Vous avez des questions à poser concernant votre prochaine rencontre ? C'est par ici que ça se passe !
Avatar de l’utilisateur
par Mattia43
Homme de 39 ans vierge
#221396
Je ne pense pas que le fait de ne pas être particulièrement ambitieux au travail soit au mauvais point pour les relations amoureuses, au contraire beaucoup de femmes vont apprécier qu'un homme ait du temps pour elles au lieu de passer 80h/semaine au taf... Bon par contre faut pas sombrer dans l'extrême inverse non plus, quelqu'un qui déprime parce qu'il n'aime pas son boulot et passe son temps à s'en plaindre, ce ne sera pas attirant non plus.
VACN, Amaz aime ça
par salambo
Femme de 32 ans non vierge
#221397
On peut ne pas avoir de l'ambition et vouloir aimer son job, non?
Personnellement, je ne peux pas concevoir d'aller au boulot 8h/jour et m'ennuyer là-bas. J'ai besoin d'y vibrer, d'être stimulée intellectuellement. Sinon clairement je déprime. Depuis toujours j'aime la physique, les énigmes, la mécanique,... et je ne peux concevoir de rester chez moi toute la journée, volontairement j'entends, et de m'occuper des tâches ménagères, de potentiels enfants ou de zoner sur le net. Quand je dis tâches ménagères, ce n'est pas dans le sens la femme fait toutes les tâches ménagères et l'homme rapporte l'argent (sic) c'est dans le sens l'entretien de la maison courant, qu'on doit forcément faire quand on vit dedans. Et je suppose, peut-être à tord, que quelqu'un au foyer aura tendance à en faire un peu chaque jour plutôt que de tout regrouper le week-end pas exemple, mais c'est une supposition.
Pour autant, je ne pense pas avoir une ambition débordante, sinon j'aurais accepté depuis longtemps des mutations sur paris qu'on m'a proposées et qui auraient été de très gros boosts au niveau de ma carrière. J'ai choisi de rester pour l'instant où je suis d'une part car je suis en couple avec quelqu'un qui est difficilement déplaçable de part la spécificité de son boulot, d'autre part car j'aime beaucoup mon boulot actuel (très technique avec des déplacement à l'étranger régulier mais sans encadrement d'équipe :sunglasses: ) et enfin car je suis plutôt bien installée dans ma ville avec un bon réseau de copains.
Donc pour moi l'ambition n'est pas lié à l'intérêt qu'on porte à notre travail. le seul moment où ça rentre en compte ce sont les démarches qu'on fait pour réussir à avoir ce travail, que ce soit des études supérieure, des formations, du démarchage.... là oui il faut se donner les moyens de son ambition.
SnapBack, Amaz, Laura aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 29 ans vierge
#221399
Ça fait plaisir de te lire Salambo, ton intervention montre qu'il est possible de prendre du plaisir au travail et je trouve ça assez tabou de l'écrire ou en parler ouvertement que l'on apprécie son travail. Il est plus commun de s'en plaindre plutôt que de se dire qu'il nous convient.
----
C'est vrai qu'il y a une grosse différence entre un métier choisie et qui nous intéresse et un job alimentaire, le premier cas, on s'y investit personnellement, le second cas, on le fait pour le faire mais il n'y a pas de véritable investissement personnel. pas de ''plaisir'' et donc, forcément, on s'y ennuie, on n'arrête pas de s'y plaindre. Nous sommes plus d'une personne ici à faire des jobs n'ont pas parce que ça nous intéresse, mais par défaut. Ce n'est que mon avis, mais je ne trouve pas que ça soit bénéfique, ni pour l'employer et ni pour l'employeur. L'employeur sera plus enclin à avoir un gros turn over dans une boite où les employés ne sont pas investi.

Et enfin, comment avoir de l'ambition lorsqu'on ne vous propose jamais rien d'intéressant ? de stimulant justement intéllectuellement notamment.
par katy81
ans
#221433
l'ambition ne veut pas dire s'oublier ou se jeter corps et âme dans son travail. On peut suffisamment aimer son job pour vouloir évoluer un peu.

