Une sélection de bons conseils pour vous aider à bien préparer vos rencontres !
Avatar de l’utilisateur
par Azrael
Homme de 35 ans non vierge
#236591
Il m'a toujours semblé qu'on estimait qu'il fallait faire des choix : "on ne peut tout interdire (ou "moi je ne prends pas le risque"), alors des substances oui, mais trop de substances différentes = trop de victimes et conséquences". Ensuite toutes les substances ne sont pas ancrées culturellement de la même façon : le vin raffiné/pendant un bon resto etc, le cigare montré comme stylé au cinéma etcetc, la drogue n'est jamais sortie de sa réputation avant tout de produit glauque, et toute réputation s'auto-entretient. Ensuite se pose sans doute la question de la dangerosité, notamment chez les jeunes. Dans mon collège il y avait des adeptes de la nicotine, comme partout et sans doute que certains buvaient plus ou moins. Mais les seuls qui avaient déjà un aspect inquiétant, et dont la santé semblait déjà WTF, c'était la drogue. Et deux d'entre eux étaient des purs zombies, sérieusement au collège...
Tyrus aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 30 ans vierge
#236596
:laughing: Je pensais être le seul à tenter les aventures psychédélique, comme quoi !

Clairement, c'est fascinant.

Ce n'est pas un mal que les substances soient illicites, il y en a parmi elles qui sont dangereuses pour la santé, la cocaïne en fait partie, elle est coupée parfois avec tout est n'importe quoi. Sans parler du risque d'addiction et c'est une drogue très insidieuse, quand je lis les témoignages je me rend bien compte que selon les utilisateurs les premières fois ne sont pas folle et puis petit à petit ça commence à devenir de plus en plus prenant les expériences et c'est que l'engrenage addictif prend forme.  

MDMA (Ectasy), idem, ce n'est pas plus mal que ce ne soit pas vente libre (mais ça n'empêche en rien sa popularité et sa vente sur le marché noir), c'est neurotoxique la MDMA et ça peux finir par rendre dépressif, en effet, la MDMA vide littéralement les stock de sérotonine dans les synapse du cerveau et ça prend pas mal de temps à se reconstituer les  stock de sérotonine. Mais lors de l'utilisation les gens se sentent très en confiance, même les plus timides deviennent très très bavards, ça rend tout Bisounours, c'est une drogue typiquement utilisé en soirée, fête entre pote ou soirée boite de nuit et tout ce qui s'ensuit. C'est pourquoi il faut au minimum attendre 6 semaines entre deux prises de MDMA. Perso j'en ai jamais pris mais j'ai un pote qui en prend de temps en temps.

Et quant au LSD, les risques pour la santé sont moindres. C'est bon à savoir mais le LSD à la différence notamment de la MDMDA elle ne vide pas les stock de sérotonine, le LSD est un antagoniste de la sérotonine, elle se fixe sur cette dernière et la perturbe, en gros, elle en a les clés et elle s'amuse avec mais elle n'a pas la capacité de faire le ménage dans les synapse du cerveau. De plus, la dose létale est loin, très très loin de la dose récréative qui se compte en microgramme, millionième de gramme, c'est à ce jour la drogue en terme de dosage brute la plus puissante au monde. J'en ai déjà pris (j'ai découvert LSD il y a quelque mois) et je touche du bois mais jusqu’ici je n'ai jamais fait de bad trip, je n'ai jamais eu de mauvaise expérience, mes expérience fut lumineuse, positive pour la plupart et le LSD fut bienveillant envers moi mais elle se montre parfois un peu capricieuse, c'est surtout là sont principiel risque, c'est le risque psychologique, des gens on finit en hôpital psychiatrique à la suite d'expérience malheureuse et pas du tout RDR (réduction des risques), le LSD à mauvaise réputation à cause des histoires de défenestration mais si elle est prise correctement ce n'est pas plus dangereux que l'alcool ou tout autre substance mais ça demande un petit plus de préparatif tout de même, faire attention au dosage, perso de 50 à 75 microgramme me suffit à vivre une bonne expérience, mon record fut 150 microgramme mais j'ai droit à une légère dépersonnalisation mais rien d'alarmant. Vaut mieux en prendre quand l'état d'esprit est positif et attendre minimum 15 jours entre deux prises, le LSD produit une énorme tolérance dans le corps mais du coup elle n'est pas addictive, perso ça fait un mois que j'en ai pas pris et ça ne manque pas du tout. Et lors de l'achat étant donné que le produit est illégal ou bien entre deux eau pour certain de ses analogues bah on peut se faire arnaquée à différent niveau, que ce soit sur le dosage indiqué qui n'est pas le bon (très sous celui ci est sous évaluer) ou encore (plus critique), on a également les faux buvard de LSD  qui contienne en réalité de belle mouise comme la famille des NBOME. Un psychédélique bien nul.

