Venez ici pour partager vos joies et vos peines du moment.
Avatar de l’utilisateur
Par Achil
Homme de 25 ans non vierge
#215785
Bon la fac est un échec, je commence à lâcher l'affaire alors que l'an dernier j'avais tout fait pour intégrer cette filière. J'ai un Bac +4, mais ça me permet pas de trouver du boulot, ça me déprime un peu, mais j'essaye de profiter de mes mois de libre pour me recentrer et définir ce que je veux réellement. Je pense passer les concours de la police en septembre. Je commence déjà à les préparer. Je passerai surement ma 5ème année de sociologie en même temps que les concours. Je vais avoir 25 ans, je dois trouver un travail maintenant et mettre une croix sur mes rêves de gosses surréalistes. Mais en attendant j'avoue que je culpabilise de "ne rien faire", j'avais déjà eu une année comme ça il y a 5 ans, je l'ai très mal vécu à l'époque (tentative de suicide), même si aujourd'hui je pense avoir pris de la "carrure".

Avec ma copine tout se passe bien, bien sûr j'ai des progrès "techniques" à faire sur le plan sexuel mais ma virginité tardive, je l'estime maintenant définitivement derrière moi. Cette année j'aurai au moins réussi ça, et c'est déjà énorme par rapport à où j'en étais un an en arrière. J'espère pouvoir dans un an rebondir une bonne fois pour toute dans mes études/projet pro pour pouvoir enfin foncer sur une ligne droite.
Avatar de l’utilisateur
Par Achil
Homme de 25 ans non vierge
#217213
2019, et me voilà à ma phase de partiel, ça se passe très mal. Evidemment j'ai déjà un peu abandonné dans ma tête, du coup la motiviation pour réviser est à son plus bas. Mais le truc c'est que je sais pas quoi faire de ma vie, ça m'angoisse profondément, encore plus maintenant que j'ai une copine que j'aime de plus en plus. Je veux pas être un raté, je veux pas la perdre, mais elle, elle a beaucoup de potentiel et d'avenir, alors que moi je sais pas ce que je veux faire. Je consacre 2019 à la découverte de mon projet pro, mais en vrai ça m'ennui, j'ai l'impression que rien ne pourra réellement m'épanouir.
Avatar de l’utilisateur
Par Amaz
Homme de 28 ans vierge
#217214
En dehors de ce que tu fais en cours, as tu des domaines que tu apprécies ou qui même te passionne ? Ce pourrait être un bon début. Lorsqu'on s'oriente vers quelque chose que nous aimons à la base (exemple pour moi, l'informatique) il n'y a pas raison de raté ses études, mais là encore faut bien s'orienter sur le domaine qui pourrait nous aller.

Je compatis quant à l'angoisse que tu ressens, mais cependant essaye de ne pas tout voir en noir, si ta copine est compréhensive, il n'y a aucune raison à ce qu'elle te laisse tomber parce que tu te cherches au niveau des études et donc par la même occasion, professionnellement, ça arrive à de nombreux étudiants d'avoir du regret quant aux études qu'ils sont choisis.

Mais ce n'est pas une raison pour qu'elle te laisse tombée. À moins que tu sois une larve et encore que, j'en connais à qui cela ne dérange pas mais dans ce cas de figure faut dire qu'aucune des deux personne n'a de motivation professionnelle. C'est un stéréotype l'idée que la femme cherche absolument un mec bien intégré socialement, en on parle pas souvent, mais il y a des femmes qui ne sont pas très intéresser par la construction d'une carrière professionnel.

