Vous avez des questions à poser concernant votre prochaine rencontre ? C'est par ici que ça se passe !
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 29 ans vierge
#228711
Tout à fait d'accord, il y a une grande différence entre être véritablement désagréable et faire souffrir les gens, je vous le garantit que la personne finit par être isolée au bout du compte et ceux qui sont un peu libertaires dans l'âme, qui sont effectivement un brin irrévérencieux, mais si tu montres les dents, ils la ferment! parce qu'ils connaissent leur propre limite et il ne franchise pas la ligne jaune, ils taquineront, il testeront peut-être un peu les gens, mais sans non plus franchir l'étape de la méchanceté et c'est en ça je pense que les bad boys et bad girl plaisent, ils semblent si libre de donner leur opinion à la face de tous que cela finit par les rentrent attirant.

Alors que dans le second cas, en séduction, je suppose que si la personne se dévoile trop rapidement au bout du compte il n'y a plus rien à découvrir et ça devient chiant. Le côté mystérieux, ça attise justement la curiosité :)

Et je suppose que l'aspect irrévérencieux ça nous donne le message suivant, ça donne l'impression que la personne à du caractère, qu'elle ne se fait pas bouffer par les autres Je suppose que ce doit être attirant ce petit côté ''sur de lui'' chez une femme ou un homme.
MathSo aime ça
par Kyrie
Homme de 33 ans vierge
#228714
Un point qui m'a toujours interrogé dans le côté "bad boy" c'est qu'est ce que les gens entendent vraiment par là parce que des gens ouvertement méchants ou qui se comportent mal j'en rencontre assez peu.

Après, le côté je m'en fiche de certaines personnes peut venir du fait qu'elles vivent dans l'abondance et savent qu'elles sont désirées naturellement donc elles font leur bonhomme de chemin sans forcément avoir à s'interroger sur leur valeur. A mon sens, cela n'en fait pas des "bad boys" au sens de personnes mauvaises ou cherchant à faire du mal.

Dans mes amis, notamment mes amis proches, j'ai quelques potes qui sont très beaux, très masculins, l'un d'eux est un peu type Chris Hemsworth. Avant d'être avec sa copine, il avait son portable qui était blindé de numéro de filles qu'il appelait quand bon lui chantait. Pour autant ce n'est pas un bad boy, je l'ai toujours vu respectueux, jamais il ne frappera une femme, il est hyper sympa, très humble (alors que pour le coup il pourrait se la raconter vu son parcours de vie).

Je n'ai qu'une seule pote, pas un ami proche en gros, qui est un peu un "conn..." parce que lui il lui arrive assez régulièrement de tromper ses copines et s'en vante un peu mais pour le coup, dans le cercle dans lequel j'évolue, ça appelle plus l'indifférence ou le sentiment que le mec cherche à prouver un truc que l'admiration.

Enfin bref, il doit peut être y avoir des gens qui sont méchants mais parmi les gens beaux et chez les mecs les types qui sont beaux et masculins je ne pense pas que ce soit nécessairement la norme. Tout comme chez les filles que je connais et que je compte parmi mes amis et connaissances, il n'y a pas vraiment de "conn..." qui jouent sur leur plastique bien que certaines soient très belles. Après, j'ai parfois croisé des filles comme ça en soirée ou des mecs un peu craneurs mais bon ce n'est pas systématique du moins à mon sens.
Amaz aime ça
Avatar de l’utilisateur
par MathSo
Homme de 25 ans vierge
#228717
Oui, c'est exactement ça. Le respect rentre beaucoup en ligne de compte. D'ailleurs, le bad boy/bad girl fera toujours tout dans la limite du respect . Il pourra faire des taquineries, charrier la personne qu'il a en face. Mais jamais, il ne l'insultera ou la dénigrera.

