Venez ici pour partager vos joies et vos peines du moment.
Avatar de l’utilisateur
Par Azrael
Homme de 33 ans non vierge
#217565
Avant toutes choses, je précise brutalement que la fille que je fréquentais, avons tous deux en décembre décidé de nous éloigner (sans arme, ni haine, ni violence), je n'ai simplement pas ressenti le besoin ou l'intérêt d'en parler. Je risque donc de donner l'image de celui qui passe d'une fille à l'autre (pourtant, Dieu sait que je peux laisser une vie à m'en remettre, et ne tombe pas souvent amoureux depuis une dizaine d'années), mais le fait est qu'il n'y a pas de loi en la matière, que je suis maintenant libre, et que le temps m'est compté. D'ailleurs je ne sais pas trop ce que je cherche - conseils ou impressions que causeront cette histoire.

----------

Je me suis donc pris progressivement d'une très vive affection (bon peu importe le nom, disons que je me sens amoureux, furieusement, immodérément selon le jour, même si c'est un peu tôt pour affirmer qu'elle est donc faite pour moi), pour cette collègue qui est venue du Tibet il y a quelques années. Et je me sens d'autant plus incapable de l'oublier, qu'elle semble différente de toutes les filles qui vivent ici, par le physique autant que par le reste, et que j'ai le sentiment que je me sens bien comme jamais avec elle (si on oublie la nervosité etc). Le truc, c'est que je suis hanté par l'idée qu'il faut :
- Que je fasse quelque chose, afin de pouvoir déterminer "ce qui est possible". Je précise que je n'ai pas trop d'espoir concernant une relation amoureuse, mais je veux savoir "ce qui est possible", quoi que ce soit.
- (C'est un peu tôt pour le tenter :) que j'arrive à créer un contact en dehors du boulot : étant comme moi en CDD, elle va devoir un jour ou l'autre chercher X job et partir - et plus le temps passe plus elle sera susceptible de partir. Et pourquoi je voudrais garder le contact, tout simplement parce que je ne me vois plus vivre totalement sans elle (et ce sentiment semble vraiment fait pour durer), ne jamais la revoir/lui reparler, et parce que j'ai envie de prendre soin d'elle (c'est ce que je fais au boulot en tout cas), ou à tout le moins de savoir qu'elle va bien.

Et le truc, c'est que je ne sais pas du tout si "ça pourrait lui dire ou pas du tout" de se voir/communiquer en dehors du boulot, que je n'ai pas envie de me rater et que ça gâche nos rapports futurs.

Comment se comporte-t-elle donc avec moi? C'est d'autant plus difficile que plusieurs fois, j'ai eu jusqu'Ă  l'impression que je pourrais lui plaire (mais probablement pas en fait...) :
- Elle ne dit pas que je ne l'intéresse pas ou que je ne lui plais pas quand on la soupçonne (peut-être est-ce de la politesse).
- Quand on me soupçonnait moi, elle écoutait et me fixait du regard, attendant ma réponse (mais sans pour autant paraître perturbée).
- Récemment on avait formation de secourisme, au test comme par hasard j'ouvre la porte, et c'est elle que je trouve étendue! Et là alors même que je ne la touchais pas, elle ne pouvait s'empêcher de rire (nerveuse?) ce qu'elle n'a pas fait avec les autres (donc elle bougeant, je me retrouve à poser le doigt sur ses lèvres *moment de gêne et délice intérieurs de ma part*). D'un autre côté, elle finit par déclarer qu'en raison du stress (de l'épreuve), je tremblais (plutôt à cause du froid à mon avis, voire un peu elle), comme si elle ne s'imaginait pas qu'elle-même pouvait me faire cet effet (et que moi je puisse lui en faire?).
- Curieuse elle demande à l'autre "ah bon *azrael* il a une copine en bas? je pensais que vous rigoliez" (encore une fois, elle ne donne pas l'impression d'être perturbée pour autant).
- Elle se met du (rose?) à lèvres alors que tous deux attendons le bus (bon le mettre quand on doit partir, ça ne veut sûrement rien dire).
- Jusqu'à des phrases qui ne veulent rien dire mais me troublent sur le moment, probablement le fait de son français hésitant ("dis-moi, si je veux aller chez toi en bus..." :sleepy:).

