Vous êtes nouveau ? Alors passage obligatoire par ici, afin de vous présenter à toute la communauté !
par Yofure
Homme de 31 ans vierge
#235423
Bonjour à tous ! :grinning:

J'ai beaucoup lu ce forum avant de m'inscrire, et maintenant je me sens d'attaque pour me présenter ! :sweat_smile:
Je suis Jonathan, j'ai 31 ans et je n'ai jamais eu de relation sexuelle.
Comme beaucoup, je n'ai pas vraiment de quoi justifier cet état, mais j'ai à priori une petite liste des petits trucs qui ne m'ont pas aidé ! Par exemple :
- forte obésité jusqu'à mes 25 ans (160Kg)
- forte myopie jusqu'à mes 27 ans (-8 dioptries dans chaque oeil)
- surprotection de ma mère qui a très mal pris mon départ de la maison
- père ayant eu des soucis avec l'alcool
- relation assez spéciale entre mes parents (couple qui dure depuis plus de 40 ans, mais parsemé de violences conjugales, de cachoteries et d'autres problèmes d'ordre sexuel)
- mes études se sont déroulées dans un milieu à 95% masculin (ingénierie puis informatique)
- mes centres d'intérêts sont plutôt masculins également (le retrogaming)
- dans mon travail, il n'y a pas beaucoup de femmes non plus
- j'ai hérité du caractère casanier de ma mère et au final je sors peu et je ne voyage pas
- mon père a été très populaire avec les femmes et ne comprends pas mon célibat
- je suis capable de bien m'entendre avec beaucoup de gens, mais l'intimité avec une femme représente l'inconnu pour moi
- j'estime ne jamais avoir reçu de compliments de la part des filles ou bien des signes d'intérêt
- je suis capable de bien m'entendre et de bien parler avec beaucoup de gens, mais ça reste toujours en surface je crois, et je semble être un solitaire au fond

Je me rends compte à quel point il est difficile de rester objectif sans tomber dans le rôle du mec qui ne fait que se plaindre, mais après avoir posé les bases du passé, je vais essayer de vous expliquer ma situation actuelle.

En effet, au fond de moi je n'estime pas ma situation désespérée car j'ai fait beaucoup pour évoluer dans le bon sens. Mais même en y réfléchissant bien, j'ai quand même cette sensation "d'avoir loupé le train" et qu'au final je suis bon pour rester puceau toute ma vie...

Pourquoi cette contradiction ? En gros, je considère avoir surmonté pas mal d'épreuves, mais ce n'est pas suffisant... J'ai encore beaucoup de travail sur moi même à faire, et cela prend et prendra beaucoup de temps...

Et pourtant... On m'a dit que rien n'était perdu, que 31 ans ce n'est rien, qu'il n'est jamais trop tard etc etc... Mais ma jeunesse alors ? Vais-je la dépenser entièrement seulement juste pour être normal ?

Au moins vous me direz je ne l'ai pas totalement gaspillée... J'ai jamais été trop porté sur l'alcool et la cigarette, et j'estime avoir pris de bonnes décisions !

Lesquelles vous me direz ? Ben déjà mon bypass gastrique en 2015 ! Les bénéfices pour la santé sont clairs et nets, et revenir à un poids à deux chiffres a été une véritable libération pour moi (vêtements, confiance, apparence, etc...)

Autre libération : les verres correcteurs ! Je n'ai rien contre les lunettes mais mes culs de bouteille j'en pouvais plus... Tellement épais que ça déforme le visage ! L'opération au laser de 2017 a été un franc succès.

L'opportunité dans mon travail qui m'a permis de changer de région à aussi été d'une grande aide. J'ai gagné mon indépendance. Est-ce que ça m'a libéré de ma mère étouffante et de mon père alcoolique ? C'est compliqué... Et là on va devoir parler de mes échecs !

Certes mon père ne boit plus autant d'alcool qu'avant, mais j'ai clairement merdé dans ma manière de faire... Dans un moment de ras-le-bol, que je crois être dû à la fois à un très mauvais timing du destin et à une suite de circonstances malheureuses, j'ai failli tuer mon père...
Les mots semblent forts mais je ne vois que ceux-là pour expliquer mon geste... J'ai pris un cutter et je lui ai fait pas loin de trente points de suture... Mal placés en plus (tête, cou, bras)... Il y avait du sang partout.
C'est dangereux car ça a marché, mais je n'en reste pas moins obligé de me faire suivre psychologiquement. Déjà que mon opération m'avait dirigé vers un suivi appuyé, je suis maintenant bien parti pour une dizaine d'années de psychothérapie...

