Venez ici pour partager vos joies et vos peines du moment.
Par salambo
Femme de 31 ans non vierge
#216540
Anne a écrit :Je suis en pleine réflexion. De ce fait, j'ai beaucoup de questions qui me viennent à l'esprit.

Pensez-vous que le fait de vivre encore chez ses parents (disons à un âge assez avancé) vous a empêché de vivre certaines expériences ?
Comme LiPo je pense que oui, en tout cas dans la société occidentale dans laquelle nous vivons (je dis ça car dans d'autres cultures il n'est pas rare de voir plusieurs générations habiter la même maison, mais en Europe ce n'est pas vraiment le cas).
Je rejoins LiPo lorsqu'il dit que cela nous empêche inconsciemment de faire des expériences car on a peur d'être jugé par ses parents. Te vois tu ramener un garçon rencontré en boite de nuit chez tes parents? C'est possible mais faut vraiment des parents cools et ouverts sur le sujet. Pareil inviter à diner à l'arrache des copains, boire toute la nuit et faire du bruit? Décider à 1h du mat de sortir dans un bar? C'est vraiment plus facile, de mon point de vue, de faire tout ça quand on est dans son chez soi :smile:
Laura aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par VACN
Homme de 25 ans non vierge
#216541
Anne a écrit :Pensez-vous que le fait de vivre encore chez ses parents (disons à un âge assez avancé) vous a empêché de vivre certaines expériences ?
Non, pas vraiment. C'était plus le fait d'en avoir honte qui me freinait, et non directement le fait de vivre chez eux. Bien sûr, ça limite un petit peu la liberté qu'on a, mais si peu...
Avatar de l’utilisateur
Par Azrael
Homme de 33 ans non vierge
#216542
salambo a écrit :Te vois tu ramener un garçon rencontré en boite de nuit chez tes parents? C'est possible mais faut vraiment des parents cools et ouverts sur le sujet. Pareil inviter à diner à l'arrache des copains, boire toute la nuit et faire du bruit? Décider à 1h du mat de sortir dans un bar?
Bah au pire peut-être que toi tu peux aller chez le garçon, perso tout cela ne m'a jamais rien dit de toute façon (boire toute la nuit je pense que j'en ai assez vus vomir : d), sauf pouvoir faire du bruit la nuit.

Quoique j'écoutais tellement de musique à en avoir mal aux oreilles, et me couchais tellement à n'importe quelle heure quand ils étaient en vacs, que dans un sens j'étais soulagé quand ils revenaient, j'ai encore du mal à être raisonnable de moi-même de ce côté-là; à vrai dire il n'y a pas que des mauvais côtés, et pour ceux qui peinent à créer des liens pour voir du monde, ça peut empêcher de sombrer dans un sentiment de solitude extrême, là où peut-être on n'aurait pas plus de réussite.

Mais oui je crois que vivre chez ses parents à un certain âge finit par devenir un gros frein dans les relations, car il y en a qui vous écartent pour ce motif, et la peur que cela arrive avec un(e)tel(le) sème le doute en soi-même.

Et encore je trouve que ce n'est pas grand-chose, en comparaison du fait d'avoir des parents ou un parent inprésentables (PS imprésentables* :blush:).
Dernière modification par Azrael le 09 déc. 2018, 21:09, modifié 2 fois.
Par Marta
Femme de 34 ans non vierge
#216543
Anne a écrit :Je suis en pleine réflexion. De ce fait, j'ai beaucoup de questions qui me viennent à l'esprit.

