Questions, conseils, pour parler librement de sexualité, c'est ici.
par resO
Homme de 33 ans vierge
#222108
Lux a écrit : 13 juil. 2019, 13:21 Je n'ai pas le sentiment que les plans cul soient diabolisés sur les sites de rencontres ; en revanche, les meufs qui veulent du sérieux en ont ras le bol de tous ceux qui commencent systématiquement leur conversation par "je sors d'une relation longue, je veux pas de sérieux".
Ca peut se comprendre c'est vrai, mais au moins ça a le mérite d'être franc et honnête.
Avatar de l’utilisateur
par Azrael
Homme de 34 ans non vierge
#222115
Lux a écrit : 14 juil. 2019, 14:18 Je parle simplement d'avoir fait tous les tests possibles et imaginables et de n'avoir jamais été positive pour aucune MST. Voilà de quoi je parle.
Sachant que beaucoup affirment ne jamais avoir attrapé de MST, sans même avoir fait de test et de toute leur vie parfois, la question ne me semble jamais naïve à poser.

Lux a écrit : 14 juil. 2019, 14:18 Oui, il y a toujours un risque quand tu couches avec quelqu'un, même si c'est ton mec / ta nana. Il y a forcément un risque, comme d'ailleurs quand tu sors dans la rue, que tu traverses la route, que tu prends les transports où tu peux croiser des gens malades, quand tu vas au soleil et que tu peux choper un cancer, etc.
Je trouve injuste qu'on évoque toujours les MST uniquement dans le cadre des plans cul, comme si les vraies relations ne pouvaient pas aussi en provoquer : soit parce que l'autre ne se sait pas infecté, soit parce que l'autre ment et te trompe. A mon sens, le risque est à peu près le même, surtout si dans tes plans cul tu te protèges systématiquement.
Bien sûr qu'on risque d'attraper quelque chose dans le cadre d'une relation "sérieuse". Seulement pour moi, le risque n'est carrément pas le même quand tu sais que quelqu'un a été un adepte de plans cul, a eu assez probablement une centaine/des centaines de partenaires (ce n'est pas que moi qui le dit, qu'un nombre de partenaires élevé augmente les risques), sans compter que souvent en effet, il y a sexe oral sans préservatif.

Lux a écrit : 14 juil. 2019, 14:18 Je ne juge pas, je comprends qu'on puisse avoir peur, mais j'ai l'impression qu'il y a quand même une forme de paranoïa un peu exagérée par certains au sujet des MST. A part le VIH, a priori, on peut quand même guérir de tout (et même le VIH aujourd'hui on vit avec) : l'important c'est aussi de faire régulièrement des tests de dépistage, pas que pour le VIH mais pour tout le reste, histoire de pouvoir prendre à temps un truc si ça se déclare.
Vu que ça peut m'être en partie adressé, je ne pense pas être paranoïaque (d'ailleurs je l'ai dit, étant hétéro ça ne me fait pas peur sur ce versant), mais c'est sûr que j'aime connaître les chiffres par exemple, et quand je vois que beaucoup de gens ne semblent même pas vouloir s'y intéresser (je ne parle pas de vous), je me dis que c'est plutôt côté "mais moi je veux être insouciant et faire ce que je veux sans me prendre la tête" qu'on a du mal à voir les choses en face (or la réalité est la réalité, qu'on le veuille ou non).

(Je précise que ça ne concerne pas que les MST, ça m'intéresse de savoir par exemple, si je mange bien et ceci cela, si je fais telle quantité de sport, à quel point ça diminue les risques de voir se développer une cochonnerie.)

Enfin, évidemment ce n'est pas parce qu'on a une chance relative que c'est le cas de tout le monde, il y a eu des gens qui ont attrapé quelque chose dès le premier rapport et avec préservatif, y compris sur ce forum.

Et non, on ne guérit pas de tout, je pense à l'herpès par exemple (même si on en "guérit", ça ne disparaît pas de l'organisme et a toutes les chances de revenir), mais je sais que ça concerne d'autres infections, sans doute plus ennuyeuses. (Si on me permet d'ajouter que, personnellement, j'ai attrapé très tôt deux infections, avant même d'avoir eu de relation sexuelle, à la piscine ou autres, on comprendra que niveau "mets ton produit", ou "faut guérir même si c'est pas bien grave", ou "ah mince c'était pas encore parti/on retourne consulter ou à la pharmarcie" j'ai eu ma dose.)

