Vous êtes nouveau ? Alors passage obligatoire par ici, afin de vous présenter à toute la communauté !
par Neff
Homme de 40 ans vierge
#231654
Salut. :grinning:

Fred, 39 ans. Je vis seul et je suis sans emploi. Et évidemment, je suis vierge tardif.

Ça fait déjà un moment que je "lurke" sur ce forum sans franchir le cap de l'inscription. J'ai lu pas mal de vos témoignages, et je me reconnais dans beaucoup d'entre eux. Je vis dans la solitude la plus totale depuis une quinzaine d'années. Je n'ai personne à qui parler, et là j'ai besoin de vider mon sac.
Ma présentation risque d'être assez longue, et je m'excuse d'avance pour les fautes d'orthographe, je ne suis pas une référence en la matière... :sweat_smile:

Je ne sais pas vraiment par où commencer. Ma VT est loin d'être mon plus gros soucis. À vrai dire, ce n'est que la conséquence de problèmes bien plus graves, parce que ma vie n'a rien eu de normal.
Mes parents se sont rencontrés dans un établissement psychiatrique. Je précise ça parce que je pense clairement avoir hérité de certains troubles mentaux.

Mes parents ne sortaient pas et n'avaient pas d'amis
Mon père était fonctionnaire, et il est décédé des suites d'une insuffisance rénale quand j'avais 7 ans. J'ai très peu de souvenirs de lui étant donné qu'il passait son temps au travail et à l'hôpital.
J'ai été élevé par une mère seule en invalidité et sous traitement. Elle n'a jamais travaillé, et elle n'a fréquenté aucun homme entre le moment de la mort de mon père et ma majorité. C'est une femme assez particulière, très obsédée par la religion (sans être une fanatique pour autant).
Nous avons énormément déménagé, et j'ai changé un nombre conséquent de fois d'établissement scolaire à cause de ça (5 écoles primaires, et 4 collèges). Nous avons notamment vécu avec mes grands parents quand mon grand père était en phase terminale d' un cancer. Et l'un de mes oncles nous a hébergé à deux reprises durant une période d'environ un an. J'en garde de bons souvenirs, notamment grâce à mes cousines avec qui je m'entendais bien. Et parce que ce sont des gens adorables.

J'ai été un enfant plutôt solitaire jusqu'à l'âge de 9 ans je dirais. J'ai commencé à devenir plus sociable par la suite. Je n'avais pas de mal à m'intégrer et me faire des amis malgré le fait que je changeais souvent d'école.

J'ai commencé la drogue et l'alcool assez tôt (12 ans). Entre 12 et 19 ans, j'ai consommé du cannabis de façon quasi quotidienne. Et des extas, du LSD, du poppers et des amphétamines de façon plus occasionnelle.
À 19 ans j'ai arrêté la drogue. Notamment parce que fumer me rendait totalement parano. Chose que j'avais compris depuis au moins deux ans, mais je continuais par habitude, et un peu par validation sociale aussi je suppose. Après ça, j'ai consommé exclusivement de l'alcool. Je suis alcoolique depuis 20 ans. J'ai arrêté récemment, je suis abstinent depuis deux mois. J'ai passé la majorité de ma vie dans un état second...
J'ai aussi fait quelques conneries, mais je n'ai jamais eu de soucis avec la justice.

Concernant mes rapports avec les filles, j'ai eu ma première copine à 13 ans, et je n'avais pas trop de mal pour plaire. Quand je fréquentais une fille, c'était souvent à son initiative. Même si ça m'est déjà arrivé de faire le premier pas (parfois avec succès, parfois non).
J'ai eu une dizaine de flirts entre l'âge de 13 et 17 ans, mais ça a toujours été des relations très courtes. Ma relation la plus longue n'a duré que quelques semaines. La plupart du temps, je finissais par les éviter par peur de m'engager. Évidemment, je me suis aussi fait plaquer...
Depuis, plus rien. Et je n'ai jamais dépassé le stade des baisers et des caresses. Je n'arrivais pas à être à l'aise dans l'intimité pour dépasser un certain cap. Je n'arrivais pas non plus à exprimer mes sentiments, même si la fille me plaisait.
Je n'ai plus jamais touché une fille depuis mes 17 ans. Et je n'ai tout simplement jamais eu la moindre relation avec une femme adulte.
Je crois que j'ai renoncé de façon semi inconsciente aux femmes à l'âge de 17 ans. Et de façon beaucoup plus claire à l'âge de 19 ans.
J'ai quelques filles qui m'ont fait des avances après ça (entre mes 17 et 22 ans), mais je n'ai pas donné suite. Elles ne me plaisaient pas particulièrement, et je me mentait à moi même en pensant que j'avais le temps pour ça.
Je ne côtoie plus aucune femme de près ou de loin depuis l'âge de 22 ans. Et plus personne tout court depuis l'âge de 25.