Oui, tout cela ne veut peut-être pas dire grand-chose c'est pour dresser le tableau, ce qui est sûr c'est qu'elle m'aime bien (mais particulièrement, suffisamment pour qu'en dehors?), et que quand il y a du monde, elle semble encline à réagir à mes propos/rire à mes "blagues" ; et surtout qu'une fois seuls, elle vient me parler, toujours, sans trop sembler se lasser... Alors que j'entame rarement la conversation pour ma part. Mais sinon elle ne semble pas me regarder spécialement. Et c'est d'autant plus compliqué d'essayer de savoir ce qui se passe, qu'elle ne réagit pas forcément comme la plupart (elle est très... zen, et semble parfois un peu dans son monde) ; et que la fille qui me harcelait, lui avait dit que j'étais son territoire et abandonne seulement - cette fille du Tibet avait répondu : "si c'est à toi jamais je le prendrai" ; et que moi-même, je n'arrive pas trop à lui montrer mon intérêt (sans toutefois en faire trop).

C'est d'autant plus difficile de trouver le temps de faire avancer les choses, qu'on n'a qu'une chance sur deux de bosser ensemble chaque mois (selon le jour on est deux ou trois), sinon il y a le midi mais là il y a du monde, et ce n'est pas à temps plein. Donc les occasions ne sont pas si fréquentes. Et c'est d'autant plus difficile que même si on se comprend je dois, soit m'assurer qu'elle puisse comprendre mes phrases en français, soit réussir à lui dire en anglais (mouarf).

Bref, je me sens totalement à l'ouest, qu'est-ce que cela vous inspire? Dois-je tenter ou tenter d'abandonner dès à présent? Et j'imagine que ne dois pas trop essayer de la "draguer" (au cas où on pourrait rester amis), mais dois-je essayer de me rapprocher et comment je m'y prends? Dois-je dire ce que je ressens au plus vite (et pouvoir plus vite penser davantage à autre chose), ou bien y aller progressivement pour augmenter mes chances? Dois-je aller vers elle à fond même quand y a du monde, ou plutôt attendre qu'on soit seuls? Et de même, si j'arrive à consolider je fais quoi, je lui demande son numéro, ou je propose de l'inviter à sortir quelque part, en précisant "euh ça n'engage à rien" (*euhh t'es sûr?*). Et n'est-ce pas vain d'espérer maintenir un contact, alors que nous ne sommes que collègues, alors que ça ne tient pas longtemps en général dans ces cas-là, surtout entre un homme et une femme?
Bleue aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par Pasta
Homme de 32 ans vierge
#217579
Pourquoi ne pas essayer ? L’excuse consistant à dire que vous êtes collègues ne tient pas trop puisque tu dis toi-même qu’elle ne le sera pas éternellement.

Par contre il faut évidemment éviter de le faire devant tout le monde, à moins de tenir absolument à alimenter les commérages dans ta boîte…
Avatar de l’utilisateur
Par Bleue
Femme de 36 ans vierge
#217585
Faudra essayer de s'approcher plus :)
être collègue doit faciliter la chose: sortir avec un collègue, après le travail ça n'engage personne en quoi que ce soit, à mon avis. C'est juste une manière de créer une certaine communication, un rapprochement ça vous ferez une idée sur les possibilités d'avancer plus et en quelle direction
Avatar de l’utilisateur
Par Lereveur
Homme de 38 ans non vierge
#217587
De toute évidence, faut que tu te lances... Propose-lui une sortie, de préférence quand vous êtes seuls.

