Venez ici pour partager vos joies et vos peines du moment.
Avatar de l’utilisateur
Par Florent
Homme de 36 ans vierge
#216468
Amaz a écrit :Et le pire dans l'histoire, c'est lorsque le propriétaire excédé par la dispute toque à la porte et que la meuf l'engueule, du genre ''de quoi du te mêle''. C'est incompréhensible cette réaction. C'est à croire qu'elle défend son copain malgré les violences conjugale.
A peu près la même chose il y a quelques années via une soirée OVS à la plage.
Une nana se fait frapper par son mec bourré, elle crie à l'aide. Je m'interpose. Elle m'engueule et me dit me me mêler de mes affaires. Je me suis barré de la soirée. J'étais le seul à bouger, il y en avait même qui rigolait quand elle se faisait frapper...

Pour la nana de la formation qui se faisait taper dessus, la psychologue de lĂ -bas m'a dit en gros que j'Ă©tais sexiste parce que je voulais la "sauver", patriarcat, l'homme qui sauve la femme et gna gna gna
Alors que je m'en tape de son sexe, je vois une personne en danger, si c'est dans mes capacités j'essaie de l'aider. Sinon j'aurais des regrets et je ne pourrais plus me regarder dans un miroir.

Bref maintenant je m'en tape. C'est vraiment dommage que ce genre de pseudo-féministes se fasse autant entendre de nos jours, elles font vraiment du mal aux vraies féministes qui se battent vraiment pour l'égalité homme-femme.
Avatar de l’utilisateur
Par Amaz
Homme de 28 ans vierge
#216469
Nous sommes en tout et pour tout, cinq locataires dans l'immeuble + les propriétaires. Et l'un des locataires est même aller toqué à la porte, car il grainait pour la vie de la fille, très manipulatrice au passage. Je ne lui adresse plus la parole, mais vue les circonstances, faut oublier ses ressentiments. Et le locataire est donc aller toqué à la porte, et la meuf lui disait que tout allait bien alors qu'elle était en sang et courageux comme il est son copain, lorsque le locataire est arrivé, il s'est caché dans un coin de l'appartement.

Les hommes qui frappent des femmes sont connu pour être des lâches et le comportement de celui ne fait que renforcer cette hypothèse.

Mais cela a repris et c'est là que le propriétaire est descendu et à menacé de téléphoner la police.

T'imagines à quel point elle sont soumise ? Elles sont tellement peur de leur mec qu'elle sont prête à raconter que tout va bien alors que ça ne va pas du tout. J'ai même hésité à enregistrer sur mon téléphone portable les agissements. Le mec était déchaîné, une violence incommensurable. L'appartement doit être dans un état lamentable. Et je suis navré de parler comme ça, mais les deux, c'est le stéréotype même des cas sociaux, je ne parle pas d'argent, mais dans le comportement.

En tout cas, je félicite le locataire qui a eu le courage d'aller voir ce qui se passait, je ne sais pas si j'aurais eu le courage d'y aller, j'aurais eu trop peur que le mec s'en prenne à moi.

Ajouté 2 heures 59 minutes 2 secondes après :
Le mec à raconté au proprio que c'était une tentative de cambriolage, qu'il n'a rien fait, alors dans ce cas, qu'est ce qui explique les pleurs de la fille ? Les cris ? Les phrases du type ''pourquoi tu me tape'', ''ne me frappe pas'', ''va y dégage de l'appartement. C'est au cambrioleur qu'elle parlait ? Il dit que les coups que nous avons entendus, c'était le cambrioleur qui essayait de fractionner la porte.

Mais c'est vrai que lorsqu'on regarde la porte en dirait une tentative d'effraction mais qui dit que ce n'était pas lui qui à fait cette mis en scène pour brouiller les pistes ?