J'ai une très grave dysmorphophobie depuis l'âge de 15 ans. Je ne sais pas pourquoi j'ai commencé à développer ce problème, alors que à cet âge là tout se passait bien dans ma vie. Mais ça m'empêche totalement de fonctionner normalement, et ça n'a jamais cessé d'empirer. Ça n'a rien à voir avec de simples complexes, c'est une véritable maladie mentale.
Je n'en ai jamais parlé à personne. En tant qu'homme, c'est impossible de parler de ce genre de chose.

J'ai aussi une incapacité totale à faire confiance aux gens, et notamment aux femmes pour ce qui est des relations sentimentales. Je crois que jamais je n'ai envisagé de ma vie qu'une femme puisse m'aimer sur la durée, et encore moins me rester fidèle.
Je fuis toute relation sociale depuis l'âge de 19 ans. Bien que j'ai eu pas mal de potes durant mon adolescence, dont deux que je pourrais considérer comme de véritables amis. Je pense avoir eu une adolescence plutôt normale, avec toutes les expériences qui vont avec (hormis le sexe évidemment).
J'ai commencé à développer de gros problèmes à la fin de mon adolescence, début de l'âge adulte.
Entre 19 et 25 ans, je ne sortais de chez moi que pour bosser et faire mes courses.
J'ai passé ma vie d'adulte seul enfermé chez moi sans adresser la parole à personne. Un exemple simple pour vous faire comprendre la situation: la France est actuellement en confinement. Et bien, ce que vous vivez actuellement, c'est plus ou moins mon quotidien depuis l'âge de 25 ans.
Il y a quelques années, j'ai appris l'existence des hikikomoris au Japon. Et bien que je ne sois pas dans une situation aussi extrême, c'est pourtant à ça que ma vie ressemble.

Pour ce qui est de mon "parcours professionnel", il est très court.
J'ai commencé à travailler à l'âge de 16 ans (comme apprenti au début), et j'ai arrêté à 25. Après ma 3ème, ma mère m'a fait comprendre que l'on avait besoin d'argent (ce qui était vrai), donc je suis allé chercher du taf. Le lycée et la fac n'ont pas vraiment été une option pour moi...
J'ai deux CAP dans le secteur du bâtiment (plombier et plaquiste). Autant dire que c'est le niveau zéro du diplôme.
J'ai bossé principalement sur des chantiers, hormis deux ou trois petits boulots ponctuels. À l'âge de 25 ans, j'ai pété les plombs et j'ai quitté mon dernier emploi à ce jour (un CDI pas trop mal payé, avec des patrons plutôt cools quand j'y repense).
Après ça, j'ai été en arrêt de travail pendant deux ans, et depuis je vis d'une pension d'invalidité. Comprendre par là que je suis un parasite de la société...

J'ai consulté deux psys pendant quatre ans (entre 25 et 29 ans). J'ai arrêté quand on m'a demandé d'entamer une thérapie de groupe (chose impossible pour moi). On m'a aussi proposé de m'interner en HP, mais j'ai refusé.

Aujourd'hui, ça fait une quinzaine d'années que je suis TOTALEMENT déconnecté de la société. Ma vie sociale se résume à dire bonjour à mes voisins, aux commerçants, et à discuter 20 min par mois au téléphone avec ma mère. Ma mère que je me refuse de revoir en personne depuis plus de dix ans, malgré ses sollicitations. La dernière fois que je l'ai vue, c'était en 2009. Elle est venue chez moi parce je ne répondais plus au téléphone, et je l'ai plus ou moins mise à la porte, ce qui doit faire de moi le plus horrible des fils je suppose...
Je lui ai promis d'aller la voir cette année. À vrai dire, je compte le faire dès la fin du confinement.
À ce sujet, ça fait depuis 2011 que je n'ai pas mis les pieds en dehors de ma ville....

