres), pour le reste ça va (boulot, amis, loisirs etc...), quand je vois ce que certains membres ont traversé, ça me fout par terre :worried:
Avatar du membre
Par Lux

Femme de 32 ans non vierge
#208746
Bolosse a écrit :Bon.

J'ai fini Proust.

Je vais vous étonnez...

Y a pas de secret, vous ne pouvez pas rattraper le temps perdu.

Car c'est bien ce sens qu'il faut comprendre ce que l'on souhaiterait : ne plus être en retard.

Mais pour Proust, le "temps perdu" c'est le temps et les plaisir passé, c'est le vécu effectif, et son Temps retrouvé s'incarne dans la jouissance des sensations qui rappelle les souvenirs et les fonds revenir au présent comme étant à nouveau vécu, laissant entendre l'accession à une espèce de dimension d'éternité, à un oubli momentané des conditions présentes pour lier les temps entre eux. En aucune façon il ne cherche à vivre à une vie qu'il regretterai ne pas avoir vécu ; il fini seul, sans amour - et n'en ayant vécu que des relations sentimentales contrariantes - sans enfant, etc.
Bref, il faut se satisfaire du temps que nous avons et du vécu que nous accumulons.

C'est plus complexe que ça en réalité : le temps perdu, Proust le retrouve en écrivant la Recherche. Il se lance justement à la recherche du temps perdu en l'écrivant, et c'est ça, le but de son oeuvre. D'arriver à la fin et de se dire : ce temps, je peux le retrouver grâce à la mémoire et à la création.
Sauf que Proust ne souffre pas de n'avoir pas vécu certaines choses ; il souffre de les avoir perdues, à la différence des VT.
Avatar du membre
Par Simael

Homme de 34 ans vierge
#210265
Pour rebondir un peu sur ce que disait Snapback en première page, à moi aussi c'est la même chose et je lis aussi des mangas un peu de ce type, surtout ceux de Masakazu Katsura qui en avait son genre. ça m'a valu d'ailleurs une totale incompréhension d'un de mes potes qui me dit que pour le coup que c'était assez douteux qu'un mec de mon âge à tenu à acheter une collection d'une de ces séries il y a de cela 6 mois (car en plus, ils sont un peu érotique les mangas de Katsura, ce serait pas trop embêtant si les histoires ne relayaient pas des gamines de 16 ans, je m'en suis aperçu après coup)

Je pense que c'est hélas, le lot de pas mal d'entre nous ce type de regrets, bien sûr inutile de dire que ça ne sert pas à grand-chose, il faut aller de l'avant mais c'est plus facile à dire qu'à faire. j'en ai eu aussi beaucoup des regrets du "temps" qui a passé, en dormant le soir s'imaginant sa vie 15 ans en arrière et faire ce qu'on aurait dû faire ou se comporter comme on aurait dû. Aujourd'hui, je m'en affecte plus, je crois que je deviens, bien malgré moi, de plus en plus apathique et je n'en ai plus grand-chose à faire.

Dites vous une chose, allez de l'avant. De toute façon, vous ne pouvez rien faire de plus alors à quoi bon pleurer sur le lait répandu ? :smile:
Avatar du membre
Par Fred

27 ans vierge
#210555
Simael a écrit :Dites vous une chose, allez de l'avant. De toute façon, vous ne pouvez rien faire de plus alors à quoi bon pleurer sur le lait répandu ? :smile:


Ça fait partie des nombreuses idées que j'intègre "intélectuellement".
"Emotionellement" par contre... Je ressens toujours régulièrement ces regrets et cette amertume en repensant à ce que j'ai manqué.
Par Zango

ans
#210756
Le problème avec le temps perdu, c'est pas tant le fait que l'on est pas pus faire des choses par le passé et qu'on a des regrets ; mais le problème c'est que tout ce temps perdus, ce temps ou tu as était un fantôme avec les nanas, c'est un retard que tu accumules et qu'au final tu es toujours en décalage avec les gens de ton âge.
Par Zango

ans
#210768
Ca depend des personnes et des situations, sinon il y aurais pas des histoires ou des mecs de 40 ans sans expériences se ferais envoyer boulet par des nanas pour ce seul motif.
Encore une fois, c'est la théorie du serpent qui se mord la queue. Ca peut vite devenir un cercle vicieux et on peut tourner en rond pendant des années, si un élement extérieur n'intervient pas.
Avatar du membre
Par Fye

Homme de 31 ans vierge
#211715
Je pense que ce qui est "perdu" c'est l'innocence de ces temps là.

Mais bon pour ma part je ne pense pas que ça changerait quoi que ce soit de revenir en arrière, à l'époque c'était au dessus de moi les copines et tout, je crois que je mûrie plus lentement que la moyenne en fait.
Je n'étais pas prêt à l'époque et je n'ai toujours pas l'impression de l'être maintenant :\.