Un type de personne qui peut vraiment s'avérer agaçante c'est la personne qui se lamente sur son sort mais qui essaie rien de faire pour s'en sortir. Hormis ça. Je ne vois pas ce qui pourrait être problématique.
Avatar de l’utilisateur
Par Lereveur
Homme de 38 ans non vierge
#217216
Comme le dit Amaz, tu devrais faire le point sur ce que tu aimes faire dans la vie, c'est un bon début. Perso j'ai été longtemps dans le brouillard le plus total, du coup j'ai suivi au hasard un cursus qui n'était au final pas pour moi, pour plus ou moins galérer derrière professionnellement, jusqu'à ce que je découvre mon métier actuel via du bénévolat, qui me plaît nettement mieux, et fait appel à des éléments personnels complètement extra-professionnels (aimer ranger, trier, la protection de l'environnement, l'ambiance des vide-grenier, etc.). Et j'avais 34 ans à l'époque, même si je te souhaite évidemment de te trouver une vocation plus tôt que moi. Je précise aussi que mon boulot est surtout manuel / physique, contrairement à ma formation initiale (droit) et mes premiers postes ; dans les deux cas, études et premiers taffs, je me suis surtout ennuyé. Je n'ai pour ainsi dire plus ce poids actuellement.

Tu as des centres d'intérêt comme tout le monde, y a forcément une activité susceptible de te plaire un minimum. T'as le droit d'expérimenter, de te tromper et de changer de voie. Et puis tu n'as que 24 piges. On est très loin de la catastrophe.
Avatar de l’utilisateur
Par Achil
Homme de 25 ans non vierge
#217221
Merci pour vos réponses. Je sais que je n’ai encore que 24ans, bientôt 25 mais je commence a voir mes anciens camarades de classe trouver de bons boulots que ce soit kinésithérapeute, data scientist, contrôleur de gestion et j’en passe, ça me crée énormément de complexe parce que je sais pas ce que je veux, j’ai l’impression de pas avancer et c’est hyper angoissant.

Pour ma copine oui elle est compréhensive, mais elle aussi ira loin vu ses études, et moi ça me complexe aussi dans l’hypothese ou je construirais quelque chose avec elle

En centre d’intérêts j’en ai pas mal : le sport, l’ecriture, la lecture, la sociologie et les sciences humaines en général, la politique (mais les études j’y arrive pas), l’environnement, le marketing m’interesse aussi de loin mais je me vois mal repartir à zéro niveau études. En fait tout peut me plaire et en même temps rien peut me plaire ce qui fait que c’est le gros désordre dans ma tête

Un moment je voulais devenir journaliste (j’ai laissé tombé l’annee dernière en me rendant compte de la difficulté d’y accéder et de bien gagner) puis policier, puis travailler pour une ong, dans l’administration publique puis en fait non, je suis complètement paumé et j’ai l’impression que plus ça passe plus les possibilités se bouchent
Par LiPo
Homme de 25 ans vierge
#217223
J'ai eu les mêmes problèmes que toi à une certaine époque. Malgré un acharnement certain, je décrochais systématiquement des études. Pourtant je suis quelqu'un qui s'intéresse à tout, j'ai toujours été dans les meilleurs jusqu'en prépa, une bonne mention au bac etc, suis d'un profil plutôt passionné dans ce que je fais... Mais je ne sais pas, je n'y arrivais tout simplement pas non plus. (le système ne me convenait pas?)

Dans l'éventualité où tu venais à interrompre une nouvelle fois tes études, prends du temps pour toi et essaye de cerner ce que tu aimes vraiment. Essaye de t'accomplir d'une autre façon que par les études, essaye de te montrer que tu vaux quelque chose : ça peut être en faisant de la peinture, en construisant quelque chose, en démontant une vieille mobylette, ou que sais-je.. Parfois, comme l'a dit LeReveur, une passion peut devenir un vrai métier.

Je crois qu'il faut savoir ne pas s'entêter dans quelque chose quand les résultats ne sont pas au rendez-vous. (gros paradoxe avec le fait qu'il faille aussi savoir être persévérant) C'est ce que tu as tenté de faire cette année visiblement, et... Egalement, il existe bon nombre de formations (parfois financées par des entreprises) qui débouchent directement à des emplois. Ce n'est pas forcément parce qu'on ne fait pas d'études pour accéder à un boulot, que celui-ci n'est pas valorisant. Il y a bon nombre d'emplois super cool accessibles sans forcément repartir dans de longues études. Il te faut trouver le tien.