Je sais ce que je dois faire pour reprendre ma vie en main (retrouver du taf, rencontrer des gens...), mais ça me semble insurmontable tant mes problèmes sont nombreux: Troubles de l'anxiété généralisée, phobie sociale, dysmorphophobie, paranoïa (syndrome de Kretschmer), troubles obsessionnels compulsifs....
Si vous vous demandiez à quoi peut ressembler la vie d'un véritable taré doublé d'un paumé, vous avez un bon aperçu.


Voilà. C'était le résumé du désastre total qu'est ma (non) vie. Désolé pour l'énorme pavé, la narration décousue, pour les éventuelles fautes, et parce que je me répète probablement beaucoup. :sweat_smile:
J'ai oublié de parler d'un tas de choses, mais là, j'avais vraiment besoin de parler de moi, même si ce n'est que par écrit à des inconnus sur le net.
Avatar de l’utilisateur
par Zeus
Homme de 37 ans non vierge
#231658
Salut Neff, bienvenue sur le forum.
Ton pseudo m'a fait tiquer, c'est la marque de mon électroménager :joy:
Avatar de l’utilisateur
par Pasta
Homme de 33 ans vierge
#231665
Bienvenue Neff. Bravo pour avoir arrêté l’alcool. Je suis sûr que tu peux également progresser sur le problème de phobie sociale. As-tu envisagé de reconsulter un psy ? C’est dommage d’arrêter simplement pour refuser une thérapie.
JaneDarc, Aurus aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Burden
Homme de 25 ans vierge
#231674
Salut Neff,
J'ai trouvé pas mal de similitudes avec ma propre vie dans ta présentation, bien que j'aie une quatorzaine d'années de moins.
Comme dit Nietzche, "la vie est un combat", il faut tirer de la satisfaction seulement dans l'épreuve, l'adversité, le dépassement de soi. Je crois que dans notre cas c'est tout simplement de se confronter aux autres et au monde, dans un premier temps. Perso après le confinement, je me suis dit que j'irais faire des choses en ce sens; trouver un boulot plus stable même si je n'en ai pas trop besoin, mais juste parce que j'ai du mal à me vendre. J'irais draguer la fille de la librairie parce que ça fait longtemps que j'en ai envie, et j'angoissais à l'idée de prendre un râteau. Mais après avoir retourné ça dans ma tête j'ai presque envie de me prendre ce râteau. Une vie ça ne doit pas se résumer à une fuite.
x00 aime ça
par Aurus
Homme de 31 ans non vierge
#231683
Salut Neff,

Ton parcours me parle pour plusieurs raisons notamment l'addiction et l'impression d'avoir une montagne infranchissable en face de soit.

Je suis aussi d'accord avec Pasta, il faut mettre toutes les chances de ton côté et je pense que dans ton cas te faire aider par un psy est indispensable. Surtout si tu veux que ton abstinence dure sur le long terme.

Je pense qu'il n'est jamais trop tard pour reprendre sa vie en main.

Si tu t'es inscrit sur ce forum, ça doit être ton souhait. Quel sont les premiers changements que tu vas mettre en place ?

Bienvenue à toi !
par Neff
Homme de 40 ans vierge
#231701
Merci pour vos réponses. En relisant ma présentation, je me rends compte que j'ai peut être eu la main un peu lourde sur le pathos hier. Ça n'était pas le but.