Y a pas besoin de beaucoup de temps pour cela : ma dernière tentative dont j'ai parlé dans " Etat d'esprit... " ayant consisté à simplement demander à une étudiante chinoise si par ami, elle entendait " juste ami ", ou " petit copain ", et cela juste au cours d'un moment où nous étions séparés de notre groupe.

Faut se dire qu'il ne s'agit que de poser une question somme toute banale, même si la réponse potentielle peut rendre nerveux.
Avatar de l’utilisateur
Par Lux
Femme de 32 ans non vierge
#217597
Franchement, tu n'as rien à perdre à proposer à faire un truc en dehors du boulot. Si t'as peur de proposer une "date", propose simplement d'aller faire une activité ensemble un soir ou le weekend — tu verras déjà comment elle réagit.
A mon sens, son attitude prouve qu'elle t'aime bien, tu ne risques pas le râteau clair et net. Mais si tu ne fais rien, en revanche, tu peux passer à côté de quelque chose...
x00 aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par Azrael
Homme de 33 ans non vierge
#217642
Pasta a écrit :L’excuse consistant à dire que vous êtes collègues ne tient pas trop puisque tu dis toi-même qu’elle ne le sera pas éternellement.
Je crois que je me disais juste que n'étant que collègues jusqu'ici, et avec ça pas du même sexe, je vois peu de chances de réussir à créer et maintenir un lien d'amitié.
Pasta a écrit :Par contre il faut évidemment éviter de le faire devant tout le monde, à moins de tenir absolument à alimenter les commérages dans ta boîte…
Je pense en effet que je ne dois pas la draguer/l'inviter devant tout le monde.

Bleue a écrit :Faudra essayer de s'approcher plus :)
être collègue doit faciliter la chose: sortir avec un collègue, après le travail ça n'engage personne en quoi que ce soit, à mon avis. C'est juste une manière de créer une certaine communication, un rapprochement ça vous ferez une idée sur les possibilités d'avancer plus et en quelle direction
Lereveur a écrit :De toute évidence, faut que tu te lances... Propose-lui une sortie, de préférence quand vous êtes seuls.

Y a pas besoin de beaucoup de temps pour cela"
Lux a écrit :Franchement, tu n'as rien à perdre à proposer à faire un truc en dehors du boulot.
Je n'en rajoute pas quand je dis que c'est trop tôt pour proposer quelque chose, que je ne lui ai pas encore assez montré d'intérêt (certes elle voit bien que je l'aide, que j'ai de petites attentions etc), que pour ma part j'entame rarement la conversation en ce qui concerne des sujets plus privés, et si, j'ai besoin de beaucoup de temps, malheureusement! Il faudrait qu'on se parle beaucoup dès qu'on se voit (genre plus qu'avec les autres, que j'aie le sentiment d'une relation spéciale), qu'on se rapproche davantage, qu'elle me connaisse plus intimement, qu'elle découvre un minimum mes pensées cachées/ma sensibilité, que je la sache vraiment quelque peu attachée. Là tout de suite, si je l'invite elle trouvera ça plutôt bizarre, et mes chances de succès seront moindres.

C'est le problème actuel, le premier problème dans l'ordre des choses, je sais bien que je peux aller davantage vers elle, mais je ne suis pas sûr d'arriver à alimenter la conversation sans que ça s'épuise. Ca ne me semble pas simple du tout.

Et déjà faut-il que l'on bosse ensemble. On se parlait de plus en plus récemment justement, je comptais la semaine dernière sur les derniers jours "en salle" (on a généralement du temps pour discuter après le midi), mais c'est tombé à l'eau et depuis j'ai l'impression d'être maudit : on nous annule à l'un ou l'autre des jours où on devait bosser ensemble, on change les siens, on m'envoie faire le service ailleurs, aujourd'hui elle est partie tôt parce qu'un membre de sa famille avait croyait-on "disparu" (il n'en est rien), *fodès*.

