Venez ici pour discuter de vos complexes sexuels.
par Jessalyn
ans
#173227
Cette question sur l'homosexualite m'a déjà été posée aussi. Et ma mère m'a dit à l'occasion d'une discussion qu'elle aurait préféré que je sois simplement homosexuelle car selon elle ça aurait été plus facile à expliquer aux gens autour d'elle.
Avatar de l’utilisateur
par Fye
Homme de 33 ans vierge
#173231
Moi curieusement mes parents m'en ont jamais parlé, j'ai l'impression que c'est une sorte de tabou dans ma famille.
Pourtant mon frère le sait que je n'ai jamais eu de copine, donc j'imagine qu'ils doivent bien s'en douter, même si je vis depuis maintenant 5 ans tout seul, je ne sors jamais...donc forcément par déduction...
Mais bon je suis rassuré parce qu'ils vont bientôt devenir grand parents, donc au moins ils ne seront pas déçu de ce coté ^^.

Par ma nature solitaire je sais pas, pt être que ça leur parait comme une évidence.

C'est curieux ça Jessalyn O_o en quoi c'est plus facile à expliquer ? et puis qu'est-ce que vont faire les gens là dedans ? >_<
par Jessalyn
ans
#173233
@Fye : ma mère est une grande bavarde. Tout le monde aux alentours est au courant de mon mode de vie. Sa coiffeuse, mon medecin, les gens chez qui elle intervient comme aide ménagère. Tout le monde. Elle dit qu'ils posent des questions et qu'elle ne sait pas comment ne pas leur répondre. Moi je pense plutôt qu'elle ne comprend pas ma situation et qu'elle en souffre sûrement beaucoup plus que moi. Quelque part l'idée d'avoir une fille solitaire et pas de petits-enfants doit la préoccuper plus qu'elle ne le dit.
Avatar de l’utilisateur
par Fye
Homme de 33 ans vierge
#173234
Oui, ça doit préoccuper pas mal de parents je pense.

Après tout ils doivent s'attendre à ce qu'on reproduise leur schémas, ou au moins de faire en sorte de réussir sa vie et d'avoir une descendance.
par traviata
Femme de 59 ans non vierge
#173237
Jessalyn a écrit :Cette question sur l'homosexualite m'a déjà été posée aussi. Et ma mère m'a dit à l'occasion d'une discussion qu'elle aurait préféré que je sois simplement homosexuelle car selon elle ça aurait été plus facile à expliquer aux gens autour d'elle.
:open_mouth: :neutral_face:

Bonjour Jessalyn (je ne l'ai pas fait dans ton fil de présentation).
Mais.... qu'est-ce que cette bonne dame a donc à expliquer ?
Pourquoi sa fille vit seule ? Pourquoi elle a choisi de n'avoir ni mari, ni enfant, ni pavillon, ni labrador ?
En quoi ça regarde les voisins, mille vingt dieux ?

