Venez ici pour partager vos joies et vos peines du moment.
Avatar de l’utilisateur
par Heol
Homme de 45 ans non vierge
#235385
Bonjour, ça fait un gros moment que je ne suis pas passé par là et les nouvelles ne sont pas tellement réjouissantes. Ça s’est terminé avec ma dernière copine le 15 avril 2019 et dans des circonstances bien malheureuses qui ne sont la faute d’aucun de nous deux.

C’était un accord parfait entre nous sur tous les plans, un rêve éveillé réciproque. Et puis un jour, un texto :  »Je préfère qu’on ne se voit pas cette semaine, j’ai besoin d’une pause sinon je vais rompre, je suis épuisée, je ne sais pas composer à deux,... »

La, forcément, je me dit que je lui ai fait quelque chose, mais sincèrement, je ne comprends pas, je me repasse pendant des heures nos derniers dialogues dans ma tête, chaque détails de nos dernières rencontres. Deux semaines auparavant, je lui manquait dès qu’elle ne me voyait plus, elle pensait des trucs qu’aucun autre ne lui avait fait imaginer, elle avait retrouvé ses seize ans dans sa tête, j’etais le premier homme que sa fille était prête à accepter, je lui avait rendu une vie de femme,... et moi j’étais aussi très très amoureux, je vivais enfin l’histoire dont je rêvais avant de connaître les femmes Plus on se découvrait, plus on se scotchais l’un et l’autre.

Trois jours plus tard elle me bloque de tous les réseaux sociaux, et je reste trois mois à me raconter que je suis le roi des minables je déprime et pense à elle du matin au soir. Je constate qu’elle m’a débloqué début juillet. Je me hasarde à lui demander comment elle va. Elle me répond qu’elle a des problèmes de santé sans plus d’explications... De fil en aiguille, je vous résume tout ça mais elle finit par m’expliquer par indices successifs qu’elle a déclaré un cancer du sein. C’était la raison de son départ en fait, donc couche de peine supplémentaire, même si le plus dur à affronter est pour elle bien sûr, c’est vraiment une personne à qui il arrive tout le contraire de ce qu’elle mérite. J’en ai fait une grosse dépression dont je sors à peine aujourd’hui.

Nous avons gardé le contact et on s’amusait à partager des discussions et des délires. On s’est revus une fois pour s’échanger des petits cadeaux. je lui avait promis de ne pas l’interroger sur la maladie, à moins qu’elle ne veuille en parler. Elle a à nouveau disparue des réseaux sociaux début septembre 2020 et j’ai bien peur qu’entre ce que j’ai compris entre les ligne et cette nouvelle éclipse, elle soit en train de perdre à 46 ans, son combat contre la maladie.

J’ai peur de savoir vraiment, elle ne voudrait sûrement pas me l’avouer et ça se respecte. Je m’apprête a n’entendre sans doute plus jamais parler d’elle, je préfère dans ce cas garder un souvenir vivant, de belles images d’elle et accepter ce qui doit être.

Elle m’a prouvé corps et âme qu’il n’y avais rien à changer chez moi pour plaire à une femme formidable et ça, ça change ma vision sur beaucoup de choses, c’est le cadeau qu’il me restera. Si j’avais vécu une telle relation à vingt ans, ça m’aurait armé pour l’avenir ici c’est plus compliqué, même si ça a embelli mon parcours. Ma vision de la vie s’est figée dans le cours de ma trentaine et la toile de fond est assez sombre, même si je ne dis pas qu’il ne m’arrive jamais de jolies choses. Je ne suis jamais vraiment senti invincible insouciant et à un jeune âge on a besoin un minimum de cet état d’esprit pour s’accomplir.

Maintenant je ne sais pas, Je ne me vois plus imaginer et proposer un avenir à une femme. Je ne veux jamais revivre cette douleur, ni en être la cause s’il m’arrive quelque chose, car ma propre santé est fragile. Je ne m’interdirait pas de vivre quelque chose qui pourra être beau et sincère, mais j’annoncerai la couleur, où peut être rencontrerais-je quelqu’un qui partagera cette vision. Il faudra en tous cas que ce soit une réelle évidence pour envisager des lendemains, mais entre les désaccords qui surviennent si facilement entre deux personnes, la solitude qui a principalement jalonnée ma vie et les épreuves qui viennent tout détruire d’un jour à l’autre, j’ai 45 ans, je n’y crois plus.

5 mois de bonheur et terminé, j’ai l’impression que quand je l’ai dans les mains, je dois vite le remettre à sa place, comme quelque chose qui n’est pas pour moi, que j’aurai presque volé au destin pendant un court moment avant de me faire prendre la main dans le sac et devoir rendre des comptes. J’ai le sentiment que je n’aurai jamais droit à plus que ça, je sais bien que la peine ne me rend pas objectif, mais je vais avoir besoin d’un bon moment avant de m’en remettre.
par Gib
Homme de 27 ans vierge
#235386
@Heol, Je suis désolé de ce qui t'arrives.
J'vais pas m'hasarder à te donner des conseils parce que je ne peux pas savoir ce que tu vis, mais (et tu le fais sûrement déjà), parle à ta famille et tes amis.
Voilà, j'me suis dit que ça valait le coup de te laisser une petite réponse
Avatar de l’utilisateur
par Lereveur
Homme de 39 ans non vierge
#235387
Vraiment désolé d'apprendre tout cela Heol. Après tout ce que tu as traversé, c'est vraiment injuste... :(