Par contre je me dis toujours qu'une passion qui devient un job peut vite devenir envahissant, une passion l'est déjà de base alors si en plus on ne fait que ça des ses journées je me demande si c'est du coup encore un réel plaisir. Ou encore est ce qu'il reste du temps pour tout le reste.
Perso j'en doute

Comme Salambo j'ai besoin de vibrer de me sentir utile, que ça bouge, qu'il y est du renouveau de temps à autre, et d'être stimulée au niveau intellectuel. je pense avoir un minimum d'ambition mais pas au point de vouloir un poste à responsabilité. Et c'est un choix de vie, la vie au foyer non merci j'ai besoin de relation professionnelle quand d'autre sont bien chez eux.

Tu as des métiers où la diversité des "tâches" où le quotidien n'est jamais le même qu'ils n'ont pas besoin d'avoir de l'ambition je pense à des soignants ou qui s'occupent d'animaux par exemple.
Un poste de travail qui entraînent des relations humaines est peut être plus diversifié qu'une personne qui travaille à la chaîne. Par contre l'un peut vouloir devenir chef d'équipe dans son usine quand l'autre aura des interactions tellement diverses et variées qu'elle ne souhaitera pas forcément évoluer.

Je pense qu'à partir du moment où on aime son métier (ce qui n'est pas rien à notre époque) c'est déjà énorme. Quand j'ai rencontré mon conjoint il allait se retrouver au chômage (licenciement éco), avec son poste je n'avais aucun doute qu'il retrouverai, il en a profité pour se rapprocher géographiquement de moi, par contre je lui disais régulièrement qu'il fallait qu'il aime l'endroit, l'équipe, et les projets de l'entreprise, etc.. pour se sentir bien. Il a refusé un job parce qu'on lui demandait trop d'investissement personnel et ça ne m'a pas choqué plus que ça. Faut quand même se sentir bien dans ses baskets et être épanoui dans ce qu'on fait vu qu'en moyenne on y passe 8 / jours.

L'ambition est une question de caractère de personnalité.
On peut devenir ambitieux pour l'appât du gain .... mais je doute que ce soit très épanouissant.

Je dirai qu'on pourrai d'avantage dire carriériste plus que ambitieux, il faut être ambitieux pour être carriériste (?!)
chacun ses priorités dans la vie.
Amaz, Laura aime ça
par x00
Homme de 31 ans non vierge
#221435
Max56 a écrit : 29 juin 2019, 08:53 Comment arriver à se construire et avancer quand on a aucune ambition dans la vie.
Notamment professionnelle
Certains veulent devenir excellent dans leur domaine, d'autres directeur de quelque chose d'autres chef d'entreprise d'autres chef de projet de je ne sais quoi etc...
Personnellement je suis un peu ambitieux dans le pro mais sans plus. J'accorde pas mal d'importance à progresser dans le monde pro, que se soit techniquement mais aussi financièrement. Le jour où je n'avancerai plus dans la boite actuelle je n'hésiterai pas à partir.

Pour moi un bon boulot, c'est un boulot qui permet de gagner un maximum d'argent en un minimum de temps.

Mais n'avoir aucune ambition professionnelle n'est pas un soucis. Il y a en qui se dépasse dans le monde pro, d'autres dans une passion, un sport, chacun sa vie. L'important c'est que ton travail te permette de vivre comme tu le souhaite et d'avancer sur le long terme.

C'est pas ça qui te bloque dans la vie amoureuse.... le blocage de ta vie amoureuse est sans doute de l'ordre du mental et de la peur :stuck_out_tongue: c'est le cas de beaucoup d'entre nous.
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 29 ans vierge
#221443
C'est une excellente question, est ce qu'il y a besoin d'être ambitieux pour être carriériste ?

"Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie" CONFUCIUS
par katy81
ans
#221472
Amaz a écrit :C'est une excellente question, est ce qu'il y a besoin d'être ambitieux pour être carriériste ?
perso je pense que oui sans aucun doute.

Après je trouve qu'en France l'ambition est mal vue, que c'est souvent comparé à de la "lèche", à vouloir faire fortune, à en mettre plein les yeux, on dit souvent "oh celui/celle la a les dents qui rayent le parquet". Alors qu'il faut bien des personnes qui soient le moteur de l'entreprise. Si on est jaloux d'une telle situation alors pourquoi ne pas oser se lancer ?
Après tout faire pour obtenir un poste et vendre son âme au diable ce n'est pas ce qu'il y a de mieux, il faut savoir se respecter.
x00 aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Genisa
Femme de 28 ans non vierge
#221501
Perso mon style de collègues préféré c'est quand même ceux qui ont une vie intéressante à côté du boulot, et des choses à raconter.
Ceux qui peuvent parler d'un livre, d'un film, de leurs sorties du weekend ou de leurs activités..
J'ai bossé avec une équipe qui n'avait que des conversations concernant le boulot, ça tourne très vite en rond et on se demande ce qu'ils font de leur vie.

Donc je vois pas le problème avec le manque d'ambition dans le boulot. L'ambition peut concerner un autre domaine que le boulot, on peut s'épanouir dans d'autres choses aussi.
Cece, Amaz aime ça
par Max56
Homme de 31 ans vierge
#221651
Un idiot qui marche va plus loin que 2 intellectuels qui restent assis

Voilà à quoi ressemble ma vie j'ai l'impression.
Toujours à se poser des questions sans cesse non stop et ne rien faire
Amaz, Decca aime ça
par resO
Homme de 33 ans vierge
#221656
@Max : Personnellement, j'ai jamais eu l'impression de savoir ce que ce que je voulais faire exactement plus tard quand j'étais à au collège/lycée donc tu n'es pas le seul à "manquer d'ambition". Et si tu veux mon avis, cela deviendra une tendance car de nos jours, les nouvelles générations ne veulent pas forcément d'un job super bien payé (enfin ce n'est plus autant le critère primordial qu'avant ) mais qui a du sens et surtout s'épanouir dans leur vie personnelle. Je dirais que si on ne trouve pas sa voie à l'école, on peut bien plus tard se révéler grâce à l'école de la vie et se retrouver à une place où on ne s'y attendait pas, tout comme on peut trouver sa voie à l'école puis en changer plus tard au bout d'un certain temps en une fois entreprise.

- Je sais pour commencer que je ne voulais pas devenir prof car j'avais pas la fibre enseignante (je pense) pour ce travail et comme je m'ennuyais déjà en classe en tant qu'élève comme si j'étais en prison, je me demandais comment les profs eux-mêmes faisaient pour rester à l'école ( = étudier comme moi d'abord en tant qu'élève puis continuer à le faire pour devenir enseignant(e) et se retrouver au milieu d'élèves) et ne pas s'ennuyer à leur tour.

-J'ai connu en terminale un prof principal d'histoire-géo qui m'a un peu dégoûté des études (on se souvient généralement plus ou moins d'un(e) prof qui a eu une influence positive sur notre vie mais le concernant, c'était pas le cas), j'envisageais même à l'époque de ne pas passer mon bac que j'ai eu contre toute attente :joy: . Je ne me rappelle plus ce qu'il a dit à l'époque mais je pense que ce prof n'aurait pas parié sur ma réussite au bac. Si je n'avais pas galéré pour me rendre sur le lieu des résultats parmi les derniers élèves, j'aurais pu voir l'expression de son visage en lui annonçant qu'il s'est trompé.

- Ensuite, il y a quand même une sorte de décalage entre ce qu'on apprend en cours (les matières, la méthodologie, certains cursus et les supposés débouchés...) ou bien entre ce qu'on souhaite faire ( notre perception d'un métier et encore, si on a déjà une idée du/es métier(s) envisagé(s)) et le monde professionnel. Parfois de nouveaux métiers apparaissent aussi comme celui de community manager qui n'aurait pas existé sans les réseaux sociaux.

