Questions, conseils, pour parler librement de sexualité, c'est ici.
Par Tyrus
Homme de 31 ans non vierge
#222054
Le risque zero n'existe pas c'est certain mais bon c'est comme tout: Ă  force d'avoir peur de tout on ne vit plus (en utilisant tel appareil tu risques un cancer, si tu manges telle nourriture tu risques un cancer etc...).

Se protéger est effectivement un moyen de minimiser les risques et me semble indispensable.
Azrael a écrit : ↑13 juil. 2019, 15:32 J'ignore ce qu'on entend par "quand c'est fait intelligemment", mais on dit que l'utilisation du préservatif laisse souvent à désirer, je dois dire que je me demande parfois comment les femmes gèrent ça.
C'est qui ce "on" ?
Avatar de l’utilisateur
Par Azrael
Homme de 33 ans non vierge
#222056
Tyrus a écrit : ↑13 juil. 2019, 15:35 Le risque zero n'existe pas c'est certain mais bon c'est comme tout: à force d'avoir peur de tout on ne vit plus (en utilisant tel appareil tu risques un cancer, si tu manges telle nourriture tu risques un cancer etc...).

Se protéger est effectivement un moyen de minimiser les risques et me semble indispensable.
Loin de moi de ne plus vivre Ă  cause de la peur, d'ailleurs si j'Ă©tais gay et voulais multiplier les rencontres (pour une raison ou pour une autre), je ne crois pas que je choisirais l'abstinence, mais plutĂ´t que je prendrais la PrEP.

A chacun de décider de ses priorités, du risque qu'il est prêt à encourir, des solutions et pratiques qu'il choisit, je n'ai pas la prétention de dire ce que les autres doivent faire.

Cela dit "le risque zéro n'existe pas", cette phrase m'a toujours dérangé, comme si pour beaucoup elle semblait résoudre la question à elle seule. Ca ne nous dit pas où le risque se situe, ce qui est la vraie question, en général il n'y a pas de réel choix sans connaître précisément les risques (et d'après les chiffres que j'ai pu lire, on en serait souvent loin du risque zéro).

Tyrus a écrit : ↑13 juil. 2019, 15:35
Azrael a écrit : ↑13 juil. 2019, 15:32 J'ignore ce qu'on entend par "quand c'est fait intelligemment", mais on dit que l'utilisation du préservatif laisse souvent à désirer, je dois dire que je me demande parfois comment les femmes gèrent ça.
C'est qui ce "on" ?
Quand on cherche des Ă©tudes sur la question, c'est vraisemblablement ce qu'on lit.
Avatar de l’utilisateur
Par katy81
Femme de 38 ans non vierge
#222058
Lux a écrit : ↑13 juil. 2019, 13:21
katy81 a écrit : ↑10 juil. 2019, 20:47 Le risque des mst existe bel et bien et c'est ce qui finalement aurait pu me freiner plus que le fait de ne pas avoir de relationnel avec la personne.
Certes, il faut se protéger, c'est un truc à garder à l'esprit, mais n'oublions pas qu'il y a aussi des risques quand t'es en couple, que tu n'utilises plus de préservatif et que ton/ta partenaire te trompe...
Perso, j'ai eu beaucoup de plans d'un soir, et je me suis toujours protégée. Je n'ai jamais eu une seule MST.
Quand c'est fait intelligemment, y'a quand même un risque très minime de choper des trucs.
oui oui bien sur que même en couple ça peut très bien arrivé ça j'en ai bien conscience. Toutefois pour des plans Q, je me dis que certains hommes se fichent comme de l'an 40 des préservatifs, et que de fait même si j'en aurai eu (des préservatifs) pas certaine qu'ils soient adaptés au monsieur en question. Et puis c'est vrai que le positionnement s'il est fait à l'arrache c'est plus que problématique.