Après, si le bad boy/bad girl respecte les autres, il fait aussi en sorte qu'on ait du respect pour lui même. Par exemple, il se laissera pas marcher sur les pieds lorsque quelqu'un s'en prendra à lui/elle. Et si la personne qui l'intéresse en face de lui se comporte comme une princesse/un prince, il lui mettra le holà et le/la fera redescendre sur terre.

Le respect est quelque chose au final de très important.
Amaz aime ça
par Blup
Homme de 33 ans vierge
#228728
Et là on peut tomber aussi pour les femmes dans le piège de "l'infirmière" : on est élevées dans l'idée qu'on doit s'occuper des autres, donc on a envie de "sauver" ces mecs-là. On n'y arrive évidemment jamais (les gens se sauvent tout seuls, pas grâce aux autres), mais c'est assez fréquent que l'amour pour un "bad boy" passe aussi par l'envie de l'aider à surmonter ses traumatismes.
J'ai entendu pratiquement le même discours de deux amies différentes. La première est une amie dont la fille (de mon âge environ) est sortie plusieurs fois et sur plusieurs années avec un alcoolique violent et franchement inintéressant (aucun sujet de conversation, cherche des noises à tout le monde, antécédents de violences conjugales etc...), en gros c'est le gars qui fonce au bar dès qu'il a fini le boulot et qui y reste jusqu'à tomber ou se faire virer à cause de ses embrouilles.

Le second cas concerne la sœur d'une copine. Elle s'était mise en ménage avec un gars qui avait aussi de sérieux soucis d'alcool (au point de traiter de "imbéciles" ses beaux-parents à l'anniversaire de sa copine parce qu'ils refusaient qu'il roule son joint devant toute la famille) mais qui contrairement au premier avait quand même un peu conscience de son comportement et essayait de rattraper le coup ensuite (il n'y avait pas de violences physiques, mais une certaine agressivité verbale) ça marchait la plupart du temps et puis il y a eu la fois de trop où il lui a versé une assiette de spaghettis sur la tête devant des amis qu'ils recevaient, sois-disant "mal cuites".

Et dans les deux cas la même explication de la part des proches : "elle voulait le sauver."
Avatar de l’utilisateur
par Azrael
Homme de 34 ans non vierge
#228741
MathSo a écrit : 16 déc. 2019, 22:36 Oui, c'est exactement ça. Le respect rentre beaucoup en ligne de compte. D'ailleurs, le bad boy/bad girl fera toujours tout dans la limite du respect . Il pourra faire des taquineries, charrier la personne qu'il a en face. Mais jamais, il ne l'insultera ou la dénigrera.
Non, en général un bad boy (bad girl) sera irrespectueux d'une manière ou d'une autre (peut-être moins au début), et il y a des gens qui ne finissent pas isolés, notamment parce qu'ils cachent leur jeu, manipulent ou ne sont pas méchants avec tout le monde 24h/24, alors qu'ils mériteraient largement qu'on les laisse seuls. Et d'ailleurs on en voit des tas, de gens passablement mauvais qui très entourés, font rire la compagnie grotesque en se moquant de l'innocent X, preuve qu'on peut être mauvais ou irrespectueux jusqu'à un certain point et nullement isolé.
Bad Boy est une expression anglaise qui signifie « mauvais garçon ».

Pour l'anthropologue Mélanie Gourarier, l’usage du concept de « bad boy » permet de taire des pratiques de violence en ne disant pas « l’homme violent », « l’homme qui a tapé des hommes ou des femmes ».
Ca ne veut pas dire que tout "bad boy" tape sur les autres, mais le "mauvais" (souvent euphémisme) n'est pas là pour rien.


Florent a écrit : 15 déc. 2019, 07:08 Mais toutes ces bad girls dont je suis tombé amoureux ont un point commun (hormis leur physique de rêve qui fait aussi beaucoup, j'avoue) : elles sont totalement paumées et ont un lourd passé. C'est aussi un peu mon cas, du coup même si j'ai jamais parlé de mon passé IRL à qui que ce soit, j'ai l'impression qu'on est fait du même bois, que si un jour j'osais leur en parler, elles comprendraient.
Je m'interrogerais quand même : ne vas-tu tomber amoureux que des paumées au lourd passé, alors que ce "elles comprendraient" a de grandes chances de tenir du fantasme?

