Vous êtes nouveau ? Alors passage obligatoire par ici, afin de vous présenter à toute la communauté !
par Flotbleu4
Femme de 41 ans vierge
#234649
Bonjour à tous et toutes,

Un petit mail de présentation pour débuter.

Comme beaucoup je suppose, ce qui m'a motivée à m'inscrire sur ce forum est le besoin de faire d'échanger avec d'autres qui sont dans la même situation. Echanger sur son ressenti, ne pas se sentir seul au monde, partager des idées pour se sentir mieux dans sa peau et sortir de cette situation. Qui pourrait mieux comprendre que quelqu'un qui est ou a été dans le même cas?

Je suis une femme de 41 ans, bien dans sa peau à beaucoup de points de vue mais pas sur le plan affectif. Je suis infirmière, passionnée par mon métier et ai une belle petite maison en Belgique. Décrite comme souriante, ouverte et digne de confiance, mon cœur saigne pourtant : ma vie affective est un désert et ce depuis toujours.

Dès l'enfance, les relations sociales étaient difficiles pour moi : timidité maladive, manque de confiance et d'estime de soi. Ma vie affective a pris la même direction : je ne me sentais pas assez bien pour quelqu'un, j'ai décliné les rares propositions que j'ai eu, j'étais très rarement amoureuse et quand je l'ai été, ce n'était pas réciproque. Ma libido n'a jamais été très forte et je n'arrivais pas à me projeter dans une relation sexuelle. J'étais néanmoins persuadée qu'un jour je rencontrerais quelqu'un qui m'aiderait à dépasser mes peurs, quelqu'un qui me correspondrait vraiment et avec qui je pourrais avoir une relation amoureuse heureuse. Mais les années passant n'ont fait que renforcer mon "handicap", je me suis isolée de plus en plus. Pour ne pas sombrer, je me suis surinvestie dans d'autres domaines, me disant que courir après quelque chose d'inaccessible ne rend pas heureux et qu'il faut pouvoir trouver le bonheur là où il se trouve. J'ai repris des formations et créé plein de choses professionnellement, me suis engagée dans une oeuvre caritative, des choses qui me donnaient le sentiment d'être utile et donner de l'amour aux autres d'une certaine façon. Ca a assez bien fonctionné pendant une dizaine d'années.

Mais l'arrivée de la quarantaine (non rien à voir avec le Covid :wink: ) m'a fait réfléchir sur ce que je voulais vraiment pour la 2° moitié de ma vie, au bilan que je pourrais tirer à la fin de celle-ci. Et là, la peur de mourir sans jamais avoir connu l'amour m'a laissé un goût amer. Plus que la misère sexuelle, c'est la misère affective qui est difficile à supporter. Quand je m'endors avec un oreiller dans les bras, je me sens pathétique. J'ai beaucoup à donner et j'aimerais recevoir aussi. Pourquoi est-ce si compliqué? Je m'en veux d'avoir laissé passer toutes ces années sans réagir. A présent, j'ai l'impression d'être devant un mur infranchissable. Un fossé s'est creusé avec les autres de mon âge qui eux ont avancé, créé souvent plusieurs relations, ont eu des enfants…

Faire l'amour me fait peur : je n'ai pas d'expérience, j'ai peur d'en parler et pourtant je rêve de ce moment de partage qui rend heureux quand il est bien vécu. J'idéalise peut-être :innocent:

Mais je ne veux pas m'apitoyer sur mon sort...si je suis ici c'est avec l'intention d'inverser la vapeur et aller aussi loin que je pourrai dans l'acceptation de moi-même et mes relations avec les autres.

Merci de m'avoir lue et au plaisir de vous lire, si vous avez un commentaire, un conseil ou un partage d'expérience similaire.
JaneDarc aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Paucval
Homme de 30 ans vierge
#234656
Bonsoir et bienvenue à toi Flotbleu!

