Questions, conseils, pour parler librement de sexualité, c'est ici.
Avatar de l’utilisateur
par MathSo
Homme de 27 ans vierge
#240978
Bon, pour éviter de polluer davantage les topics de Agos et Lulu26 (et également sur les conseils de Salambo), voici donc un topic dédié sur l'asexualité où chacun pourra venir débattre ou témoigner si il (ou elle) en a envie.
salambo a écrit :Je suis quasiment sûre qu'il existe un topic dédié sur l'asexualité quelque part sur le forum, sinon vous pouvez le créer
Je vais reposter ici les derniers échanges qu'il y a eu sur le topic d'Agos :
Mimi2020 a écrit :D'où le problème de vouloir nous faire tous entrer dans une case, à devoir absolument nous déterminer selon les tendances d'une époque, ce qui est stupide. Pour ma part, je n'avais jamais entendu parler d'asexualité ou autres à part sur le web . Merci les US. Car si on s'en tient à la définition stricte, on est tous asexuel a un moment ou l'autre de notre vie. Tout ca c'est du marketing. A tel point que ceux qui n'ont pas encore sauté le pas se posent la question de l'être
Lux a écrit :J'ai bien dit que l'asexualité était un spectre, la bisexualité aussi, l'hétérosexualité aussi.
Je n'ai jamais dit que les "asexuels devaient rester dans une case". Quelle mauvaise foi, après avoir écrit un long message où j'explique que je ne sais pas ce qu'il en est pour quiconque, mais que certaines remarques peuvent effectivement s'apparenter à de l'asexualité — question que se pose l'auteur de ce sujet, je le rappelle.
C'est toi qui refuses l'asexualité et qui estimes que ça n'existe pas. Ne renvoie pas sur moi ton incapacité à prendre en compte la diversité des gens et de leur manière de vivre leur sexualité.
Désolé de te le dire comme ca Mimi2020, mais le message que tu as posté (et que j'ai mi en évidence ici) m'a quelque peu ... Horripilé si je puis dire. Tout comme Lux, ton message laisse transparaitre que pour toi, l'asexualité est un truc qui n'existe pas. Ou bien, qui a été crée de toutes pièces qui n'ont "pas encore sauté le pas" comme tu dis.

Comment peux tu dire également que "tout ca c'est du marketing" ? T'es tu intéressée au moins une fois à la communauté asexuelle pour sortir une telle "énormité" ? Va dire ca à un asexuel, tu vas te faire incendier. On est pas tous "asexuel à un moment donné de notre vie", c'est une orientation sexuelle comme une autre, au même titre que l'hétérosexualité, l'homosexualité, la bisexualité ou même la pansexualité.

Mais d'abord, un(e) asexuel(le), c'est une personne qui ne ressent aucune attirance sexuelle pour personne (ni homme ni femme). En ce sens, c'est à distinguer de l'abstinence qui est un choix de la personne alors que l'asexualité ne l'est pas.

Après, même si les asexuels ne sont pas attirés par le sexe, cela ne les empêche pas de ne pas ressentir des sentiments romantiques malgré tout. Et d'ailleurs, il existe un sous-spectre d'attirance romantique chez les asexuels (similaire aux orientations sexuelles) : hétéroromantique, homoromantique, biromantique, panromantique et aromantique. Ainsi, quelqu'un qui n'est attiré ni sexuellement, ni romantiquement par personne est un asexuel aromantique.

Et puis, quand tu dis "D'où le problème de vouloir nous faire tous entrer dans une case, à devoir absolument nous déterminer selon les tendances d'une époque, ce qui est stupide", ces "cases" ne sont justement pas figées. Combien a-t-on eu de personnes qui se sont révélées soit homo, soit asexuelles sur le tard ? Il y en a toujours eu des milliers.

Et puis "les tendances d'une époque" :unamused: ... . L'asexualité a toujours existé, seulement elle n'a jamais été reconnue pendant longtemps car on pensait que c'était un truc impossible. Et il aura seulement fallu attendre l'avènement d'internet pour que leur communauté se fasse entendre.

