Venez ici pour discuter de vos complexes sexuels.

Souffrez-vous de phobie sociale ?

Oui, en permanence
Aucun vote
0%
Oui, très souvent
7
37%
Parfois
9
47%
Non, rarement
2
11%
Non, jamais
1
5%
par Amelie
Femme de 41 ans vierge
#239825
MathSo a écrit : 12 sept. 2021, 19:43
SnapBack a écrit :Gamin, dans les activités de sport, j'étais le boulet.
Le mec qui ne fallait pas prendre sous peine de perdre (je n'ai jamais été très bon en gymnastique)
Ah malheureusement je vois le genre :sweat: . En sport, tu n'étais pas celui que l'on choisissait toujours en dernier lorsqu'il fallait faire les équipes SnapBack ? Moi si :sweat: .

Je compatis, moi aussi ca m'a marqué : Tu avais l'impression d'être la 5ème roue du carrosse.
J’ai eu la même expérience et c’est très dévalorisant, je n’etait pas du tout douée pour les sports.
par Mellow
Femme de 34 ans vierge
#239828
Alors pour pouvoir répondre et me situer sur ce topic, j'ai cherché une définition de l'anxiété sociale et j'ai trouvé ça :
la personne présente une peur persistante des situations dans lesquelles elle est exposée au regard des autres.

La personne souffrant de phobie sociale est terrifiée à l'idée de dire ou faire quelque chose qui pourrait amener les autres à avoir un jugement négatif à son encontre. Cette peur va rapidement devenir une angoisse permanente qui amènera la personne à éviter ces situations par des conduites d’évitement.
Je ne ressens pas de peur persistante... occasionnellement oui s'il y a eu un problème mais cette peur ne se transforme pas en angoisse. Je n'évite pas non plus un certain type de situation par angoisse, de manière générale. Ça m'est déjà arrivé de fuir face à un problème qui me rendait nerveuse ou un peu anxieuse mais c'était parce que concrètement je n'avais pas du tout les outils pour cela, ce n'était pas possible de faire un truc potable (ancienne situation pro, rien à voir avec mon stage).

En fait, je pense qu'il s'agit plutôt d'un malaise quand je suis dans un groupe. Je vais faire en sorte de ne pas heurter, parce que je peux être susceptible déjà donc j'imagine que d'autres personnes aussi, et puis parce que j'ai pas l'habitude de passer beaucoup de temps avec des gens, en groupe, de façon informelle (exemple la pause déjeuner : pendant près de 10 ans j'ai mangé seule en semaine la plupart du temps). Du coup on me dit que je suis timide mais en fait c'est juste que je sais pas trop quoi dire ni quoi faire... et je veux pas faire tâche donc je préfère observer. Mais j'ai pas peur du jugement des gens à proprement parler... c'est juste que ... *soupir* je sais pas, je ne veux pas me faire "détester" ni être la meuf chelou mais en même temps si ça arrive c'est pas la fin du monde pour moi, je zappe la personne (quand c'est possible) et ça ne me stresse pas. Je ne me sens pas très bien par rapport à ça mais c'est tout, c'est gérable et être mise à l'écart n'est pas nouveau pour moi.

Oui, du coup j'étais pas sportive non plus, pas de bons souvenirs. Au handball j'étais souvent gardienne de but et j'aimais pas ça. Ou encore te faire piquer des idées par la leader du groupe pour un exposé. Mais tous ceux qui ont parlé de ça ici (souvenirs du sport à l'école), cela vous a rendus anxieux ? Ou vous étiez déjà anxieux ?
Avatar de l’utilisateur
par SnapBack
Homme de 30 ans non vierge
#239832
Mellow a écrit :Oui, du coup j'étais pas sportive non plus, pas de bons souvenirs. Au handball j'étais souvent gardienne de but et j'aimais pas ça. Ou encore te faire piquer des idées par la leader du groupe pour un exposé. Mais tous ceux qui ont parlé de ça ici (souvenirs du sport à l'école), cela vous a rendus anxieux ? Ou vous étiez déjà anxieux ?
On se construit par le rapport entretenu aux autres : le sentiment de se sentir indésirable nait.
Ce qui peut expliquer les rapports difficiles avec les autres voir l’autre sexe pour certains (dont moi).

