Une sélection de bons conseils pour vous aider à bien préparer vos rencontres !
Avatar de l’utilisateur
par Pierre
Homme de 37 ans non vierge
#182768
Suite à la lecture d'un énième post sur les "méfaits" de l'introversion, j'ai décidé de créer un topic sur le sujet.
Image

Mes amis, cessez d'imaginer que l'introversion alimente votre peur des autres, votre timidité, votre réclusion, entretient votre pucelage et je ne sais quoi encore.
L'introversion est une faculté magnifique, qui vous permet d'être plus autonome, plus consistant, moins fragile.

C'est très important d'en prendre conscience : être introverti, c'est de l'autonomie en plus. Des spiritualités comme le Bouddhisme désignent l'introversion comme la voie ultime de la réalisation personnelle "tu dois devenir la lumière qui éclaire ton chemin".

Comme le sujet est éminemment important, je vais tenter d'expliquer ça avec des petites images pour faire joli.

Rappelons que l'introversion est un terme Jungien qui désigne la capacité d'un individu à trouver son énergie en lui-même (contrairement à l'extraversion, où l'énergie est dépendante de l’extérieur).
ImageLa tête que fait l'ami Carl, quand on réduit ses travaux à une opposition timide VS sociable.
  • Être introverti, c'est être capable de trouver son énergie en soi.
    Être extraverti, c'est être tout le temps dépendant de l’extérieur pour avoir de l'énergie.
Chaque personne est plus ou moins introvertie ou extravertie, il y a des personnes entre les deux tandis que d'autres seront dans un extrême.

C'est bon ? Vous avez tout compris ?

Un petit exercice avec Michel :
Je vous présente Michel, c'est un grand timide, très solitaire, il est souvent mollasson.
Image
Vous en déduisez quoi ? … Vous pensez que Michel est introverti ?
Image
Perdu ! C'est un extraverti ! Michel est dépendant des autres pour avoir de l'énergie, mais sa timidité (peur des autres) le bloque ! C'est en partie pour cela qu'il est souvent mollasson.
Coelio, VACN, SnapBack aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Coelio
Homme de 31 ans non vierge
#182769
Hahaha, c'est génial! Merci Pierre!
(Je n'ai lu que parce qu'il y avait des images, bien évidemment!)
VACN aime ça
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 26 ans non vierge
#182771
Farpaitement, Pierre !

Déjà, environ 30% des gens sont du côté introverti du spectre. Rien qu'en sachant ça, on comprend que l'introversion ne peut pas être un problème en soi. On serait mal barrés en tant qu'espèce si un tiers de notre population était fondamentalement défectueuse...

Après, nos sociétés occidentales favorisent beaucoup les extravertis. Il suffit d'imaginer dire à quelqu'un que c'est bizarre d'avoir envie de sortir tous les soirs pour s'en convaincre ; personne ne dit jamais ça, contrairement à "c'est bizarre d'être aussi casanier." Être introverti peut donc être un frein, s'il ne se trouve personne pour nous dire qu'on est normal, et si on n'apprend pas à bien vivre ce trait de caractère.
Avatar de l’utilisateur
par Berthier
Homme de 38 ans non vierge
#182774
VACN a écrit : on comprend que l'introversion ne peut pas être un problème en soi.
oui, le problème se pose plutôt quand on est à la fois introverti et timide :confused:
Avatar de l’utilisateur
par Azrael
Homme de 34 ans non vierge
#182775
Propension à se tourner vers son monde intérieur, à vivre centré sur ses pensées, ses émotions, ses rêveries, et à se détourner du monde extérieur.

C'est la définition toute simple que j'ai pour ma part de l'introversion, seulement ce qui me semble invoqué d'ordinaire par les gens ordinaires, si bien qu'en la suivant je trouverais ce plaidoyer simpliste. Si tu n'es pas poussé à vivre certaines situations de manière courante, ne serait-ce que sortir un minimum et créer du contact, tu risques logiquement de moins être à l'aise, de moins demander de l'aide, bref de ne pas être doué pour des choses simples pour d'autres : il va manquer la force de l'habitude. J'y vois donc bien une source de difficultés plausible, et un lien possible avec la timidité.

Dans tous les cas, c'est bien d'être fort ou autonome, mais quand je regarde mon fil personnel, je regrette plutôt que la balance ne penche pas davantage de l'autre côté, du côté des faiblesses : bien des fois c'est justement cela qui m'aurait permis d'avancer, être capable de craquer.
Avatar de l’utilisateur
par Pierre
Homme de 37 ans non vierge
#182776
Mmh... Azrael...

Donc tu veux écarter la définition donnée par le créateur du mot, ignorer ses travaux sur l'énergie, mais débattre quand même ?