Voici d'ailleurs quelques liens pour plus d'information :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Asexualit%C3%A9

https://fr.asexuality.org/

Ajouté 15 minutes 17 secondes après :
Mimi2020 a écrit :On dit juste que c'est une segmentation sexuelle comme toutes les autres à la mode web : aromantique, sapiosexuel, demisexuel; graysexuel, polysexuel etc... et que si certains se sentent rassurer d'en faire parti, pour d'autres c'est une prise de tête inutile.
A la mode web ... à la mode web ... . Disons que si internet a (sans aucun doute) permis de mettre en lumière les différentes orientations et attirances possibles, celles-ci devaient exister depuis bien plus longtemps que ca à mon avis.

Ensuite, quand au fait de "tout vouloir rentrer dans des cases" ... . Je pense qu'au départ, ces personnes ne se s'identifiaient pas, et ne se voyaient pas s'enfermer dans les cases "classiques" hétéro et homo. Car oui, pendant longtemps, on a pensé qu'on était soit l'un soit l'autre. Et avec ca déjà, on "enfermait" les gens dans les cases du binarisme. D'ailleurs, ces derniers temps, on a aussi le "réveil" des personnes non-binaires. Mais ca c'est une autre histoire.

Donc peut-être que ca complique la vie, mais ca permet à des personnes de ne pas s'identifier uniquement à hétéro ou homo.
Avatar de l’utilisateur
par Lux
Femme de 35 ans non vierge
#241122
Je te remercie MathSo pour ce message, et je suis effectivement navrée car nous avions fait dériver le topic d'Agos qui, le pauvre, n'osait même plus participer.

Vous me connaissez, j'ai du mal à ne pas répondre sur certains sujets qui me tiennent à cœur, et j'ai été comme toi particulièrement choquée de lire les propos de Mimi, qui sous-entend à chaque message que l'asexualité est une mode qui viendrait d'internet et qu'il serait néfaste pour les gens de se définir comme asexuels car ça les enfermerait dans une identité particulière.
Or je suis navrée mais tout cela est faux. Là encore MathSo, merci pour les liens que tu as pu mettre : il faut s'éduquer sur certains sujets avant de la ramener et de prétendre savoir si une orientation sexuelle existe ou non. C'est très violent de dénigrer une orientation sexuelle en la faisant passer pour une mode — on entend ça aussi sur les personnes transgenres, comme si les gens partaient dans une transition parce que c'est "la mode"... alors qu'en réalité, c'est juste que ça a toujours existé mais que maintenant, on peut en parler. C'est pareil pour l'asexualité : on ignorait que cela existait il y a quelques années, ce qui fait qu'on n'en parlait pas, que les gens le cachaient, parfois au détriment de leur propre intégrité physique (les asexuels se forçaient à avoir des relations sexuelles pour faire comme tout le monde, car ils pensaient avoir un problème psychologique).

Si l'asexualité est une case, alors l'hétérosexualité aussi en est une. L'homosexualité aussi. Allons plus loin : tout ce qui fonde notre identité serait réducteur. Dire qu'on est français, chrétien, musulman, immigré, chômeur, cadre, noir, blanc, gros, petit, maigre, tout ça serait en fait des identités qui nous enferment dans des "cases", n'est-ce pas ?
Pourtant, l'identité de chaque caractéristique de l'être humain n'est pas uniforme. Il y a des tas de manières d'être chrétien, d'être immigré, d'être cadre, d'être hétérosexuel. C'est pareil avec l'asexualité — c'est même encore plus vrai, en fait, avec l'asexualité, parce que comme il s'agit d'une orientation sexuelle marginale, queer comme on dit dans les milieux LGBTQIA+, les gens sont généralement plus enclins à questionner ce qu'ils sont, leurs envies et leurs désirs. Je suis parfois un peu TikTok, il y a pas mal de personnes asexuelles qui parlent de leur sexualité dessus, et très honnêtement il n'y a pas deux asexuels qui racontent la même chose. Leur expérience de leur asexualité est très diverse — mais en fait si on y réfléchit bien, il y a aussi plein de manières de vivre son hétérosexualité, par exemple. Peut-être qu'on en parle moins, ou qu'on en parle de manière plus normée parce que socialement il y a des choses à respecter quand on est dans la norme. Dès qu'on sort de la norme, étrangement, on devient beaucoup plus libre !

