Référencement des sites Internet sérieux, susceptible de vous aider dans vos démarches.
par Amelie
Femme de 39 ans vierge
#144947
Une vidéo intéressante (en anglais) sur la thérapie imago qui m'a ouvert les yeux sur pas mal de choses.

https://www.youtube.com/watch?v=kYO6uej-FaE

Selon cette théorie, on choisit d'une façon inconsciente des partenaires qui ont les traits de caractère positifs et négatifs (surtout négatifs) de nos parents parce que notre inconscient veut recréer les scènes où on a été blessé dans l'enfance pourqu'on guérisse dans notre vie adulte. Le paradoxe est qu'on choisit pour cela des personnes semblables à nos parents, qui ne peuvent pas combler nos besoins, ou, pour citer l'auteur, the thing you need the most, you're asking it from someone who is the least capable of giving it to you. Mais sa conclusion est quand même positive...
par downup
Homme de 37 ans non vierge
#144954
Le fait que l'on a un réflexe à être enfermé toujours un peu dans les même schémas, à recréer des types d'interactions et des situations déjà vécus (pas que dans la petite enfance!), à être particulièrement sensibles aux caractéristiques qui sont celles de nos parents... tout cela on peut tous le constater.

Et sans aller plus loin, on peut aboutir à la conclusion que si on a été blessé émotionnellement durant l'enfance dans une situation donnée impliquant typiquement un parent c'est pas de bol parce-qu’à l'age adulte
- on est encore potentiellement fragile face à cette blessure
- comme on recherche un conjoint proche de notre parent (sans forcément un lien avec la blessure), ben on est davantage susceptible de tomber sur quelqu'un qui va produire le comportement blessant.

Là où j'ai un peu de mal avec cette théorie Imago, c'est qu'il est dit que l'inconscient fait "exprès" de nous faire choisir un conjoint proche de notre parent parce qu’avec un tel conjoint, on va être plus facilement amené à rejouer les scènes sources de nos blessures. Donc ouai, il est super malin l'inconscient! Oh mais m.erde il a pas pensé que y'a justement ce petit paradoxe qui fait que oui on pourra rejouer facilement la scène, mais pas la dépasser, vu qu'on se retrouve avec un conjoint qui a les mêmes défauts que le parent.

Bon je caricature car j'ai pas tout compris, je me suis renseigné rapidement. Mais j'ai toujours un peu de mal avec ce qui tourne autour de la théorisation des "moteurs" psychologiques (notamment quand les idées surviennent brusquement en prenant une douche :D ).

Mais bon la théorie derrière n'est au fond surement pas le plus important. Pourquoi tu dit que cela t'a ouvert les yeux? Tu penses rechercher des gens avec les mêmes comportements que ceux de tes parents qui auraient pu te blesser?
Avatar de l’utilisateur
par jun
Femme de 34 ans non vierge
#144955
Je ne suis pas entièrement d'accord avec l'avis de ce psy. Sa théorie Ne prend un compte qu'une partie de la réalité.

Il y a quelques années j'avais discuté avec une personne qui faisait des études pour devenir profiler et elle m'avait expliqué une théorie qui me semble plus juste. Selon elle, il y a deux types de personnes : les personnes qui reproduisent le schéma parental et celles qui le combattent.

La première catégorie (les personnes qui reproduisent le schéma parental) vont faire ce que dit le psy dans la vidéo, c'est-à-dire qu'elle vont inconsciemment rechercher un "sosie" de l'un de leurs parents (ou personnes assimilées à des parents) pour essayer de "réussir" là où ça n'a pas fonctionné avec les dits parents mais la situation est vouée à l'échec.

La deuxième catégorie va, au contraire de la première, aller chercher l'opposé des parents, justement pour ne pas retomber dans le schéma. Ces personnes-là ont inconsciemment "compris" que se mettre en couple avec quelqu'un qui ressemble à leurs parents ne les ferait retomber dans leurs travers.
Amelie a écrit :Une vidéo intéressante (en anglais) sur la thérapie imago qui m'a ouvert les yeux sur pas mal de choses.
Sur quoi ça t'a ouvert les yeux?
par Amelie
Femme de 39 ans vierge
#145278
Je réponds avec du retard, faute de temps et parce que c'est un sujet très vaste. Ca m'a ouvert les yeux parce que j'ai tendance à vouloir beaucoup de choses de la part de personnes qui n'ont pas les ressources de m'en donner. En amour mais aussi en amitié, car mes 'amies', si je réfléchis bien, ne sont pas très enclines à me donner beaucoup de leur temps, à m'écouter avec empathie ou à passer leurs vacances avec moi. Et je suis dans la même attente vis à vis de ma mère, quoique récemment je deviens de plus en plus consciente que c'est inutile d'espérer plus de sa part.
@Downup: oui, au premier abord, ça semble une situation sans issue, on est attiré par des personnes qui ne sont pas capables de combler nos besoins et l'idéal serait de les éviter, de rompre le schéma. Cette théorie n'est pas nouvelle et en général on recommande une thérapie pour devenir conscient des schémas, de nos besoins qui n'ont pas été comblé dans l'enfance et se tourner vers d'autres type de personnes. Mais Harville pense que le conflit est source de guérison et que si les deux partenaires sont d'accord pour travailler ensemble, c'est bénéfique dans les deux sens. Il dit We marry somebody who wants from us what we're least capable of giving it to them, and they want it from the part of us that was shut down by our own childhood. Donc le partenaire qui n'est pas capable de montrer son affection ou écouter avec empathie, parce qu'il n'a pas appris à faire ça dans son enfance, a tout à gagner pour son dévellopement personnel s'il arrive à faire ça, il comble les besoins de sa partenaire et découvre en même temps une partie réprimée de soi même. Pour moi ça a du sens, à condition que les deux soient d'accord pour faire l'effort.
@Sun: oui, certains arrivent à se defaire du modèle parental et puis tous les enfants dans une fratrie ne sont pas égaux, certains sont plus chanceux que d'autres. Une femme qui a eu un père violent, par exemple pourra choisir un mari qui lui ressemble ou refuser toute type de relation et dire qu'elle n'a besoin de personne pour être heureuse. La deuxième situation semble meilleure, mais dans les deux cas son choix a été conditionnée par le modèle parental.
Avatar de l’utilisateur
par rooter
Homme de 35 ans vierge
#145325
D'après ce que j'ai lu dans la thérapie des schéma, en fait, ça n'est pas forcément que notre inconscient recrée des scènes de notre enfance, mais que notre "grille de lecture" de la réalité, nos interprétation, sont construite par des schémas précoces d'(in)adaptation. Par exemple, un enfant battu par ses parents fini par trouver cette situation normal, ou par inconsciemment considérer que c'est de sa faute. Il porte donc une culpabilité qui ne facilite pas la perception de la réalité.