Vous avez des questions à poser concernant votre prochaine rencontre ? C'est par ici que ça se passe !
par godfreyho
ans
#223904
voilà, je lis différents posts dont celui d'Azrael par exemple, j'ai observé autour de moi et j'ai l'impression que l'expérience, la recherche de l'amour ne mènent finalement qu'à la souffrance:

Par exemple:
Quand ce n'est pas réciproque.
Quand il y a séparation: à quoi subir toutes ces épreuves si dures pour ce résultat et repartir sur un cycle de recherche de partenaire qui va à nouveau amener de la souffrance, des épreuves...

Et puis finalement ce n'est pas un fin en soi, pourquoi est-ce si important, pourquoi serait-ce vital?

Je me dit qu'il vaut peut-être mieux rester seul et profiter de la vie avec sa famille, ses amis, ses animaux :smile: , vivre ses passions, se faire plaisir quoi.

Mais éviter ce machin qui pue où tout est basé sur le superficiel et n'amène que du malheur pour un soi-disant bonheur de toutes façons plus qu'éphémère.

Un ami et mon psy me disent que je me trompe mais je ne voit rien qui trouve grâce à mes yeux la dedans, j'aimerais bien mais je n'y arrive pas, si vous avez des arguments en faveur (ou pas j'ai peut-être raison, on ne sais jamais :laughing: ) je suis preneur, merci!

Vous devez vous dire qu'à mon age ce n'est pas normal de se poser ces questions mais j'avoue que ça n'avait jamais été un sujet de préoccupation auparavant. Sur certains point je reconnais être très en retard et être resté comme quand j'étais enfant.
Avatar de l’utilisateur
par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#223905
godfreyho a écrit :Je me dit qu'il vaut peut-être mieux rester seul et profiter de la vie avec sa famille, ses amis, ses animaux :smile: , vivre ses passions, se faire plaisir quoi.
Je ne te le souhaite pas mais tu peux te séparer de ta famille, de tes amis pour n'importe quel motif. Au final, pour moi, ça revient au même : je ne crois pas non plus en l'amour éternel (qui sous-entend que l'on ne s'investit plus une fois la chose acquise) mais l'harmonie est quelque chose qui s'entretient et qui s'enrichit. Tant qu'elle est entretenue entre ta copine, tes parents... ça continue jusqu'au jour où ça ne fonctionne plus, pour de multiples raisons (rupture, mort).

Ainsi va la vie.
par Tyrus
Homme de 32 ans non vierge
#223906
Je ne pense pas que ce soit à nous de te convaincre sur ce qui est bon pour toi.

C'est à toi de trouver un équilibre et de voir ce qui te fait aimer la vie finalement.

J'ai longtemps cru que je pourrais vivre sans amour que ça viendrait quand ça voudra bien venir. Aujourd'hui je souffre de cette solitude quand bien même j'ai encore ma famille avec moi.

Mon psy m'avait dit que l'être humain n'est pas fait pour vivre seul, qu'il a besoin d'être entouré mais il ne parlait pas forcément de l'amour d'un couple je pense.
Dernière modification par Tyrus le 25 août 2019, 21:19, modifié 1 fois.
par godfreyho
ans
#223907
Ben ma famille (parents et frères) je crois en eux, mes amis aussi, de plus mes amis je les ai choisi et je n'ai pas eu à me battre pour me lier d'amitié avec eux, ils m'acceptent pour ce que je suis sans artifice foireux séduction à la manque (oui je radote mais je ne comprends rien à la séduction et je trouve même que c'est mal) et l'amour est indissociable de la séduction donc du mal (selon mon point de vue bien sûr).
Quand tu dis que ça ne fonctionne plus pour différentes raisons comme une rupture, la mort, etc c'est donc que ce sentiment est donc superficiel et n'a aucune force donc en cas de coup dur on ne peut pas compter sur l'être "aimé", bref ça me conforte dans ma position. Tout ça n'est qu'une immense mascarade , il n'y a rien de vrai.
Avatar de l’utilisateur
par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#223908
Mon oncle m’a trahi au moment où j’avais le plus besoin d’aide... pourtant on est du même sang et je l’ai banni de ma vie. Ça ne veut rien dire pour moi même si j’ai de bonnes relations avec ma mère, mon frère et mon défunt père mais je me dis toujours qu’une co*ille, et tout peut s’écrouler.

Je ne pense pas que ce soit superficiel car certaines relations durent et traversent les étapes de la vie alors que d’autres pas... que ce soient la famille, les amis. Ceux et celles qui restent ont un truc en plus envers ta personne et malgré les regrets et les peines, les autres on s’en fout.
Avatar de l’utilisateur
par Azrael
Homme de 34 ans non vierge
#223909
godfreyho a écrit : 25 août 2019, 21:19 voilà, je lis différents posts dont celui d'Azrael par exemple, j'ai observé autour de moi et j'ai l'impression que l'expérience, la recherche de l'amour ne mènent finalement qu'à la souffrance:
Mes recherches ne mènent pas qu'à la "souffrance" (enfin je ne recherche pas vraiment depuis des années, en fait), moi seul peux dire si je souffre beaucoup et si je regrette qu'il soit possible de souffrir : non, je m'en fous un peu. Je ne comprends pas pourquoi les gens semblent avoir si peur de souffrir modérément de tout et n'importe quoi, l'essentiel pour moi étant juste d'avoir le moins de cicatrices douloureuses possibles demain. Quand on va à la salle de sport, on souffre aussi et on n'en fait pas tout un plat.