N'est ce pas un peu beaucoup du foutage de gueule.
Avatar de l’utilisateur
Par Azrael
Homme de 33 ans non vierge
#216506
Je ne serais pas contre quelques avis : quand la collante fait des crises de jalousie, à celle qui s'avère être ma chouchoute et que j'apprécie fortement (celle du Tibet j'en ai parlé), cette dernière lui répond soit par le simple rire, ou une blague avec laquelle elle joue l'innocente, soit dans le style "à toi, je le prendrai pas" (or aujourd'hui ma harceleuse vient enfin de se calmer!). J'avoue que cela me travaille en ce moment, non pas que je craigne qu'elle me harcèle aussi, mais l'ayant prise en affection et étant un homme et une femme, je me demande maintenant ce qu'elle a dans la tête lorsque je suis avec elle, d'après vous ce genre de réponses tendent (généralement) à révéler un intérêt?
Par Marta
Femme de 34 ans non vierge
#216508
Perdue face à lui et à cette situation mêlant désir et silence.
Je suis encore chamboulée. Ayant perdu ma VT il y a un mois avec ce monsieur qui me perturbe encore. Depuis deux mois je l'ai dans la tête. On s'était revu pour le refaire deux semaines après. Entre temps j'avais douté du bon choix qu'était de le revoir et lui avait fait savoir. Lui arrivait tellement à vivre dans l'instant, à plaisanter sur le sexe, il le faisait sans doute aussi pour me décontracter, j'en sais rien. Mais j'attendais tellement qu'il me propose autre chose, à partager des sorties par ex. Aujourd'hui j'attends plus rien. Puis je suis revenue vers lui une à deux fois, puis il y a eu un silence de sa part, car il dit que je suis une girouette. Le soucis est que moi j'exprime mes peurs quand il lui fait silence. Alors ce n'est pas évident moi qui aime le dialogue et la communication.
Mais voilà aujourd'hui je suis persuadée et même depuis le début qu'il ne veut que du sexe mais il n'assume pas. Son silence m'a fait tout imaginé. On dirait qu'il me jette la pierre à moi. Je devrai le zapper vu le peu d'estime que j'ai d'avoir pour lui. Et puis après un petit break sans s'échanger de message, il recommence à écrire, parfois des banalités, parfois il me confit des choses de sa vie difficiles et intimes, voir de choses graves qu'il a vécu. Alors je ne voulais pas faire ma chieuse quand il se confie. C'est déstabilisant tout ça, c'est un peu quand il veut, quand lui veut parler, quand lui veut un contact, tout ça sans doute parce qu'il veut contrôler. Et je pourrais oui l'envoyer suer, mais j'arrête pas de penser à lui.
Et y'a une partie de moi qui le désire aussi sexuellement..je me sens sale de parfois vouloir le voir maintenant pour ça parfois. Parfois j'ai envie de lui dire "assume que toi et moi c'était juste du sexe, que sera toujours du sexe. Si tu assumes, alors on pourra se revoir dans ce contexte si l'un ou l'autre en envie. Si tout était clair et limpide depuis le début on en serait pas là à se traiter de girouettes".
Ce que je veux dire par là est que moi j'ai senti depuis le début qu'il n'y aurait rien mais j'ai aimé découvrir ma sexualité avec lui et cet homme a un truc qui m'attire et avec lequel je suis à l'aise. Je crois que son humour à la idiot me détend, et je me sens pas jugée. Et tant qu'à faire, autant le faire avec quelqu'un avec qui on est bien, mon humeur est changeante, car comme je vous dit parfois je me sens sale de désirer que ça et de découvrir ma sexualité ainsi, si jamais je le revois.
Mais voilà, je ne sais pas si cela fait de "l'attaquer" en lui disant "assume et on continue ainsi si tu en as envie de temps en temps". Je me sens faible car comme il me relance parfois comme message, je me dis aussi que je me rabaisse qu'au sexe, que c'est moi la soumise. Il m'a dit que j'étais instable car j'étais girouette mais je lui ai dit que j'essayais de me convaincre je pense que tout allait bien dans cette pseudo chose de relation, que nos vécus influençaient sans doute trop sur le bon fonctionnement de tout ça, que ce n'est pas une question d'instabilité. Dès que je dis des choses ainsi, il dit rien, se défend pas, commente même pas. S'il me disait une bonne foi pour toute qu'il n'y aura jamais rien que le sexe cela m'aiderait à avancer. Et je crois que cela me libérerait que ainsi je pourrai envisager oui ou non de me détacher de tout avec lui définitivement ou alors de "m'amuser".
Il va dire peut-être que je suis à nouveau girouette à vouloir le revoir, mais le revoir une fois les choses au point c'est différent. Puis aussi, quand je lui ai dit que je ne voulais plus le voir car c'était compliqué, il devait parallèlement venir à mon entreprise pour une présentation, c'était prévu avant que l'on fasse des galipettes..et il est pas venu, soit disant il a zappé. Il a pas assumé me croiser, c'est là que nos conversations ont repris car je lui ai envoyé un message pour demander s'il avait du retard ou s'il venait pas....Alors que lui fait son orgueilleux et avait dit que ça changerait rien. Bref je suis perdue.
Perdue entre désir et ce manque de communication.
Avatar de l’utilisateur
Par Yellenah
Femme de 30 ans non vierge
#216517
Bonjour Marta,

Je trouve que tu es dure envers lui et que tu lui prêtes beaucoup d'intentions qu'il n'a pas forcément. J'ai l'impression que tu surinterprètes tous les signes.
Visiblement ce garçon a été patient et respectueux envers toi et s'il te confie des choses difficiles et personnelles, c'est qu'il doit avoir un minimum d'estime et de confiance en toi.
Peut-être que lui-même n'est pas très au clair avec ce dont il a envie non plus mais je ne suis pas certaine qu'il ne veuille que du sexe.