Ceci dit, ce n'est pas nécessairement glauque, loin de là mais ça demande à prendre certaine précaution d'usage mais hélas, c'est très stigmatisant de prendre des drogues, bien qu'elle non pas toute le même potentiel de dangerosité, on passe forcément pour un junkie du coup ça isole les consommateurs et c'est pire du coup les conséquences. 

ARTE avait sortie un documentaire sur les psychédéliques. Je suis étonné du nombre d’écrivain, plasticien, musicien ayant tenté l'aventure des psychédéliques et c'est gens éminemment célèbre, Sartre notamment par-exmeple.

Cela dit, ce n'est pas le LSD qui va me faire rencontrer l'amour une jeune femme, c'est plus un plaisir égoïste que je m’octroie de temps en temps...

https://www.les-docus.com/drogues-et-cr ... e-sauvage/
MathSo aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Valsiny
Homme de 33 ans vierge
#236625
Je prends parfois de l'ecstasy, en soirée. Mais j'en prends s'il y a des personnes avec qui je sais que je pourrai parler avec plaisir ou, mieux, avec qui je pourrai faire des câlins. Si j'en prends sans cela, je reste spectateur dans un coin, et certes je me sens très bien, mais le lendemain je déprime sévèrement en y repensant. D'une manière ou d'une autre, la déprime conséquente ne dure qu'un jour ou deux. Ensuite je reviens à mon niveau normal de dépression.

Il m'arrive encore de prendre de la cocaïne à l'occasion, mais j'y trouve peu d'intérêt. C'est pas mal en cas de soirée mortellement ennuyeuse, parce que c'est une drogue qui rend très satisfait de soi. Mais ce n'est pas un effet que je recherche, et puis la prise est désagréable.
par Mellow
Femme de 33 ans vierge
#236973
pour beaucoup, l'alcool ou le cannabis permettent une détente et un contact social plus facile. Mais comme on a pu le voir dans le début de la discussion, pour beaucoup, il y a aussi une peur de la perte de contrôle et un dégoût face à des comportements "artificiels".

Quel est votre avis là-dessus ? Comment vous sentez-vous en soirée face à des gens qui boivent ou fument des pétards ?
Je ne suis pas très alcool, je n'en bois que lors d'anniversaires, apéros, mariage, etc. Jamais été en soirée. Et c'est essentiellement du champagne ou des cocktails, voire une bière quelques fois. Un verre et c'est tout. La seule fois où j'ai bu 2 verres (ou 3 ?) c'était quand j'étais en Angleterre (cliché des pubs haha) et j'étais fatiguée après le 2ème round, j'étais la 1ère du groupe à rentrer chez moi :joy: seule bien sûr !

Nan... l'alcool me fatigue et me fait aller aux toilettes... ça n'a pas eu d'effet désinhibant, je ne me suis pas mise à embrasser mon "crush" ( il était là) ni rien de spécial.

Je n'aimerais pas, je pense, être en compagnie de mauvais buveurs, c'est-à-dire des gens qui ne savent pas du tout se contrôler, mais alors pas du tout.... faire les fous, draguer, danser sur les tables, je m'en fiche, mais piquer des crises, raconter les secrets des uns ou agresser des gens, ne plus tenir debout... non.
Je n'ai pas peur de "perdre le contrôle " mais je pense qu'on peut être ivre en restant un minimum soi-même et correct.

Quant aux fumeurs (tabac et autres substances), je n'aime pas trop quand ils fument beaucoup en ma présence, désolée, j'aime pas respirer ça, surtout de façon continue, ça me met un peu mal à l'aise le tabagisme passif. (Et voilà, le cliché de la vierge prude et coincée :joy: )
Je n'ai jamais fumé et les rares amis que j'ai non plus. Donc c'est par manque d'habitude. Pas envie d'essayer. Je suis déjà accro au sucre (bon actuellement je me soigne ^^) et à internet, donc pas envie de me rajouter une addiction, sait-on jamais.

Ça m'est arrivé une fois de danser sans complexe lors d'une "soirée" entre collègues, et j'avais juste bu une bière, j'étais pas saoule mais j'ai su m'amuser. Et bien sûr aucun homme n'est venu danser avec moi, il y avait que des hommes mariés de plus 40 ans :joy: ou alors je dansais trop bien pour eux... Ok je sors.
Everest aime ça
par Blup
Homme de 34 ans vierge
#237151
Nan... l'alcool me fatigue et me fait aller aux toilettes... ça n'a pas eu d'effet désinhibant, je ne me suis pas mise à embrasser mon "crush" ( il était là) ni rien de spécial.