C'est un peu comme faire un trajet, parfois très long : oui ce n'est pas cool, mais une fois que t'es arrivé tu es souvent content de l'avoir fait.

godfreyho a écrit : 25 août 2019, 21:19 Quand tu dis que ça ne fonctionne plus pour différentes raisons comme une rupture, la mort, etc c'est donc que ce sentiment est donc superficiel et n'a aucune force donc en cas de coup dur on ne peut pas compter sur l'être "aimé", bref ça me conforte dans ma position. Tout ça n'est qu'une immense mascarade , il n'y a rien de vrai.
Mais ça ça peut être vrai pour n'importe quelle relation. A ce moment-là il n'y a rien de vrai, et on n'a plus qu'à s'enfermer tout seul chez soi parce que tout est une immense mascarade.


Pour beaucoup de gens, c'est difficile de savoir si ça vaut le coup : ça dépend sur qui tu tomberas (entre guillemets car tu choisis quand même), ce qui va se passer, comment ça va se passer ; on essaye quand même parce qu'il y a des chances que ça vaille le coup, et parce que la solitude est une souffrance de toute façon. Peut-être que ce n'est pas fait pour toi, que pour toi oui cela ne vaudrait pas le coup, mais en effet ce n'est pas nous qui pouvons te le dire.
Avatar de l’utilisateur
par Genisa
Femme de 28 ans non vierge
#223910
godfreyho a écrit :Mais éviter ce machin qui pue où tout est basé sur le superficiel et n'amène que du malheur pour un soi-disant bonheur de toutes façons plus qu'éphémère.
Pourquoi une vision aussi négative ? Une relation amoureuse n'est pas nécessairement superficielle et éphémère. C'est comme toutes les relations, ça fonctionne ou pas.

Sinon comme Tyrus, certaines personnes sont très bien célibataires. Si c'est quelque chose qui ne te manque pas, tant mieux pour toi finalement. La VT n'est un problème que si on en souffre, il n'y a pas d'obligation à se mettre en couple.
SnapBack, YX00, Blue284 aime ça
par katy81
ans
#223911
et bien tu n'as pas spécialement besoin d'un conjoint ou une conjointe pour te pourrir la vie. Tu peux le faire seul ou en étant mal entouré par tes proches, des personnes toxiques, des gens malveillants etc...

ta conjointe (conjoint) tu es censé la "choisir" et le risque de souffrance existe, on fait avec enfin on vit avec. J'ai vécu une rupture plus ou moins douloureuse on va dire que ce n'était pas agréable pendant un certain temps. Mais à partir du moment où tu choisis ce mode de vie (couple) tu as un "risque" de souffrance. Tu n'y pense pas H24 ce ne serait pas viable mentalement.
Pour certaine personne c'est autant voire plus douloureux qu'un deuil, mais à mon sens pas du tout.

Après on ne se dit pas qu'on se met en couple pour souffrir ça n'a pas de sens, au contraire on cherche à être heureux, partager des moments de joie, grandir en couple, etc.. on peut être amené à souffrir en couple mais pour d'autres raisons que la séparation malheureusement. ça ne veut pas dire que ça va rompre par la suite.
godfreyho a écrit :Quand tu dis que ça ne fonctionne plus pour différentes raisons comme une rupture, la mort, etc c'est donc que ce sentiment est donc superficiel et n'a aucune force donc en cas de coup dur on ne peut pas compter sur l'être "aimé"
on peut continuer à aimer une personne décédée ou gravement malade j'en ai des multiples exemples autour de moi.

et c'est loin d'être superficiel, un moment où un autre on voit bien l'autre entièrement et c'est ça l'amour on accepte l'autre avec ses défauts et ses qualités. Et à mon sens il y a des fluctuations de sentiment et de ressenti durant toute la vie d'un couple. On peut aimer longtemps très longtemps avec les hauts et les bas que la vie comportes.

il y a des personnes qui ne vivent pas toutes leurs vie avec la même personne, ça ne veut pas dire qu'ils passent leur temps à aimer puis souffrir, ni qu'ils aiment souffrir.
et puis il y a différente façon de vivre en couple actuellement contrairement à nos aïeux qui avaient quand même des obligations (mariage et fonder un foyer)
SnapBack, YX00, Blue284 aime ça
par godfreyho
ans
#223914
Alors pour ce qui est de la souffrance je connais, je connais même très bien, simplement je n'ai plus envie de ça justement, en observant des collègues, des amis, ma famille, je vois que c'est tout le temps éphémère et donc que l'on ne peut pas compter sur l'être soi-disant aimé.
Azrael la souffrance physique que l'on ressent au sport c'est de la gnognote, ça ne me dérange pas, on va dire que c'est une sorte de plaisir masochiste.
Ce que je reproche c'est la fausseté qu'il y a derrière tout ça, ce n'est qu'un prétexte pour justifier une attirance physique/sexuelle, une fois assouvie on passe à autre chose, c'est très dans l'air du temps: la société de consommation.
Il doit bien y avoir des exceptions mais elles doivent être extrêmement rares et le seront de plus en plus.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 40