Être en vie sans savoir ou pouvoir vivre, c'est comme cela que je résumerais plus ou moins notre situation à tous ici, et cela laisse bien entendu un goût amer dans la bouche. Mais trouver des personnes comme soi et pouvoir échanger est une véritable bouffée d'oxygène, et je l'espère le sera pour toi également :wink:

Tu as écrit que par le passé, tu avais eu quelques propositions, que tu avais déclinées. Est-ce que tu les as déclinées parce que les hommes en question ne te plaisaient pas, ou bien alors par timidité?
par Flotbleu4
Femme de 41 ans vierge
#234659
downup a écrit : 12 août 2020, 19:13 Bienvenue Flotbleu4 :blush:

Tu dis que tu t'es isolée, mais qu'en même temps tu as fait des formations, œuvres caritatives etc... Il n'y a pas eu l’occasion de rencontrer des hommes durant ces activités? Tu n'as pas essayé?
Disons que j'ai du mal à entrer en relation, je reste à l'écart et il faut vraiment venir me chercher...si on en a envie ;)

Ajouté 6 minutes 49 secondes après :
Paucval a écrit : 12 août 2020, 20:09 Bonsoir et bienvenue à toi Flotbleu!

Être en vie sans savoir ou pouvoir vivre, c'est comme cela que je résumerais plus ou moins notre situation à tous ici, et cela laisse bien entendu un goût amer dans la bouche. Mais trouver des personnes comme soi et pouvoir échanger est une véritable bouffée d'oxygène, et je l'espère le sera pour toi également :wink:

Tu as écrit que par le passé, tu avais eu quelques propositions, que tu avais déclinées. Est-ce que tu les as déclinées parce que les hommes en question ne te plaisaient pas, ou bien alors par timidité?
Merci pour ton message et ton soutien. C'est tout à fait ça, l'impression d'être enfermé dans son corps. J'ai besoin d'être amoureuse et ça n'arrive que très rarement. Dans les propositions que j'ai eu, je ne ressentais pas vraiment un feeling, une envie d'aller plus loin. Et la peur m'a bloquée aussi. C'est sûr que j'aurais dû m'autoriser à explorer davantage, à laisser venir les choses, peut-être que l'amour peut venir plus tard. Il n'est pas trop tard tu me diras :wink:

Ajouté 6 minutes 43 secondes après :
downup a écrit : 12 août 2020, 19:13 Bienvenue Flotbleu4 :blush:

