Venez ici pour partager vos joies et vos peines du moment.
par bdi49
Homme de 34 ans vierge
#235088
Coucou a vous,
Une question me venait a l'esprit. Pensez vous parfois qu'il faudrait régler ses soucis avant d'imaginer une vie de couple ?
Ne vous êtes jamais remis en question des raisons de votre célibat ? Que le problème venait de vous et non des autres ?
Que tant que les traumatismes du passé sont toujours présent il sera difficile de vivre une vie de couple ?

Vu que je souffre d'anxiété généralisée accompagnée de colopathie et dépression (traumatismes..) je me dis que tant que je ne suis pas en harmonie avec moi même toute mes rencontres, mes relations ne fonctionneront jamais.

J'aimerai avoir votre avis la dessus. Peut être que je devrai aussi ne pas trop me bloquer et faire de nouvelles rencontres malgré mes soucis..

Merci
Avatar de l’utilisateur
par Valsiny
Homme de 33 ans vierge
#235089
BDI49 a écrit :Une question me venait a l'esprit. Pensez vous parfois qu'il faudrait régler ses soucis avant d'imaginer une vie de couple ?
Non, la vie est trop brève et trop fragile. Et puis, a-t-on jamais fini de régler ses soucis ?
BDI49 a écrit :Ne vous êtes jamais remis en question des raisons de votre célibat ? Que le problème venait de vous et non des autres ?
Je pense que le problème vient d'une inadéquation entre ce que je suis et ce que sont les autres. Ça commence par le fait que la plupart des autres sont hétérosexuels, ça se termine par l'impression d'avoir une personnalité peu attrayante pour la plupart de ceux qui restent. Entre les deux, des tas de choses : des peurs, la dépression...
BDI49 a écrit :Que tant que les traumatismes du passé sont toujours présent il sera difficile de vivre une vie de couple ?
Si notre passé détermine en partie notre présent, je doute que tout soit si prévisible : la vie réserve bien des surprises, nul n'est devin de soi.
BDI49 a écrit :Vu que je souffre d'anxiété généralisée accompagnée de colopathie et dépression (traumatismes..) je me dis que tant que je ne suis pas en harmonie avec moi même toute mes rencontres, mes relations ne fonctionneront jamais.
Observe les autres : la solitude est-elle le lot de tous ceux qui accumulent les difficultés et sont intérieurement déchirés ? Il y a toujours de l'imprévisible dans une vie humaine. Cela m'empêche d'être tout à fait fataliste (mais cela n'empêche pas le désespoir, qui est une chose un peu différente).
VACN, Pasta aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Lereveur
Homme de 39 ans non vierge
#235093
Oui et non je dirais ; dans l'absolu, c'est préférable d'en régler un maximum avant, avec priorité aux plus critiques (ceux qui de toute évidence nuiraient grandement à la moindre relation), mais comme dit Valsiny, la vie est courte et comprend toujours des imprévus.

Et personnellement, je pense que le positif qu'apporterait justement une petite copine m'aiderait à avancer sur certains trucs, comme l'estime de soi par exemple.

J'ai pu nouer quelques bonnes amitiés malgré un " point de départ " où je ne pensais n'avoir ni humour ni conversation (donc zéro intérêt pour autrui) ; malgré mon pessimisme sur le plan sentimental, ça obéit cependant à la même logique : je peux très bien finalement trouver grâce aux yeux d'une fille (pour ça d'ailleurs que dernièrement, j'ai encore fait le coup de " filer en douce son 06 " à une cliente au taff... ça m'étonnerait que ça donne quelque chose... Mais on ne sait jamais).
par bdi49
Homme de 34 ans vierge
#235099
Merci a vous pour vos messages. Je pense que le mieux pour moi et de continuer de faire une thérapie tout en essayant de faire des rencontres. Je pense que cela serait cruel de passer a côté de rencontres. Il faut que je me laisse des chances.

@Valsiny : j'aimerai tellement que ma vie me réserve de belles surprises. C'est pour cela je me dois d'être un minium positif..
Le positif attire le positif comme ont dit.

@Lereveur : la rencontre que j'ai pu faire que j'avais jamais connu m'a aidé et cela m'a boosté dans des domaines. Mentallement je me sentais mieux aussi. Je me sentais aimé..
Je pense que quand tu rencontres une personne qui te soutient et te pousse vers le haut sans pour autant mettre la pression je trouve cela chouette.Au moins tu oses c'est bien je trouve qu'importe le résultat.

