Une sélection de bons conseils pour vous aider à bien préparer vos rencontres !
Par Unic
ans
#81438
traviata a écrit :les parents montrent l'exemple en supportant difficilement leurs enfants (parce qu'ils les ont eux-mêmes mal éduqués, mais c'est tellement fatigant...)
HS - Tu plaisantes, y a l'école pour ça :boulet: - HS

Zack, beau moment de vérité que tu as du vivre là. Peu importe ton passé, l'important est la considération que ton collègue a eu pour toi à ce moment là, dans le fond, il a dû se sentir assez puéril, c'est déjà un pas de s'en rendre compte...
Par Ginko
ans
#82342
Lors de ma formation de responsable de cuisine au contraire, ils ne parlaient que de ça.
Et pour cause: que des mecs, pas une seul nana.

A mon avis ce genre de question ne survient qu'en groupe fermé (filles/filles; garçons/garçons).

Entre mecs effectivement ça se vente beaucoup et ça parle beaucoup (je suis presque sur que c'est la même chose entre filles, sans quoi les hommes ne se retrouveraient pas avec des réputations de "bon/mauvais coups"); j'y ai moi même eu droit: "Bon et toi alors? Tu as une copine?"

Personnellement je me refuse Ă  mentir, mais je ne veut pas non plus que mon Ă©tat de puceau me valent des moqueries incessante.
Pour ma part je lui réponds que ça ne le regarde pas et que certaines choses ne se disent pas.

Là dessus on me prends pour un gros coincé -ce qui est vrai- et probablement un puceau .. mais sans pouvoir en être sur.

Le reste est une question de volonté, quand tes collègues cherchent à savoir la vérité en essayant de te tirer les vers du nez :D
Il y en a même un qui m'a pris à part et qui m'a dit sur le ton de la confidence : "Tu es puceau? Tu sais tu peux me le dire hein? Je connais un coin, je pourrais te présenter à des professionnelles ..."

Comme si un puceau de mon âge allait visiter des prostituées en compagnie de ses collègues de travail ...
Avatar de l’utilisateur
Par Nathalie
Femme de 44 ans vierge
#82360
Alors j'ai trouvé la parade.
Quand une copine ou un copain me parle de fesse, j'ai tendance à lui répondre :
" tu te vantes et tu détailles tous tes exploits sexuels devant les autres ? Tu devrais aller dans les lieux libertins où tu pourras t'envoyer en l'air devant tout le monde, puisque parler de cela t’excite, que les personnes te regardent, doit certainement t'exciter."
J'aurais toujours la réponse du "non, c'est bien d'en parler, etc..."
Et ma réponse : "ce que je fais avec une personne, reste entre la personne et moi, sinon autant faire une partouze, et l'assumer. Sois logique avec toi-même"
Et là, tout le monde est trop coincé pour me tenir tête.

Je suscite le mystère et le non-mystère. Sur le plan sexuel, personne ne me pose de questions, autrement, c'est : "et ta soeur ?" et devant certaines insistantes, je pose des questions très trash, cela refroidit et le sujet change irréversiblement.

De même ce qu'une personne me confie, je ne le répète pas. Je suis toujours logique avec moi-même et dans les rapports avec les autres, donc tout se tient, et je suis respectée.
Les gens me croient juste très droite et avec une ligne de conduite. En plus, je suis autonome et indépendante, donc non accessible pour qu'une personne puisse immiscer dans ma vie intime.

De même, si je rencontre mon homme, je ne voudrais qu'il étale sa vie sexuelle partout. Ce que je fais avec lui, doit rester avec lui. Ce serait une cause de rupture. C'est carrément impudique et ça ne regarde personne.

Je crois que la plupart d'entre vous, ont l'impression, qu'ils doivent rendre des comptes à la société, mais c'est faux. Vous ne devez rien à personne, et surtout sur le plan intime qui est votre et n'appartient qu'à vous.
Par Ginko
ans
#82398
Je suis totalement impressionné par la légéreté avec laquelle tu prends ça, Ginko. A ta place, je serai terriblement mal à l'aise et me sentirai tellement honteux...
Moi non plus je n'en menais pas large mais il ne faut pas s'en formaliser pour autant.
C'est comme ... un rite de passage, un test ou un moyen comme un autre que les autres ont pour brisé la glace.
Ce n'est pas tant le contenu de la réponse qui les intéresse, mais plus tôt ta manière de répondre et ta capacité à socialiser.