Une cicatrice qui entraine la méfiance... mais dans mes souvenirs, les rares fois où j'étais populaire, ce sont les prémices de mon travail actuel (confectionner des cartes personnalisées pour des camarades de classe, je vous jure que c’est vrai).

L’enfance pose des bases parfois décisives à sa vie d’adulte dont le rapport à l’autre.
Avatar de l’utilisateur
par MathSo
Homme de 27 ans vierge
#239834
Mellow a écrit :Oui, du coup j'étais pas sportive non plus, pas de bons souvenirs. Au handball j'étais souvent gardienne de but et j'aimais pas ça. Ou encore te faire piquer des idées par la leader du groupe pour un exposé. Mais tous ceux qui ont parlé de ça ici (souvenirs du sport à l'école), cela vous a rendus anxieux ? Ou vous étiez déjà anxieux ?
Ah non, gardien de but c'est encore pire :sweat_smile: . Je me souviens qu'au foot (en handball aussi, hein :sweat_smile: ), mes coéquipiers me mettaient toujours au poste de gardien tellement j'étais nul sur le terrain. Enfin bon j'étais une vraie passoire en tant que gardien aussi, ce qui ne faisait que renforcer l'exaspération de mes coéquipiers (Combien de fois j'ai entendu "put*** mais t'es trop nul MathSo").

Je ne pense pas être anxieux de nature, mais en tous cas j'avais une sainte horreur du sport au collège et au lycée. Surtout lorsqu'il s'agissait de sports collectifs : j'avais la certitude que j'allais être choisi dernier, et qu'on allait me considérer comme le boulet de l'équipe. Et ca ca m'a profondément marqué, à tel point que j'ai toujours refusé de faire un sport "extra-scolaire" (ou même du sport tout court) pendant des années, car pensant que j'étais complètement nul. Alors qu'en fait, il s'agissait juste de remarques de gamins de 15 ans, pour qui les cours de sport c'était une compétition, et qui se prenaient pour des kékés (l'adolescence est vraiment un âge merveilleux :unamused: ).

Mine de rien, toutes ces méchantes réflexions marquent bien l'esprit :sweat: .

Ah par contre le coup de l'idée volée par le "leader" du groupe ca ne m'est jamais arrivé :sweat_smile: . De toutes manières, jusqu'à la fac, je n'ai jamais apprécié les travaux de groupe non plus. Tout le monde se mettait entre eux et moi j'était toujours celui qu'on laissait. Tant et si bien que le prof finissait par "m'incruster" dans un groupe par défaut. Là encore, j'avais la pensée de n'avoir aucune légitimité à être dans le groupe car on ne m'avait pas choisi au départ.
Mellow a écrit :Du coup on me dit que je suis timide mais en fait c'est juste que je sais pas trop quoi dire ni quoi faire... et je veux pas faire tâche donc je préfère observer. Mais j'ai pas peur du jugement des gens à proprement parler
Pareil pour moi. Pendant longtemps j'ai eu le même mode de pensée... Jusqu'à ce que je rencontre un collègue assez joviale et communicative qui réussit à me décoincer un peu :sweat_smile: (mais je garde encore une partie de ma retenue quand même :sweat_smile: ).
Avatar de l’utilisateur
par Azrael
Homme de 35 ans non vierge
#239835
On me choisissait aussi le plus souvent dans les derniers au sport... Mais dès que t'es plutôt solitaire/discret, qu'ils sont peu à te connaître si bien que ça, que tu passes pour un intello, que t'as des bras fins etc c'est un classique.

Ca n'empêche pas d'être bon selon la discipline, je me souviens que toute une bande d'une autre classe trouvait très injuste que je récolte un petit 12/20 au hand (surtout que le prof disait récompenser plutôt ceux qui progressent, personne n'affichait de meilleure progression et vu qu'on ne me passait pas trop la balle oui j'ai brillé). Je me souviendrai toujours que dès les premières secondes de mon tout premier match de basket ever, dès les premières d'un match de foot dans telle classe, j'ai pu foncer solo jusqu'au but/panier et le mettre dedans en laissant chaque adversaire cloué sur place, profitant plus ou moins du fait qu'on avait tendance à me sous-estimer : tous là "ouahou".

Mais que voulez-vous c'est comme ça, sur le coup ça me choquait un peu d'être l'indésiré, mais je l'ai remis dans le contexte "après tout tu aimes mieux rester à part dans une classe qui te déplaît etc etc".

