Venez ici pour discuter de vos complexes sexuels.
par Berenice
Femme de 35 ans non vierge
#169326
De mon côté j'ai beaucoup lâché prise côté sexe, je suis beaucoup plus à l'aise avec mon partenaire et je me sens bien dans les conversations que je peux entendre sur le sujet. Je suis même capable d'en rajouter une couche, à condition que ce ne soit pas vulgaire et évidemment je n'aborde jamais ma propre sexualité (en plus ça ne concerne pas que moi, donc...). Par contre je n'ai pas du tout pris confiance dans le domaine de la séduction. Dans ma tête il y a eu un miracle qui a fait qu'un homme génial a bien voulu de moi, alors que je ne suis pas attirante et donc si cette histoire avec lui se terminait je me retrouverais aussi seule et sans perspective qu'avant. La seule différence c'est qu'avant j'avais peur du sexe et donc ça m'interdisait de toute manière d'envisager quoi que ce soit à cause de cette barrière. Maintenant le problème serait seulement de l'ordre de la séduction.
C'est très paradoxal: d'un côté je suis toujours très mal dans ma peau, mon estime de moi n'est pas bien remontée; de l'autre la perte de ma virginité m'a enlevé un poids énorme des épaules. Et j'ai toujours honte de l'avoir perdue tard, j'espère vraiment que personne ne l'apprendra jamais. Au fond dans mon esprit ce n'est pas si grave, mais j'ai la faiblesse de me préoccuper du regard des autres.
par salambo
Femme de 32 ans non vierge
#236153
Je remonte un peu ce sujet.
J'y penses de moins en moins mais de temps en temps je me surprends à regarder des articles sur le début de la sexualité, comme si une partie de moi était encore et toujours bloquée vers mes 18 ans.
Cela n'impacte pas mon quotidien, mais je me demande si c'est normal. Je sais que je n'ai pas fait complètement le deuil de ma jeunesse fantasmée, mais bon j'aimerais bien y arriver un jour :sweat_smile:
par Tyrus
Homme de 33 ans non vierge
#236154
Hello

De mon côté j'ai toujours cette impression d'avoir gâché ma jeunesse et d'être passé à côté de quelque chose.

Pour autant je n'essaie pas de rattraper et c'est finalement peu de chose comparé au poid de la VT que je devais supporter.

Donc oui je pense que ce sentiment est normal et qu'avec le temps il devrait s'atténuer.
Avatar de l’utilisateur
par deadwood
Homme de 45 ans non vierge
#236155
Pour moi un fine pas de gros changements, la VT n'ayant jamais été le fond du problème mais plutôt un symptôme.
Cela dit le fait d'avoir été accepté et apprécié à un moment donné a pu alléger un peu mon mal être en me donnant de l'espoir et créer un cercle vertueux qui s'il n'a duré qu'un temps, m'a sûrement permi d'évoluer dans le bon sens en ce qui concerne mon rapport à l'autre, et par la même aidé à bien atténuer ma tendance à l'anxiété sociale.
Du coup est ce que je me sent "toujours VT" non, est ce que j'ai des "remontée" de cette sensation d'oppression et de frustration que je ressentais à l'époque oui. Cela dit je suppose que ce n'est pas tellement différent de ce que peu ressentir n'importe quelle personne qui subit le célibat.
Avatar de l’utilisateur
par SnapBack
Homme de 29 ans non vierge
#236156
J'ai toujours mon côté asocial qui est resté même en n'étant plus VT (il me manque l'expérience de la vie de couple).
En ce moment, je n'ai plus trop envie de faire des rencontres d'ailleurs (aménager mon appartement occupe une bonne partie de mon esprit !).
Avatar de l’utilisateur
par Lereveur
Homme de 39 ans non vierge
#236161
Je tâche de m'occuper et d'avancer au quotidien, mais en ce qui me concerne, je l'ai hyper mauvaise... j'espère encore vaguement une remontée en flèche propre à compenser à peu près mon passé, bien qu'aujourd'hui encore plus qu'hier, ça tiendra selon moi du miracle.

Par ailleurs, cet après-midi un ancien collègue est passé au boulot (dernier jour avant fermeture pour les fêtes) et m'a demandé si j'avais trouvé l'amour, il s'est désolé devant ma réponse toujours négative et a ajouté qu'il avait pourtant " parié sur moi ".
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#236171
Il n'y a pas vraiment de normal ou d'anormal, juste ce qui nous fait du bien ou du mal.

Vivre une relation ne m'a pas aidé à comprendre comment on fait. J'ai perdu la clarté d'esprit qui m'avait permis de créer quelque chose avec mon ex. Depuis notre rupture, ma vie sentimentale et sexuelle est redevenue le marasme confus et inerte qu'elle était avant de rencontrer "Céline".

Les mêmes doutes repassent dans mon cerveau : Pourquoi les autres et pas moi ? Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ? Qui pourrait vouloir d'un gamin inexpérimenté comme moi ? Je me souviens que c'était bon d'être le compagnon de quelqu'un. Je me sentais solide, adulte, confiant, déterminé. "Céline" faisait ressortir tout ça. Aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir régressé. Sans doute qu'il faut encore apprendre à développer cet attitude sans quelqu'un dans ma vie.