Venez ici pour partager vos joies et vos peines du moment.
Avatar de l’utilisateur
par SnapBack
Homme de 29 ans non vierge
#237275
VACN a écrit :Navré d'être comme ça, mais je sature. J'ai des rêves, je ne sais pas comment les réaliser, et tout ce qu'on trouve à me dire, c'est que plus je voudrais les réaliser, moins j'y arriverai. Ça n'a pas de sens et ça ne fait que m'énerver encore plus.
Remplace "rêve" par "objectif", "projet" ou "but".
Les rêves doivent rester ce qu'ils sont : des fantasmes et des illusions comme l'est la brume que tu peux voir mais que tu ne pourras jamais toucher.

Par "projet", tu peux mettre les cartes sur table et, peut-être, t'aider à faire des plans qui transformeront tes rêves en réalité.

Comme salambo, quelqu'un pourra t'aider à faire le tri dans ton esprit afin de mieux avancer.
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#237276
salambo a écrit : 29 mars 2021, 16:06 Vu comment ça a l'air de te travailler, je ne vois que le recours à des professionnels de santé.
Tu disais voir une sexologue, vois-tu également un psychiatre ou psychothérapeute?
La sexologue en question est aussi psychologue et hypnothérapeute. Elle fait un peu l'ensemble. Mais je l'ai vue vendredi dernier, je ne la revois pas avant 3 semaines.

La crise est passée... ce matin j'étais dehors et j'ai eu envie de me jeter sous une voiture ou un bus. Ça me fait peur de penser ces trucs-là, mais sur le moment c'est tentant.

Désolé d'avoir fait ma tête de mule.
par downup
Homme de 38 ans non vierge
#237277
Pour avoir été dans des situations difficiles comme celle là (comme j'imagine beaucoup d'entre nous ici), je me permets d'évoquer une voie qui m'a aidé.

Ca a été de m'intéresser fortement et concrètement à ce qui tourne autour de la spiritualité, au Bouddhisme au particulier (mais ça aurait pu être autre une religion ou philosophie différente).

Quand on tourne en rond dans sa tête, que ça nous fait souffrir, il peut être utile de chercher à s'intéresser à des choses d'un autre ordre, pour se décentrer un peu de soi même. Par exemple, quand on cherche à se préoccuper des autres, on est mécaniquement moins préoccupé par soi-même, on s'aperçoit faire des choses plus positives, et donc on se sent mieux. On prends alors confiance en soi et cela peut initier des cercles vertueux.

De façon plus profonde, cela peut donner un sens un peu différent à sa vie. Si ton obsession et ton but ultime est d'être en couple, que ça ne marche pas, que cela te fasses souffrir et perdre confiance en toi, comme dit par Salambo, cela ne te mets pas dans les meilleures dispositions pour trouver quelqu'un. Il faut s'intéresser à d'autres sources de motivation et de sens. Pour moi ça a été la spiritualité, mais cela peut être autre chose.

Etre en couple ça change pas tout, loin de là. Et ça peut apporter de nouveaux soucis en fait. Si ton unique motivation c'est de trouver quelqu'un, que tu n'essaies pas d'enrichir les autres aspects de ta vie, tu ne sera pas forcément plus heureux une fois en couple.

Ton interrogation sur le renoncement m'interpelle car c'est une question important dans le bouddhisme. Comment avoir le désir de ne plus avoir de désir? Evidemment il ne faut pas renoncer à la motivation première (ou alors on se satisfait de devenir un loque sur le canapé), mais l'enjeu est qu'elle ne nous submerge pas, peut être en en faisant quelque chose de moins personnel par exemple. C'est je crois ce que dit Salambo quand elle dit qu'elle a renoncé à une forme d'obsession, pour n'avoir qu'une idée "dans le coin de sa tête". C'est à ce moment qu'elle a rencontré quelqu'un. Dans ma vie, c'est aussi à partir du moment ou j'ai relativisé un peu les choses en m'intéressant à d'autres trucs, que j'ai pu avancer. Ce n'est pas un hasard. Il ne s'agit pas de se dire "je renonce et hop je vais trouver quelqu'un", mais réaliser que faire un pas de côté, appréhender les choses différemment, peut naturellement amener à contourner les impasses.
SnapBack, salambo aime ça
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#237279
Mais ce n'est pas mon unique but, seulement le principal. Si je ne l'atteins pas, je ne sais pas ce que je ferai.