Zeus a écrit : 08 avr. 2020, 08:58 Salut Neff, bienvenue sur le forum.
Ton pseudo m'a fait tiquer, c'est la marque de mon électroménager :joy:
Je ne connaissais pas cette marque, donc c'est un pur hasard. Tant mieux si ça t'a fait sourire. :joy:
Mais je te rassure, je ne m'identifie pas à un sèche linge ou à une cuisine équipée... :joy:

Pasta a écrit : 08 avr. 2020, 12:34 Bienvenue Neff. Bravo pour avoir arrêté l’alcool. Je suis sûr que tu peux également progresser sur le problème de phobie sociale. As-tu envisagé de reconsulter un psy ? C’est dommage d’arrêter simplement pour refuser une thérapie.
J'ai rappelé l'un de mes deux anciens psychiatres l'année dernière pour prendre rendez vous, et j'ai finalement annulé (à l'avance).
Je pense aussi que c'est nécessaire. Je compte reprendre rendez-vous (et m'y rendre cette fois) à la fin du confinement.

Burden a écrit : 08 avr. 2020, 17:53 Salut Neff,
J'ai trouvé pas mal de similitudes avec ma propre vie dans ta présentation, bien que j'aie une quatorzaine d'années de moins.
Comme dit Nietzche, "la vie est un combat", il faut tirer de la satisfaction seulement dans l'épreuve, l'adversité, le dépassement de soi. Je crois que dans notre cas c'est tout simplement de se confronter aux autres et au monde, dans un premier temps. Perso après le confinement, je me suis dit que j'irais faire des choses en ce sens; trouver un boulot plus stable même si je n'en ai pas trop besoin, mais juste parce que j'ai du mal à me vendre. J'irais draguer la fille de la librairie parce que ça fait longtemps que j'en ai envie, et j'angoissais à l'idée de prendre un râteau. Mais après avoir retourné ça dans ma tête j'ai presque envie de me prendre ce râteau. Une vie ça ne doit pas se résumer à une fuite.
J'ai lu ta présentation. Comme tu le dis, nous avons quelques similitudes dans nos parcours. Mais tu sembles avoir beaucoup plus la tête sur les épaules que moi à ton âge. Je suis sûr que tout va bien se passer pour toi. :yum:

Aurus a écrit : 08 avr. 2020, 21:06
Si tu t'es inscrit sur ce forum, ça doit être ton souhait. Quel sont les premiers changements que tu vas mettre en place ?
L'été dernier j'ai croisé de la famille par hasard dans ma ville (l'oncle et les cousines dont je parlais plus haut). Ils m'avaient déjà contacté par téléphone quelques mois plus tôt en me demandant si je souhaitais les voir, j'avais décliné.
On a un peu discuté. Je suis resté très vague sur ma vie, mais je leur ai dit que je ne travaillais pas actuellement.
Bref... Ma cousine m'a contacté il y a quelques mois pour m'inviter à l'anniversaire de ma tante qui aura lieu en aout. Je vais probablement m'y rendre, même si je ne sais toujours pas comment je vais bien pouvoir répondre aux inévitables questions...

Je vais aussi aller voir ma mère et son nouvel époux que je n'ai jamais rencontré. Ils n'ont jamais arrété de me relancer pour que j'aille leur rendre visite. Même si ils ne doivent pas comprendre pour quelle raison je fais un blocage là dessus. Je ne me suis pas rendu à leur mariage à l'époque, mais ils ne m'en veulent pas.
Et j'ai déjà discuté avec mon beau-père plusieurs fois au téléphone, ça a l'air d'être une personne bien.

Bref je vais renouer un peu le contact avec ma famille....

Comme dit plus haut, je vais reprendre les consultations avec mon psy. Je suppose que ça m'aidera à y voir plus clair. Mais en toute honnêteté, je n'attend rien de plus de ce côté là.

Et évidemment, il faut que je retrouve du taf. Je pense pouvoir trouver très facilement dans le bâtiment. C'est un secteur qui recrute beaucoup et c'est ma profession de base. Même si j'imagine que les méthodes de travail peuvent avoir changé depuis le temps...
Le soucis, c'est que j'aimerais bosser dans un autre secteur autant que possible, mais je n'ai aucune qualification ailleurs... Et je ne sais pas si c'est une bonne idée d'entamer une formation.