Je n'aimerais pas, je pense, être en compagnie de mauvais buveurs, c'est-à-dire des gens qui ne savent pas du tout se contrôler, mais alors pas du tout.... faire les fous, draguer, danser sur les tables, je m'en fiche, mais piquer des crises, raconter les secrets des uns ou agresser des gens, ne plus tenir debout... non.
Je n'ai pas peur de "perdre le contrôle " mais je pense qu'on peut être ivre en restant un minimum soi-même et correct.
Comme toutes les drogues je pense, l'effet de l'alcool dépend beaucoup de ton état d'esprit. Personnellement si je suis joyeux et que je bois, je vais tout de suite me retrouver à faire des blagues, dans un esprit festif, par contre si je suis plutôt d'humeur maussade, ça va un peu débloquer le truc mais je ne passerai pas un aussi bon moment, et ça peut même parfois avoir l'effet inverse et me déprimer encore plus. Et je n'ai jamais eu envie d'aller casser la tête à quelqu'un parce que j'avais bu...

Et je te confirme que l'on peut effectivement être ivre tout en restant soi-même, c'est une question de dosage. Certains pensent qu'une cuite réussie est celle où tu finis à 4 pattes ou à t'endormir dans ton vomi sans même t'en rendre compte et d'autres, comme moi, considèrent que tu peux pleinement profiter sans te rendre malade et ne plus savoir quoi faire. Le risque est que l'alcool appelle l'alcool et que parfois on a tendance à enchaîner vite les verres sans avoir l'impression de dépasser la dose, mais le corps lui tient les comptes et ne manque pas de te faire payer les intérêts de retard quelques heures après...ça m'est parfois arrivé, et là c'est vraiment pas agréable, mais maintenant (enfin quand les bars sont ouverts bien entendu) j'arrive à doser, et le secret ultime c'est de boire un verre d'eau pour un verre d'alcool. Après ne pas oublier que c'est un produit très mauvais pour le corps qui attaque pratiquement tout (on a l'habitude de parler du foie en premier lieu mais tous les autres organes trinquent également...).

J'avoue être également tenté par des expériences psyché, mais j'ai du mal à faire confiance au produit, surtout lorsqu'il y a une forte composante chimique qui entre en jeu, comme pour le LSD. On m'a déjà proposé de la coke en soirée mais j'ai toujours refusé car c'est typiquement le truc où on ne sait vraiment pas ce qu'il y a dedans...
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 30 ans vierge
#237157
Oui, il y a régulièrement des produits de coupe dans la coke. La coke pur ce doit être assez difficile à trouver. Et c'est à la bonne foi du dealer. Je ne suis pas attiré perso par ce type de substance, coke etc,

Quant au LSD, il n'y a pas de raison pour que ça soit coupé. Je précise que je ne n'en fait pas l'apologie, j'aurais même tendance à être prudent quant à l'usage du LSD et des psychédélique en général mais je précise que si un jour tu tente l'expérience ne t'attend pas à voir un éléphant rose, c'est une légende urbaine, c'est du bullshit. Le LSD n'a pas la capacité de créer des choses qui n'existe pas, en tout cas les yeux ouverts, certes les yeux clos tu peux aussi avoir droit à des hallucinations mais dans ce cas c'est ton imagination qui produit le truc. Yeux ouverts en gros, j'ai eu droit à une intensification des couleurs, comme ci le contraste était plus fort, truc tout bête mais le vert me semblait plus vert que vert IRL. J'ai eu droit à des ondulations, typiquement le crépi au mur ou au plafond qui forme des vagues, j'ai eu droit à un effet de zoom et dézoome, comme si les objets respirait, ça me rappel une anecdote ou une personne était avec ses potes sous LSD et elle n'a pas pu manger son burger car celui ci lui donnait l’impression d'être vivant à zoomer et dézoomer :joy:

tu peux avoir droit à des motif qui peuvent apparaître, des motif kaléidoscope, ça me l'à fait sur mon ordi portable, l'écran n'était pas très propre et ça formait sur l'écran des schémas kaléidoscope. C'est très joli. Je me répète mais à dosage raisonnable le LSD (les psyché en général) n'a pas la capacité de te faire voir des choses qui n'existe pas, tu ne vas pas tout à coup voir apparaître un mec dans ton salon assis sur le canapé. Le LSD ne fait que déformer la réalité.

là je t'ai décris les effets à dosage faible ou moyen et à plus fort dosage, je dirais à partir de 150 microgrammes (c'est subjectif), la mort temporaire de l'égo peut se faire sentir, aussi, la synesthésie, sentir ou goûter les couleurs par-exemple.

Je ne l'ai jamais fait mais il paraît que le LSD est très agréable à utiliser en extérieur, dans un grand parc, en nature de préférence, les utilisateur parle dans ce cas de fusion avec la nature, l'altération psychique fait que te sens connecté au monde et à la nature.