Enfin, si on parle de syndrome du sauveur, il faut savoir que c'est un trouble psychologique, ni plus ni moins, souvent les concernés ne savent se sentir aimés qu'en prenant soin des autres (alors que comme dit plus haut, les gens se sauvent eux-mêmes la plupart du temps). Le "on a vécu la m*rde tous les deux" me semble une explication un peu rapide.

https://psychotherapie.ooreka.fr/astuce ... du-sauveur
Avatar de l’utilisateur
par Lux
Femme de 33 ans non vierge
#228749
godfreyho a écrit : 16 déc. 2019, 19:26
Lux a écrit :Ah bah y'a clairement un truc un peu toxique dans notre culture, qui fait que les hommes ou femmes qui se comportent mal sont vachement idéalisés...
La c0nnerie? :stuck_out_tongue:
Non : c'est simplement aussi une culture sexiste (désolée d'en revenir à ça), où la violence, l'agressivité chez un homme est valorisée. Donc la violence envers les femmes aussi, d'une certaine manière. On nous a serinés que Marie Trintignant était "morte d'amour" — alors qu'elle a été battue à mort par son mec.
Je vous laisse juger si ça, c'est "mourir d'amour".


Azrael a écrit : 17 déc. 2019, 17:27 Enfin, si on parle de syndrome du sauveur, il faut savoir que c'est un trouble psychologique, ni plus ni moins, souvent les concernés ne savent se sentir aimés qu'en prenant soin des autres (alors que comme dit plus haut, les gens se sauvent eux-mêmes la plupart du temps). Le "on a vécu la m*rde tous les deux" me semble une explication un peu rapide.

https://psychotherapie.ooreka.fr/astuce ... du-sauveur
Bof. L'explication psychologique (qui fait un peu psycho de comptoir) semble ignorer que c'est un trait qu'on cultive chez les petites filles.
Il y a probablement quelques cas pathologiques, hommes comme femmes, qui cherchent absolument à sauver leurs conjoints ; mais globalement, les femmes sont élevées à prendre soin des autres (il y a beaucoup de femmes infirmières, assistantes sociales, etc). Il n'est pas complètement stupide qu'en grandissant, elles s'attachent à des hommes en s'imaginant qu'en prenant soin d'eux, elles vont réussir à les aider.
J'en parle d'autant mieux que ça m'est arrivé : je n'ai pourtant pas le syndrome du sauveur, cela ne m'est arrivé qu'une fois. Mais quand j'ai rencontré ce garçon un peu cassé j'ai pensé que si j'étais suffisamment douce et bonne avec lui, il irait mieux. Pas parce que j'ai une pathologie mais parce que j'ai grandi dans cette idée.
par godfreyho
ans
#228751
Lux a écrit :Non : c'est simplement aussi une culture sexiste (désolée d'en revenir à ça), où la violence, l'agressivité chez un homme est valorisée. Donc la violence envers les femmes aussi, d'une certaine manière. On nous a serinés que Marie Trintignant était "morte d'amour" — alors qu'elle a été battue à mort par son mec.
Je vous laisse juger si ça, c'est "mourir d'amour".
Ah mais je suis tout à fait d'accord, je faisais juste une plaisanterie débile comme toujours.
Avatar de l’utilisateur
par Azrael
Homme de 34 ans non vierge
#228756
Lux a écrit : 17 déc. 2019, 19:44 Bof. L'explication psychologique (qui fait un peu psycho de comptoir) semble ignorer que c'est un trait qu'on cultive chez les petites filles.
Il y a probablement quelques cas pathologiques, hommes comme femmes, qui cherchent absolument à sauver leurs conjoints ; mais globalement, les femmes sont élevées à prendre soin des autres (il y a beaucoup de femmes infirmières, assistantes sociales, etc). Il n'est pas complètement stupide qu'en grandissant, elles s'attachent à des hommes en s'imaginant qu'en prenant soin d'eux, elles vont réussir à les aider.
Je ne sais pas ce que tu entends par psycho de comptoir (pour moi ce qui est décrit existe, et tout le monde ne connaît pas si bien la chose ; il est probable que le seul "on élève les filles comme ceci" suffise rarement à conduire vers ces cas extrêmes).