Chaque relation est différente... Et un couple ce n'est pas forcément 2 personnes qui sont ensemble en permanence et font tout toutes les 2. À toi de voir ce qui te convient et ne te convient pas dans cette relation et d'accepter ou non de le revoir ou de continuer à échanger avec lui mais je ne crois pas que lui affirmer de but en blanc qu'il ne veut que du sexe soit vraiment une bonne idée.
M'est avis que l'un comme l'autre vous ne savez pas vraiment ce que vous voulez et que ce n'est pas juste Ă  cause de lui.
Pourquoi ne pas juste essayer de profiter des fois où vous êtes ensemble et voir où ça vous mène ?
Il n'y a pas besoin d'un "contrat" entre vous 2, c'est dans la durée que vous verrez si ça peut coller ou pas !
Par Marta
Femme de 34 ans non vierge
#216527
Le truc est que j'ai fait un blocage je crois quand je l'ai vu connectée sur ce site de rencontre le lendemain d'avoir couché avec lui pour la/ma première fois, comme si tout était aller trop vite. J'ai essayé de faire abstraction, j'ai reculé, à vouloir ne plus le revoir, puis je suis revenue. Il a dit que ça lui a fait peur mon côté girouette. Ce que je trouve normal. Mais j'attendais qu'il me montre quelques signes et je ne lui ai jamais dit que je l'avais vu sur le site pour pas qu'il me pense dans une psychose.
Et donc je suis revenue vers lui mais du fait d'avoir voulu arrêter et revenue, il était distant, par exemple il ne répondait pas à mes demandes quant à se voir, du moins comme s'il attendait ou réfléchissait et ça m'énervait. Et parallèlement bizarrement j'avais du désir pour lui. Alors il a eu peur de mes changements d'avis certes, mais aucun signe ne m'aider à ne plus craindre quoique ce soit ou lâcher prise. Je sais que je me pose trop de question et que je fais part de mes craintes trop tôt. Je crois que voilà, y'a eu un gros blocage le lendemain qui n'est jamais totalement parti et je ne peux même pas lui avouer.
On a parlé cet après-midi par message. Il me dit que contrairement à ce que je ne pense il ne cherchait pas que du sexe. Et je lui ai demandé ce qu'il cherchait alors, et il me dit apprendre à mieux me connaître. Mais pour ça, comme je lui ai dit, il aurait fallu partager des moments et être en demande à ça de son côté. Il met sur le dos aussi le fait de ses enfants, de sa dispo, que je n'ai pas de voiture. Après et bien, il a finit par me dire que l'on peut rester amis et il a ajouté que l'on était différent, que moi même je lui avais dit. Et me lance toujours des petites allusions quand même avec son humour. Je crois qu'en effet on ne sait pas trop ce que l'on veut tous les deux. Je lui ai dit que y'a eu comme un loupé quelque part. Après, bon, peut-être que même si je n'avais pas montrer mes doutes, ça n'aurait pas collé quand même. Bref, je suis dans l'apprentissage, à gérer les relations...c'est pas simple mes débuts !
Dernière modification par Marta le 08 déc. 2018, 18:21, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Par Anne
Femme de 34 ans vierge
#216529
Je partage l'avis de Yellenah qu'il ne souhaite pas forcément que du sexe du fait qu'il se confie à toi. Vous pouvez effectiffement essayer de vous revoir et voir où cela vous mène. C'est sans doute plus facile de se dire des choses en face que par messages interposés.



Petit moral en ce moment.
Et le déjeuner prévu est annulé. Cela me met le moral un peu plus en berne.
Avatar de l’utilisateur
Par Azrael
Homme de 33 ans non vierge
#216532
Haa ce m'a l'air effectivement confus, emberlificoté tout cela... la communication la communication : d
Avatar de l’utilisateur
Par Anne
Femme de 34 ans vierge
#216537
Je suis en pleine réflexion. De ce fait, j'ai beaucoup de questions qui me viennent à l'esprit.

Pensez-vous que le fait de vivre encore chez ses parents (disons à un âge assez avancé) vous a empêché de vivre certaines expériences ?
Laura aime ça
Par LiPo
Homme de 25 ans vierge
#216539
Je crois que oui. Inconsciemment, on ne peut pas librement inviter qui on le souhaiterait chez soi, ni crier au téléphone jusqu'à 4H du matin, ou encore allumer la sono sans limite... non pas qu'on en ait forcément envie, mais rien que le fait de ne pas en avoir la "possibilité" est handicapant et nous paralyse dans notre évolution potentielle car on est cantonnés à rester sur les mêmes rails.

Disons que j'ai la sensation qu'on ne peut tout simplement pas "vivre normalement" sans avoir cette petite peur inconsciente d'être jugé par ses parents, de ne plus être le "petit" qu'on a été. J'ai l'impression que c'est ce qui m'arrive, sans que je m'en rende compte.

De plus, je crois qu'aux yeux des autres on ne parait pas forcément comme "normal" et ca les freine à venir vers nous.

De mon côté, c'était mon anniversaire hier. Une des périodes que je déteste le plus maintenant, car ca m'amène à comparer ma vie d'avant vs celle de maintenant. Il fut un temps où j'étais très à cheval sur les célébrations de ce genre, et le fait de voir que voilà...globalement plus personne ne prend la peine de me le souhaiter ou de prendre de mes nouvelles à cette occasion, me fait très très mal. Heureusement que mes parents sont là. (on en revient au problème du début de message, j'ai l'impression que le fait de vivre encore chez eux m'empêche de chercher à sociabiliser ailleurs et de casser ma routine confortable, car quelque part je me repose sur eux.)
Laura aime ça
  • 1
  • 2290
  • 2291
  • 2292
  • 2293
  • 2294
  • 2382