Plein de gens biens sont en couple avec des gens super plus diplômés qu'eux, cela ne veut pas forcément dire qu'il y a un déséquilibre dans leur couple. Chacun avance tout simplement à un rythme différent... Il ne faut pas vouloir "avancer" juste pour être au même niveau qu'autrui. Il faut que ça reste naturel, que l'envie vienne de l'intérieur...
Avatar de l’utilisateur
Par Achil
Homme de 25 ans non vierge
#219334
Merci pour ton message, avec quelques mois de retard.

Le truc c'est que mes études me plaisent finalement, le problème c'est que ma phobie sociale est plus forte que la passion pour mes cours. Ca me bouffe vraiment, ça redéfinit ma vie au final, incapable de faire des exposés, j'aurai pu en faire un ou deux en prenant bien sur moi, mais une douzaine dans l'année, forcément j'ai flippé, j'ai fui. Je sais que j'aurai réussi dans ma filière si j'avais pu faire ces exposés, ou au contraire m'en passer, ça aurait clairement tout changé à ce que je vais devenir dans dix ans. Aujourd'hui, je sais pas forcément ce que je veux faire, j'aime énormément de choses mais je finis toujours par trouver des obstacles qui m'empêchent d'aller au bout. Je sais pas qui je suis, je suis un peu perdu, ça me rend fou.

Si désormais j'ai une copine, je perds de vue mes amis (on habite plus dans la même ville, on est plus dans la même fac, peu importe les raisons), je ne vois plus grand monde au final, je pense que je devrai apprendre à être plus à l'aise avec les gens, c'est ça mon problème. Ca a été la source de ma virginité tardive que j'ai réussi à surmonter malgré tout - vive l'invention d'internet - mais ça reste et c'est toujours quelque chose qui me bouffe la vie au point où j'ai parfois envie de me ficher en l'air.. j'en ai marre, je suis au point d'espérer que la réincarnation existe et que j'aurai une vie sans handicap psychologique, sans cette timidité maladive qui m'empêche de vivre pleinement. Mais en même temps j'aime pas me plaindre, j'estime ne pas avoir cette légitimité à me plaindre, d'autres vivent avec des handicaps bien pires que les miens, surtout que le mien je peux le surmonter mais j'en ai jamais eu le courage.
Avatar de l’utilisateur
Par Amaz
Homme de 28 ans vierge
#219335
Tu as l'air d'avoir les pieds sur terre et malgré la timidité maladive, tu as une copine, c'est pas rien ! Pour la timidité, il est vrai que ça demande énormément d'énergie pour s'en défaire ou au moins parvenir à le diminuer. J'étais un ancien très grand timide, timidité maladive également et en l'espace de trois-quatre an environ j'ai fait pas mal de progrès même si il réside toujours des automatismes de timidité, mais j'essaye mieux de m'en sortir. Ce n'est pas toujours faciles les interactions sociales, il y a des gens qui me sont encore délicates, mais j'avance à mon rythme, doucement, mais sûrement comme dirait l'autre.

Pour le faite que tu ne vois pas beaucoup les amis, j'ai envie de dire que ça arrive à beaucoup de gens qui sont en couple, ils sont tendances à préféré la copine au ami (ça n'a pas l'air d'être ton cas) mais ils oublient que si il finissent par trop s'éloigner des amis et si il y a cassure avec la copine, il risque de se retrouver seul.
Achil aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par Achil
Homme de 25 ans non vierge
#219343
Et comment tu as fait pour surmonter un peu cette timidité ?

Oui copine, ou pas copine, je pense que ça change pas le fait que je les vois moins, la raison c'est surtout la distance géographique, et au final je me sens de plus en plus isolé, si ça se finit avec ma copine c'est simple, il me restera plus qu'un pote que je peux voir régulièrement avant que lui aussi ne déménage l'an prochain.