Vous avez un problème de santé d'ordre sexuel ? Cette rubrique est faite pour vous.
Avatar de l’utilisateur
par Burden
Homme de 26 ans vierge
#231628
A mon avis Marcorel, tu as dû recevoir une très faible dose d'anxiolytiques pour ne pas avoir ressenti un changement. Pour ma part l'effet est immédiat et les symptômes de sevrage, après seulement deux-trois semaines sont pas loin de ceux de drogues dures (cauchemars, tremblements...). Les anti-dépresseurs c'est différent, d'une part ils n'affectent pas les gens non-dépressifs, (je ne sais pas si c'est ton cas mais parfois il y a des erreurs de prescription), d'autre part ils prennent un certain temps à agir et les phases difficiles du début ne surviennent pas obligatoirement, ou peuvent survenir plus tard. ça dépend aussi de la dose qui t'as été prescrite, et surtout certains AD ne fonctionnent tout simplement pas chez certaines personnes (et c'est assez fréquent).
par JaneDarc
Femme de 30 ans vierge
#231645
J'ai déjà pris des AD et anxio. Autant les anxio, c'est ma béquille. Mais les AD... J'ai du tester tt les genres et chaque fois, les effets secondaires sont ultra forts. Nausée, vomissements... Et une fois ce cap franchi (c'est dure) c'est le zero de l'énergie et l'entrain.
Avatar de l’utilisateur
par Burden
Homme de 26 ans vierge
#231671
D'après pas mal de témoignages sur internet, c'est souvent ce qui ressort (le manque d'énergie et d'entrain). Le truc c'est que souvent les dépressifs ont un mode de vie qui est déjà ralenti, pour ma part j'avais toujours l'impression que le moindre effort me coûtait donc j'adoptais un mode de vie de fainéant, parce que j'avais une envie de repos constante. Puis c'est un cercle vicieux, moins on en fait et moins on a envie d'en faire. Les AD ne brisent pas ce cercle, ils permettent seulement je crois d'être un peu plus serein, d'éviter des "crises" de désespoir profond qui poussent en général à trouver un moyen de diminuer cette douleur, souvent délétère, ( dans le cas où aucun moyen n'est trouvé cela provoque un stress tout aussi délétère) . Pour que ce soit efficace, il faut parvenir à sortir de l'engrenage du mode de vit induit par la dépression, sans quoi finalement, le cerveau tente de compenser ce changement en nous faisant agir de manière à empirer ce mode de vie ralenti qu'est celui d'un dépressif. Une chose à préciser, les dépressifs ayant une vie au ralenti, ne s'en rendent pas toujours compte, car leurs ruminations incessantes sont fatigantes en elle-mêmes, ce qui rend une journée éprouvante quoi qu'il en soit. Bon tout ça est toujours à prendre avec des pincettes.
JaneDarc aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 30 ans vierge
#235987
Je remonte ce topic parce que je me pose la question de la pertinence dans mon cas des antidépresseurs mais ma psy ne m'avait jamais parlé qu'il était question antidépresseur, c'est que ce ne doit pas être utile dans mon cas. Pourtant, je me sens déprimer et j'en ai en partie les symptômes mais ce ne doit être suffisamment gênant je suppose pour prescrire des médocs.

Je vois Burden parlent des drogues et pour préciser un petit truc, toutes les drogues n'agissent pas sur la dopamine (l'hormone du bonheur) les drogues à base de tryptamine et les lysergamides, ce sont des trucs qui influencent principalement la sérotonine et non la dopamine. J'en prends rarement mais il m'arrive d'en prendre des drogues à base de tryptamines et des lysergamides.Les drogues qui influencent la dopamine sont plus à risque que celle qui influence la sérotonine, les substances qui utilisent la dopamine telle que par-exemple la MDMA elle vide littéralement le stock de dopamine dans les synapses du cerveau alors que les tryptamines et les lysergamides (les hallucinogènes en tous genres typiquement), ce sont de simple agnostique de la sérotonine, elle ne vide pas littéralement le stock de sérotonine.

Il n'est pas rare qu'une personne ayant pris par-exemple de la MDMA se sent les jours suivant le trip complètement déprimé, le temps que le corps face à nouveau le plein de dopamine
par Everest
Homme de 45 ans non vierge
#235993
Je penses Amaz que tu devrais prendre un RDV avec un médecin ( le tien ou un autre si tu ne veux pas lui parler de ça ) pour lui parler de tout ça....toutes ses substances ( cochonneries ) qui ne t'apporteront rien de bon au final......Tu dis y prendre gout.......Forcément , c'est un peu fait pour ça......tu es en train (ton organisme ) de tomber petit à petit dans l'addiction.....Plus tu stopperas tout ça tot et plus ce sera facile d'arreter......J'ai vu une émission hier et c'est fou le nombre de gens qui conduisent sous effet de l'alcool ou des drogues....des vrais danger public !!!
Tyrus aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 30 ans vierge
#235995
Je te rejoins Everest dans tes propos.

Oui, c'est fait pour, les effets sont globalement agréables s'il ne l'état par personne en utiliserait. Après les bader trip ça existe.

