Venez ici pour partager vos joies et vos peines du moment.
Avatar de l’utilisateur
par Lereveur
Homme de 39 ans non vierge
#237287
De mon point de vue, tu es en mode " lion frustré qui tourne en rond dans sa cage ", et pour aller dans le même sens que downup, c'est le genre de période par laquelle la plupart d'entre nous sont passés, passent et passeront encore. Je compatis évidemment, et tu dois te douter qu'à mon âge, je l'ai mauvaise et ne suis pas loin de jeter l'éponge. Je me demande aussi parfois comment j'arrive encore à me lever le matin.

Mais aussi pour rejoindre d'autres propos précédents, le truc, je pense, n'est pas de renoncer ; je dirais plus qu'une fois le constat fait que ça bloque au niveau sentimental, plutôt que de t'épuiser sur un obstacle infranchissable pour le moment (faute d'outil adéquat et / ou de chance), essaye plutôt d'avancer là où un passage semble plus enclin à s'ouvrir, sans que ça t'empêche de rester aux aguets concernant ton objectif principal. Avec la fatigue vient l'aigreur, et ça, ça réduit encore plus tes chances de succès.

Le départ de chez tes parents et la recherche de taff sont deux exemples simples qui peuvent contribuer indirectement au franchissement dudit obstacle à terme. En tout cas en ce qui me concerne, avec le recul, ce sont à mon avis des éléments à la base externes à la drague (choix des études, vêtements, mode de vie, convictions...) dont j'aurais dû plus sérieusement me soucier, et plus tôt, pour justement ne pas me retrouver dans le vide sentimental actuel.
VACN, Florent aime ça
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#237289
J'ai juste peur, en fait.

(Sachez que j'écris ça avec deux verres de Martini dans ne nez ; je suis pas alcoolique, mais bien gris)

J'ai peur que, peu importe les progrès que je fais, je ne trouve jamais quelqu'un ; soit que je ne sois jamais "apte" à être le bon compagnon, le bon amant et le bon père que j'aspire à être, soit que je joue simplement de malchance. Ça me terrifie. Je ne m'imagine pas mourir sans enfants.

Je rêve d'avoir une fille depuis des années ; un fils, depuis quelques mois. Ça ne fait que se renforcer avec le temps. Et je suis persuadé que je ferais un bon père, un père génial. Je voudrais juste avoir l'occasion de le prouver.
par salambo
Femme de 32 ans non vierge
#237290
VACN a écrit : 29 mars 2021, 19:20 Ajouté 1 minute 33 secondes après :
@salambo, attention à ne pas m'expliquer ma vie et comment mon ex se sentait avec moi. Je n'étais pas le centre de son attention, mais je comptais beaucoup pour elle. C'est tout ce que j'ai dit.
Ma remarque était plutôt la suivante : tu comptais beaucoup pour quelqu'un et ça semblait te plaire énormément, comme combler un vide. J'ai utilisé un raccourci avec "être le centre de l'attention", mais j'avais bien compris que tu n'étais pas au centre de son monde.
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#237291
Ah, et puis dernier détail : j'aimerais profiter au maximum de ma sexualité, quoi. C'est le cas de tout le monde ici, évidemment, mais voilà... si c'est pour en profiter dix ans au total, ce sera déjà ça, mais très insuffisant.
Avatar de l’utilisateur
par SnapBack
Homme de 29 ans non vierge
#237293
VACN a écrit : 29 mars 2021, 19:41 Ah, et puis dernier détail : j'aimerais profiter au maximum de ma sexualité, quoi. C'est le cas de tout le monde ici, évidemment, mais voilà...
Même avec un emploi stable, j’ai une vie sentimentale assez nulle.
Il m’arrive d’avoir deux ou trois trucs sur l’année mais ce n’est que passager.

J’ai renoncé à avoir des enfants si ça continue ainsi (j’aime bien les enfants mais ma patience me fait peur parfois, mieux vaut ne pas les rendre malheureux)... mes dessins m’apportent un peu de réconfort quand j’ai le temps de les faire. Je suis conscient que j’ai des problèmes personnels (confiance en l’autre nulle, peur du refus, complexe du hérisson) en plus de problèmes extérieurs (mon apparence étrangère). Chacun doit trouver son propre chemin malheureusement, tes problèmes ne sont pas les miens et inversément.

J’ai vécu en paria social pendant 5 ans, faute de taf’, et ça a laissé des traces même si je m’en suis sorti et que j’évolue dans ce que j’aime faire. Laisse le temps au temps : en bon VT, ce n’est qu’à la trentaine presque acquise que je vis comme un vrai adulte.
Avatar de l’utilisateur
par Lereveur
Homme de 39 ans non vierge
#237298
Une amie et mon pote handicapé m'ont chacun dit un jour à peu près la même chose, à savoir que je devais surestimer la vie sexuelle de la plupart des couples. Même si je rétorque à cela que des rapports " de temps à autre ", c'est déjà énorme par rapport à " jamais ".

Mais j'admets cependant qu'une vie de couple réelle serait probablement différent de ce que je peux fantasmer. Sans que ce soit forcément plus mal.
par Everest
Homme de 45 ans non vierge
#237300
Je ne sais pas quoi dire de plus pour t'aider VACN.....