Lux a écrit :Si t'as peur de proposer une "date", propose simplement d'aller faire une activité ensemble un soir ou le weekend — tu verras déjà comment elle réagit.
Donc on n'en est pas là, mais en effet proposer une "date" est inconcevable, si c'est connoté comme je le pense. Je ne me vois pas proposer un resto ou un ciné, ça fait trop "premier rendez-vous amoureux" à mon goût. Et quelle activité, honnêtement là comme ça je n'ai pas d'idée magicienne. Comme elle ne vit en France que depuis trois ans, je me sens naturellement à l'aise quand je peux lui apprendre/faire découvrir des trucs.

Lux a écrit :A mon sens, son attitude prouve qu'elle t'aime bien, tu ne risques pas le râteau clair et net.
C'est certain qu'elle m'aime bien, mais bon elle semble aimer bien beaucoup de monde. Peut-être qu'elle aime mon calme ou ma discrétion (c'est sa nature aussi généralement), ceci cela, peut-être est-elle curieuse à mon égard, peut-être qu'il y a une chance potentielle, je ne peux que faire des suppositions à partir de ce que je vois, et pour tout dire actuellement je suis plutôt pessimiste, rien ne me permet véritablement d'affirmer que je suis légèrement spécial à ses yeux. Hier après manger, elle est venue me dire des trucs qu'elle aurait aussi bien pu dire à sa copine quelques mètres plus loin, je l'ai noté mais alors quoi... Oui elle m'aime assez bien, pour venir vers moi au boulot.

Et tu vois Lux, si j'estime qu'en l'état c'est devenu raisonnable de faire une proposition, ce n'est pas le refus ma plus grande peur, mais qu'elle me dise oui sur le coup, comme prise au dépourvu, sans vraiment en avoir envie, ou qu'elle n'ose pas dire non.


Et à vrai dire celle qui me harcèle est toujours un problème, je la hais elle n'arrête pas ses "blagues", sous-entendus, piques de jalousie et autres "A il est amoureux de". Ca fait rire la fille que je convoite (ça la fait rire aussi quand elle me voit la repousser), et ce rire je me demande bien comment je dois l'interpréter, est-ce qu'elle s'en fout à ce point qu'une autre me dise ces choses, et me traite comme sa chose à elle? Je repense toujours à ce "si c'est à toi jamais je le prendrai", je me demande si elle ne s'est pas mise en mode "alors lui non je ne vais pas m'y intéresser de cette façon", je ne sais pas si généralement devant quelqu'un qui nous plairait, c'est si difficile de fermer les yeux. Car pour ne rien arranger elle aime bien "celle qui me harcèle", je vous avais dit que c'était compliqué.

D'ailleurs elle rit facilement quand il s'agit de ma personne (certaines aiment me taquiner), je me demande aussi comment je dois l'interpréter.
Avatar de l’utilisateur
Par VACN
Homme de 25 ans non vierge
#217643
Tu crois pas que tu réfléchis un peu trop ? ^^

Si tu en as envie, tente une approche ! Les détails viendront dans le feu de l'action, mais il ne faut pas trop planifier une approche.

Perso, je crois que j'essaierais de lui glisser un petit mot bien visible dans un dossier, par exemple.

Ou peut-être que je me renseignerais sur la culture tibétaine, des fois que j'y trouve un moyen de lui faire comprendre qu'elle me plaît ;)
Avatar de l’utilisateur
Par Azrael
Homme de 33 ans non vierge
#217647
VACN a écrit :Tu crois pas que tu réfléchis un peu trop ? ^^
Je n'en suis pas sûr du tout, je préfère lâcher la masse entière de mes doutes et questionnements sur le maintenant mais aussi l'après (je n'aime pas être en mouvement, en sachant que la suite éventuelle du chemin est toujours plongée dans le brouillard), et le fait est que je peux avoir besoin de parler un peu. Et je suis bien obligé de réfléchir au plus vite si je tiens à elle, ou pour savoir à quel point je mets de ma personne dans une tentative, puisque je suis bien obligé de penser à la fois dans l'urgence et en termes de mois.

