Venez ici pour discuter de vos complexes sexuels.
Avatar de l’utilisateur
par MathSo
Homme de 25 ans vierge
#232215
On a tous plus ou moins des complexes. Difficile de trouver quelqu'un qui n'en ait pas.
Kael08 a écrit :Lorsque je marche dans la rue, je complexe, de la manière dont je me comporte aux yeux des passants, la manière dont sera perçu ma façon de marcher, mon comportement, dans n'importe quel situation, ça me fatigue beaucoup :pensive:
En faite, j'ai l'impression de mal faire les choses, de mal me comporter, alors que en soit je marche, simplement, mais lorsque je vais croiser le regard de quelqu'un ou qu'une personne va me regarder, et que je le remarque, je commence à stresser et à perdre mes moyens...
Je comprends ce que tu ressens. Puisque pendant longtemps, moi aussi j'angoissais concernant ma "présentation sociale" . A chaque fois, je faisais en sorte d'être le plus "parfait" possible. Or, c'est justement en faisant comme ça que les gens te captent rapidement. Il faut dire que moi aussi, le regard de ma famille ne m'a pas tellement aidé. Et encore aujourd'hui, quand je marche dans la rue avec ma sœur ou ma mère, elles me font certains commentaires : "T'as vu comment tu marche ? T'es avachi sur toi même ; prends de la place ; t'es mal habillé ; tu prends pas soin de toi ... " . Je ne te cache pas que ça m'atteint aussi.

Mais justement, il n'y a pas meilleur endroit que la rue où l'on se fiche éperdument des autres. Donc, le mieux, c'est d'arrêter de se torturer l'esprit avec tout ça. Après tout, la rue, ça ne sert que pour se rendre d'un point A à un point B. Tant qu'on a pas un handicap ou un truc vraiment visible, les gens se foutent de nous. Et réciproquement. Donc ça ne sert à rien de toujours penser au regard des gens. Vivons notre vie comme on l'entend.

Je comprends que ce que tu aies vécu avec ton père et certaines filles t'aient marqué. Mais, il vaut mieux passer au dessus de tout ça aujourd'hui.
Kael08 a écrit :Ensuite, un autre complexe, c'est mon incapacité à me rendre intéressant dans les situations dites "sociales" comme par exemple lors d'une fête dans un appartement, comprenez que je suis timide de base, alors quand je ne connai personne, pff, encore pire :expressionless:
J'essaye de me faire le plus discret possible, et puis bon pour faire court, les jeux de cartes, poker, etc ça m'intéresse pas, en faite les jeux de groupes tout court, ça peut paraître bizarre mais c'est le cas,
J'ai plusieurs fois effectué des jeux de groupes, des moments de détentes en groupe, etc, mais de toute évidence, je ne suis pas fait pour le monde en société, je suis un solitaire, célibataire, endurci :sweat_smile: :joy:
Je connais aussi cette sensation de ne pas être à sa place dans un groupe : Dans le genre, trop timide pour oser parler aux autres. Tu finis bien souvent par être le fantôme de la bande. D'ailleurs, mon pote ancien VT me l'avait fait remarquer une fois :grin: . Je ne sais pas si tu ressens la même chose, mais il y a aussi cette peur de ne pas être intéressant. C'est à dire, de penser que l'on a pas de conversation. Ou bien que ce que l'on a a dire est nul, rasoir et inintéressant :expressionless: .

Avec des gens que l'on connait passe encore. Mais en effet, le pire, c'est quand t'es qu'avec des inconnus. Bonjour le malaise :smile: . Je me souviens une fois, lors d'un mariage, je m'étais retrouvé à une table avec d'autres jeunes (j'avais 16 ans) que je connaissais pas. Mon père m'avait dit :" Y a de jolies filles à ta table, tu pourrais tenter ta chance ". Je n'ai rien fait du tout. Je suis même resté complètement mutique pendant tout le long, et j'étais le plus clair de mon temps sur mon téléphone :grin: " .

C'est ton ressenti si les sorties ou jeux en groupe ne t'intéressent pas. Seulement, je pense que si on t'invite, essaie de faire bonne figure quand même. C'est ce que j'ai compris :wink:
Après, je ne pense pas que tes complexes soient dus à une frustration psychologique. Mais plutôt à un manque de confiance en toi :wink:
par spartak
Homme de 40 ans non vierge
#232361
Kael08 a écrit :les jeux de cartes, poker, etc ça m'intéresse pas, en faite les jeux de groupes tout court, ça peut paraître bizarre mais c'est le cas,
...
Mais les sorties restos, même en famille, les activités, les jeux de sociétés, etc en groupe, ça m'intéresse nullement, c'est bizarre non ?
Je ne dirais pas que c'est bizarre, je dirais juste que tu as actuellement des préférences différentes de celles de la majorité des gens. Personnellement, pour moi aussi les activités de groupe ne m'intéressent pas. Ca n'a pas toujours été mon cas, mais j'ai évolué et maintenant tout cela ne m'intéresse plus.
Ca n'est en rien bizarre ; en réalité chacun est unique, et chacun a des préférences personnelles uniques. Préférences personnelles qui évoluent avec le temps.