Kael08 a écrit : 08 avr. 2020, 23:25 Salut Neff, haha je pensai avoir déjà écrit mon avis sur ton histoire mais je me reconnais beaucoup, ce sentiment de solitude, ce manque affectif remplacée par une des forme d'addiction de ce monde, cet impression de ne jamais avancer, quoi que l'on fasse etc..
Honnêtement j'espère que les choses changeront pour nous tous, et toi j'espère que tu pourras trouver le déclic pour rebondir, comme chacun d'entre nous, on est encore en vie, essayons de lutter jusqu'à ce que ça paye, et fichtre les personnes qui veulent nous détruire mentalement et cet société de transformation nul et malhonnête !
Merci pour tes encouragements. :grinning:
par mike62
Homme de 35 ans non vierge
#231704
Salut neff, bienvenue a toi. dans ta présentation, entre autres choses, tu dévalorisais un peu le fait que tu n'avais que deux CAP dont un dans la plomberie. En réalité dans ce secteur , les gens diplômés, qualifiés, les entreprises en recherche énormément. Certes tu a un niveau CAP, mais celui dans le secteur de la plomberie "vaut de l'or" j'ai presque envie de dire.

Donc, ton parcours n'a rien de dévalorisant, et en plus des milliers de personnes ne possèdent aucun diplôme, donc si on doit jouer au jeu des comparaisons, tes diplômes ne sont absolument pas une tare selon moi.

Tu a entrepris une première démarche déjà : celle de venir te présenter sur ce forum, c'est un 1er pas :wink:
JaneDarc aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 29 ans vierge
#231707
Je ne suis pas d'accord avec toi quand tu écris que tu es un parasite.

Tu n'as pas choisi le mal qui te ronge, tu n'as pas à t'en vouloir. Tu as droit à l'indemnité d'invalidité parce qu'il a été bon de prendre la décision que tu sois libre de travailler sur tes problèmes au lieu d'avoir à gérer une vie professionnelle.

Je me reconnais dans ton parcours, j'ai également un faible niveau scolaire, mais je me débrouille tant bien que mal même si ça ouvre malheureusement ça ouvre la voie qu'à de petits jobs pénibles.

Je pense que nous sommes de nos jours paumés de plus en plus tôt, je me sens également paumé et je doute qu'on soit les seuls sur le forum à ressentir la même chose. Même si le niveau de vie s'est largement amélioré par rapport à avant bah curieusement sur le plan psychique nous sommes nombreux à être au bord du précipice, faut dire que la société en demande toujours plus, plus d'effort au travail alors qu'il y a toujours moins de personnel. Sans compter un système hautement complexe basé et lourd administrativement, une vraie usine à gaz.

Une recrudescence de la perte de sens, aussi bien professionnellement que sur le plan personnel. En réalité il y a de quoi être complètement paumé.
par Neff
Homme de 40 ans vierge
#231751
mike62 a écrit : 09 avr. 2020, 08:12 Certes tu a un niveau CAP, mais celui dans le secteur de la plomberie "vaut de l'or" j'ai presque envie de dire.
Oui, c'est ce que je disais plus haut. C'est très facile de trouver dans ce secteur. Du moins, ça l'était à l'époque.

Amaz a écrit : 09 avr. 2020, 09:13 Tu n'as pas choisi le mal qui te ronge, tu n'as pas à t'en vouloir. Tu as droit à l'indemnité d'invalidité parce qu'il a été bon de prendre la décision que tu sois libre de travailler sur tes problèmes au lieu d'avoir à gérer une vie professionnelle.
C'est gentil. Mais là ça fait quinze ans que je me remet en question, je crois que ça commence à faire beaucoup. Et j'en suis totalement conscient.

En plus des problèmes cités plus haut, c'est le retard accumulé dans tous les domaines de ma vie qui est énorme.

Ici, c'est un forum sur la virginité tardive. Je pense que chacun d'entre vous a conscience du handicap que ce retard représente dans votre développement personnel.

Moi, j'ai accumulé du retard dans absolument tous les domaines.

Quand j'ai quitté mon taf à 25 ans, à la base, je n'avais absolument pas l'intention de passer ma vie à ne rien faire.
Le soucis, c'est que plus tu passes du temps coupé de la société, plus ça devient compliqué de la réintégrer.

D'ailleurs, là, en me lisant, vous devez probablement trouver la situation surréaliste. Et vous n'avez pas tort.