- Et enfin, quand je constate toutefois les difficultés du corps enseignant comme des classes surchargées, des agressions ou des menaces de la part d'élèves notamment des coups des gifles ou une prof braquée par élève tenant un pistolet factice et filmée pour se retrouver sur FB ou parfois de parents d'élèves et l'absence de soutien de leur hiérarchie, (d'où le hastag #PasDeVague pour dénoncer ces abus), j'ai clairement l'impression qu'il y aura une crise de vocations dans l'enseignement. J'aurais perdu l'envie de faire ce métier si j'étais prof.

La vie a son lot de surprises et d'ironie finalement. Grâce à des passe-temps au lycée (apprendre les rudiments d'une langue sur le net en cachette, fréquenter des forums de discussion) j'ai été amené à faire du bénévolat en quelques sorte dans ce qui peut s'apparenter de loin à "prof assistant" en ligne et modo pour donner un coup de main à quelqu'un qui donnait des cours de grammaire à des passionnés, à reprendre des cours plus tard pour étudier une autre langue, et en prenant une spécialité axée web en 2ème année pour finir mon cursus universitaire, j'ai ensuite été maené à me former ensuite en solo et à mon rythme dans les bases du web sur internet pour finalement obtenir un job qui me correspond à peu près (un peu mieux payé qu'en bossant au supermarché mais pas encore suffisant non plus pour avoir un appart dans la région )et pour lequel on accepte les profils débutants ou atypiques. Si j'avais su au lycée que tout ce cheminement m'aurait permis d'en arriver là, je ne l'aurais jamais crû (mais ça a pris du temps ). Il y a une dizaine de jours, on a carrément organisé un séminaire....dans mon ancienne fac où j'étais assis au premier rang d'un amphi et je me suis retrouvé debout sur l'estrade devant l'assemblée !!! :joy: Bah en fait c'était beaucoup moins intimidant que dans mes souvenirs d'étudiant mais le fait de ne pas passer des exams dans ce contexte doit y jouer un peu en plus du fait de prendre de l'âge . J'ai revu des profs dont l'un d'eux avec qui on a collaboré qui m'a tout de suite reconnu.
katy81 a écrit :l'ambition ne veut pas dire s'oublier ou se jeter corps et âme dans son travail. On peut suffisamment aimer son job pour vouloir évoluer un peu.

Par contre je me dis toujours qu'une passion qui devient un job peut vite devenir envahissant, une passion l'est déjà de base alors si en plus on ne fait que ça des ses journées je me demande si c'est du coup encore un réel plaisir. Ou encore est ce qu'il reste du temps pour tout le reste.
Perso j'en doute

Comme Salambo j'ai besoin de vibrer de me sentir utile, que ça bouge, qu'il y est du renouveau de temps à autre, et d'être stimulée au niveau intellectuel. je pense avoir un minimum d'ambition mais pas au point de vouloir un poste à responsabilité. Et c'est un choix de vie, la vie au foyer non merci j'ai besoin de relation professionnelle quand d'autre sont bien chez eux.

Tu as des métiers où la diversité des "tâches" où le quotidien n'est jamais le même qu'ils n'ont pas besoin d'avoir de l'ambition je pense à des soignants ou qui s'occupent d'animaux par exemple.
Un poste de travail qui entraînent des relations humaines est peut être plus diversifié qu'une personne qui travaille à la chaîne. Par contre l'un peut vouloir devenir chef d'équipe dans son usine quand l'autre aura des interactions tellement diverses et variées qu'elle ne souhaitera pas forcément évoluer.