Kael08 a écrit : je suis timide de base,
Ca n'existe pas une personne intrinséquemment timide : ça voudrait dire timide 100% du temps, dans 100% des situations. Par contre, on peut avoir des comportements timides dans certaines situations.

Kael08 a écrit :je suis un solitaire, célibataire, endurci
J'étais comme toi, mais il faut savoir que ça peut évoluer avec le temps.
Par contre, je ne considére pas du tout cela comme un problème de fonctionner ainsi.

Kael08 a écrit :c'est mon incapacité à me rendre intéressant dans les situations dites "sociales"
Pourquoi serait-il nécessaire de "se rendre intéressant" dans les situations sociales ?
Je n'en voit personnellement pas l'intérêt : j'essaye juste de profiter au mieux du moment, ou de supporter la situation du mieux que je peux (si elle est chiante). Peu importe que les autres me trouvent intéressant ou pas.

Kael08 a écrit :je devrai me défaire de cet image que j'ai de moi-même, à savoir un perdant, et un échec, à toutes les échelles, mais ce n'est pas si simple
Ca c'est clair : tant que dans ta tête tu te verras comme un échec, il te sera impossible de changer.

Nous avons tous des défauts de caractère, mais il faut savoir que ces défauts sont temporaires : en travaillant dessus il est possible de les réduire, puis de s'en libérer complétement. Et en parallèle de développer nos bonnes qualités à l'infini.
D'un point de vue bouddhiste, on nous encourage à nous identifier à notre potentiel, qui est, pour tout le monde, un potentiel illimité de bienveillance, de sagesse, ...

Tant que nous nous identifions à un "moi incapable", "moi indigne d'être aimé", "moi pas à la hauteur", nous ne pourrons pas progresser.
Il est indispensable de s'identifier à notre potentiel illimité ; mais cette prise de conscience ne doit pas être seulement intellectuelle, nous devons la ressentir dans nos tripes.

Si après mon message, tu n'y parviens toujours pas, dis-le moi, je t'expliquerais une méditation qui aide pour ça.


Kael08 a écrit :pourquoi tu n'as toujours pas de copine ?"
"Tu n'as pas de meuf ? "
"Bah alors, on est célibataire endurci ?"
"Faut que tu te trouves une femme !"
Tu peux aussi étudier le concept de "late-bloomer." Moi ça m'avait bien aidé
Avatar de l’utilisateur
par Diogene
Homme de 29 ans vierge
#232427
Il n’y a rien de pire que de recevoir ce genre d’invectives de la part de gens à qui ça n’arrivera jamais et qui ne peuvent simplement pas nous comprendre. S’ils simaginent que c’est si simple de « trouver une femme » comme si les femmes étaient des objets sans leurs mots à dire, on serait déjà tous casés avec enfants.
MathSo aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 29 ans vierge
#232454
La confiance en soi, l'acceptation, ça vient, ça part, dite vous bien que personne sur cette terre n’a confiance en soi à bloc non-stop, la confiance en soi et ainsi que l'estime de soi ça fait des vagues. Il y a des épreuves qui peuvent nous faire du mal, et mettre à mâle son estime et sa confiance en soi, je pense, notamment à la perte d'un emploi que l'on appréciait, un deuil, une rupture et autre situation douloureuse qui momentanément nous propulse dans une torpeur.

Il y a sans doute aussi parfois des cicatrices sur lesquelles nous pouvons travailler, si par exemple on a été victime harcèlement à l'école, d'un parent toxique ou autre situation, cela peut laisser des traces profondes en nous, mais ça se travail, nous ne sommes pas obligés de porter ce poids toute notre vie et il me paraît sain de pouvoir s'en séparer ou le reléguer en un souvenir moins douloureux et ainsi refermer totalement ou en partie la cicatrice qui nous rappel de mauvais souvenir, tout ça dans le but justement d'apprendre à s'apprécier à sa juste valeur.

C'est bien malheureux de rester par-exemple bloqué sur de l'aigreur vis-à-vis a de soi-même et des autres.