Peut etre devrais tu contacter une association comme sos amitié.....
Je viens d'aller voir leur site et il y a une ligne d'écoute , ou si tu ne te sens pas la force d'appeler , il y a un tchat où tu peux participer par écrit :wink:

Courage à toi....
Avatar de l’utilisateur
par MathSo
Homme de 26 ans vierge
#237303
Je vais un peu rejoindre l'avis de mes camarades, mais je penses à mon avis que tu idéalises un peu trop la vie de couple et la vie de famille comme si c'était l'objectif ultime. Pourtant, cela n'est pas une fin en soi.

Je ne sais plus quel membre l'a dit (je crois que c'est Salambo), mais ton expérience avec ton ex t'a en quelque sorte "drogué" si je peux dire. Maintenant que tu n'as plus cette drogue, tu te sens en manques, et tu angoisses. Exactement comme un fumeur à qui on priverait ses cigarettes (et au passage, cela explique aussi pourquoi ceux qui n'ont rien connu ne ressentent pas le manque).
En gros, il est important que tu arrives à te "sevrer" pour pouvoir espérer repartir sur des bases saines, et éventuellement rencontrer une nouvelle partenaire.
VACN a écrit :J'ai peur que, peu importe les progrès que je fais, je ne trouve jamais quelqu'un ; soit que je ne sois jamais "apte" à être le bon compagnon, le bon amant et le bon père que j'aspire à être, soit que je joue simplement de malchance. Ça me terrifie. Je ne m'imagine pas mourir sans enfants. Je rêve d'avoir une fille depuis des années ; un fils, depuis quelques mois. Ça ne fait que se renforcer avec le temps. Et je suis persuadé que je ferais un bon père, un père génial. Je voudrais juste avoir l'occasion de le prouver.
Ta crainte est commune à quasiment tout le monde ici si je peux dire : On est tous plus ou moins passés par ces périodes de doutes, dans lesquelles on se demande si l'on va bien finir par s'en sortir.

Pour ton désir de devenir père, c'est ton ressenti, je ne juge pas. En revanche, comme je l'ai dit plus haut, il ne faut surtout pas l'ériger comme le but ultime d'une vie (quand on y pense, dans quel monde vont grandir nos enfants ?). Si tu rencontres quelqu'un, ne commences pas à la voir direct comme la future mère de tes enfants. Ca ne fera que la faire fuir lorsqu'il y a relation naissante.
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 27 ans non vierge
#237304
J'érige ce que je veux en objectif de vie, désolé. Ce n'est pas négociable et on ne me l'enlèvera pas.
par downup
Homme de 38 ans non vierge
#237305
Pardon si mon message précédent (référence à la drogue) n'est pas bien passé. Ce n'était pas la bonne métaphore à employer.

VACN a écrit :J'érige ce que je veux en objectif de vie, désolé. Ce n'est pas négociable et on ne me l'enlèvera pas.
Et ça n'aurait pas de sens d'y renoncer. Quand je me suis mis au bouddhisme, ce n'était pas pour renoncer à mes aspirations de vie (les même que les tiennes, fonder une famille), d'ailleurs il n'y avait pas de but derrière sinon un profond intérêt, mais le fait est que ça a allégé ma tête, pour y mettre des choses moins personnelles et plus positives.

Le problème n'est pas l'objectif, mais l'approche. Imagine quelqu'un qui passe ses journées sur les sites de rencontre, sans résultats, et à se morfondre de cette situation . Ne faudrait-il pas mieux qu'il aborde le problème autrement, en faisant des choses plus variées, plus enrichissantes d'abord pour lui? Ca n'empêche pas le fait que dans "un coin de sa tête" la motivation profonde reste de trouver quelqu'un, mais ce faisant il pensera à d'autres choses, souffrira donc moins, il progressera sur d'autres plans, sera plus confiant, épanoui et heureux (et donc au fond il s'est au fond davantage rapproché du but que s'il était resté sur les sites de rencontre). La motivation profonde est toujours là, mais n'est plus au centre de tout n'est plus obsessionnelle.

Un signal d'alerte pour savoir si on est sur la bonne voix, est je pense de savoir si on souffre vraiment de la situation. Ton objectif étant posé, si tu souffres tout le long du chemin, ben d'une part ça rends le chemin moins agréable, mais en plus tu avances moins vite.

Je sais que c'est super facile à dire, mais beaucoup moins à mettre en pratique, mais c'est quand même mieux si on arrive à être un peu plus relâché par rapport à ces objectifs de vie. Il y a forcément plein d'aléas dans la vie, qui demandent une certaine flexibilité et acceptation. Je ne dit pas du tout qu'il faille renoncer à tout et accepter de n'avoir aucun objectif. Mais c'est une histoire d'approche, d'état d'esprit un peu plus relâché.

Pour donner un exemple un peu plus intime, comme toi j'ai une grosse envie de paternité. Un truc auquel je n'avais pas réfléchi avant... mais, ce n'est pas parce que toutes les conditions sont réunies que ça arrive tout de suite. Et si ça prend du temps, ça peut être vite angoissant et apporter son lot de questionnement. Si j'abordais cette question avec un état d'esprit qui aurait érigé la paternité en objectif de vie non négociable, ben bonjour les dégâts.
  • 1
  • 117
  • 118
  • 119
  • 120
  • 121