Par ailleurs, certaines infections sont plus bien compliquées à détecter, je pense au HPV chez les hommes par exemple, alors des tests réguliers de dépistage pour tout, j'imagine que c'est un peu utopique.
Avatar de l’utilisateur
par Lux
Femme de 33 ans non vierge
#222118
Mais si ton partenaire a eu plein de plans par le passé, mais qu'il a fait des tests et qu'il est clean, où est le problème ? Que tu aies eu un ou 15 partenaires, tu ne peux être sûr de rien, sauf avec des tests.
Diaboliser les partenaires multiples, c'est à mon sens contre-productif. Comme pour donner son sang : la bonne mère de famille que le mec trompe à tours de bras, elle a plus de risques d'avoir été exposée à un virus que moi.
Bref : l'important c'est de se protéger et de se faire régulièrement dépister. C'est la seule règle qui vaille. Ou alors commençons aussi à s'interdire de partir à l'étranger, de prendre la voiture, de sortir de chez soi pour ne jamais tomber malade.
Tyrus aime ça
par resO
Homme de 33 ans vierge
#222119
Ah mais pendant qu'on y est...il vaut mieux se faire dépister lors sa première fois, (et ou avec chaque partenaire les fois suivantes ou c'est un peu trop ) non ??
Je ne me suis pas souvent posé cette question, sur la durée des tests et comment ça se passe vraiment concrètement (est-ce mieux avant ou après une relation ? ) notamment mais j'ai pas l'impression que c'est pas si systématique chez les sexuellement actifs d'en faire des tests, eux qui se contentent des contraceptifs, à moins que je ne me trompe.
Dernière modification par resO le 14 juil. 2019, 17:08, modifié 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#222120
Lux a écrit :C'est la seule règle qui vaille. Ou alors commençons aussi à s'interdire de partir à l'étranger, de prendre la voiture, de sortir de chez soi pour ne jamais tomber malade.
Hélas, les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (incluant, pour moi, les personnes transsexuelles et/ou travesties) restent soumis à des restrictions pour le don de sang par exemple. Ce sont des choses que l’on continue malgré tout d’interdire de nos jours.
par Tyrus
Homme de 32 ans non vierge
#222122
Lux a écrit : 14 juil. 2019, 16:53 Bref : l'important c'est de se protéger et de se faire régulièrement dépister. C'est la seule règle qui vaille.
Si ça n'est pas indiscret, tu te fais dépister périodiquement ? Si oui tous les combien ?
Avatar de l’utilisateur
par Lux
Femme de 33 ans non vierge
#222127
Tyrus a écrit : 14 juil. 2019, 17:41
Lux a écrit : 14 juil. 2019, 16:53 Bref : l'important c'est de se protéger et de se faire régulièrement dépister. C'est la seule règle qui vaille.
Si ça n'est pas indiscret, tu te fais dépister périodiquement ? Si oui tous les combien ?
J'ai pas toujours été au top là-dessus mais maintenant quand j'ai une activité sexuelle importante, j'essaie de faire un bilan complet tous les 6 mois.
Avatar de l’utilisateur
par Azrael
Homme de 34 ans non vierge
#222129
Lux a écrit : 14 juil. 2019, 16:53 Comme pour donner son sang : la bonne mère de famille que le mec trompe à tours de bras, elle a plus de risques d'avoir été exposée à un virus que moi.
D'accord, mais ça ce n'est qu'un exemple qui va dans ton sens, qui n'empêche en rien une vérité statistique globale.

Lux a écrit : 14 juil. 2019, 16:53 Mais si ton partenaire a eu plein de plans par le passé, mais qu'il a fait des tests et qu'il est clean, où est le problème ? Que tu aies eu un ou 15 partenaires, tu ne peux être sûr de rien, sauf avec des tests.
Diaboliser les partenaires multiples, c'est à mon sens contre-productif.
Oui... S'il a fait des tests et qu'il est clean, mais il faut déjà que ce soit le cas. Alors, admettons que X se rende à un plan cul. Il peut demander à Y, si Y a fait des tests, est clean, s'est toujours protégé, éventuellement, s'il a eu un nombre élevé de partenaires : il y a déjà de grandes chances pour que Y ne dise pas la vérité. Ensuite, X peut bien demander ces tests à Y, je doute que si souvent, les Y soient prêts à fournir des tests récents pour tout ; et si X aimerait un test VIH, lorsqu'on estime communément qu'il y a un trop faible risque pour que ce soit nécessaire, je doute que ce soit si facile de trouver le bon Y. "Un trop faible risque" : rappelons que le préservatif peut n'offrir qu'une protection de 70% pour le VIH, on n'a pas besoin de montrer de test quand on a un préservatif, et on est clean. Enfin, un test (récent mais pas toujours d'hier), ne dit pas forcément ce qu'on a pu attraper les derniers mois.

Où est le problème? Il n'y a aucun problème, je dis seulement qu'il y a plus de risque globalement, tant que les choses ne sont pas vraiment claires, avec un partenaire qui a été un adepte des plans cul, rien de plus.

Ce n'est pas "diaboliser les partenaires multiples" que de le penser, et encore moins si c'est la vérité.

Lux a écrit : 14 juil. 2019, 16:53 Bref : l'important c'est de se protéger et de se faire régulièrement dépister. C'est la seule règle qui vaille. Ou alors commençons aussi à s'interdire de partir à l'étranger, de prendre la voiture, de sortir de chez soi pour ne jamais tomber malade.
Une fois de plus, chacun fait ce qu'il veut, personne n'a dit "non mais évitez les plans cul/non mais je les éviterais" ou quoi que ce soit.
Avatar de l’utilisateur
par rooter
Homme de 35 ans vierge
#223487
Mh... Une remarque : les personnes séropositives ne sont pas "sales". "Clean", c'est assez blessant, en fait, comme expression.
Avatar de l’utilisateur
par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#223490
rooter a écrit : 16 août 2019, 10:34 Mh... Une remarque : les personnes séropositives ne sont pas "sales". "Clean", c'est assez blessant, en fait, comme expression.
Dans les personnes séropositives, certaines sont indétectables mais pas d'autres.
Les personnes indétectables ne transmettent pas le VIH car la charge virale est trop faible.

Les autres personnes malades peuvent toujours le transmettre et ils doivent penser à bien se protéger ainsi que leurs partenaires.
"Clean" a surtout la signification de "ne pas porter de IST" mais ça reste un emprunt à l'anglais et chaque langue a des tournures de mots plus ou moins appropriées.
  • 1
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16