Pensez-vous que le fait de vivre encore chez ses parents (disons à un âge assez avancé) vous a empêché de vivre certaines expériences ?
Alors tout dépend. Moi par exemple, je suis retournée chez ma mère à 32 ans pendant plus d'un an le temps de rebondir après un retour d'expatriation à l'étranger. Je devais tout recommencer. Je suis rentrée qu'avec des valises. Et rien m'attendait, ni job, ni vie sociale lol; j'avais tout laissé tout derrière moi.
Alors je me suis dit que tant que j'ai pas reconstruis des choses un minimum je n'envisagerai pas de rencontres.
Puis une fois que j'avais mon indépendance, je me suis sentie mieux pour aborder les rencontres. Je pense que le blocage vient de nous, on ne se sent pas à l'aise avec l'idée de vivre chez nos parents. C'est difficile de l'assumer nous même. Moi je sais que j'en parlais avec assurance que je vivais chez ma mère, expliquant que je reconstruisais ma vie. A mes rencontres même actuelles, j'ai dit que j'avais du revivre un an chez ma mère, et cela passe bien. Tout dépend comment on présente les choses et si on les assume. Et puis, aujourd'hui, je leur dit carrément, "et oui ça aurait pas été pratique pour l'intimité tout ça ;)" lol.
Moi je pense que tout dépend comment on présente les choses...
Avatar de l’utilisateur
Par Lereveur
Homme de 38 ans non vierge
#216548
Pour moi la réponse est oui, la cohabitation avec mes parents présentant des aspects néfastes à mon endroit.
Laura aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par Chihiro1
Femme de 32 ans vierge
#216568
Petite déprime aujourd'hui...probablement les fêtes de noël qui arrivent sans avoir vraiment qqch à fêter...Dernièrement, je rêve souvent de bébés bizarrement. Peut-être un signal que je doive "faire mon nid"?? :grin:
Avatar de l’utilisateur
Par katy81
Femme de 38 ans non vierge
#216579
Anne a écrit :Je suis en pleine réflexion. De ce fait, j'ai beaucoup de questions qui me viennent à l'esprit.
Pensez-vous que le fait de vivre encore chez ses parents (disons à un âge assez avancé) vous a empêché de vivre certaines expériences ?
je ne pense pas non plus que vivre chez ses parents soient néfaste au point de ne pas tenter d'entamer une relation.
Bien évidemment que dans le respect on doit quand même harmoniser les relations. ça dépend également de plein de choses, de la relation que l'on a avec eux depuis un certain temps.
C'est quand même démontré que l'enfant devenu adulte peut se sentir tenailler entre le fait d'être l'enfant de ses parents mais aussi d'être émancipé et d'être adulte et donc avoir des activités d'adultes : rentrer à n'importe quelle heure dans n'importe quelle état :sweat_smile: ) ou inviter des ami(e)s quand bon nous semble, ne pas vouloir faire son ménage etc....

J'ai eu mes limites en vivant chez mes parents, vers 27 ans où j'avais trouvé mon boulot et finissait de payer un crédit auto et quand j'avais enfin débuté une relation amoureuse. J'avais qu'une hâte c'était de partir de chez eux, pas à cause d'eux mais pour m'épanouir.
Financièrement je n'avais plus rien qui me retenais pour rester. Et c'est tout de même un point très important. ça n'a d'ailleurs pas empêché d'aller chez eux très très régulièrement.


et euh sinon fusillade Ă  Strabourg :fearful: :cry:
Avatar de l’utilisateur
Par Plumeria
Femme de 33 ans vierge
#216581
katy81 a écrit :et euh sinon fusillade à Strabourg :fearful: :cry:
oui je suis les infos en ce moment... le tireur (identifié) est toujours recherché... il y a déjà deux morts déclarés et 11 blessés ... :cry:
J'espère qu'ils vont le choper rapidement ... :angry:
Laura, Anne, Amaz aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par Anne
Femme de 34 ans vierge
#216587
Merci pour vos réponses.
Je continue quand mĂŞme Ă  cogiter.
katy81 a écrit : je ne pense pas non plus que vivre chez ses parents soient néfaste au point de ne pas tenter d'entamer une relation.
C'est ce que je me dis. Je ne vois pas en quoi cela puisse m'empêcher d'avoir une relation. Je suis assez remontée contre l'une de mes connaissances qui me dit d'arrêter de côtoyer un jeune homme sous prétexte que vivre avec ses parents est un obstacle à une relation.
Avatar de l’utilisateur
Par Amaz
Homme de 28 ans vierge
#216596
Je dirais que cela dépend aussi beaucoup de la relation que nous avons avec nos parents, si celle-ci est harmonieuse, il n'y a pas de raison de s'inquiéter, mais si un des parents ou les parents sont relativement toxique et que l'on à conscience que l'on va recevoir de multiple réflexion désagréable, ça ne donne certainement pas envie d'invité un ou une potentiel petite copine ou copain. C'est ni agréable pour soi et ni pour le ou la partenaire d'avoir des parents qui braillent à longueur de journée et nous critique ouvertement face à la personne que l'on désir.
LiPo, Usagi aime ça
  • 1
  • 2291
  • 2292
  • 2293
  • 2294
  • 2295
  • 2391