Et ma mère alors ? Elle en a quand même franchement bavé dans l'histoire... Qui suis-je pour la juger après tout ça et lui faire des reproches ? Mais il faut se rendre à l'évidence... Mauvaises habitudes alimentaires que j'ai imitées, aucune fille ne sera jamais assez bien pour moi, considère mon départ de la maison familiale comme sa plus grande punition, ne voulait pas que je sorte, ni que j'invite des amis à la maison... Elle m'a avoué un jour qu'elle se serait suicidée si mon opération aurait eu le malheur de mal se passer...

Et pourtant, mon père et ma mère ont des qualité aussi désordre de crotte ! Quand on voit tous les couples qui se séparent, le nombre de célibataires en France et compagnie... La longévité de leur couple est incroyable ! Quand ils se sont mariés après 32 ans de vie commune, j'étais tellement content pour eux que même moi, leur propre fils, j'ai glissé de l'argent dans la cagnotte ! Je leur ai jamais dit...
Mon père se plaint de ne pas avoir assez de relations sexuelles avec ma mère, qu'elle est plus une mère qu'une femme, trop présente, trop étouffante, m'appelle encore tous les soirs à 21 heures... Il n'a pas tout faux !
Mais ça me dégoûte en fait... Pas lui, mais certains aspects de sa personnalité, certaines de ses valeurs...
Et pourtant, il a des qualités aussi. Travailleur, volontaire... Mais désordre cette vision de la femme... Et le pire c'est que malgré ça, il n'a jamais eu de soucis pour avoir des petites copines et une femme ensuite.
Au final, c'est peut-être moi qui ai tout faux ?
Qui peut m'en vouloir ? Je fais le raccourci...
Père -> Alcool -> Violence -> Succès avec les femmes -> Mariage
Moi -> Jeux Vidéos -> Gentil -> Aucun signe d'intérêt féminin -> Puceau à 31 ans
Simple et tellement dur à accepter... Je vois bien que c'est bête mais c'est comme ça que ça se passe...

On dirait que je veux mon mal aussi... Être à fond dans les ordis depuis l'âge de 14 ans, prendre un lycée technique avec que des mecs, faire un DUT+Licence avec que des hommes aussi... Faire un métier masculin dans un domaine masculin...

Mon seul espoir ? L'argent en fait... J'ai commencé à regarder du côté de la chirurgie réparatrice. Cheveux, seins, ventre, bras, cuisses, pubis... Tout va devoir y passer ! Peu importe le prix j'ai les moyens maintenant.
Je peux pas vous expliquer l'effet que ça fait d'être un homme mais d'avoir des seins depuis toujours presque... Même certains adultes quand j'étais plus jeune s'y mettaient, en me disant que j'en avais des plus gros que leur femme...
Je ne vous parle même pas du collège... Les mecs qui te sortent que t'auras jamais une belle meuf à toi, et tu peux pas répondre car franchement, quelle ado normalement constituée voudrait d'un gars qui fait déjà 80 kilos à 11 ans ? J'en fais 90 maintenant à 31 ans c'est dire...
Puis je dis le collège, mais au final à l'IUT y'a bien un idiot qui m'a sorti que j'étais sûrement puceau...
Mais que dire ? Que ce soit au collège ou à l'IUT l'avenir leur a donné raison pour l'instant...
On va en remettre une couche avec la collègue de travail que j'ai invitée y'a un an... Deux semaines pour me répondre ni par un oui ou par un non... Certes c'est gênant mais quel est le juste milieu entre être direct et ne rien faire ? La subtilité ne semble pas être mon truc...

Pour finir je me dégoûte moi-même car à part me plaindre que sais-je faire ? Pour un truc aussi superficiel que d'être puceau...
Aimer une femme, lui faire confiance, être là pour elle et toujours la soutenir, voire même la rendre meilleure... C'est beau pourtant non ?

