Vous avez des questions à poser concernant votre prochaine rencontre ? C'est par ici que ça se passe !
par Agnos
Homme de 37 ans non vierge
#237766
Je plussoie sur les différents courants féministes qui expliquent différents traitements des hommes.
Actuellement, c'est globalement le "néo-féminisme" qui apparait le plus dans les médiats et qui "siège" en politique.
Ce féminisme politisé passe en boucle dans les journaux et occulte totalement l'existence des autres courants pour donner l'impression qu'il n’existe qu'un seul mouvement uni.

Ce courant représente pour moi l’extrême et ce qui se fait de pire au niveau du féminisme; on a l'impression de participer à une chasse aux sorcières (sorciers en l’occurrence)..
Je préfère largement les mouvements des années 70 de Badinter ou Lahaie, qui prônait la libération de la femme par le travail sur elle-même.

Il y a 2 ou 3 ans d'ailleurs, des centaines de féministes de mouvements différent avaient signées une pétition pour pour se détacher du féminisme d'état en déclarant qu'elles ne se reconnaissaient pas là dedans et ne voulaient pas y être mêlé.
C'est passé totalement inaperçu et quasiment aucun médiat ne l'a relayé.
Avatar de l’utilisateur
par Diogene
Homme de 30 ans non vierge
#237808
Je dirais que ça rejoins la tendance actuelle du pugillat public, de la cancel culture, qui fait des coupables d'office pour une phrase, une parole, ou une rumeur.
Malheureusement aussi, la cancel culture la plus crasse a un terrain propice en raison d'une justice de classe qui ne s'applique pas à tous, on l'a vu avec l'affaire Weinstein qui a été couverte durant des décennies lorsque tout le monde dans le milieu le savait, Roman Polanski qui a été jugé mais a fuit la justice américaine pour pédophilie et viol, pour se planquer en France et présider les Cesar, Gerard Darmanin qui reconnait avoir fait du chantage pour obtenir des faveurs sexuelles et met ça sur le dos de sa jeunesse comme si c'était rien et est défendu par la pire hypocrite Marlène Schiappa qui ne va pas cracher dans la soupe qui la nourrit, après nous avoir cassé les c... avec son pseudo-féminisme à deux balles, ou récemment Marilyn Manson (et là ça me fait mal car j'étais fan de ce mec mais vu les témoignages concordants, nul place au doute).
Sauf que concrètement, ces ordures sont protégées par leurs status et leurs notoriétés alors que celles et ceux qui subissent de plein fouet la cancel culture sont pour beaucoup des vidéastes au SMIC voire des personnes dans des cercles intimes (j'ai été témoin à petite échelle dans ma communauté de musiciens d'une tentative de cancel lancée par une féministe extrémiste, qui avait affiché une dizaine de noms, dont le mien, en public en raison d'un débile dans nos cercles d'"amis" facebook qu'on aurait pas spontanément dénoncé (concrètement, c'est Jean Michel Comptoir qui prend facebook pour le café du commerce et dit des débilités sexistes et islamophobe et en général je lui rentre dedans). Heureusement ça s'est retourné contre elle mais parce qu'elle était en minorité, ça n'est pas le cas partout, y'a qu'à voir l'affaire MJ/Greg Tabibian entre autres).

Personnellement, étant de gauche plutôt radicale, je suis encore plus exigent envers ceux de ma sensibilité politique, car certaines personnes, avec des méthodes extrèmes et aveugles, décrédibilisent les causes nobles qu'elles défendent, tout en donnant des billes au camp d'en face. Tant qu'il y aura des traitresses à la Schiappa et des enragées à la Dialo, ça créera de l'audience pour Zemmour et Pascal Praud (que je vomis). En attendant, les femmes sont toujours payées 30% moins que les hommes à postes équivalents, les filières qui rapportent dans les études (ingénieur, commerce...) sont toujours dans l'immense majorité (voire la quasi totalité) masculines et j'ai l'impression que rien n'a avancé depuis vingt ans mais on utilise le point inclusif, c'est magnifique...

