Page 45 sur 45

Re: L'alcool et autres substances dans les contacts sociaux

Publié : 08 févr. 2021, 20:45
par Azrael
Il m'a toujours semblé qu'on estimait qu'il fallait faire des choix : "on ne peut tout interdire (ou "moi je ne prends pas le risque"), alors des substances oui, mais trop de substances différentes = trop de victimes et conséquences". Ensuite toutes les substances ne sont pas ancrées culturellement de la même façon : le vin raffiné/pendant un bon resto etc, le cigare montré comme stylé au cinéma etcetc, la drogue n'est jamais sortie de sa réputation avant tout de produit glauque, et toute réputation s'auto-entretient. Ensuite se pose sans doute la question de la dangerosité, notamment chez les jeunes. Dans mon collège il y avait des adeptes de la nicotine, comme partout et sans doute que certains buvaient plus ou moins. Mais les seuls qui avaient déjà un aspect inquiétant, et dont la santé semblait déjà WTF, c'était la drogue. Et deux d'entre eux étaient des purs zombies, sérieusement au collège...

Re: L'alcool et autres substances dans les contacts sociaux

Publié : 09 févr. 2021, 10:27
par Amaz
:laughing: Je pensais être le seul à tenter les aventures psychédélique, comme quoi !

Clairement, c'est fascinant.

Ce n'est pas un mal que les substances soient illicites, il y en a parmi elles qui sont dangereuses pour la santé, la cocaïne en fait partie, elle est coupée parfois avec tout est n'importe quoi. Sans parler du risque d'addiction et c'est une drogue très insidieuse, quand je lis les témoignages je me rend bien compte que selon les utilisateurs les premières fois ne sont pas folle et puis petit à petit ça commence à devenir de plus en plus prenant les expériences et c'est que l'engrenage addictif prend forme.  

MDMA (Ectasy), idem, ce n'est pas plus mal que ce ne soit pas vente libre (mais ça n'empêche en rien sa popularité et sa vente sur le marché noir), c'est neurotoxique la MDMA et ça peux finir par rendre dépressif, en effet, la MDMA vide littéralement les stock de sérotonine dans les synapse du cerveau et ça prend pas mal de temps à se reconstituer les  stock de sérotonine. Mais lors de l'utilisation les gens se sentent très en confiance, même les plus timides deviennent très très bavards, ça rend tout Bisounours, c'est une drogue typiquement utilisé en soirée, fête entre pote ou soirée boite de nuit et tout ce qui s'ensuit. C'est pourquoi il faut au minimum attendre 6 semaines entre deux prises de MDMA. Perso j'en ai jamais pris mais j'ai un pote qui en prend de temps en temps.

Et quant au LSD, les risques pour la santé sont moindres. C'est bon à savoir mais le LSD à la différence notamment de la MDMDA elle ne vide pas les stock de sérotonine, le LSD est un antagoniste de la sérotonine, elle se fixe sur cette dernière et la perturbe, en gros, elle en a les clés et elle s'amuse avec mais elle n'a pas la capacité de faire le ménage dans les synapse du cerveau. De plus, la dose létale est loin, très très loin de la dose récréative qui se compte en microgramme, millionième de gramme, c'est à ce jour la drogue en terme de dosage brute la plus puissante au monde. J'en ai déjà pris (j'ai découvert LSD il y a quelque mois) et je touche du bois mais jusqu’ici je n'ai jamais fait de bad trip, je n'ai jamais eu de mauvaise expérience, mes expérience fut lumineuse, positive pour la plupart et le LSD fut bienveillant envers moi mais elle se montre parfois un peu capricieuse, c'est surtout là sont principiel risque, c'est le risque psychologique, des gens on finit en hôpital psychiatrique à la suite d'expérience malheureuse et pas du tout RDR (réduction des risques), le LSD à mauvaise réputation à cause des histoires de défenestration mais si elle est prise correctement ce n'est pas plus dangereux que l'alcool ou tout autre substance mais ça demande un petit plus de préparatif tout de même, faire attention au dosage, perso de 50 à 75 microgramme me suffit à vivre une bonne expérience, mon record fut 150 microgramme mais j'ai droit à une légère dépersonnalisation mais rien d'alarmant. Vaut mieux en prendre quand l'état d'esprit est positif et attendre minimum 15 jours entre deux prises, le LSD produit une énorme tolérance dans le corps mais du coup elle n'est pas addictive, perso ça fait un mois que j'en ai pas pris et ça ne manque pas du tout. Et lors de l'achat étant donné que le produit est illégal ou bien entre deux eau pour certain de ses analogues bah on peut se faire arnaquée à différent niveau, que ce soit sur le dosage indiqué qui n'est pas le bon (très sous celui ci est sous évaluer) ou encore (plus critique), on a également les faux buvard de LSD  qui contienne en réalité de belle mouise comme la famille des NBOME. Un psychédélique bien nul.

Ceci dit, ce n'est pas nécessairement glauque, loin de là mais ça demande à prendre certaine précaution d'usage mais hélas, c'est très stigmatisant de prendre des drogues, bien qu'elle non pas toute le même potentiel de dangerosité, on passe forcément pour un junkie du coup ça isole les consommateurs et c'est pire du coup les conséquences. 

ARTE avait sortie un documentaire sur les psychédéliques. Je suis étonné du nombre d’écrivain, plasticien, musicien ayant tenté l'aventure des psychédéliques et c'est gens éminemment célèbre, Sartre notamment par-exmeple.

Cela dit, ce n'est pas le LSD qui va me faire rencontrer l'amour une jeune femme, c'est plus un plaisir égoïste que je m’octroie de temps en temps...

https://www.les-docus.com/drogues-et-cr ... e-sauvage/

Re: L'alcool et autres substances dans les contacts sociaux

Publié : 12 févr. 2021, 21:38
par Valsiny
Je prends parfois de l'ecstasy, en soirée. Mais j'en prends s'il y a des personnes avec qui je sais que je pourrai parler avec plaisir ou, mieux, avec qui je pourrai faire des câlins. Si j'en prends sans cela, je reste spectateur dans un coin, et certes je me sens très bien, mais le lendemain je déprime sévèrement en y repensant. D'une manière ou d'une autre, la déprime conséquente ne dure qu'un jour ou deux. Ensuite je reviens à mon niveau normal de dépression.

Il m'arrive encore de prendre de la cocaïne à l'occasion, mais j'y trouve peu d'intérêt. C'est pas mal en cas de soirée mortellement ennuyeuse, parce que c'est une drogue qui rend très satisfait de soi. Mais ce n'est pas un effet que je recherche, et puis la prise est désagréable.