Une sélection de bons conseils pour vous aider à bien préparer vos rencontres !
Avatar de l’utilisateur
Par Alone87
Homme de 32 ans non vierge
#41401
Je suis un petit consommateur de Facebook. C'est très pratique pour communiquer au sein de ma promo d'étudiants mais je ne reste que quelques minutes par jour juste pour voir s'il y a du nouveau...
C'est utile pour apprendre plein de choses sur la vie privée des autres.
Par contre je ne met pas de photos de soirées ni de photos trop personnelles, et je ne joue pas aux jeux comme Farmville. Je reste discret et je maitrise tout ce que je montre.

je n'ai que 60 amis dessus et je m'en fiche. Je n'ajoute que les gens avec qui j'ai discuté un minimum.
Par Karl
Homme de 42 ans non vierge
#41430
Salut,

Je suis un power user d'internet depuis 1996, j'ai connu toutes les modes mais celle du "web 2.0" (ou web social), j'ai dĂ» mal ...
Mais ces sites répondent bien à la société dans laquelle on vit : Il y a ce côté narcissique, solitude, voyeur, consommation des sentiments (je n'ai eu qu'un vrai ami dans ma vie) ... un peu comme la TV réalité en fait.
On ne peut rien maîtriser sur ce genre de site, on peut juste limiter, ce qui est différent.
Donc Facebook, Tweeter & Co, même s'ils peuvent avoir leur utilité, on peut vivre sans.
Et qu'on ne me dise pas que ça à servi aux révolutions arabes ... xD
Par Lilith
Femme de ans non vierge
#41437
J'avais un compte Facebook, mais je l'ai effacé il y a quelques mois. J'étais tout près de 400 amis. Quand on y pense, le nombre d'amis monte drastiquement si on ajoute nos camarades de promo, anciens camarades d'école primaire et secondaire, voisins, famille, collègues et connaissances de connaissances, etc. J'ai supprimé mon profil simplement parce que je perdais beaucoup trop de temps sur ce site. Il fallait que j'arrête.

Je suis d'accord avec Vanthai: Facebook, c'est tout faux. J'avais une amie qui avait dépassé de 1200 amis! Ouais, c'est énorme. Bah quand elle avait besoin de quelqu'un, elle n'a trouvé personne pour lui porter secours . Elle avait "prédit" son suicide à l'aide de sous-entendus sur Facebook quelques jours avant... Tout le monde se doutait que quelque chose n'allait pas avec elle, mais aucun de ses amis (moi y compris) ne l'a aidée dans ses moments de doute.
Karl a écrit :Il y a ce côté narcissique, solitude, voyeur, consommation des sentiments (je n'ai eu qu'un vrai ami dans ma vie) ... un peu comme la TV réalité en fait.
Tu résumes exactement ce que j'en pense. Le côté narcissique est évident: on essaie de "vendre" sa vie, de la rendre plus intéressante qu'elle ne l'est vraiment sur Facebook.
Avatar de l’utilisateur
Par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#51964
Je "déterre" un petit peu, mais je voulais donner mon avis sur Facebook.

C'est un outil fabuleux, idéal pour les groupes (quand on est étudiant, avoir un groupe privé te sauve la mise pas mal de fois). Mais y a des sacrés revers, comme la politique de confidentialité, l'exhibition à outrance (j'ai assez peu d'images de moi, ou alors ils sont dessinés :) ) et les fameux "et les autres, je suis en couple, et je le dis BIEN FORT".

Ca à le don de m'agacer, que les autres étalent leur intimité alors que tu leur as rien demandé.

J'ai songé plusieurs fois à partir, mais je reste toujours car Facebook n'a pas que des mauvais côtés, mais ses mauvais côtés pèsent lourds...
Par Stephan
ans
#51966
Je considere facebook comme
diner en celibataire dans un restaurant blindé
le soir de la saint valentin .
Avatar de l’utilisateur
Par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#51967
La réference est assez vraie.
Surtout pour certaines discussions.
Avatar de l’utilisateur
Par Alfredo
Homme de 32 ans non vierge
#51997
Bon je vais me faire l'avocat du diable mais faut bien que quelqu'un le fasse ^^

comme la politique de confidentialité

Depuis quelques temps déjà, on peut tout paramétrer niveau confidentialité. Choisir qui voit quoi, de manière sporadique ou perpétuelle. Facebook s'est grandement amélioré de ce côté là comparativement aux années précédentes où il était, par exemple, impossible de retirer une image de son profil qui avait été ajoutée par autrui.

l'exhibition à outrance (j'ai assez peu d'images de moi, ou alors ils sont dessinés)

Même point qu'au dessus. On peut choisir qui peut voir ce que l'on publie. Grâce au système de listes d'amis, on facilite le tri. ;)

et les fameux "et les autres, je suis en couple, et je le dis BIEN FORT".