J'ai eu beaucoup de témoignage de jeunes femmes qui comme ça se sont retrouvées au planning familiale et/ou centre de dépistage, en expliquant que leur "copain" par énervement ou flem, ont totalement retirer le préservatif et continuer gentiment leur relation sexuelle :unamused:
Par Tyrus
Homme de 31 ans non vierge
#222066
Azrael a écrit : ↑13 juil. 2019, 17:03 Loin de moi de ne plus vivre à cause de la peur, d'ailleurs si j'étais gay et voulais multiplier les rencontres (pour une raison ou pour une autre), je ne crois pas que je choisirais l'abstinence, mais plutôt que je prendrais la PrEP.
Tu devrais donc également regarder les études concernant la PrEP, sur les effets secondaires, les risques pour certains organes et sur le fait que ça n'immunise pas à 100%. A choisir, je préfère le préservatif et ne pas faire de pratique à risque que de m'injecter ça.

Après tu as raison, chacun choisit ce qu'il préfère.

Concernant le préservatif, j'aimerai bien quelques liens sur les études que tu évoques.
Avatar de l’utilisateur
Par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#222067
La PrEP est surtout pensée comme dispositif d'urgence à la base, en cas d'accident (rupture de préservatif ou son oubli) voir d'agressions sexuelles.
Sa prise est racontée comme dure et pénible avec des effets secondaires accomodants.
Par Tyrus
Homme de 31 ans non vierge
#222068
Tu as raison mais Azrael a aussi raison de dire qu'elle est de plus en plus utilisée en prévention. Mais de ce que j'ai pu lire son efficacité serait au niveau du préservatif.
Avatar de l’utilisateur
Par Azrael
Homme de 33 ans non vierge
#222070
Tyrus a écrit : ↑13 juil. 2019, 19:59 Tu devrais donc également regarder les études concernant la PrEP, sur les effets secondaires, les risques pour certains organes et sur le fait que ça n'immunise pas à 100%. A choisir, je préfère le préservatif et ne pas faire de pratique à risque.
D'après ce que j'ai pu lire, il est conseillé d'avoir un suivi, où l'un des objectifs principaux est de voir si ton corps le prend mal. Et d'après ce que j'ai pu lire, on serait quand même étonnamment proche des 100% (il me semble qu'un moment les chiffres étaient faussés?), et si on garde le préservatif (je n'ai pas dit que je l'enlèverais, d'autant qu'il y a d'autres MST) je n'en parle même pas. Enfin, même s'il y avait toujours un petit risque inconnu lié à ce traitement, selon le cas ce serait le risque que je préférerais à un autre.

Ne pas faire de pratique à risque, et conserver le préservatif, j'avoue que j'ai un peu de mal à imaginer les options restantes, sachant qu'aux dires d'une majorité de mecs (à moins que je me trompe?), une fellation avec préservatif semble n'avoir aucun intérêt.

Tyrus a écrit : ↑13 juil. 2019, 19:59 Concernant le préservatif, j'aimerai bien quelques liens sur les études que tu évoques.
Mon ordi de l'époque est HS et je ne dois plus avoir de lien vers les études proprement dites, que j'avais mis un certain temps à trouver mais honnêtement, on trouve cette différence de chiffres (utilisation optimale et utilisation courante - avec ce que cela suppose de "incorrect") un peu partout :

https://www.etsicamarrivait.fr/preservatif-masculin/

"S’ils sont bien utilisés, les préservatifs sont efficaces à 98%. En pratique courante, il faut rester vigilant : l’efficacité peut être réduite jusqu’à 85% (préservatif déchiré, placé imparfaitement, trop tard, resté dans le vagin, abîmé, périmé…)"

(85% serait le pourcentage concernant le VIH et une relation vaginale, en sachant que pour une relation anale et pour d'autres maladies, les chiffres descendent plus bas.)


SnapBack a écrit : ↑13 juil. 2019, 20:38 La PrEP est surtout pensée comme dispositif d'urgence à la base, en cas d'accident (rupture de préservatif ou son oubli) voir d'agressions sexuelles.
Sa prise est racontée comme dure et pénible avec des effets secondaires accomodants.
C'est possible, mais tu ne confonds pas avec le Traitement Post-Exposition (TPE)?
SnapBack aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#222071
Azrael a écrit :C'est possible, mais tu ne confonds pas avec le Traitement Post-Exposition (TPE)?
Si !
La PrEP est un dispositif utilisé surtout par les travailleurs et travailleuses du sexe ainsi que le milieu homosexuel (en général).