Et il n'y a pas qu'une notion d'objectif, il y a aussi une sensation physique et mentale de manque, quotidienne, harassante. Par moments, je n'arrive plus à penser à autre chose. J'ai des fourmillements dans les bras, des contractions musculaires...

En fait, le principal "obstacle", c'est que j'ai besoin d'une voie à suivre. Une sorte de "mode d'emploi". J'ai besoin de me dire "ça, ça a de grandes chances de marcher". Je ne peux pas (et j'insiste, je ne peux pas) me contenter de directions vagues.

Ajouté 11 minutes 49 secondes après :
Au fait, justement, j'ai déjà été en couple. Ça a été la période la plus heureuse et la plus épanouissante de ma vie. J'adorais ce rôle (et non, ça ne veut pas dire que je n'étais pas moi-même, au contraire, c'était la première fois de ma vie que j'étais vraiment moi-même), compter à ce point pour quelqu'un, avoir quelqu'un avec qui partager autant de choses, pas que le sexe. Elle me donnait la motivation de devenir meilleur. Alors maintenant, j'ai la preuve empirique qu'être en couple me rend plus heureux. Et quand ça a commencé à ne plus marcher, que ça ne me rendait plus aussi heureux, j'ai arrêté avec elle, donc c'est pas comme si je cherchais absolument à être avec quelqu'un juste pour ne pas être seul. C'est cette connexion que je recherche, enfin une similaire.
par Tyrus
Homme de 33 ans non vierge
#237280
VACN a écrit : 29 mars 2021, 17:21 En fait, le principal "obstacle", c'est que j'ai besoin d'une voie à suivre. Une sorte de "mode d'emploi". J'ai besoin de me dire "ça, ça a de grandes chances de marcher". Je ne peux pas (et j'insiste, je ne peux pas) me contenter de directions vagues.
Tu te doutes bien que s'il s'agissait uniquement de suivre un manuel, ce forum n'existerait pas. Ce serait plus simple c'est certain.

Concernant ta vie de couple je ne doute pas un seul instant que tu ais été heureux mais je me souviens de plusieurs de tes messages où tu evoquais des soucis en rapport avec ta vie de couple justement. Du coup n'idealises tu pas un manque ?
par downup
Homme de 38 ans non vierge
#237281
Tu sais, entre les tremblements, le contraste entre ce bonheur que tu décris lors de ta relation et ta situation présente, on pourrait imaginer lire le témoignage de quelqu'un qui a des problèmes de dépendances à la drogue.

Je ne veux pas te choquer en disant ça; mais il faut bien voir en quoi cette dépendance aux relations (dépendance affective) peut être potentiellement problématique, en particulier pour les relations elles-mêmes. Ca pose d'emblé une pression énorme sur la relation, ce n'est pas une façon saine de les aborder.

Quand tu parles de mode d'emploi, c'est pour aller mieux à cour terme? Vu l'urgence que tu exprimes içi depuis quelques semaines, ce qui s'est passé avec ta famille, les changements associés, le fait d'exprimer des idées très noires (cf le post juste avant le mien), il faut peut être rechercher de l'aide de personnes compétentes (je veux dire, plus que ton thérapeute actuel).

Quand à un mode d'emploi à moyen terme, je rejoins tout ce qui a été dit avant. Il faut avoir pour objectif, non pas de rencontrer quelqu'un à tout prix (et chercher pour cela un mode d'emploi illusoire) mais essayer d'abord d'aller bien dans ta tête, s'épanouir en tant qu'individu, faire des activités, rencontrer des personnes intéressantes etc... Remplir sa vie de telle sorte qu'une relation soit la conclusion logique, la cerise sur la gâteau, et pas la clé de voute d'un échafaudage précaire.

Bien sur ce ne sont que des "directions vagues", on ne se connait pas vraiment. Probablement que les seules personnes qui pourraient donner des conseils bien précis et utiles à court terme (pour aller mieux et lancer la machine) seraient ceux dont c'est le métier d'en donner (par exemple un thérapeute comportementaliste qui te dirait précisément quels exercices faire pour développer ta confiance en toi).
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#237282
Me voilà drogué, maintenant... OK...

On a tous une "dépendance affective". L'être humain ne peut pas survivre en bonne santé sans relations de qualité.