Dans un ordre d'idée assez similaire, je rembarre les gens qui me font des remarques sur ma fille aînée qui a 27 ans et qui ne veut pas d'enfants. C'EST SON CHOIX, POINT. Ca ne me regarde pas, et encore moins les voisins !
(et je suis particulièrement bien placée pour voir que quand on n'a pas envie de subir les contraintes inévitables que génèrent les enfants, même si c'est du bonheur par ailleurs, mieux vaut s'abstenir).
Blue284 aime ça
par Jessalyn
ans
#173240
@traviata : merci. Je crois que ma mère n'arrive pas à comprendre mon mode de vie. Je crois aussi que quelque part ça l'inquiète. Pas parce qu'elle me croit triste, car elle m'a même déjà dit que ce qu'elle comprenait le moins c'est mon absence de souffrance vis à vis de cette situation. Mais parce qu'elle croit avoir raté quelque chose dans mon éducation. Elle pense m'avoir trop protégée, ou m'avoir transmis la peur des hommes qu'elle avait enfant. Je suis la mieux placée pour savoir que mon mode de vie n'a rien à voir avec de la peur. Mais évidemment elle n'arrive pas à y croire. Et cela se complique parce que je suis incapable d'expliquer pourquoi je n'éprouve pas ce manque ou cette envie, d'autant que ma mère ne croit pas à mon syndrome d'Asperger, alors même que la piste autistique avait déjà été évoquée quand je n'avais pas six ans. Ma mère travaille avec des personnes âgées qui sont souvent curieuses. Et elle ne sait visiblement pas les rembarrer. Elle m'a déjà dit : je ne peux pas leur mentir, quand même. Mais évidemment qu'il ne s'agirait pas de mentir, juste de leur dire que cela ne les regarde pas ou encore qu'elle n'est pas au courant de tous les détails de ma vie. Mais je crois qu'au fond elle aimerait surtout que je colle au schema de vie classique. Pas forcément pour les enfants car elle sait que je n'en veux pas. Mais pour le compagnon. Une fois je lui ai dit que j'avais un échange avec un homme par mail, cela fait quasiment une année que j'ai choisi d'arrêter cet échange, et elle m'en parle encore. Elle se souvient du prénom de l'homme et de l'endroit où il habitait. Alors que moi-même il faut que je fasse appel à mes souvenirs pour m'en rappeler car j'ai tiré un trait sur cet épisode. Et récemment elle m'a parlé de la nièce d'une dame chez qui elle travaille, qui a trouvé son copain sur un site Internet. Elle m'a dit que la dame lui avait dit que je devrais essayer. Et elle a eu l'air triste quand je lui ai dit que j'avais déjà jeté un coup d'œil et que ce n'était pas pour moi.
Avatar de l’utilisateur
par Blue284
Homme de 28 ans non vierge
#173242
Tout à fait d'accord avec traviata. Je trouve ça vraiment gênant de la part de ta mère, Jessalyn, ce truc de devoir informer la planète entière du moindre fait et geste de ta part... Je crois que je supporterais pas à ta place (la vie privée, tout ça)... Ça ne regarde que toi au final et l'important c'est que tu sois bien dans ta vie, avec ou sans quelqu'un pour la partager et quelque soit tes choix de vie.
par traviata
Femme de 59 ans non vierge
#173259
Jessalyn a écrit : Je crois que ma mère n'arrive pas à comprendre mon mode de vie. Je crois aussi que quelque part ça l'inquiète. Pas parce qu'elle me croit triste, car elle m'a même déjà dit que ce qu'elle comprenait le moins c'est mon absence de souffrance vis à vis de cette situation. Mais parce qu'elle croit avoir raté quelque chose dans mon éducation.
En tant que parent, on a toujours peur d'avoir mal fait, en tout cas pas assez bien, ... on fait toujours qq chose de mal, de toute façon, du point de vue des enfants et/ou de nous-mêmes... (je dis souvent pour rigoler que si je vendais ma culpabilité qui fleurit tous azimuts, je serais milliardaire ...)
Le plus compliqué est de savoir ce qui dysfonctionne objectivement ... on a naturellement tendance à penser que les autres ne peuvent être bien qu'en faisant comme nous. Quand je te lis, Jessalyn, je me dis "je n'arriverais pas à vivre comme cela", ce qui est différent de "sa façon de vivre, c'est mal". C'est bien pour toi, ce serait mal pour moi, (enfin, bien, mal, tu me comprends : ça ne me conviendrait pas, je ne serais pas heureuse. Et il est probable que ma façon de vivre te serait à charge. )

La difficulté de l'autisme, c'est que pendant longtemps on a pensé (et donc fait croire) qu'il était causé par une mauvaise relation à la mère dans les premières années de la vie. On a maintenant découvert que c'était faux, mais la culpabilité subsiste. Ma fille aînée a une surdité partielle congénitale, je n'ai "rien fait de mal" , pas fumé, pas bu, pas consommé de médicaments pendant ma grossesse, néanmoins ... je me sens responsable de ce fait et de ses conséquences. On voudrait toujours le meilleur pour nos enfants, le plus dur étant de comprendre que le meilleur pour eux n'est pas forcément le meilleur pour nous.

Peut-être qu'un petit article sur la question l'aiderait à en prendre conscience ?
Blue284 aime ça
par Jessalyn
ans
#173268
@Traviata : ma mère est totalement hermétique à l'idée que je puisse être Asperger. Je ne pense pas que quelque chose la fera un jour changer d'opinion. D'un autre côté je ne peux moi-même pas dire que ma situation actuelle -isolement, virginité, absence d'intérêt pour ce qui se passe en dehors de mon existence- est lié à mon Asperger. Je pense que c'est davantage un mélange entre ma propre personnalité, mon vécu antérieur et ma particularité. Car j'ai rencontré une dizaine d'Asperger pour qui mon mode de vie n'était pas viable, ni compréhensible. Généralement la souffrance vient d'une volonté d'intégration. Laquelle intégration n'est pas facilitée par les difficultés liées à l'Asperger. Je n'ai jamais eu cette volonté-là. Mais pour ma mère et pour beaucoup, le fait de me présenter comme adulte atteinte du syndrome d'Asperger est une volonté d'excuser mon mode de vie. De dire que je suis comme ça A CAUSE d'Asperger. Alors que ce n'est vraiment pas le cas. Je pense que je suis comme ça pour plein de raisons et qu'Asperger n'explique rien du tout. Je pense aussi que c'est ce flou qui explique le besoin que ma mère peut avoir de justifier mon mode de vie. Je travaille depuis presque quinze ans au même endroit, et mes parents habitent au même endroit depuis 20 ans. Autour de nous les enfants se sont fréquentés, se sont mariés, ont eu des enfants, ont divorcé. Moi je n'ai jamais rien fait de tout ça. Et forcément, qu'on le veule ou pas, surtout dans une petite ville, ça se remarque. Et ça fait parler.
  • 1
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26