Le médicament d'urgence est bien le TPE.
Par Tyrus
Homme de 31 ans non vierge
#222073
Azrael a écrit : ↑13 juil. 2019, 21:16 Enfin, même s'il y avait toujours un petit risque inconnu lié à ce traitement, selon le cas ce serait le risque que je préférerais à un autre.
Oui je comprends c'est vraiment une question d'affinité après :wink:
J'avoue de pas trop aimer m'injecter des trucs qui ne sont pas indispensables, surtout quand on ne mesure pas encore bien les effets secondaires. Je serais donc plus adepte du préservatif.
A noter quand même que la PrEP ne protège que du VIH et pas des autres MST.
Azrael a écrit : ↑13 juil. 2019, 21:16 Ne pas faire de pratique à risque, et conserver le préservatif, j'avoue que j'ai un peu de mal à imaginer les options restantes, sachant qu'aux dires d'une majorité de mecs (à moins que je me trompe?), une fellation avec préservatif semble n'avoir aucun intérêt.
Ah dans ce cas oui il faudrait clairement privilégier autre chose. Mais l'idée d'une fellation ne m'a jamais tenté je dois dire donc cela n'est pas dérangeant de m'en passer.

Merci pour les liens !
Avatar de l’utilisateur
Par Lux
Femme de 33 ans non vierge
#222103
Azrael a écrit : ↑13 juil. 2019, 15:32 Est-ce qu'on parle, de ne jamais avoir attrapé de MST, ou juste du fait qu'aucune ne se soit manifestée sur l'organisme (puisque l'on serait souvent porteur sans que la chose se déclare).
Je parle simplement d'avoir fait tous les tests possibles et imaginables et de n'avoir jamais été positive pour aucune MST. Voilà de quoi je parle.

En réalité, c'est toujours une manière de peser le pour et le contre. Oui, il y a toujours un risque quand tu couches avec quelqu'un, même si c'est ton mec / ta nana. Il y a forcément un risque, comme d'ailleurs quand tu sors dans la rue, que tu traverses la route, que tu prends les transports où tu peux croiser des gens malades, quand tu vas au soleil et que tu peux choper un cancer, etc.
Je trouve injuste qu'on évoque toujours les MST uniquement dans le cadre des plans cul, comme si les vraies relations ne pouvaient pas aussi en provoquer : soit parce que l'autre ne se sait pas infecté, soit parce que l'autre ment et te trompe. A mon sens, le risque est à peu près le même, surtout si dans tes plans cul tu te protèges systématiquement.
Moi j'admets sans problème que je ne fais pas de fellation avec un préservatif. En revanche, j'essaie depuis quelques temps d'avoir toujours des préservatifs sur moi, pour que le mec ne me dise pas : oh non j'en ai pas.
En réalité, sauf viol (et ça arrive, je le sais), si tu décides que tu ne coucheras qu'avec protection, alors tu ne coucheras qu'avec protection. Le mec qui force alors que tu veux pas, c'est un viol, c'est tout, et là non seulement il faut faire des tests voire une trithérapie préventive, mais surtout il faut aller porter plainte car c'est interdit par la loi.
Y'a des meufs qui tombent enceintes alors qu'elles ont un stérilet et qu'elles mettent des capotes. Non, le risque zéro n'existe pas — après la question, c'est est-ce que j'y vais quand même parce que ça peut être fait en bonne intelligence (et pour ça c'est pas mal de causer un peu avant pour voir si question protection vous êtes sur la même longueur d'ondes avec l'autre) ou est-ce que je décide que ça me fait trop peur et je ne le fais pas. Je ne juge pas, je comprends qu'on puisse avoir peur, mais j'ai l'impression qu'il y a quand même une forme de paranoïa un peu exagérée par certains au sujet des MST. A part le VIH, a priori, on peut quand même guérir de tout (et même le VIH aujourd'hui on vit avec) : l'important c'est aussi de faire régulièrement des tests de dépistage, pas que pour le VIH mais pour tout le reste, histoire de pouvoir prendre à temps un truc si ça se déclare.
Tyrus aime ça
  • 1
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16