Ajouté 2 minutes 47 secondes après :
J'ai compris, c'est bon, je ne suis pas en état d'être en couple, je mérite de rester seul. Parce que je ne vis pas bien le célibat. Objectif : devenir un être humain fonctionnel.
par Mellow
Femme de 33 ans vierge
#237283
Je sais pas si tu es actuellement en état de digérer et réfléchir à ces réponses qui t'ont été apportées.
Je dis ça sans méchanceté (j'ai l'impression d'être la méchante vu que je peux être très matter of fact parfois).

Mais je vais répondre quand même... je vais pas répéter les dires des autres mais tu es maître de ta vie, c'est à toi de trouver le chemin qui te mènera à une certaine sérénité ou à un mieux-être. Tu as internet. Le "comment" c'est toi qui l'apprendras en cours de route. Encore faut-il que tu sois bien disposé. Je pense que le declic n'est pas encore arrivé mais ça viendra un jour.
VACN aime ça
par salambo
Femme de 32 ans non vierge
#237284
@downup : tu as mis de très jolis mots sur ma pensée, merci beaucoup :blush:

@VACN : en fait ce que je voulais dire c'est bien ce qu'a exprimé downup. Alors pour moi ce n'est pas du tout passé par la spiritualité, mais c'est ça, remplir ma vie d'autres choses, qui me font du bien, de sorte qu'une relation amoureuse soit le bonus, et pas le fondement. Car dans ce cas ce n'est pas sain.
Les références à tes symptômes physiques me font aussi penser à un drogué en manque, rien que ça m'inquiéterait au plus haut point. Ce n'est pas normal d'avoir des contractions musculaires quand on pense à son célibat...... Et oui cela s'appelle de la dépendance affective, et comme en plus tu as déjà "gouté" à la vie à 2, le terme drogué me parait correct. Ce n'est pas un gros mot, ni une insulte ou que sais-je. Des fois mettre des mots sur les maux permet d'accéder au chemin de la guérison.

Ce n'est pas que tu ne mérites pas d'être en couple, il n'y a pas de notion de "mérite" dans ce domaine là, mais si tu restes dans cet état les chances que tu puisses trouver quelqu'un sont infimes.

Par contre je suis toujours mal à l'aise quand tu parles de ton ancien couple et d'à quel point ce "rôle" te plaisait. Le fait de te sentir protecteur, d'être le centre de l'attention de quelqu'un... encore une fois ce n'est pas une façon saine de voir les choses, il y a clairement des carences derrière tout ça. Je ne suis pas du tout psy mais j'espère que ces points ont été abordés car à chaque fois que je les lis je me dis que ce n'est pas correct. Je n'ose imaginer la pression sur les épaules de ta partenaire. Tu n'auras pas verbalisé tout ça bien sûr, mais ça se sent.
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#237286
Dans la mesure où ce que tu dis n'est pas blessant, ça va.

Quelque part, je sais que je suis pas en état. Je ne peux pas décemment imposer une loque comme moi à quelqu'un.

Mais justement, je suis pas OK avec ça. Ça fait 2 ans et demi que je patauge. C'est long. Alors oui, je pète un câble. En plus, avec le déménagement précipité de chez mes parents...

J'aimerais trouver quelqu'un avant-hier. Le temps file. J'ai bientôt trente ans, et j'aimerais autant avoir la famille dont je rêve avant d'atteindre la cinquantaine.

Et la vie ne m'a jamais rien donné sans que je ne fasse rien pour l'obtenir. Les rares fois où j'ai eu un petit morceau de bonheur, c'était parce que j'avais compris ce qui m'empêchait de l'avoir et que j'avais trouvé et appliqué des solutions. La vie est un problème à résoudre. Mais là j'ai l'impression de ne pas comprendre ce problème précis. Et ça me dérange parce que je ne sais pas comment, ni même si je vais pouvoir m'en sortir, ni jusqu'où je pourrais aller si cette situation dure.

Je sais que je suis amer, mal luné, borné, etc. Et pas toujours facile à raisonner. Merci à tous de chercher à m'aider malgré ça.

Ajouté 1 minute 33 secondes après :
@salambo, attention à ne pas m'expliquer ma vie et comment mon ex se sentait avec moi. Je n'étais pas le centre de son attention, mais je comptais beaucoup pour elle. C'est tout ce que j'ai dit.
  • 1
  • 117
  • 118
  • 119
  • 120
  • 121