Vous avez des questions à poser concernant votre prochaine rencontre ? C'est par ici que ça se passe !
par Benoit
Homme de 34 ans vierge
#234607
Bonjour tout le monde.

Je souhaiterais savoir si d'autres hommes (ou des femmes pourquoi pas) ont le même problème que moi : toute ma vie depuis l'âge de 10 ans, je n'ai connu uniquement que ce qu'on appelle des «fixettes amoureuses». C'est-à-dire qu'à chaque fois que j'ai été attiré par une fille dans ma vie, et quand bien même cette attirance n'était jamais réciproque, je n'ai jamais réussi de ma vie à renoncer à la fille qui m'attirait en me disant «Elle n'est pas pour toi. Cherche-en une autre.»
Lorsqu'une fille me plait, il n'y a plus qu'elle qui compte à mes yeux. Je me dis que je ne pourrai jamais trouver mieux et je ne peux jamais me résoudre à renoncer à elle pour en chercher une autre.

J'ai bien trouvé quelques témoignages de gens à qui ce genre de chose est arrivé une fois ou deux, mais pour ma part, et quand bien même je suis conscient du problème, c'est ma vie entière qui est basée sur ce défaut de fonctionnement.

Est-ce que je suis le seul comme ça, à être à ce point déréglé ?

Bien sûr, j'ai déjà évoqué ce problème avec de nombreux psy, mais je n'ai jamais trouvé d'écho, d'aide, ou de réconfort dans ces démarches.

Merci d'avance pour vos réponses.
par downup
Homme de 38 ans non vierge
#234615
Bonjour, non tu n'es pas le seul, ce sujet me parle.

Çà a commencé pour moi aussi vers une dizaine d'années. Je suis tombé fou amoureux d'une fille de ma classe. On est resté dans les mêmes classes durant tout le collège et lycée. Et bien durant tout ce temps je ne lui ai quasiment jamais adressé la parole, ni manifesté mon amour... J'étais très timide, avait un fort blocage par rapport au fait de me dévoiler...

Mais après coup je me rends compte que cette situation me contentait d'une certaine façon. Mon inaction me permettait de vivre avec mon fantasme. Car je pense que ce n'était pas vraiment d'elle dont j'étais amoureux, mais c'était de mon fantasme envers elle, de son image, dont j'étais attaché.

Je pense que c'est relativement courant chez les ados ce genre d'histoire secrète. Par contre en effet, cela a tourné à l'obsession pour moi, et ça je pense que c'est signe d'un dérèglement. Pour aller plus loin : je suis sur que c'est une des raisons de ma VT. Car j'ai reproduis longtemps ce schéma : une personne m’intéressait, je faisais tout pour le cacher, et je me créais un fantasme qui me convenait, et qui donc d'une certaine façon m'interdisait de basculer dans le réel (ce qui aurait détruit ce fantasme).

Si j'ai pu évoluer, c'est en me forçant justement à être plus actif dans le réel. Rien que le fait de rencontrer plus de monde, des femmes, et à envisager sérieusement des choses plus concrètes, faisait que je restais moins fixé sur des choses imaginaires.

Je suis en couple depuis cinq ans, et cette relation m'a permis de me rendre compte à quel point l'amour que je pensais ressentir alors (par exemple pour la fille de ma classe au collège) n'était pas un amour sain, dirigé vers la personne, mais un attachement démesuré à des choses imaginaires.

Je pense sincèrement qu'il ne faut pas minimiser ce mode de fonctionnement. Si on s'enferme dedans cela peut être un vrai handicap (du moins pour trouver des partenaires réels), et, d'une façon plus générale, signe que quelque chose ne va pas. Je regrette de ne pas avoir consulté plus tôt, comme tu as pu le faire.
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#234625
Plutôt que de parler de normal ou d'anormal, mieux vaut parler de sain et de malsain. Ou encore, de ce qui fait du bien et de ce qui fait du mal sur le long terme.

Ajouté 3 minutes 51 secondes après :
Moi-même, je fantasme régulièrement sur une relation, mais sans perdre de vue que cette femme dont je rêve (qui n'a même pas de visage propre, bizarrement) n'est pas réelle, et que les situations imaginées avec elle n'ont rien à voir avec ce qui se passe dans une vraie relation. J'imagine même mes enfants, vous imaginez... :sweat_smile:
Amaz aime ça
par Benoit
Homme de 34 ans vierge
#234639
Je comprends ce que vous dites downup et Zenon.
Moi aussi il m'est arrivé étant ado de fantasmer sur une fille sans oser rien tenter, mais cela dit ce n'est pas ce qui m'est arrivé le plus.

En fait, ça ne m'est arrivé qu'une fois. C'était une fille «populaire», moi je ne l'étais pas, on n'avait jamais sympathisé plus que ça tous les deux... Bref, je savais pertinemment au fond de moi que je n'avais absolument aucune chance. Sans compter que de précédents rateaux m'avaient déjà laissé de belles cicatrices au coeur, donc j'avais moyennement envie de remettre ça à ce moment.
Mais mine de rien, cette «admiration» a duré 2 ans. Deux ans où je me fatiguaits à guetter en permanence des signes d'intérêt de sa part. Et puis un beau jour, alors que je me promenais tout seul (j'avais 15 ans), j'ai eu une sorte de révélation en me disant «mais en fait ça me gonfle d'être amoureux.» Et du jour au lendemain, pouf : plus d'intérêt pour elle (ni pour qui que se soit d'autre).