Ca me rappelle les écolos du dimanche qui nous expliquent qu'il faut trier les déchets en faisant des tours du monde en jet privé, pendant que des socialos du dimanche jugent que le gouvernement fait assez pour la jeunesse en proposant des repas à un euros pour palier le gouffre de misère dans lequel ce même gouvernement a plongé la jeunesse par abandon, créant le problème dont ils proposent un palliatif au rabais (et voudraient qu'on les applaudisse, dixit Elizabeth Borne face à Mathilde Panot l'assemblée).

Je disgresse mais on est sur le même problème, des militants radicaux qui polluent le débat en occultant avec ardeur les causes utiles pour plaider le futile. Je me demande s'il n'y a pas des fois des infiltrés pour décrédibiliser les causes et servir d'autres intérêts.
par Agnos
Homme de 37 ans non vierge
#237810
En attendant, les femmes sont toujours payées 30% moins que les hommes à postes équivalents, les filières qui rapportent dans les études (ingénieur, commerce...) sont toujours dans l'immense majorité (voire la quasi totalité) masculines et j'ai l'impression que rien n'a avancé depuis vingt ans mais on utilise le point inclusif, c'est magnifique...
Je suis en total désaccord avec cette affirmation.
C'est un mythe lancer par les mouvements féministes, qui se base sur un mélange de statistiques.
https://fr.wikipedia.org/wiki/In%C3%A9g ... _et_femmes

Quelques facteurs qui expliquent en partie les différences global de salaire:
-Les femmes travaillent en moyenne moins d'heures que les hommes -notamment à cause de la garde des enfants-.
Ça peut être vu comme une injustice, mais ce n'est pas de la discrimination d'un employeur sur une femme parce-qu’elle est un femme.

-Les femmes négocient moins leur promotion; elles osent moins que le hommes demander des augmentations.
Là encore, on peut critiquer le système capitaliste ou l'attribution des augmentations, mais ce n'est pas du à une discrimination sexiste.

-Les femmes ne travaillent pas dans les secteurs qui rapportent le plus.
Il s'agit d'un choix: un homme est plus à même de travailler dans un milieu stressant/ qu'il n'aime pas, simplement pour l'argent, tandis qu'une femme fera plus attention à se sentir bien à son travail, quite à avoir un salaire moins élevé (ça explique notamment pourquoi les hommes occupent les métiers les plus pénibles).
Là encore on peut critiquer l'éducation, ou le fait qu'on "apprenne pas" les femmes à être plus ambitieuse, mais ce n'est pas une discrimination sexiste.

Et même si avec tout ça vous n'êtes pas convaincu, faites vous la réflexion:
Dans le monde capitaliste qui est le notre, si vraiment les femmes avaient un salaire 30% inférieur à celui des hommes, quelle entreprise ne se jetterait pas sur elles pour avoir de la mains d’œuvre 30% moins chère ? Si c'était une réalité, on embaucherait que des femmes et partout.
par Everest
Homme de 45 ans non vierge
#237811
Ce que j'avais entendu , c'était environ 10 % de moins à travail égal ( c'est" peu" mais 10 % de trop qui ne se justifie pas ) et 30 % de moins en valeur globale.....

Tu imagines bien Agnos que tous les gros dirigeants d'entreprise ( qui sont en majorité des hommes ) et ceux qui sont en haut des organigrammes ne vont pas laisser leurs places comme ça :cold_sweat:
Diogene aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Diogene
Homme de 30 ans non vierge
#237813
oui, sans oublier le fait que c'est extrêmement rare de trouver des femmes dans les plus hauts postes à responsabilité dans une entreprise (en général ça arrive quand la dirigeante est une femme).
par Agnos
Homme de 37 ans non vierge
#237814
Pour les 10% ça se justifie en partie par les demandes et les négociations d'augmentations.
Pour ce qui est des postes à responsabilités et certains domaines comme les médiats, là oui , je pense qu'il y a effectivement une discrimination sexiste qui doit disparaitre.

Mais ce n'est pas une généralité à étendre sur l'ensemble des emplois qui restent malgré tout égalitaires en terme de revenus.
  • 1
  • 62
  • 63
  • 64
  • 65
  • 66