Venez ici pour discuter de vos complexes sexuels.
par Kouker
Homme de 36 ans vierge
#183109
Mal.
On a fait sans cadeaux cette année (justement pour éviter le probleme) on a prétexté le fait que de toute façon les cadeaux plaisaient pas et qu'il valait mieux offrir de la bouffe à la limite.

Deux jours avant elle a forcé l’aîné a vider la chambre qu'on avait aménagé en salle de sport; prétextant qu'elle voulait s'installé laba.
Il a du ramené tout le matos de muscu. dans sa petit chambre.
Au final elle y a juste mis les tréteaux pour le linge.

Je me suis mis aux fourneaux et je lui ai dit que c'est moi qui ferais le repas de Noel (comme ça elle aurait rien a faire et pourrait pas se plaindre qu'elle était la femme aux fourneaux etc..).
Elle a insisté pour faire l'entrée, je devais faire le plat et le dessert.

Je m'y suis mis 3 jours à l'avance pour faire la dinde et la bûche; elle a quand même trouvé le moyen de me pourrir.
La veille elle à forcé mon père à allé faire les courses et a remplit le frigo: j'ai du bataillé pour trouvé de la place à ma bûche.
Le jour de noël elle a servit pas moins de 4 entrées, elle avait préparé derrière du gigot, du choux, du borch .. bref.
J'ai du gueuler pour qu'on mange la dinde que j'avais préparé, elle a jouer ses innocentes victimes, disant que c'était le pire noël de sa vie, sans cadeaux et qu'en plus on lui criait dessus.

Elle a donc refusé de manger quoique ce soit de ce que j'avais préparé et a mis la TV a fonds pour nous empêcher de discuter à table.
Du coup on est allé ailleurs; elle a encore trouvé le moyen de venir se plaindre: on l'avait laissé toute seul pour discuter dans notre coin.

Comme si ça suffisait pas, le lendemain mon père s'est engueulé avec mon petit frère qui est parti en claquant la porte. Elle en a profité pour enfoncer le clou.

Depuis c'est la guerre froide, moi et mon frère on ne touche plus rien de ce qu'elle a fait , la laissant elle et mon père finir ce qu'elle a elle même préparé.

Un super noël donc ... qui annonce la couleur pour le nouvel an dans 4 jours. :expressionless:
Avatar de l’utilisateur
par victeur
Homme de 48 ans non vierge
#183129
Triste Noël, en effet. Ta mère a un comportement de victimisation, de survalorisation pour se montrer qu'elle est importante, qu'elle a de l'autorité.
Elle impose pour un prétexte fallacieux que ton frère enlève les bancs de musculations d'une pièce afin d'y entreposer des tréteaux de linge.
Tu leur proposes de faire la cuisine afin qu'elle puisse être libérée des tâches ménagères. Elle insiste pour faire l'entrée et en plus, elle fait 4 entrées et dans ton dos, cuisine le plat principal, qu'elle refuse de manger. Et elle s'arrange que ton père fasse les courses pour que tu ne puisse pas y mettre la bûche que tu avais préparée.

Pour moi, elle a un comportement toxique. Et je t'invite FORTEMENT à en parler à un spécialiste de l'écoute.

Et pourquoi ne pas passer le réveillon avec des associations de SDF, de personnes seules... au moins, ils sauront reconnaître tes talents culinaires. Il n'y aura pas la soupe à la grimace.
Coelio et 1 autres aime ça
par Kouker
Homme de 36 ans vierge
#183151
C'est plus compliqué que ça.
On avait invité notre tante pour le nouvel an (notre mère cultive les apparences, elle se retiens en publique ... même si elle se lache une fois que les invités sont parti).
Vu que le noël s'est assez mal passé, notre père a décidé d'annuler.

Du coup plus tôt que d'annoncer à notre Tante, à 3 jours du 31, qu'elle va passer le nouvel an toute seul chez elle, je préfère encore lui proposer de venir le fêter avec elle et le frère aîné (voir le cadet .. mais vu l'ambiance pas sur que ça l’intéresse).

Je suis allé voir une psy il y a 3 ans.
J'ai fait qu'une séance, j'ai laissé tomber.
Quand tu paies 45 euros la demi heure pour parler, qu'à la fin tout ce que la psy a à te conseiller c'est d'aller consulter à l’hôpital pour avoir la gratuité du suivi par ce que tu es au RSA ...