Dans les deux cas de figure (les tryptamines et les lysergamides) ça joue à peu près sur les mêmes mécanismes que les antidépresseurs mais à la différence des antidépresseurs il existe un aspect récréatif qui n'a pas lieu d'être dans les antidépresseurs et l'un fonctionne à court terme et le second (les antidépresseurs ) fonctionne à long terme (ce n'est pas un shoot de bien être de quelque heure seulement comme avec les substances illicite). Et tout comme pour les antidépresseurs (à la différence notamment des médicaments avec comme basent les opiacés) les substances psychédéliques ne sont pas addictive sur le plan physique mais elle peuvent s'avérer e devenir moralement parlant.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le fonctionnement des antidépresseurs il y a cette très bonne vidéo qui est pédagogique.

par Everest
Homme de 45 ans non vierge
#236015
Vraiment précise ta vidéo Amaz.....Je ne savais meme pas qu'il en existait autant.......
par Amelie
Femme de 40 ans vierge
#236019
Amaz, recherche la personnalité highly sensitive, les travaux d’Elaine Aron, ca pourrait te correspondre. Moi aussi, on m’a proposé des antidepresseurs, je n’en ai jamais pris, mes sauts d’humeur font partie de ma personnalité, je perçois tout plus profondément que les autres.
Tyrus aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 30 ans vierge
#236029
Désolé pour le HS: J'y ai songé Amélie à cette possibilité, depuis petit j'ai toujours été très réceptif à tout mais c'est difficile de faire une évolution de sa propre sensibilité. À ce sujet il y a une excellente vidéo qui est sortie, c'est un youtuber spécialisé dans la psychologie (qui est très brute de décoffrage et l'un des meilleurs selon moi dans le youtube game) et qui habillement déconstruit les schémas classique et stéréotypé sur les grands principe de la psychologie et selon lui, le terme hyper sensibilité est quelque peu galvaudé et utilisé à tort et à travers mais ce n'est pas pour autant que cela n'existe pas mais ce qu'il veut dire, c'est qu'il est préférable de se méfier des grands principes simplistes et qu'en psychologie tout est plus complexe qu'il n'y paraît au premier abord.

On sent qu'il est quelque peu dubitatif sur le sujet mais ce n'est pas pour autant que ça n'existe pas, il existe bien des gens qui manquent par-exemple cruellement d'empathie alors pourquoi pas le contraire après tout ? pourquoi pas des gens qui a contrario sont très empathiques et qui sont vachement stimulés pour un rien.

C'est idiot à dire mais par-exemple ma mésaventure au boulot et le comportement de mon binôme m’a fait perdre pied avec la réalité, je suis partie en vrille mais ça se trouve une personne étant disons moins réceptif aurait réagi autrement et ça ne lui aurait fait ni chaud ni froid le comportement de mes ex-collègues. Je ne sais pas si je m'exprime clairement. Là où moi je n'ai su gérer mes émotions ça n'aurait sans doute rien provoqué chez un tiers

C'est très clairement mon plus gros défaut, lorsqu'une situation me paraît inextricable alors qu'elle ne l'est pas forcément en réalité, bah je pars en vrille, je finis par être totalement submergé par mes émotions et je n'arrive plus à gérer la situation convenablement et dans ces moments-là je suis dans l'incapacité totale de prendre du recul sur ladite situation.



Pour en revenir aux antidépresseurs : le fonctionnement comme vous pouvez le voir dans la vidéo que j'ai posté précédemment cela n'a rien de bien sorcier, c'est juste un agnostique de la sérotonine qui dope le bien-être, tout comme le sont d'une certaine manière les substance psychotrope telle que la psilocybine (qui a d'ailleurs un goût affreux et qui donne la nausée) et qui a la différence des antidépresseurs, qui fonctionnement graduellement, les substances comme la psilocybine ça donne un shoot de bonheur intense (quoique ça arrive aussi les bad trip qui donne l'effet inverse, paranoïa, angoisse, je ne l'ai jamais vécu mais il paraît que c'est difficile à surmonter, il faut une grande force mentale) mais qui dur que le temps des effets de la substance, tout au plus quelque heure et puis on revient à un état normal.

En gros, l'un à des effets graduels et sans hallucination et l'autre (les champignons etc) cela a un effet extrêmement puissant (en gros le cerveau est en hyperactivité dans ces moment là) mais temporaire. Entre les deux, si vraiment on se sent déprimés il est évidemment préférable de choisir la première option mais si on peut faire c'est encore mieux de faire sans, il paraît que les thérapies cognitives et comportementales ça fonctionne bien pour les gens hypersensibles et déprimés.

Et quant au effet négatif je n'ai jamais pris d'antidépresseur mais ça doit être bien moins gênant que les lysergamides et tryptamine qui vous font serrer la mâchoire, tension musculaire, dilatation de la pupille (en dirait un zombie), nausée, dérèglement de la température corporel (c'est dû à la vasoconstriction, rétrécissement des vaisseaux sanguin), un coup vous avez froid et chaud et ainsi de suite et j'en passe et des meilleurs. Les paradis artificiels ça a des conséquences, ça se paye...
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 30 ans vierge
#236078
J'ai décidé de prendre rendez-vous avec la médecin, je me sens complètement HS aujourd'hui, c'est ultra bizarre, je ne me sens pas démoraliser, je suis simplement vidé de toute énergie, tout est pénible à exécuter. Fort heureusement, ce n'est pas toujours comme ça mais aujourd'hui tout particulièrement mon corps me semble pesait 500 kilos, je me traine tant bien que mal. Je ne sais pas d'où ça vient, j'ai rarement eu ce sentiment que mon corps pesait si lourd.