Après bien entendu au delà des effets d'illusions tu as tout l'aspect psychique qui rentre en jeu. Ton esprit est altéré mais c'est différent de l'alcool, tu as l'esprit plus clair je trouve que sous alcool, tu te sens stimuler intellectuellement, beaucoup d'utilisateur parle d'une accélération de la réflexion sous LSD. Comme si ton cerveau tournait à 300 à l'heure, ça ne me le faisait pas à chaque fois d'ailleurs mais c'est gérable, l’euphorie qui peut apparaître. Aussi, ton cerveau porte son attention sur de petits détails anodins sous LSD. Des détails que tu ne remarquerais pas sobre. Beaucoup d'utilisateurs évoquent aussi la distorsion du temps, la pesanteur qui peut varier de ton corps passant de très léger à très lourd.

Après c'est un peu comme l'alcool, ton état d'esprit conditionne la qualité du trip. C'est pourquoi les utilisateurs évitent les psychédéliques s'ils se sentent mal dans leur peau ou qu'il sont dans un mauvais jour.

Et comme pour tout, ça ne se prend pas au hasard, en mode hop je prend le buvard dans ma bouche et on voit ce qui se trame, il existe un delta précis de dosage et logiquement plus le dosage est puissant et plus les effets le seront en conséquence. C'est pourquoi lorsqu'une personne commence les utilisateurs conseil d'y aller mollo.

Et bien entendu il y a des effets secondaire qui varie selon les gens, par-exemple, la mâchoire qui se sert, petit maux de ventre qui peuvent apparaître, appétit qui disparaît le temps que les effets se font sentir, stimulation qui t'empêche de d'endormir (c'est pourquoi je préférais prendre du LSD de jour plutôt que la nuit), dilatation des pupille, ça fait bizarre la première fois de se voir les pupille dilaté :laughing:, température du corps qui peut varier, du chaud au froid etc mais ce que j'évoque ici ne se produit pas nécessairement, c'est subjectif, de l’anxiété qui peut apparaître lors de la montée des effets mais c'est bon de le savoir, comme ça pas de surprise, la personne peut se dire que cela est normal et ne pas y prêter attention.

A titre personnel, les effets qui m'étais systématique c'était la dilation des pupilles, la suppression de l'appétit et la stimulation qui faisait que j'avais du mal à m'endormir.

Le lendemain tu te sens fatigué, c'est un peu comme une petite gueule de bois, c'est pourquoi il faut vraiment éviter de prendre des psychédéliques alors que le lendemain on doit aller bosser, mauvaise idée.

Voilà voilà. Franchement c'est difficile de décrire précisément avec des mots une aventure psyché.

Et quant au circuit d'approvisionnement, il y a le dark web avec le fameux LSD25, le véritable et il y a un second circuit d'approvisionnement sur le clear web dont je vais taire le nom, circuit que j'utilise car plus facile d'accès mais en tant que débutant ce n'est pas évident de s'y retrouver dans les offre du clear web. Il y a une dizaine de LSD différents qui non pas tous le même panel d'effet, certains sont plus user friendly que d'autre, certain sont plus froid que d'autre. En gros, ce sont des chimistes qui jouent au jeu du chat et de la souris et qui modifient très légèrement la formule de base du LSD25 pour le rendre légal (en tout cas dans la zone grise). Et en gros il y a un labo en Europe qui produit ces analogues au produit originel et les e-commerce sont basé au pays bas. Le fameux pays des drogues :laughing:

Je touche du bois je n'ai jamais rencontré de soucis de santé avec ces substances, la synthétisation du LSD est difficile, ça demande des compétences importantes en chimie mais ça fait le job, ça semble pas être fait n'importe comment, en tout cas les effet on toujours été au rendez vous.

C'est pas sans risque l'usage des psyché comme le LSD mais c'est intéressant. Il y a tellement de paramètre qui rentre en jeu. C'est une expérience unique, les psyché c'est très particulier, une drogue à part des autres.

Après si tu veux une alternative naturelle tu as la psilocybine, produit que je n'ai jamais essayé mais grosso modo les règles de prudence reste les mêmes, attention au dosage, attention à l'état d'esprit le jour de la prise etc.
MathSo aime ça
par Mellow
Femme de 33 ans vierge
#237178
Comme toutes les drogues je pense, l'effet de l'alcool dépend beaucoup de ton état d'esprit. Personnellement si je suis joyeux et que je bois, je vais tout de suite me retrouver à faire des blagues, dans un esprit festif
Intéressant mais... pour moi c'est pas vraiment mon humeur le problème, c'est surtout que l'alcool me donne un peu sommeil. Mais c'est vrai que quand je suis joyeuse, ça m'est arrivé de faire légèrement le pitre. Problème : je suis rarement très à l'aise en groupe :/ Donc compliqué de rester joyeuse quand tu dois faire des efforts pour être sociable etc et parfois le temps est long.
  • 1
  • 41
  • 42
  • 43
  • 44
  • 45