Vous me rétorquerez qu'il y a des gens qui ont de quoi avoir confiance en soi, qui ont un réseau social fourni, qui ne sont pas timides, un beau physique avenant, mais le premier point par exemple ne convient pas à tous, il y a des gens qui préfère vivre en solitaire ou qui préfère avoir petit groupe d'ami et être entourer ne veux pas dire que l'on est nécessairement heureux, quant au second point il se travaille, certes, si de nature la personne n'est pas très loquace elle ne va pas se transformer, mais il y a tout de même une différence notable entre être introverti et être timide... À méditer; et dernier point, la beauté, ça me paraît bien souvent éphémère, les gens qui furent beaux jeune ne le resteront sans doute pas tout au long de leur vie et il arrive que ce qui ne furent pas très séduisant adolescent finisse par le devenir sur le tard (il y a aussi des gens n'évoluent pas énormément avec l'âge physiquement), perso, j'étais considéré comme étant moche jeune, mais tant pis, ce temps est révolu et sait-on jamais, peut-être qu'avec un petit peu de chance, nous vieillirons comme du bon vin ;), je me dis que ceux qui sont beau gosse et belle jeune gosse tant mieux pour eux, mais ce capital beauté est bien souvent éphémère et elle risque de mal le vivre le jour où elles se regarderont dans le miroir à 50ans alors que nous qui étions considérer moche jeune nous n'avons plus rien à perdre les amis ;).
Dernière modification par Amaz le 09 mai 2020, 01:02, modifié 2 fois.
par spartak
Homme de 40 ans non vierge
#232491
J'espère que vous avez raison
ce n'est pas l'interprétation de tout le monde, hélas
Par rapport au fait d'être "bizarre" ou "pas intéressant".
Certaines personnes (la majorité peut-être) von nous juger comme "bizarre" ou "pas intéressant" : en fait cela provient d'une certaine étroitesse d'esprit chez eux, face à notre différence.
Avec un esprit ouvert, ils essayeraient de comprendre nos différences et notre fonctionnement.
En fin de compte, s'ils ne nous trouvent pas intéressants, c'est leur problème. Ce sont eux qui se ferment à une opportunité d'apprendre des choses.

C'est comme dans la nature : les espèces animales sont variées et toutes différentes.
Certains peuvent penser que, par exemple les fourmis ou les serpents ne sont pas intéressants.
Mais il existe des personnes qui se passionnent pour les fourmis (les entomologues) et d'autres pour l'étude des serpents (les herpétologues) au point que cela devient chez eux une passion.

Mais en fin de compte, la seule chose qui compte c'est que TOI tu te trouves intéressant. Et je répéte : il n'y a rien besoin de faire de spécial pour être intéressant : nous avons tous un fonctionnement différent ; en soi, il est déjà intéressant de simplement essayer de se comprendre soi même.

Kael08 a écrit : D'ailleurs ça m'intéresserait bien votre méditation si vous voulez bien
Ok, alors la première étape est de penser à une personne qui ne nous juge pas, une personne qui nous aime inconditionnellement, et qui voit au delà de nos défauts.
Typiquement, on peut choisir par exemple :
- pour les catholiques : la Vierge Marie ou Jésus ou Dieu (mais pas le Dieu qui juge et punit hein ; je parle du Dieu d'amour infini)
- pour les autres : une personne qui remplit les critères que j'ai cités : cela peut être par exemple notre grand-mère (souvent les grand-mères sont moins dans le jugement que nos parents) ou peut-être un(e) enseignant(e) que nous avons eu et qui a cru en nous.
Supposons que cette personne que tu as choisi s'appelle Josiane

Ensuite, tu t'installes au calme, assis sur une chaise avec le dos droit (sans forcer) et tu fermes les yeux.
Tu passes un peu de temps à visualiser ton corps.

Tu t'imagines dans un premier temps que ton corps disparait, que tu deviens simplement l'espace.

Ensuite tu t'imagines que, de l'espace, tu apparait en tant que cette personne Josiane (que tu as choisie à la permière étape). Tu es devenu Josiane.
Tu passes du temps à te familariser avec ton nouveau corps. Puis à penser à la vie et aux activités de Josiane, ton "nouveau moi" : "Moi, Josiane, je fais ceci". "Moi, Josiane, je pense cela".

La dernière étape est, en tant que "moi = Josiane", de repenser à "l'ancien moi" (c'est à dire à Kael08). "Moi = Josiane" je ne suis pas à aveugle aux défauts de Kael08 .....
Mais "Moi = Josiane" je vois les qualités de Kael08, je vois son potentiel, je crois en lui (passer du temps à faire cela)

Kael08 a écrit : Qu'est-ce que c'est [les late-bloomers] ?
Vu que ce concept peut-être intéressant pour toutes les personnes concernées par la VT, j'ai décidé de le présenter sur ce forum dans un topic dédié.

PS : tu peux sans problème me tutoyer. En fait, c'est comme ça t'arrange...