En appelant l’hôpital tu apprends que les psy des centres hospitaliers sont pas "gratuit" et sont réservés aux suivit des malades et à leur rééducation.
La psy qui m'a envoyé là-bas n'était pas au courant?
Franchement c'est du foutage de gueule: si tu n'as pas les moyens, on te dit gentiment d'allé voir ailleurs.
Avatar de l’utilisateur
par rooter
Homme de 35 ans vierge
#183165
Ça dépend des hôpitaux, et des personnes dans les hôpitaux. En réalité, une grande partie de beaucoup sont privatisé, c'est à dire que les infrastructure sont réservé à des entreprises (les médecins libéraux). Ils passent prioritairement au publique.

Si tu veut voir gratuitement un psychiatre, il y a les CMP. C'est assez long, mais c'est gratuit. Comme Victeur, je pense que ce serait une bonne idée, cela te permettrais d'avoir au moins un avis extérieur et professionnel.
Avatar de l’utilisateur
par victeur
Homme de 48 ans non vierge
#183224
@Kouker,
J'ai relu vite fait ta présentation pour savoir d'où tu venais.

En région Parisienne, tu peux fréquenter l'EPOC.

Dans le métro, à la station Strasbourg Saint-Denis, il y a La Porte Ouverte.

Et il y a aussi SOS Amitiés.

Les écoutes et les consultations sont gratuites, je pense que cela peut être un bon début pour avoir une discussion en tête-à-tête.

Tu as ressenti le besoin de NOUS raconter l'un de tes pires Noël, durant lequel ta mère a failli se pendre. Et quand je t'ai posé la question comment s'est passé ce Noël, tu nous a décrit une situation de colère, où, malgré tes efforts culinaires, elle n'a pas voulu reconnaître tes talents.
par JaneDarc
Femme de 29 ans vierge
#214338
Ce post date mais, wow. Ça m'a donné les larmes aux yeux. J'espère que tout ceux qui ont écrit ici vont à l'heure actuelle bien ou au moins, mieux. Donnez nous des nouvelles svp.

J'ai rarement rencontré des personnes ayant un parcours de vie qui puisse rivaliser avec le mien en terme de galère (euphemisme).

Ma mère est alcoolique depuis aussi loin que ma mémoire puisse remonter. Je l'ai vu se casser la gueule, manger salement, se pisser dessus. Ça a été longtemps sa spécialité d'ailleurs. Elle faisait en général la sieste tout les après midis et ne manquait pas de se faire dessus durant. Avec mon second frère (je sais plus l'âge qu'on avait lorsqu'on a commencé à le faire mais on ne savait sûrement pas encore ni lire ni écrire), on se depechait de retourner le matelas et changer le lit, et jeter les cadavres de bières avant le retour de mon père. Bon, en général c'était grillé qd mm. On le faisait avant son retour car lorsqu'elle était saoule, il la tabassait. D'ailleurs, pas que lorsqu'elle l'était.

Qd j'étais très petite, lui-même revenait souvent bourré le dimanche soir et alors on aurait dit un dingue. Il balançait tout dans la maison, la vaisselle y passait, les portes et bien évidemment ma mère. Moi et mes frères, on a jamais été battu heureusement. Je me rappelle cpdt qu'un jour il s'est jeté avec un couteau sur mon frère aîné et qu'un autre, il avait essayé d'attraper les cheveux de ma mère et c'est les miens qu'il a eu. Je me suis retrouvée avec une grosse bosse.

Après, malheureusement mon second frère a en quelques sortes pris le plus, puisqu'il m'a souvent frappé jusqu'au collège et qu'il sorte avec une de mes amies. Il était assez violent à l'école et frappait aussi ses potes (j'ai jamais compris pk ceux-ci restaient avec). J'ai encore bcp de mal avec lui et je crois que si je ne le voyais plus, ça m'attristerai pas plus que ça.

Il faut savoir que mon père ne payait rien, c'est ma mère qui payait tout sans pour autant avoir de travail. Ce qui faisait qu'on avait pas beaucoup à manger et parfois quasi rien pendant une semaine. Svt on avait plus d'eau chaude et d'électricité.

Ajoutez à cela, le fait que je n'avais ni chambre, ni lit - je dormais par terre et j'étais là seule de la maison pour qui c'était le cas. On me disait "c'est parce que t'étais pas prévue" (ma naissance) Au bout de X années, ils auraient peut-être bien de me prévoir enfin. Plus à cela, des probables attouchements venant d'un oncle que mon cerveau a décidé de supprimer de ma mémoire.

Avec tout ça je sentais sûrement pas la joie vivre, et avec ma fragilité, mes 20cm en dessus de la moyenne et mes fringues nazes, le collèges a été une période vraiment très difficile (deux TS ratés) . Ca a été mieux au lycée mais je me suis liée avec une Perverse narcissique (il adore les gens fragiles) qui m'a fichu un peu à terre. Simultanément, j'ai commencé à avoir des angoisses (TAG) . Puis de l'agoraphobie. Puis des attaques de paniques. Le tout ponctué de dépression épisodique (qui doit daté au moins du collège) et d'une estime de soi à raz des pâquerettes.