Tu dis que tu t'es isolée, mais qu'en même temps tu as fait des formations, œuvres caritatives etc... Il n'y a pas eu l’occasion de rencontrer des hommes durant ces activités? Tu n'as pas essayé?
Je suis de celles qu'on ne remarque pas. J'ai tendance à rester à l'écart, à ne pas facilement nouer avec les autres et je pense que ce malaise est perceptible par les autres qui du coup hésitent à venir vers moi.
par Zenon
Femme de 28 ans vierge
#234668
Et vous-même, ressentez-vous une attirance sexuelle pour certaines personnes bien précises ? Qu'est-ce que ça veut dire, exactement " je n'arrivais pas à me projeter dans une relation sexuelle" ? ça veut dire pas de fantasmes ?
Je suis aussi d'une timidité maladive, encore plus lorsqu'il s'agit d'aborder une fille qui me plaît (et dont je ne sais pas toujours si elle est elle-même attirée par les filles). Mais je vous ai posé ces questions, parce que l'attirance (pas seulement amoureuse), est pour moi un facteur important pour m'aider à faire quelques ébauches d'approche. Mais je suis d'une maladresse totale, et tout reste vain.
Je comprends tellement votre phrase : "Plus que la misère sexuelle, c'est la misère affective qui est difficile à supporter. Quand je m'endors avec un oreiller dans les bras, je me sens pathétique."
Par ailleurs, avez-vous songé à consulter un psy(chologue ou analyste) concernant votre manque d'estime de vous-même ? Je sais que ça m'a aidée à ce niveau-là, ainsi que mes engagements pour certaines causes et dans des associations (et le fait de m'être coupé les cheveux m'a énormément aidée à supporter mon reflet dans un miroir ; je ne suis pas laide, mais on me l'a tellement répété que je me voyais avec les yeux de ceux qui me détestaient à l'école ; m'éloigner de cette image en modifiant mon apparence a donc changé complètement la donne).
par Flotbleu4
Femme de 41 ans vierge
#234677
Bonjour, je peux ressentir une attirance amoureuse qui me donne l'envie de tendresse, de câlins...mais peu d'envie vraiment sexuelle. Cette attirance amoureuse naît d'une complicité, de valeurs communes, d'un sentiment d'intérêt de l'autre pour moi. Peut-être que l'attirance sexuelle viendrait si j'avais une relation avec qqn que j'aime vraiment, le problème c'est que l'envie n'a jamais été réciproque, quand j'ai éprouvé de l'amour, j'ai reçu de l'amitié et comme dit le proverbe marocain "donner l'amitié à qui veut l'amour, c'est comme donner à manger à qqn qui meurt de soif." :sob:
J'ai des fantasmes mais qui concernent les autres, je n'apparais pas dedans, il m'est difficile de m'imaginer faire l'amour, un peu comme si je me sentais indigne d'être désirée par quelqu'un.
Je consulte une psy actuellement depuis 2 mois. Le manque de confiance en soi et la difficulté à aborder les autres semble un point commun à presque tous les membres on dirait. Et s'accentue avec le temps qui passe et les échecs, c'est vraiment quelque chose à travailler pour nous pour arriver à diminuer le stress, être plus naturelle et spontanée quand on rencontre quelqu'un. Peut-être pour toi ces difficultés font-elles partie de l'autisme Asperger? j'ai déjà pensé à ce diagnostic pour moi aussi et je me demande si je ne devrais pas voir un psychiatre pour savoir si c'est ce que j'ai ou pas. Suis-tu une thérapie pour cela? Bonne journée.
par Zenon
Femme de 28 ans vierge
#234682
Peut-être que l'attirance sexuelle viendrait si j'avais une relation avec qqn que j'aime vraiment
C'est possible, il y a pas mal de monde, il me semble, qui fonctionne comme ça. C'est bien que vous le sachiez. Il n'y a pas de nécessité absolue de ressentir une attirance sexuelle. Je crois qu'il n'y a aucune "bonne façon de faire" en la matière (sauf évidemment à condition que ce soit entre adultes consentants). Il n'y a pas de règles générales, c'est chacun qui doit savoir comment il fonctionne.
En ce qui me concerne, j'avais aussi, au début, du mal à avoir des fantasmes dans lesquels j'apparaissais. C'était vraiment quand j'étais adolescente, ou jeune adulte, et que je n'avais pas d'images de sexualité entre femmes, pas de références (c'est moins le vide aujourd'hui, heureusement). Et surtout, il y avait le fait que je cachais mon homosexualité, et je ne me sentais pas légitime dans mon désir pour d'autres femmes.
Concernant le syndrome d'Asperger, oui, en effet, je pense que ça n'aide pas. J'ai suivi une thérapie deux ans avec quelqu'un qui était spécialisé dans l'autisme, mais le syndrome en soi n'entraine pas la nécessité de suivre une thérapie. Vous devez savoir qu'il y a des traits autistiques qui peuvent être marqués dans la population générale (on parle de continuum autistique); par ailleurs, les surdoués ont des traits autistiques marqués qui peuvent les amener à penser qu'ils ont le syndrome d'Asperger. La timidité n'est pas en soi un symptôme. Avant d'aller voir un psychiatre, je vous conseille de lire des livres et de regarder des sites internets, ça vous informera et vous aidera peut-être à comprendre des choses sur vous (il y a aussi la BD de Julie Dachez, La différence invisible). En France, les psychiatres et les psychologues connaissent encore extrêmement mal ce syndrome, et risquent de vous renvoyer dans vos brancards (je connais des autistes qui en ont fait plusieurs fois l'expérience). Il faudra que vous vous adressiez à un CRA (centre ressource autisme) si vous voulez un vrai diagnostic, mais les listes d'attente sont très longues.