Nan le type d'obsession qui m'est arrivé à moult reprise, c'est plutôt la situation suivante.
Toutes les autres fois où j'ai été amoureux, j'ai bel et bien été entreprenant ! Peut-être maladroitement lorsque j'étais plus jeune certes, mais mine de rien j'ai toujours trouvé le courage d'avouer mes sentiments ! Les filles étaient d'ailleurs touchées de la démarche en général, mais à chaque fois, je me suis heurté au fameux «désolé, j'ai déjà un copain».
Et c'est là que la souffrance commence, car même en m'entendant dire ça, mon coeur reste toujours accro et impossible pour moi de passer à autre chose !

Vis-à-vis des deux dernières filles dont j'ai été amoureux notamment, j'avais comme problème que, quand bien même mes avances avaient déjà été rejetées, j'adorais passer du temps avec elles ! Je me sentais sur la même longueur d'onde et je les aimais pour ça. Mais après-coup, c'était toujours souffrance et frustration à gogo, et l'espoir (vain) qu'elle change un jour d'avis... Pendant des années et des années...
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#234644
Zenon a écrit :Pour une relation sérieuse, j'imagine qu'il faut du temps, avoir déjà noué des liens, une complicité.
Ça peut se faire comme ça, ça peut aussi être très rapide après avoir donné son numéro à une inconnue qui nous plaisait, dès que l'opportunité s'est présentée.

Il n'y a pas que les rôles classiques des hommes et des femmes à remettre en question, il y a aussi les notions de trop tôt, trop vite ou trop lentement.

On peut se mettre en couple en deux semaines, c'est du vécu.
par Benoit
Homme de 34 ans vierge
#234645
Merci Zenon ! Votre message me fait beaucoup de bien !

Cela fait tellement d'années maintenant que je me sens en décalage et que les gens autour de moi me disent «mais c'est fou que tu t'accroches à elle à ce point alors qu'il n'y a rien eu entre vous»

Vraiment merci !
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#234674
C'est ce genre d'argumentation qui donne peur à beaucoup d'hommes de tenter quoi que ce soit. Les seuls qui continuent sont ceux qui n'en ont rien à faire à la base, autrement dit les lourdingues.

Devoir être celui qui demande, c'est pas facile non plus. Surtout quand les refus sont nombreux. Mais on est quasiment obligés si on veut trouver quelqu'un. Si en plus on nous dit qu'on met les femmes mal à l'aise en les approchant...

C'est un débat qui existe depuis longtemps et qui tourne en rond. Au bout d'un moment, il faut bien que quelqu'un fasse quelque chose. Ou alors, on laisse les hommes d'un côté, les femmes de l'autre, et personne ne généra ni ne repoussera personne. C'est la seule solution logique à ce dilemme.

Ajouté 9 minutes 31 secondes après :
Bon, je dramatise un peu parce que c'est un sujet qui me tient à cœur. C'est quand même dommage qu'on ait une partie de la population qui se fait aborder trop souvent et l'autre partie pas assez. Mais à mon avis, pour le coup, cette situation ne pourra changer que grâce aux femmes (hétérosexuelles, j'entends ; la situation est différente pour les autres orientations). Si elles deviennent plus actives en moyenne, les hommes auront moins besoin de les déranger pour espérer que leur situation amoureuse évolue. C'est mécanique.

Pour revenir à l'obsession, j'ai été obsédé par la première femme dont je suis tombé "amoureux". C'était plutôt un proto-amour, et je m'y accrochais trop fort. C'était désagréable, avec le recul. Avec le temps (et à force de déceptions), on apprend à laisser partir les sentiments non réciproques. Il faut bien, pour ne pas devenir cinglé.
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#234676
Après, le rejet fait aussi mal qu'il y ait une raison ou pas. Quand on se fait rejeter encore et encore, c'est très dur de ne pas se sentir jugé personnellement. On finit par se demander ce que les copains que les femmes ont déjà ont de plus que nous. Je sais que c'est débile comme réflexion, mais c'est ce qui peut se passer dans la tête des hommes.

Ajouté 1 heure 24 minutes 41 secondes après :
Désolé pour la réponse tardive, j'arrivais à la fin de ma pause.

Ce que j'appelle "proto-amour", c'était des sentiments immatures, "informes". Je voyais une belle femme (belle pour moi), et c'était la première fois que je ressentais vaguement quelque chose. Mais ça n'avait rien à voir avec ce que j'ai vécu ensuite avec ma première copine.
par Benoit
Homme de 34 ans vierge
#234725
Je n'ai jamais été amer envers une femme ou une fille qui a rejeté mes avances, d'autant que je savais (ou alors j'ai su après) qu'elles ne me mentaient pas quand elles me disaient qu'elles étaient déjà prises.

Je ne suis amer qu'envers la vie elle-même qui, en 24 ans, n'a jamais voulu me donner une seule fois ma chance envers une fille que j'aimais ou que j'appréciais.
Et le pire c'est de me dire que j'ai été une gène pour celles que j'aimais...
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#234737
Zenon a écrit :Avez-vous essayé des sites de rencontre ?
:joy: :joy: :joy:

Les sites de rencontres, c'est au moins 5 hommes pour une femme, avec la plupart du temps un modèle économique qui oblige à payer pour être bien référencé et avoir une chance, et des centaines de messages envoyés pour peut-être une réponse, qui vraisemblablement mènera à une conversation qui s'arrêtera à n'importe quel moment sans raison apparente.

Ça a empiré ces dernières années. J'avais trouvé ma première copine sur OkCupid, mais c'était encore possible à l'époque. Aujourd'hui c'est surtout un entraînement pour le rejet.