Quand je lis que Florent semble beaucoup aider jusqu'au boulot, prêtait de l'argent sans en avoir, qu'il a l'habitude de tomber amoureux de filles paumées au passé délicat (qui sont à vrai dire une minorité), je me dis en effet qu'il y a un souci, et qu'il ferait mieux pour son bien d'y réfléchir (en général, tant que les gens ont de gros problèmes ils ne sont pas très disponibles, ou ne permettent pas une relation saine, que faut-il espérer de ces filles?).


Après un certain âge (oui moi aussi ado, j'ai pu avoir des fantasmes de "sauveur"), se dire qu'on pourra changer monsieur qui fait le gros c*n, et qu'on pourra le sauver, alors qu'il est évident que non (sauf dans l'univers de ces fictions absurdes). Et bien souvent, échouer pour réessayer avec d'autres mecs, pour moi ça finit bien par relever de la psychologie, et le fait me semble quand même trop répandu pour parler de "quelques cas".

Dans mon idée, c'est un peu comme dire que l'addiction au porno, bof c'est un peu normal vu qu'on incite davantage les mecs à mater.
Amaz aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Lux
Femme de 33 ans non vierge
#228810
Azrael a écrit : 17 déc. 2019, 21:13 Je ne sais pas ce que tu entends par psycho de comptoir (pour moi ce qui est décrit existe, et tout le monde ne connaît pas si bien la chose ; il est probable que le seul "on élève les filles comme ceci" suffise rarement à conduire vers ces cas extrêmes).
C'est la manière qu'on a de parfois caricaturer certains trucs, comme les pervers narcissiques qui à mon sens n'existent pas, on parle juste de comportements de m*rde ou bien de gens qui ne supportent pas qu'on leur dise on (faut voir les circonvolutions parfois pour ne pas admettre que Machin est juste pas intéressé, en fait).
Azrael a écrit : 17 déc. 2019, 21:13 Quand je lis que Florent semble beaucoup aider jusqu'au boulot, prêtait de l'argent sans en avoir, qu'il a l'habitude de tomber amoureux de filles paumées au passé délicat (qui sont à vrai dire une minorité), je me dis en effet qu'il y a un souci, et qu'il ferait mieux pour son bien d'y réfléchir (en général, tant que les gens ont de gros problèmes ils ne sont pas très disponibles, ou ne permettent pas une relation saine, que faut-il espérer de ces filles?).
J'ai surtout l'impression (mais ça m'embête de parler du cas de Florent comme ça) qu'il s'agit d'une vraie gentillesse à toute épreuve, et d'une reconnaissance de soi-même au travers des autres. Je pense que Florent se retrouve dans les gens paumés et en galère ; il n'a pas nécessairement envie de les sauver mais il a envie de les aider parce qu'il ne l'a pas été lui-même. C'est un peu différent, enfin je trouve.
Azrael a écrit : 17 déc. 2019, 21:13 Après un certain âge (oui moi aussi ado, j'ai pu avoir des fantasmes de "sauveur"), se dire qu'on pourra changer monsieur qui fait le gros c*n, et qu'on pourra le sauver, alors qu'il est évident que non (sauf dans l'univers de ces fictions absurdes). Et bien souvent, échouer pour réessayer avec d'autres mecs, pour moi ça finit bien par relever de la psychologie, et le fait me semble quand même trop répandu pour parler de "quelques cas".
Les gens sont plus subtils que ça, ils n'apparaissent pas spontanément comme des gros c*ns, et comme je l'expliquais plus haut, on n'est pas "bad boy" ou "bad girl" par hasard. Ce sont souvent des gens au vécu difficile, compliqué ; ça donne plutôt envie de les aider quand on est un peu altruiste, oui, surtout des sentiments amoureux s'en mêlent (un "bad boy" n'est pas forcément systématiquement "bad").
Azrael a écrit : 17 déc. 2019, 21:13 Dans mon idée, c'est un peu comme dire que l'addiction au porno, bof c'est un peu normal vu qu'on incite davantage les mecs à mater.
Je ne dis pas que c'est normal ou "bof", je dis que c'est un fait culturel qui fait que les femmes sont éduquées pour prendre soin des autres. Il n'est pas illogique qu'elles essaient de prendre soin des mecs qui les entourent, même si certains parfois se comportent mal.
Avatar de l’utilisateur
par Azrael
Homme de 34 ans non vierge
#228815
Lux a écrit : 18 déc. 2019, 19:43 C'est la manière qu'on a de parfois caricaturer certains trucs, comme les pervers narcissiques qui à mon sens n'existent pas, on parle juste de comportements de m*rde ou bien de gens qui ne supportent pas qu'on leur dise on (faut voir les circonvolutions parfois pour ne pas admettre que Machin est juste pas intéressé, en fait).
Mon ex-beau-frère correspondait bien à la description du pervers narcissique, dire "comportement de m*rde" me semblerait très vague. Même si certains préfèrent parler, d'égoïstes ou de troubles de la personnalité narcissique, ce qui revient à jouer sur les mots, c'est identifier le comportement qui importe.