J'ai dû arrêté la fac pour cela et 10 ans plus tard et presque autant de thérapie , tout est encore ultra difficile. Je vois les gens autour de moi se marier, avoir des enfants ou même simplement un job et moi je galère. J'arrive pas à trouver ma place, à m'adapter à la vie et savoir comment fonctionner. Le plus triste, c'est que je suis à nv chez mes parents et qu'ironiquement, c'est l'endroit où je suis le moins angoissée. Des fois j'ai l'impression que c'est une malédiction.

Désolée pour le pavé, mais des fois ça fait du bien de retracer tout ça. Je me sens svt coupable de ma situation et mon état parce que j'oublie un peu par tout ce dont je suis passée.

Bien sûr, y'a pas de mystère, je me doute bien que ma VT est lié à mon histoire.
Avatar de l’utilisateur
par Lereveur
Homme de 39 ans non vierge
#214342
J'ai regardé vite fait ton sujet de présentation (qui date un peu), je n'ai pas vu mention de tout ça... Effectivement c'est duraille.

J'imagine que tu n'as vraiment pas moyen d'avoir un chez-toi en ce moment ? Parce que continuer à vivre avec des parents pareils, c'est l'empoisonnement garanti - même si je comprends le truc de revenir à une certaine situation " par habitude ", même si elle est clairement mauvaise.
par JaneDarc
Femme de 29 ans vierge
#214343
Je n'allais pas le balancer comme ça dès les présentations :sweat_smile: je pense que j'effacerai ce message à un moment

À l'heure actuelle, non, je touche un tout petit chomage qui même en vivant chez mes parents ne me permet même pas d'épargner. Et aucun logeur intelligent me prendrait de toute façon. De plus, après mon année 2017 difficile, j'ai un peu peur de retourner dans le monde. C'est mauvais je sais.
par LiPo
Homme de 26 ans non vierge
#214345
Arf... pas facile de se remettre de telles expériences, je n'ai pas la prétention de me mettre à ta place mais compatis tout de même. Il est vrai que cela a du te laisser une marque indélébile, mais ce n'est pas forcément pour autant que ça doit dicter le reste de ta vie !

Je crois que tu as tendance à être un peu trop focalisée sur le passé... Peut-être devrais-tu essayer d'avancer un peu en te raccrochant à ce que tu aimes aujourd'hui qui pourrait te motiver à recommencer une nouvelle vie, et non pas en repensant à ces vieilles épreuves qui ne font que te ralentir dans ta progression certaine.

Tu as un beau projet qui t'occupe bien actuellement. Tu devrais te focaliser d'avantage (si tenté que cela soit possible) dessus et en faire un réel but, et mener le projet à son terme. Tout ce travail peut payer. De nos jours, beaucoup de business ou d'activités sont montés à partir de rien. Toi, tu as quelque chose. Toutes ces heures passées ne sont pas forcément vaines. En tout cas, même si pour l'instant cela reste de l'ordre des hobbies, c'est la preuve que tu es capable d'avoir des objectifs et de t'y tenir.

Il faut absolument que tu réussisses à te trouver cette petit lueur qui te redonne le sourire et qui te fait oublier toutes les gamelles du passé, au profit d'un futur meilleur... Ca fait un peu pompeux et crédule dit comme ça, mais si tu ne crois pas en toi-même, il y a peu de chances que les autres le fassent pour toi. Le fait que tu viennes déverser ton spleen ici montre bien que tu veux t'en sortir et surtout que ca change. Tu as déjà réussi une fois à te barrer, pourquoi pas 2 ? Parfois on est souvent plus proche du but que l'on imagine! (il parait)
JaneDarc aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Lereveur
Homme de 39 ans non vierge
#214359
Avec un peu de chance, on peut quand même tomber sur un propriétaire qui ne cherchera pas le mouton à cinq pattes niveau revenus (du moment qu'on paye en temps et en heure, évidemment), je parle en connaissance de cause.

Par ailleurs, on peut avoir un chez-soi tout en étant assez en retrait du " monde ", si on ne se sent pas d'y replonger tout de suite. Là encore, c'est du vécu.

Ce que j'ai subi de mes parents est proprement ridicule à côté de toi, mais perso je persiste à croire qu'il est mieux pour moi de ne leur concéder aujourd'hui guère plus qu'une ou deux semaines dans l'année et quelques SMS / coups de téléphone (sachant que pendant mes années de galère professionnelle, j'ai fait plusieurs allers-retours chez eux).

T'as envisagé une colocation sinon ?