Quoi qu'il en soit c'est abusé cette façon de former les équipes, en 2021 il serait grand temps de donner des directives aux profs pour que ce soit par exemple le hasard qui décide, vu qu'ils ne sont pas capables de s'en rendre compte par eux-mêmes ou s'en balancent de contribuer à notre sentiment d'exclusion. Tout ça pour nous seriner ensuite avec la prétendue beauté du "collectif".
Everest aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Eno
Homme de 38 ans non vierge
#239840
Azrael a écrit : 14 sept. 2021, 00:50Quoi qu'il en soit c'est abusé cette façon de former les équipes, en 2021 il serait grand temps de donner des directives aux profs pour que ce soit par exemple le hasard qui décide, vu qu'ils ne sont pas capables de s'en rendre compte par eux-mêmes ou s'en balancent de contribuer à notre sentiment d'exclusion. Tout ça pour nous seriner ensuite avec la prétendue beauté du "collectif".
+1
Mais bon, si les profs de sport faisaient dans la dentelle ça se saurait...

En tous cas la proportion de personne ayant eu une expérience compliquée avec ça sur le forum semble assez forte (tout comme celle de la phobie sociale). Comme quoi on trouve bien des points communs généraux dans la construction individuelle, c'est intéressant.
par Mellow
Femme de 34 ans vierge
#239869
SnapBack a écrit : 13 sept. 2021, 22:40 On se construit par le rapport entretenu aux autres : le sentiment de se sentir indésirable nait.
Ce qui peut expliquer les rapports difficiles avec les autres voir l’autre sexe pour certains (dont moi).

Une cicatrice qui entraine la méfiance... mais dans mes souvenirs, les rares fois où j'étais populaire, ce sont les prémices de mon travail actuel (confectionner des cartes personnalisées pour des camarades de classe, je vous jure que c’est vrai).

L’enfance pose des bases parfois décisives à sa vie d’adulte dont le rapport à l’autre.
Hmm, donc l'anxiété vient après, pour certaines personnes. Oui, ça se comprend.

Moi je dirais que mon vécu au collège-lycée a peut-être fait que j'arrive pas à être 100% moi-même dans un groupe, même exclusivement féminin car parfois c'est un peu... pas très chill ? J'arrive pas à trouver le mot juste, tant pis. Je peux parler dans un groupe, je ne suis pas muette, mais pas en étant super à l'aise.

Bon désolée pour mon post précédent un peu lourd, j'ai un peu trop enfoncé le clou et c'était sans mauvaise intention par rapport à ceux qui souffrent réellement de phobie sociale. Par contre... ya que moi sur le fo qui ai voté "jamais" ? :sweat_smile:
Ah non, gardien de but c'est encore pire  . Je me souviens qu'au foot (en handball aussi, hein  ), mes coéquipiers me mettaient toujours au poste de gardien tellement j'étais nul sur le terrain. Enfin bon j'étais une vraie passoire en tant que gardien aussi, ce qui ne faisait que renforcer l'exaspération de mes coéquipiers (Combien de fois j'ai entendu "put*** mais t'es trop nul MathSo").
Voilà, ça me mettait la pression. Bon je me rappelle pas si j'étais un goal correct (hmm je pense pas) mais clairement j'aimais pas (balle dans la poitrine 1 ou 2 fois et les lunettes qui se barrent ou se cassent un peu, oui riez :laughing: ).
Une fois au basket-ball j'en avais tellement marre qu'on ne me passe pasla balle que j'ai voulu passer la balle à l'équipe adverse les rares fois où je l'avais... mais comme je suis une fausse méchante, bah je l'ai pas fait.

Et qui est-ce qui parlait de vendre des dessins ? Moi j'ai fait ça au collège, 5 ou 10 centimes le dessin :joy: (en francs quand même... bon Ok ça faisait pitié même pour une 6ème :joy: ). Normal que j'étais pas douée en marketing à la fac ^^

Heureusement, peu d'exposés dans mes classes donc ça va mais j'étais pas dans les premiers choix non plus il me semble.

Oui, un ou une collègue qui te met à l'aise et ça va.

Quant aux méthodes utilisées par les profs, ça évolue un peu mais ça dépend des enseignants. Une fois j'avais voulu imposer des groupes et ça a révélé une forte tension entre 3 élèves, que j'ignorais. Du coup je les ai laissés choisir, pour ces 3 là.
Decca aime ça