Lux a écrit : 18 déc. 2019, 19:43 J'ai surtout l'impression (mais ça m'embête de parler du cas de Florent comme ça) qu'il s'agit d'une vraie gentillesse à toute épreuve, et d'une reconnaissance de soi-même au travers des autres. Je pense que Florent se retrouve dans les gens paumés et en galère ; il n'a pas nécessairement envie de les sauver mais il a envie de les aider parce qu'il ne l'a pas été lui-même. C'est un peu différent, enfin je trouve.
Alors désolé de remettre ça, pour moi tomber fréquemment amoureux de personnes paumées et en galère, dans le genre points+50 t'as des problèmes, cela n'est pas sain.

Lux a écrit : 18 déc. 2019, 19:43 Les gens sont plus subtils que ça, ils n'apparaissent pas spontanément comme des gros c*ns, et comme je l'expliquais plus haut, on n'est pas "bad boy" ou "bad girl" par hasard. Ce sont souvent des gens au vécu difficile, compliqué ; ça donne plutôt envie de les aider quand on est un peu altruiste, oui, surtout des sentiments amoureux s'en mêlent (un "bad boy" n'est pas forcément systématiquement "bad").
Si on me demande, si, certains apparaissent spontanément comme des gros c*ns.

"On ne l'est pas par hasard", ce qui revient à leur chercher directement des excuses, je n'adhère pas du tout. J'en ai connus, des gens qui ne semblaient pas avoir de gros problèmes dans la vie (ni pauvreté, ni décès de proche etc etc), des gens qui eux-mêmes affirmaient avoir (eu) une vie relativement cool, se comporter comme des gros c*ns, torturer de pauvres animaux "pour le fun" par exemple, se souciant peu de savoir s'ils les laissaient agonisants ou morts (subtils en effet).

Lux a écrit : 18 déc. 2019, 19:43 Je ne dis pas que c'est normal ou "bof", je dis que c'est un fait culturel qui fait que les femmes sont éduquées pour prendre soin des autres. Il n'est pas illogique qu'elles essaient de prendre soin des mecs qui les entourent, même si certains parfois se comportent mal.
Quand ça vire à l'extrême ce n'est pas juste, "pas illogique" en ce qui me concerne.
  • 1
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8