Une sélection de bons conseils pour vous aider à bien préparer vos rencontres !
Avatar du membre
Par Lux

Femme de 32 ans non vierge
#165289
Lereveur a écrit :Tu es fort poli, Pasta.

Pour ma part, lorsque je vois les tonnes de bouteilles et canettes que certaines de ces personnes jettent n'importe où, j'ai souvent des envies de génocide. Et ce n'est qu'un point parmi d'autres dans l'attitude que peuvent avoir des personnes ivres, évidemment (je n'oublie pas pour autant les viols, bagarres...).

Oui enfin il y a des gens qui balancent leurs détritus par terre sans être ivres, et qui se tapent dessus sans avoir bu une goutte d'alcool.
Moi je bois pas mal, et il ne me semble pas avoir manqué de respect à quiconque dans cette situation-là. J'ai pu être chiante, pénible, pas drôle, mais je n'ai jamais agressé personne et je n'ai jamais manqué de respect à personne.
Non, on n'a pas le droit de profiter d'une personne ivre ou de lui dire que c'est bien fait pour elle — je l'ai déjà dit mais avec ce genre d'assertions on peut aller jusqu'au : "ben t'avais une jupe, c'est bien normal".
Avatar du membre
Par River

Femme de 34 ans non vierge
#165320
traviata a écrit :Ce qui rend les choses à mon sens très compliquées, (et je le répète, je ne cherche pas à dédouaner les violeurs), c'est qu'à un moment, entre deux personnes qui ne sont plus vraiment en état (drogue, alcool ou contexte) de savoir l'une si elle veut vraiment ou pas, et l'autre si la fille accepte vraiment ou pas, il y a des situations pas simples à trancher, surtout a posteriori ...
(...)
Et le second que quand on agit sans respect pour soi même, il ne faut pas s'étonner outre mesure que les autres ne vous respectent pas non plus. Même si ça ne leur donne pas tous les droits, et certainement pas celui de vous violer.

Je rejoins Traviata, on met bien sûr le cas du viol à part qui est inqualifiable et qui n'est jamais la faute de la victime...mais dans un cas comme décrit Traviata où tout le monde est cuit comme pas deux on ne peut pas parler d'agression (personne ne se rappelant se qui s'es passé)...alors boire jusqu'à ne plus se souvenir de rien j'ai du mal à comprendre. Au delà du respect de soi-même ( "tu t'es vu quand t'as bu"...et bien c'est pas jojo c'est pour qu'on parle respect ), c'est aussi être un poil responsable (pour soi et pour les autres) de savoir s'arrêter avant d'en arriver là.

Et oui je crois qu'on est tous d'accord là dessus:
a3b3842dc5fb371d57f53e60910a2170.jpg
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Avatar du membre
Par Genisa

Femme de 26 ans non vierge
#165331
River a écrit :Au delà du respect de soi-même ( "tu t'es vu quand t'as bu"...et bien c'est pas jojo c'est pour qu'on parle respect )


J'ai vraiment du mal avec cette question de respect de soi-même. Le respect de soi-même, c'est le respect que l'on se porte, ce n'est donc pas aux autres de définir à quel point on se respecte, parce que les critères vont changer d'une personne à une autre. Pour certains, porter une jupe courte et des talons hauts c'est déjà se "salir". On entre vraiment dans le domaine de la morale propre à chacun/chacune. Bien sûr on peut penser que boire c'est se manquer de respect, et donc ne pas le faire, mais on ne peut pas le décider pour les autres. Perso autant je bois une fois de temps en temps (sans jamais me rendre malade), autant j'ai jamais fumé, parce que je trouve pas ça respectueux pour mes bronches. Mais c'est mon choix et ça s'arrête là, je vais pas aller l'imposer à tous les fumeurs, ou en déduire qu'ils se manquent de respect. Ils évaluent seulement les choses différemment.
Florent aime ça
Avatar du membre
Par Lux

Femme de 32 ans non vierge
#165342
Genisa a écrit :
River a écrit :Au delà du respect de soi-même ( "tu t'es vu quand t'as bu"...et bien c'est pas jojo c'est pour qu'on parle respect )


J'ai vraiment du mal avec cette question de respect de soi-même. Le respect de soi-même, c'est le respect que l'on se porte, ce n'est donc pas aux autres de définir à quel point on se respecte, parce que les critères vont changer d'une personne à une autre. Pour certains, porter une jupe courte et des talons hauts c'est déjà se "salir". On entre vraiment dans le domaine de la morale propre à chacun/chacune. Bien sûr on peut penser que boire c'est se manquer de respect, et donc ne pas le faire, mais on ne peut pas le décider pour les autres. Perso autant je bois une fois de temps en temps (sans jamais me rendre malade), autant j'ai jamais fumé, parce que je trouve pas ça respectueux pour mes bronches. Mais c'est mon choix et ça s'arrête là, je vais pas aller l'imposer à tous les fumeurs, ou en déduire qu'ils se manquent de respect. Ils évaluent seulement les choses différemment.