J'ai des idéaux mais mon cœur s'endurcit... C'est comme si j'avais maintenant le pouvoir de devenir un super-héros et de surmonter tous mes problèmes, en sacrifiant ma vie sentimentale.
Comme les héros dans mes jeux-vidéos peut-être ? Éternellement jeunes et célibataires, sauf que eux à la fin souvent ça finit bien, ils trouvent une femme et sont heureux !
Mais la vraie vie c'est pas un jeu vidéo... Je vieillis, j'ai beaucoup de choses à faire pour me rattraper et le temps va passer...

Je vais essayer de vous donner de mes nouvelles dans le futur proche, je veux aller de l'avant et corriger le tir !
Et pourtant, en relisant mon message y'a beaucoup de frustration. Vais-je un jour pouvoir oublier ses années que je considère perdues juste parce que je n'ai pas eu de copine ? Comme si la vie ne se résumait qu'à ça ?

"La vie ne vaut d'être vécue sans amour." chantait Gainsbourg dans sa Javanaise... Faudra-t-il que je devienne Gainsbarre ? J'ai pas envie, mais je suis clairement trop idéaliste et romantique.

Ça fait peur tout ça hein ? Et pourtant, je vais devoir faire avec. Pour finir, ne vous inquiétez pas trop pour moi car je suis tombé sur deux psychologues très compréhensives. J'ai pas mal pleuré devant elles au début, mais maintenant on va plus au fond des choses et je croise les doigts pour que ça porte ces fruits un jour (ça tourne beaucoup autour de mes parents je dois vous avouer...).

Bon dimanche à tous ! Gardez la foi, je vous souhaite le meilleur et surtout si j'avais qu'un seul conseil à vous donner, c'est de trouver une personne de confiance (psychologue ou non) à qui vous pouvez en parler (ce n'est pas toujours facile, mais je pourrai peut-être vous donner des conseils un jour :blush: )
À plus ! :wink:

- Jo
Viride aime ça
par Orely
Femme de 32 ans vierge
#235696
Bienvenue ^^

Belle et longue présentation, tu as tout dit j'ai l'impression...
Peu de questions, un passé longuement détaillé si je ne me trompes.
Qu'attends tu de l'avenir ? Qu'envisages tu de faire ?
par Yofure
Homme de 31 ans vierge
#235697
Merci à tous les trois d'avoir eu le courage de me lire jusqu'au bout :wink:
Effectivement grâce au suivi que je continue (deux fois par mois), j'ai réussi à identifier pas mal de mes soucis...

Honnêtement je me sens incomplet encore... C'est difficile à expliquer mais je sens que je ne pourrais pas passer à autre chose qu'une fois toutes les opérations de reconstruction terminées.
Et ça commence le 17 Décembre : transplantation capillaire. Pas très bien accepté par ma famille mais une amie à moi sur Lyon a été très compréhensive suite à mes explications et comprends que ma recherche de confiance en moi va passer par ma correction physique.
Elle me donne de bons conseils, surtout concernant le fait de faire tout ça pour moi et pas pour les autres/les femmes ! Même si quand j'y réfléchis bien ça jouera quand même...

Donc ce que je souhaite pour l'avenir c'est de pouvoir enfin tourner la page et me dire "ça y est je suis enfin un mec potable". Ça n'a l'air de rien mais pour moi ça serait un grand pas !
Je sais aussi ce que je vais faire car je sais maintenant ce que je veux : continuer ce travail sur moi même à l'aide de Maria (ma psychologue) et tourner la page après avoir fini toutes mes opérations.

Ce qui me rends triste c'est que je me dis qu'après tout ça j'aurai 35 ans... Je trouve ça tard pour m'assumer et éventuellement trouver ensuite une personne qui pourrait accepter tout ce passé... Ça laisse automatiquement des traces.

Je dois avoir la patience. On dit que c'est la mère de toutes les vertus et je le vis chaque jour. Si seulement je pouvais gagner du temps pour rattraper un peu ma jeunesse ! Mais le corps humain à ses limites, on ne peut pas jouer avec ça.

Il est possible aussi que ma reconstruction physique s'accompagne d'une recherche d'identité. En gros, je cherche à exister via ce parcours. J'ai besoin de ça comme fondation pour ma personnalité et c'est ce qui semble être un moyen de me faire accepter.

Avec ma première psychologue j'ai beaucoup pleuré, et maintenant vient le temps de prendre mes responsabilités et de surmonter tout ça...