Je pense qu'à partir du moment où on aime son métier (ce qui n'est pas rien à notre époque) c'est déjà énorme. Quand j'ai rencontré mon conjoint il allait se retrouver au chômage (licenciement éco), avec son poste je n'avais aucun doute qu'il retrouverai, il en a profité pour se rapprocher géographiquement de moi, par contre je lui disais régulièrement qu'il fallait qu'il aime l'endroit, l'équipe, et les projets de l'entreprise, etc.. pour se sentir bien. Il a refusé un job parce qu'on lui demandait trop d'investissement personnel et ça ne m'a pas choqué plus que ça. Faut quand même se sentir bien dans ses baskets et être épanoui dans ce qu'on fait vu qu'en moyenne on y passe 8 / jours.

L'ambition est une question de caractère de personnalité.
On peut devenir ambitieux pour l'appât du gain .... mais je doute que ce soit très épanouissant.

Je dirai qu'on pourrai d'avantage dire carriériste plus que ambitieux, il faut être ambitieux pour être carriériste (?!)
chacun ses priorités dans la vie.
Et voir des gens en dehors du travail (pas forcément des relations sentimentales), ça te va Katy ? :wink:


On dirait que l'ambition recherchée chez autrui (là je parle des relations sentimentales et SDR notamment) est un euphémisme pour parler du statut social. En gros comme si pour avoir tes chances de connaître quelqu'un tu devais être médecin, avocat, architecte, artiste, ingénieur ou cadre (dans le privé ça doit être un plus) et qu'en dehors de ces jobs tu avais un peu "loupé ta vie". Mais dans le fond je sais qu'on peut être ambitieux en dehors de ces métiers et /ou dans différentes circonstances comme l'associatif, la vie familiale ou privée, les loisirs et projets (voyager...j'en rêve de plus en plus désormais :smiley: , apprendre des langues étrangères, faire de la musique, découvrir des activités sportives ou culturelles, se former...). Avoir une vie riche en dehors du boulot est tout aussi important (si ce n'est plus ) je trouve.
Ou alors on n'a pas la même définition de l'ambition.

Si je bosse plus ou moins selon les activités 40 h par semaine (37 h normalement mais il y a parfois des imprévus), sans compter les 2-3 heures de RER allers et retours , à un job d'exécutant où je suis souvent en collaboration avec les collègues, que je m'autorise quelques séances de sport quand j'ai le temps et la place pour m'entraîner, et des sorties plutôt simples le week-end (pas vraiment en boîte cela dit) et ou pour découvrir certaines activités, ça compte comme de l'ambition non ? :sweat_smile:
Plus sérieusement, j'ai eu mon entretien annuel il y a peu (même si ma première année dans la boîte aura lieu dans quelques semaines) mais pour le moment je ne me vois pas tout de suite évoluer car il me reste encore quelques tâches à apprendre et un lot de stress que ça engendre pour certaines d'en elles malgré les encouragements et les retours positifs de ma manager sur mon niveau d'expertise actuel (1 an ça passe si vite !! ) et aussi sur mon comportement. J'aurai un bilan l'année prochaine pour les 2 ans d'ancienneté si tout vas bien après ...je ne sais pas quoi dire d'ici là :scream:
Je réalise aussi que certaines tâches sont variées dans mon job (bien que que récurrentes pour certaines comme je fais de l'assistance avec différents interlocuteurs) mais je réalise curieusement que j'aime beaucoup participer à certains événements qu'on organise périodiquement à côté qui nous font sortir du bureau pour nous déplacer et voir du monde (les salons, conférences, séminaires, afterworks...) alors que je ne suis pas le mec hyper-extraverti et sociable de base. On dirait une révélation tellement ça change du quotidien ces événements qui n'arrivent pas toutes les semaines (à la fin de la journée j'ai besoin de récupérer) et que je me prends au jeu à chaque fois.

Allez, on va dire que mon ambition est de est trouver l'équilibre vie pro/vie perso !! :stuck_out_tongue_closed_eyes:
Je ne veux pas vraiment être obligé de privilégier l'une au détriment de l'autre.
Amaz aime ça