Pour donner une idée, on ne doit plus se voir que 4 jours ce mois-ci, après il y a les vacances peut-être deux semaines qui filent, bientôt on doit partir chacun ailleurs *stage/formation* pendant peut-être un mois, cet été on a chacun de longs congés peut-être pas en même temps, je le répète c'est un CDD sur 3 jours/semaine en ce moment, on ne bosse pas forcément ensemble selon le mois ni les mêmes jours.

De toute façon, réfléchir amplement à une situation n'est pas toujours un mal en ce qui me concerne, plus que me faire perdre mes moyens, ça me rend souvent plus audacieux, désireux de donner le maximum envisageable une fois sur place pour débloquer les choses et parvenir.
VACN a écrit :Si tu en as envie, tente une approche ! Les détails viendront dans le feu de l'action, mais il ne faut pas trop planifier une approche.

Perso, je crois que j'essaierais de lui glisser un petit mot bien visible dans un dossier, par exemple.
Je ne peux lui mettre un mot, pour moi (dans ma situation) je risque de passer pour quelqu'un qui a peur, se cache, fantasme, n'ose pas, déjà que beaucoup me croient faussement "timide", et de plus je serais super embarrassé si elle ne venait pas m'en parler ensuite.


Une nouvelle fois, et désolé j'ai moi-même demandé si je devais me lancer "au plus vite", et certes j'aimerais progresser par de longues enjambées, mais le moment n'est pas venu de parier sur une invitation, déclaration. Ce n'est pas "trop se prendre la tête" que d'admettre que je réduirais grandement mes chances, ce serait plutôt se tirer une balle dans le pied que de procéder si vite, et je ne veux pas me tirer une balle dans le pied, juste histoire d'essayer de passer à autre chose.


Donc il faudrait déjà que l'on se rapproche encore par le dialogue, et je l'ai dit ce n'est pas évident (quoique quand je la vois et que je suis avec elle, oui parfois ça ait l'air si simple), pas évident, autant pour toujours trouver matière à communiquer en évitant de longs blancs (pas avec elle mais de façon générale), que les récifs de la langue. Sans devenir un expert, je me dis que si je pouvais (re)trouver rapidement une meilleure forme à l'oral en anglais, ce ne serait pas de trop, ça éviterait de perdre un temps précieux à souvent chercher nos mots et ça me donnerait un avantage, ça nous donnerait un prétexte pour continuer à se parler devant les autres sans trop être emm*rdés.