Encore toujours pareil qu'au dessus mais avec une nuance, on peut choisir qui voir dans son journal. Masquer automatiquement les publications des gens qui ne nous intéressent pas, ou demander à facebook de diminuer leurs apparitions sur notre journal.

--
Facebook est devenu un outil incontournable, qu'on le veuille ou non. J'en veux pour preuve : le printemps Arabe. Mais également ma petite personne. Je suis community manager donc sans Facebook j'aurais pas décroché ce job ^^
Avatar de l’utilisateur
Par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#52012
Community Manager ? Je comprends :D

Idem, Facebook est assez utile pour moi et maintenant que tu m'as dit ces quelques points, ça me semblera moins lourd.
Avatar de l’utilisateur
Par Lereveur
Homme de 38 ans non vierge
#62120
Aha ! Avec les propos récents de certain(e)s membres, je me demandais si on avait déjà créé un sujet consacré à FaceBook...

Pour ma part, j'ai dû m'inscrire une première fois vers 2007, avant de m'en aller car je ne trouvais aucune utilité à l'outil, je le jugeais même ennuyeux voire malsain (Comme le jeu de " que pensent mes amis de moi ? ")... Puis, dans une période plus récente, je me suis décidé à y retourner, un ami m'ayant fait valoir l'argument classique - mais non dépourvu de fondement - que ça aidait à garder le contact. Je me suis aperçu que FB se souvenait de certaines infos, mais rien de bien gênant.

Et je dois avouer qu'au final, j'y trouve mon compte ; si il m'arrive d'exprimer quelques opinions personnelles, j'évite de parler à tort et à travers et de céder à la tentation de l'écriture quotidienne " aujourd'hui, j'ai mangé une pomme ", ou de celle de " regardez la dernière photo de mon orteil ". J'ai à ce jour trente ami(e)s ; à trois exceptions près, ce sont des gens que j'ai rencontré dans la " vraie " vie, bref je prends le terme au pied de la lettre ; récemment encore j'ai refusé une invitation suggéré par une autre amie qui visait un membre d'un forum où je suis : je me suis fendu d'un petit mot d'excuse en disant que je préférais rencontrer les gens en face-à-face avant de les inclure dans mon cercle.

Par ailleurs, j'ai récemment accepté une invitation pour rentrer dans un groupe où j'essaye de me faire une petite réputation avec mes dessins gratuits (en toute transparence, en prenant donc un risque), tout en faisant des interventions à dose modérée et si possibles pertinentes et / ou amusantes. Un travail patient dans l'espoir de tisser certains liens (sincères, cela va de soi - s'exprimer peu, mais s'exprimer honnêtement) à terme.

Plus largement, je reconnais le côté un peu " accro ", mais je tâche de m'autodiscipliner.

EDIT : j'oubliais une anecdote : l'année dernière, une amie avait besoin d'aide pour déménager (beaucoup trop de trucs pour seulement elle, sa mère, et sa soeur en fauteuil roulant) ; des potes soit-disant " baraqués et habitant sur place, qu'elle avait aidé plusieurs fois " avaient déclaré forfait, du coup elle avait lancé un appel sur FB ; résultat ? Une dizaine de personnes ont répondu à l'appel, dont une majorité de filles, seuls trois mecs : deux grands fins, et moi qui ne suis pas Musclor non plus ; on a passé un dimanche de labeur dans la bonne humeur, et j'y ai trouvé plus de sens que dans mon travail de l'époque (que j'ai quitté).

Comme quoi, là non plus il ne faut pas faire de généralité, une " base " virtuelle peut parfois faire mieux qu'une " base " réelle. Enfin, je dis ça aussi parce que Internet m'a apporté pas mal de choses question progrès relationnels.