Venez ici pour partager vos joies et vos peines du moment.
Avatar de l’utilisateur
par Henrik
Homme de 37 ans vierge
#235285
Je cite cette chanson de Beau-Dommage parce qu'elle illustre assez bien l'état d'esprit dans lequel je suis. Un petit point sur ma situation s'impose puisque je n'ai pas donné de nouvelles depuis quand même six ans. À l'époque, j'étais en train de m'installer en Alsace et j'étais plein d'espoir sur mon avenir professionnel. J'ai cru que l'avenir sentimental allait suivre... quelle erreur !
Après avoir réussi le concours de professeur des écoles, j'ai donc enchaîné sur une année de stage,... puis sur une seconde, parce que je n'avais pas apporté satisfaction sur la première. Puis j'ai essuyé un refus de titularisation à l'arrivée. Et je me suis retrouvé de retour à la case départ. Je me suis dit, qu'à cela ne tienne, je retente l'affaire sur une autre académie. Et j'ai donc changé de région, aussi pour me rapprocher de ma famille. Pendant une année de chômage où j'ai re-préparé le concours, j'ai pu me faire une bonne vie sociale, et une fois repris au concours, les problèmes qui m'avaient conduit dans le mur ressurgissent : un investissement excessif, tant sur le plan du temps que d'un point de vue affectif, les nerfs à vif dès le début de ma journée... Bref. J'ai terminé l'année en burn-out, et j'ai décidé de quitter l'Éducation Nationale. Définitivement.
Depuis un an, maintenant, je prépare la suite, et je m'investis dans un nouveau projet : travailler comme webmaster indépendant. Ma grande joie, c'est que mes projets professionnels sont en bonne voie. Mais le fait est qu'arrivé à 37 ans, sur le plan sentimental, je ne suis pas beaucoup plus avancé, et qu'une satisfaction professionnelle n'est pas quelque chose dont je saurais me contenter, si dans la vie personnelle, j'en suis toujours au même point.
Honnêtement, je ne vis pas forcément mal la VT, mais je m'interroge sur la meilleure façon d'en sortir. J'ai développé une certaine tournure d'esprit. En bon travailleur indépendant, j'ai décidé de m'imposer une certaine discipline de vie pour arriver à mes fins. Et ça paie. Professionnellement, je suis sur la bonne voie, et en termes d'hygiène de vie, j'ai entrepris de maigrir, et pour le moment, j'y arrive. Autrement dit, je me reprends en main. Et je commence à me dire que cette tournure d'esprit pourrait peut-être m'aider dans une quête sentimentale et sexuelle. Un seul problème se pose, cependant : par quoi commencer ?
Autant gérer une insertion professionnelle, ou une perte de poids, il y a bien des solutions auxquelles les gens pensent. Mais quand il s'agit de sortir d'un cercle vicieux sur le plan sentimental, ce n'est pas aussi simple. Bref, je me dis que commencer par vraiment investir cette question, sans m'en rendre malade, mais en cherchant vraiment à y apporter une réponse, et maintenir le cap, jusqu'à ce que ça débouche sur quelque chose pourrait bien être un moyen d'y parvenir.
Je suis peut-être complètement à côté de la plaque. Vous avez le droit de le dire.
En tout cas, content d'être de retour parmi vous.
Avatar de l’utilisateur
par Lereveur
Homme de 39 ans non vierge
#235291
En ce qui me concerne, ce que tu dis fait pleinement sens. Mon entrée dans la vie professionnelle a également été fastidieuse voire pénible, et aujourd'hui même si on ne peut pas parler de perfection je suis relativement satisfait du stade où je suis parvenu.

Mais comme tu dis, autant pour ce domaine, on finit par acquérir quelques idées sur le " quoi faire ", autant en matière sentimentale, c'est le brouillard. Personnellement, faute de mieux, je fais quelques tentatives légères avec des usagères ou clientes au taff, quand je suis d'humeur un peu audacieuse, sinon je teste un canal alternatif aux SDR sur net (qui demande encore validation).
Henrik aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Henrik
Homme de 37 ans vierge
#235305
Pour moi, revenir sur ce forum fait partie des éléments de réponse au "quoi faire". Je me disais que sans ruminer ma situation, il fallait que je prenne réellement les choses en main pour essayer d'en sortir.
Personnellement, j'ai eu un cas de conscience sur les sites de rencontres. J'aime assez l'idée de laisser le hasard décider, et c'est typiquement ce que ce genre d'espace ne permet plus. Après, si je suis honnête avec moi-même, je me rends compte que des fois, une femme peut être un peu trop éloignée de ce que j'espère, et je ne vais même pas la regarder. Comme quoi, il y a vraiment les principes d'un côté, et comment on se comporte vraiment de l'autre. Et je n'en suis pas fier du tout.
Déjà, recommencer à rencontrer des gens, en virtuel, en réel, mais revenir dans une dynamique d'échange, ça me changerait. Sinon, sans indiscrétion, qu'est-ce que tu appelles un canal alternatif aux SDR ?
Avatar de l’utilisateur
par Lereveur
Homme de 39 ans non vierge
#235309
Niveau SDR, j'ai fini par jeter l'éponge, et maintenant je ne le recommanderai guère à nos membres masculins : le déséquilibre H / F rend déjà extrêmement fastidieux ne serait-ce que l'obtention d'un premier contact écrit ; si je prends en compte mes premiers essais vers 2009 et un peu avant, à ce jour le mieux que j'ai pu faire a été d'atteindre par trois fois le stade " premier pot / déjeuner " (avec trois filles différentes, avec des dates très espacées dans le temps), sans qu'il y ait de suite derrière. Tout cela est très frustrant et décourageant.

Pour répondre à ta question, je fais référence à un MMORPG " pour adultes " sur lequel m'a emmené un ami. Mais je pense attendre encore quelques temps avant d'en parler plus longuement ici, histoire de voir si la piste est réellement intéressante (j'entends par là : obtenir des résultats concrets, pas juste virtuels).

Je peux déjà cependant mentionner un avantage de ce genre de logiciel : tout le monde est sur un pied d'égalité en matière de danse (et de langage corporel) : si (comme moi) vous n'êtes pas branché boîte de nuit, que vous ne savez pas, et n'aimez pas vraiment danser, bref que vous n'êtes pas à l'aise, votre avatar s'en charge à votre place. Ce qui par ailleurs peut entraîner des pensées plus positives à l'égard de ce domaine. Mais j'aurai probablement l'occasion d'y revenir.