Exactement.
Il faut cesser de croire que sa propre morale est universelle et qu'on doit l'imposer aux autres et penser qu'Untel n'a pas de respect pour lui-même parce qu'il fait ci ou ça.
#165344
Alors autant je suis du genre à sacraliser le petit apéro du soir (si on en croit les statistiques, je suis bonne pour la catégorie "alcoolique" parce que je bois mon Porto tous les soirs et que dans la famille on aime bien accompagner un bon repas d'une bonne bouteille de vin ! pour autant je n'ai jamais été ivre car je ne vois aucun intérêt à transformer quelque chose qui a vocation à faire plaisir en quelque chose qui me rendrait horriblement malade !) autant je me méfie quand je suis en société (pas souvent, j'avoue !)... Car je n'ai pas envie de me donner en spectacle, et surtout je me méfie beaucoup des gens qui pourraient profiter de cette euphorie "chimique" pour s'amuser à mes dépends... Je travaille dans un milieu où je vois passer trop de choses glauques pour avoir envie de tenter le diable !

(et quand à la drogue, c'est simple, je suis anti-drogue et anti-tabac ! une rabat-joie, je vous dis !! :blush: )
Avatar du membre
Par River

Femme de 34 ans non vierge
#165350
Lux, genisa il n'est pas question ici d'imposer sa morale! Je donne simplement mon avis et moi perso quand je vois le comportement des gens ivres, je me dit que je ne pourrais pas me retrouver dans un état pareil sans malmener mon amour propre. Mais bien sûr chacun est libre de penser différemment !
Avatar du membre
Par Bonbenbof

Homme de 36 ans non vierge
#165362
A une époque, j'étais loin de cracher sur la picole...

Il est évident que je ne me posais même pas la question de savoir si je me respectais moi-même, pas plus que de savoir si je respectais les autres... Franchement, ça n'entrait pas en ligne de compte...

J'ai très souvent dépassé mes limites... Les black out, j'en ai connu un bon paquet...

Il y en a un qui m'a marqué... Je n'en ai pas le moindre souvenir, mais à priori, j'aurais agressé une nana, en l'agrippant à la gorge... J'ai dit à mes potes qu'ils se foutaient de moi, que jamais je n'aurais pu faire ça, et qu'ils étaient juste en train de me monter un mauvais plan... Sauf qu'un jour, cette nana dont je n'avais aucun souvenir, je l'ai recroisée en soirée... Quand elle m'a vu, elle s'est dirigée vers moi pour m'engueuler... Forcément, moi, je n'en menais pas large, vu que je ne me rappelais de rien... Un de mes potes m'a confirmé que c'était cette fille... J'ai dû faire preuve de diplomatie pour avoir le fin mot de l'histoire... A priori, les esprits se sont échauffés ce soir où j'avais trop bu, et manifestement, elle a eu un mot de trop, et moi j'ai réagi ultra violemment...

Pas de quoi être fier, loin de là... Ça m'a quand même pas mal fait cogiter sur les effets de l'alcool, sur leur incidence sur mon comportement et sur les conséquences auxquelles ça prêtait, aussi bien pour moi-même que pour les autres...

Alors, oui c'est sûr, un ou deux verres, ça ne fait de mal à personne... Mais quand on va trop loin, je doute que l'on puisse affirmer que l'on soit la seule personne impliquée... Et pour peu qu'on soit mal entouré...

Si boire n'implique réellement que nous, je suis d'accord pour dire que c'est notre problème, et que personne n'a à nous juger pour ça...

Maintenant, quand ça nous fait perdre pied au point qu'on ait un comportement qui puisse être préjudiciable pour les autres comme pour nous-mêmes... Vous m'excuserez, mais c'est quand même commode de définir sa morale uniquement par rapport à soi, sans tenir compte des autres...

Si mettre une jupe ne fait de mal à personne, je serais moins catégorique quant au fait de picoler...

Est-ce que conduire en jupe est plus dangereux que de conduire bourré?

Pour moi, ça dépasse même le cadre des considérations morales...


Ceci étant dit... Je ne crache quand même pas sur une bière, et j'aime encore bien me prendre une petite cuite, dans un cadre bien établi, où je sais que les risques sont quand même minimes...
  • 1
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 27