Ta croyance, c'est que si tu étais "extraverti", tu aurais moins peur des autres ?
Moi, je te dis que tu serais surement tout aussi flippé, mais qu'en plus, par dessus le marché, tu serais complètement amorphe, car tu serais incapable de trouver de l'énergie en toi :
Image
par traviata
Femme de 59 ans non vierge
#182777
Les deux termes sont galvaudés, sans nul doute...
introverti = timide = coincé = négatif
extraverti = super à l'aise partout où on passe = confiant(e) = charismatique = grande gueule = positif

Merci, en conséquence, d'avoir remis pour nous les pendules à l'heure, et en plus de façon aussi ludique ...
Avatar de l’utilisateur
par rooter
Homme de 35 ans vierge
#182779
Azrael a écrit : invoqué d'ordinaire par les gens ordinaires
Malheureusement, très peu de gens savent utiliser les définitions et les axiomes dans le monde réel. Par exemple, j'ai déjà remarqué que, même ici, la plupart des gens mélangent timidités, introversion, anxiété sociale, et sûrement d'autres choses, dans un gros sac, alors qu'ils n'ont rien à voir les uns avec les autres. Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheurs du monde, disait Camus. Je vais un peu m'écarter du sens originel de cette phrase, parce que pour moi, mal nommer quelques chose initialement, c’est se tromper tout au long du processus. La définition que tu donne n'est pas contradictoire, juste incomplète.

Il vaut mieux faire les choses parce qu'on pense qu'il faut les faire, plutôt qu'être poussé par la peur ou la nécessité. Je ne trouve pas que compenser une peur par une peur plus grande soit bien sain. Je trouve que c'est une façon de fonctionner un peu immature, d'ailleurs : plutôt que se dire "Il faut que je fasse cela, alors je vais le faire, ou alors la prochaine fois, je ferais mieux", attendre d'être contraint à agir.
Avatar de l’utilisateur
par Azrael
Homme de 34 ans non vierge
#182801
Pierre a écrit :Donc tu veux écarter la définition donnée par le créateur du mot, ignorer ses travaux sur l'énergie, mais débattre quand même ?
rooter a écrit :La définition que tu donne n'est pas contradictoire, juste incomplète.
Non, je ne veux pas écarter sa définition, mais à moins qu'on m'expose le pourquoi du contraire, je ne suis pas sûr qu'on ne puisse parler d'introversion qu'à la manière de Jung, ou que la définition soit incomplète pour un usage commun (qui pourrait éventuellement se suffire à lui-même). D'ailleurs, voilà le genre de choses que tu trouves dans les exemples de certaines encyclopédies : "introversion au sens où les disciples de Freud emploient le terme".
Pierre a écrit :Ta croyance, c'est que si tu étais "extraverti", tu aurais moins peur des autres ?
Moi, je te dis que tu serais surement tout aussi flippé, mais qu'en plus, par dessus le marché, tu serais complètement amorphe, car tu serais incapable de trouver de l'énergie en toi :
rooter a écrit :Il vaut mieux faire les choses parce qu'on pense qu'il faut les faire, plutôt qu'être poussé par la peur ou la nécessité. Je ne trouve pas que compenser une peur par une peur plus grande soit bien sain. Je trouve que c'est une façon de fonctionner un peu immature, d'ailleurs : plutôt que se dire "Il faut que je fasse cela, alors je vais le faire, ou alors la prochaine fois, je ferais mieux", attendre d'être contraint à agir.
Je n'ai jamais pensé qu'une immense extraversion devait aller sans souci, mais une fois de plus, ça tombe bien car il n'y a pas que des extrémités. Sauf que je n'ai pas "peur" à ce point-là, et oui, je ne doute nullement qu'être un peu plus extraverti, avoir un peu plus besoin des autres, cette pointe de nécessité supplémentaire, m'aurait poussé à aller davantage vers eux et à être plus heureux, plus à l'aise par l'usage (je ne fais pas qu'imaginer mais déduis de mon expérience) et cela me paraît un cercle qui s'entretient. Qu'on puisse encore tirer d'un éperon modéré plus de bien que de mal, au lieu de s'endormir dans une mécanique "ouais chiant à vivre mais pas assez on remet à demain mais ce serait cool moi j'aimais bien l'idée tu vois". C'est bien de se dire "il faut que je fasse cela", malheureusement, ça n'a pas l'air de suffire tous les jours chez tout le monde. Enfin, il y a quand même d'autres choses dans ces rouages que de l'immaturité (si ça n'était pas le cas, "tous les gens qui procrastinent sur le forum sont juste des immatures, qu'est-ce qu'ils attendent?" :heart_eyes:).
Avatar de l’utilisateur
par rooter
Homme de 35 ans vierge
#182802
Tu ne m'as pas compris, je pense. Ce que je trouve immature, ça n'est pas la procastination, mais le fait d'espérer "qu'on" nous force à chercher ce que l'on veut : pas de responsabilités, du coup...

D'ailleurs, tu tombe précisément dans l'erreur induise par cette définition courante : qu'est-ce qui te fait dire qu'une personne introvertis a peur des autres ?
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 9