J'ai bien conscience que la réponse que je leur ai donnée n'était pas la bonne, ce que j'aurais du faire à ce moment là c'est de le prendre à la rigolade et de sortir un trait d'humour.
Mais en tant que puceau et sur l'instant c'Ă©tait impossible.

L'ambiance dans ces moments là est très détendu, ils te sortent tous des trucs tellement incroyable que tu te demande quelle est la part de vérité là dedans.
Quand tu entends: "Un jour en sortie de boite j'étais bourré, mes potes m'ont emmenés dans les bois voir une prostitué. Au début j'ai eu un doute, je lui ai passé la mains sous la jupe: je lui ai dit tiens ... elle est bizarre ta *****"
"C'est après m’être fait ***** que j'ai compris qu'ils m'avaient présentés à un travesti"
"Tu me croiras ou pas, j'ai pas senti la différence".

Pure invention ou non, c'est difficile de ne pas rire devant tant de bĂŞtises :D

Avec le recule, je me dit que même si je leur avait dit la vérité et subit des moqueries de leur part, ça n'aurait pas changé grand chose; le problème ce n'est pas eux, mais moi et ma tendance à dramatiser le sexe.

Voila par exemple comment j'aurais du répondre à la question:
"Non je n'ai pas de copine."
"J'ai bien essayé avec la porte de ma cave une fois.."
"J'ai toujours pas de copine, mais maintenant j'ai un nouveau garage". :)
Avatar de l’utilisateur
Par Giles
Homme de 40 ans non vierge
#82422
Ah oui, je l'ai faite quelque fois celle-lĂ  aussi :
"Et alors, quand est-ce que tu nous ramènes une petite ?
- Mais j'essaie, mais elles arrivent toujours à forcer le coffre de l'intérieur et après tu peux courir pour les rattraper !
"

Ou le classique : "Non mais la qualité du GHB a vraiment baissé ces derniers temps ! L'industrie pharmaceutique se casse la gueule, j'vous l'dis !"

C'est bien, c'est frais, en famille ça met l'ambiance. :)
Par Mnp30
Homme de 27 ans vierge
#83429
Tiens j'ai eu une nouvelle vanne a ce sujet par l'un des copains de mon(grand) frère en discutant vient le sujet tant redouté de la copine la il a fait très fort car cette fois il ne m'as pas demandé si j'en avais une mais a posé une question comme si que j'en ai forcement une vous voyez le truc ?

En gros il m'as demandé si j'allais a la plage de temps a autre avec ma copine moi détestant mentir je lui répond que je n'ai pas trouvé pour le moment lui me balance dans la tête un petit "ouh la tu es en retard mon gars essaie de mettre un coup de boost" :no:

Collector celui la .
Par Daenerys
Femme de 29 ans non vierge
#214688
Ce sujet date un peu mais j’avais envie de le faire revivre.
J’ai moi-même été confrontée il y a quelques semaines à des questions indiscrètes (les ex, mon orientation sexuelle, suis-je vierge) de la part de 2 personnes avec lesquelles je ne suis pas du tout proche (certains collègues pompiers, je suis volontaire dans la ville où j’habite depuis le début d’année).
J’étais sur la défensive quand ils m’ont posé ces questions (j’ai déjà eu le droit à des questions sur mon orientation sexuelle il y a quelques mois, une autre personne est intervenue en disant à la personne concernée que ce genre de question ne se posait pas) et j’ai répondu à ces 2 personnes que cela ne les regardait pas et que je n’avait pas envie de répondre à leurs questions. Quand la question de la virginité a été abordée, j’ai eu un moment d’hésitation et de grand étonnement et je leur ai redit que je n’avais pas envie de répondre à leurs questions (non je ne le suis plus, c’est assez récent)
Rien n’a été révélé sur ma vie, du moins pas par les mots, je sais que je n’ai pas de pouvoir sur les films qu’ils peuvent se faire. J’espère juste que rien ne va être balancé sur moi au sein de la caserne sinon je crois qu’il va y avoir des meurtres :rage: .Avec du recul, en y réfléchissant je me dis que j’aurais peut-être dû faire différemment, utiliser l’humour.
Bonne soirée à vous