Et enfin quand je dis "si je tiens à elle" (ça fait quatre mois qu'elle est arrivée, et bien sûr ça s'est fait progressivement), on a beau ne jamais avoir été ... etc, ça n'empêche pas tout, ça ne m'empêche pas d'avoir des "yeux" pour voir, c'est la première avec qui je me dis que ça ne me "dérangerait pas" (voire plus) d'avoir un enfant, peut-être en partie car sa joie ferait particulièrement la mienne, ce qui ne me semble pas du maigre détail. L'autre fois, nous étions assez proches pour que je reçoive le souffle qui venait de ses lèvres ; elle était légèrement malade, mais sur le coup je n'ai pas eu envie de bouger, non je trouvais le fait plutôt cool.
Avatar de l’utilisateur
Par Lux
Femme de 32 ans non vierge
#217672
En fait ce qui est amusant, c'est que tu demandes des avis, mais tu contredis tout ce qu'on te propose :wink:
Si à ton sens il est trop tôt pour proposer un rdv ou lui faire une déclaration (de mon côté je déconseille TOUJOURS les déclarations, même dans les situations où ça semble être du "tout cuit"), alors effectivement, fais ce que tu expliques, à savoir essayer de passer plus de temps avec elle, te rapprocher d'elle au travail, etc.
A mon sens, cela reste une impasse car le lieu de travail n'est pas le meilleur pour créer ce genre de liens ; même pour de l'amitié, si tu es sans cesse pollué par la question professionnelle, c'est compliqué de renforcer des liens.
Il n'y a pas (mais ça reste mon avis) de mauvais timing qui ferait qu'une demande de rdv à un moment donné gâche tes chances de jamais être en couple avec cette personne. Tout est toujours rattrapable.
Avatar de l’utilisateur
Par Azrael
Homme de 33 ans non vierge
#217687
Lux a écrit :En fait ce qui est amusant, c'est que tu demandes des avis, mais tu contredis tout ce qu'on te propose :wink:
D'un côté quand on obtient des avis, il faut bien se demander si ça convient à notre situation ; et il faut bien qu'on continue de préciser cette situation, pour que le destinataire visualise. D'un autre oui je m'en rends compte, je continue de réfléchir et réponds un peu moi-même à mes propres questions. Oui ça semble difficile de m'aider, mais parfois rien que voir les réactions que suscite notre histoire, aura son importance, est un besoin qu'on éprouve. Comme je l'ai dit je ne savais pas ce que j'attendais, autant son attitude (ajoutée à une certaine proximité de caractère) me fait retomber continuellement, me laisse penser que peut-être elle m'apprécie ou pourrait m'apprécier de façon particulière, autant je me sens désespéré.
Lux a écrit :(de mon côté je déconseille TOUJOURS les déclarations, même dans les situations où ça semble être du "tout cuit")
Peut-être qu'on voit la chose de la même façon, j'ai lâché le mot "déclaration" comme ça pour dire que c'était trop tôt pour voir trop loin (cela dit au bout d'un moment, il faut bien qu'on soit sûr de faire comprendre son intérêt).
Lux a écrit :A mon sens, cela reste une impasse car le lieu de travail n'est pas le meilleur pour créer ce genre de liens ; même pour de l'amitié, si tu es sans cesse pollué par la question professionnelle, c'est compliqué de renforcer des liens.
Alors, qu'entends-tu par "pollué par la question professionnelle", est-ce que tu signifies qu'on manque généralement de temps pour? Quand on se retrouve "en salle" ensemble (ce qui demande de la chance), il y a pas mal de temps rien qu'entre l'après manger (car pas grand-chose à faire pendant une heure) et avant que passe le bus. Et à part ça désolé, ça irait une nouvelle fois contre mon impression. Là-bas, on ne risque pas franchement tous les deux de se disputer à cause du boulot, et on n'est pas obligés d'en parler tant que ça (encore moins d'"il faut réfléchir dehors à l'affaire en cours" comme dans certains jobs). On a besoin de s'aider au moins un peu, ce qui me semble positif, et pas grand-chose d'autre. Et je ne tiens aucunement à ce CDD si une affaire devait mal se passer.

Le fait est que la fille est devenue plutôt amie (jusqu'à présent), avec les deux autres qui sont arrivées en même temps. Le fait est qu'elle ne vit en France que depuis trois ans, avec un seul autre membre de sa famille à ma connaissance. Son français perfectible ne l'aide probablement pas à créer des liens ; elle a des amis, mais peut-être pas tant que ça. Par son attitude globale, elle a l'air ouverte ; elle vient vers moi. Si ça se trouve, elle serait contente elle-même de renforcer des liens, ou se voit parfois mangée par la solitude, qui suis-je pour le savoir...?
Lux a écrit :Il n'y a pas (mais ça reste mon avis) de mauvais timing qui ferait qu'une demande de rdv à un moment donné gâche tes chances de jamais être en couple avec cette personne. Tout est toujours rattrapable.
Quoiqu'il en soit, je ne me sens pas à l'aise, doué, au niveau du "premier rendez-vous". Alors un "je tente le tout pour le tout" me semble hasardeux, ne vaudrait-il pas mieux que l'état de la relation me mette à l'aise au préalable?
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 8