En tous les cas, j'ai souvent lu, entendu des asexuels déplorer qu'ils aient dû se forcer à avoir une activité sexuelle quand ils ne savaient pas ou ne comprenaient pas qu'ils étaient asexuels, mais je n'ai jamais entendu aucun asexuel déclarer qu'il s'était empêché d'avoir des relations sexuelles parce qu'il voulait être asexuel ! Ce n'est pas une identité qui ferme, bien au contraire, c'est souvent une révélation qui ouvre le champ des possibles.
Et si quelqu'un, à un moment dans sa vie, a envie d'avoir des rapports sexuels, ce n'est pas parce qu'il se considérait avant comme asexuel qu'il s'en empêchera. Ce n'est pas comme ça que ça marche, et je me base vraiment sur les discours des personnes concernées pour pouvoir l'affirmer. De toute façon, la société nous presse tellement à avoir une sexualité qu'il est vraiment plus facile de passer d'asexuel à sexuel que l'inverse...
MathSo aime ça
par Flotbleu4
Femme de 42 ans non vierge
#241167
Perso, j'ai un peu de mal à m'y retrouver. L'asexualité n'est pas reconnue à l'unanimité dans le monde scientifique, notamment chez les psys. Pour certains, c'est une orientation sexuelle à part entière, pour d'autres, le désir existe chez tout être humain mais il ne s'exprime pas pour diverses raisons.

De plus dans cette catégorie, on retrouve des profils fort différents : des personnes qui ont du désir mais celui-ci n'est pas dirigé vers qqn, en revanche ils obtiennent du plaisir par la masturbation. D'autres n'ont pas du tout de désir. Ce sont 2 choses fort différentes je trouve. Certains pensent être asexuels parce qu'ils ne ressentent pas de désir, puis à l'occasion d'une thérapie, découvrent qu'ils ont été abusés pendant l'enfance par ex. et que c'est ce qui les a bloqués dans leur sexualité.
Avatar de l’utilisateur
par Lux
Femme de 35 ans non vierge
#241289
Flotbleu4 a écrit : 03 janv. 2022, 14:16 Perso, j'ai un peu de mal à m'y retrouver. L'asexualité n'est pas reconnue à l'unanimité dans le monde scientifique, notamment chez les psys. Pour certains, c'est une orientation sexuelle à part entière, pour d'autres, le désir existe chez tout être humain mais il ne s'exprime pas pour diverses raisons.

De plus dans cette catégorie, on retrouve des profils fort différents : des personnes qui ont du désir mais celui-ci n'est pas dirigé vers qqn, en revanche ils obtiennent du plaisir par la masturbation. D'autres n'ont pas du tout de désir. Ce sont 2 choses fort différentes je trouve. Certains pensent être asexuels parce qu'ils ne ressentent pas de désir, puis à l'occasion d'une thérapie, découvrent qu'ils ont été abusés pendant l'enfance par ex. et que c'est ce qui les a bloqués dans leur sexualité.
Je ne pense pas que les psys puissent se permettre de poser des jugements sur les origines de la sexualité de qui que ce soit. Il y a aussi des femmes qui sont lesbiennes et qui ont eu des traumas avec des hommes : cela ne veut pas dire pour autant que leur sexualité est moins réelle ou moins légitime.
Il n'est de toute façon pas possible de savoir si une orientation sexuelle est un acquis ou un construit social. Quand bien même ce serait construit socialement, je ne vois pas ce que ça change, en fait. Cela signifie quand même que la personne ressent telle orientation, et n'y peut rien. Si tu as été abusé, et que ça t'a dégoûté du sexe avec un partenaire, c'est un truc à respecter, pas à minimiser.
C'est très étrange de dire : cela vient d'un trauma, donc c'est moins réel. Je rappelle qu'on a aussi beaucoup reproché aux femmes de "rendre" leurs fils homosexuels en étant trop proches d'eux... alors l'aide de la psychologie, et plus spécialement de la psychanalyse là-dessus, on peut parfois s'en passer.

Encore une fois, tout ce que je dis moi, c'est qu'il est important d'écouter des gens qui disent : je ne ressens pas de désir pour quelqu'un (quelle qu'en soit la raison), et de le respecter. On a le droit, aussi, de ne pas avoir envie de sexe. On n'est pas pour autant malade ou fou.
fopaldir aime ça