Le problème c'est que je m'imagine le pire. Je me dis que la fille ne voudra jamais d'un mec dépressif, qui passe son temps au lit lors de grandes dépressions , laxophobe (bonjour les sorties a 2 en extérieur :sweat: ). Elle ne voudra pas d'un mec faible mentalement comme je suis. Un mec trop anxieux trop gentil;. Elle voudra d'un mec ambitieux, pas faible psychologiquement et qui a confiance, qui a de l'assurance.

Bref je suis tout le contraire. Du coup cela me bloque a faire des rencontres et un possible engagement.
par bdi49
Homme de 34 ans vierge
#237450
Coucou a vous ,

J'espère que vous allez bien. Un petit moment que je n'étais pas revenu sur ce forum..
Voilà je me posais quelques questions.

Comment arrivez vous a accepter le rejet, le refus d'une personne ? En tant que personne sensible, anxieuse et qui a tendance a pendre trop les choses a coeur cela me rend malade. On dit souvent qu'il ne faut pas faire le rejet une affaire personnelle..
Tout le monde je pense se fait rejeter. Même les célébrités..Cependant a chaque rejet je prends un coup pour mon estime et sur ma confiance en moi car ce n'est pas le premier rejet.

Du coup je repasse encore dans une phase de remise en question sur mon physique, mon attitude et ce qui ne va pas réellement chez moi a force de rejets....Est ce que c'est mon attitude ? Est ce que c'est ma séduction qui n'a pas été bonne ? Est ce que je suis réellement moche finalement?
Ce qui me frustre c'est d'entendre souvent cette phrase " tu es gentil mais je te considère comme un ami" ou bien "il n'y pas ce petit truc, ce petit feeling." :pensive:

Difficile d'entendre ces mots quand on fait un gros travail sur soi (consulte psychogue), qu'on sort de sa zone de confort qu'on fait des efforts , qu'on ose et qu'on prend soin de soi et rien ne va :unamused:


Merci a vous
par Tyrus
Homme de 33 ans non vierge
#237454
Hello

Je n'ai jamais trouvé de solution en ce qui me concerne. Je prends toujours de plein fouet ces remarques. Mais je m'en remets plus vite par contre.
par bdi49
Homme de 34 ans vierge
#237459
Tyrus a écrit :Hello

Je n'ai jamais trouvé de solution en ce qui me concerne. Je prends toujours de plein fouet ces remarques. Mais je m'en remets plus vite par contre.
Tu as des conseils a me donner pour s'en remettre assez vite ? J'ai tendance a trop me torturer l'esprit et me remettre plein de fois en questions et c'est angoissant..
par downup
Homme de 38 ans non vierge
#237460
Peut être se mettre à la place de l'autre personne. Ce n'est pas parce qu'on n'a pas envie d'être en couple avec quelqu'un, que ce quelqu'un est forcément moche ou a une mauvais attitude etc. Tu ne dirais pas oui à tout le monde non? Et les personnes à qui tu dirais non ne seraient pas forcément inintéressantes dans l'absolu, c'est juste qu'elles ne seraient pas la bonne personne pour toi.
par salambo
Femme de 32 ans non vierge
#237461
On ne peut pas plaire à tout le monde, il n'y a rien de plus en fait.
L'idée de downup est bonne : et toi? Si tu devais dire non à quelqu'un, que ressentirais-tu? A priori, tu ne penserais pas que cette personne est nulle et qu'elle ne vaut rien, juste que tu ne souhaite pas commencer une relation avec elle, sans rien enlever à sa valeur, non?
par bdi49
Homme de 34 ans vierge
#237465
Vous avez raison, je suis d'accord de ce que vous dites. Dire non parfois c'est un sacré défi pour une personne qui manque confiance en soi. En vieillissant avec le temps j'arrive plus dire "non" par exemple au travail. Même dire a la fille que je n'étais pas intéressé en disant "non" j'osais pas car j'avais peur de la blesser. J'ai ce côté hypersensible que je dois réajuster et comprendre pourquoi je dis trop souvent "oui "sans m'écouter et me mettre des limites. Surement par peur de blesser la personne. Je dois et je le reconnais que je dois régler cette blessure de l'abandon. Thème qu'on aborde avec ma psychologue...
Et limite a trop me soucier des autres (trop gentil) sans trop me soucier de mes soucis je me suis oublié. Je pense qu'il est temps pour moi de me recentrer, de penser a moi et de ma santé mentale...

Pensez vous que je dois régler cette blessure de l'abandon par la thérapie que je fais actuellement avant de faire des rencontres ? Régler mes problèmes d'angoisse, de manque de confiance et d'amour de soi au risque que cela prenne du temps et que je passe a côté de belles rencontres ?

Merci
  • 1
  • 90
  • 91
  • 92
  • 93
  • 94