Comment nous avez-vous connu ? Recherche, bouche à oreille...
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 29 ans vierge
#221784
Nous avons un parcours très très similaire, sauf pour ce qui est des crises d'angoisse.

En primaire j'avais beaucoup d'ami, j'étais plutôt populaire même, je parlais beaucoup et avec tout le monde mais à la maison ça n'allait pas, mon père buvait énormément d'alcool, c'était quotidien, sans parler de sa toxicité comportemental. Et puis j'ai dû changer de primaire, j'en ai souffert car j'avais de très bon ami la-bas mais j'en ai trouvé d'autre dans mon autre primaire. Et j'avais une vie épanouissante à nouveau à l'école et cela malgré le climat familial. Arrivé au collège, ça allait, mes amis de primaire était tous avec moi au collège et je parlais avec mes amis mais en revanche, dès lors que je sortais du cercle familial je devenais mutique. Je ne parlais à strictement personne hormis la famille et mes amis. Mes professeurs s’inquiétaient pour moi mais personne n'a bougé le petit doigt. Je pense qu'ils sont dus entendre ma voix à tout casser une dizaine de fois par ans. À la maison le climat était toujours aussi nul et arrivé au lycée bien pire, mes amis n'avaient pas forcément choisi la même voit que moi et c'est à ce moment-là ou je m'étais totalement renfermé sur moi-même. Je ne parlais avec personne, aucun professeur, aucun camarade de classe, je ne disais pratiquement rien, je ne parlais qu'à de très rare occasion, d'une voix monotone, la tête vers le sol et d'une voix à peine audible. Avec le recul je pense que j'étais dans une sorte de dépression à ce moment, le climat familial n'était pas meilleur que lorsque j'étais plus jeune, mon père buvait régulièrement et sa toxicité était à son comble.

Aujourd'hui, pratiquement dix ans après je suis moins sujet au mutisme, à la timidité mais je reste une personne sommes toutes solitaire. Mes amis se comptent sur le doigt d'une main, je suis la plupart du temps seul, hormis le week-end où j'essaye de voir du monde, j'essaye de sortir un petit peu, seul ou accompagnés. Je peux donc le dire sans aucun doute que je vais mieux mais je n'en suis pas encore arrivé à l'épanouissement. Le passé est trèèèèèèès envahissant chez moi.

Quant à mon père, suite au décès de ma mère, j'ai cessé pratiquement tout contact avec sa personne, je ne lui téléphone jamais, il fait de même, je le vois tout au plus une fois par mois mais est ce que je me sens mieux depuis que je ne le vois pas ? Franchement pas vraiment, ça ne soulage pas le passé, entre nous, j'aurais voulu des excuses de sa part mais il en est incapable malheureusement.

Pour en revenir à toi. Essaye de progresser par palier :wink: essaye te d'ouvrir au gens tout doucement, c'est ce que j'essaye de faire. C'est dur, mais c'est faisable.
JaneDarc aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Amaz
Homme de 29 ans vierge
#221788
Oui ça prendra le temps qu'il faut, l'important c'est de ne pas trop stagner.

Pour le boulot tu n'as aucune piste ? pas même un CDD ? Ou est ce la peur qui te paralyse à faire les recherches d'emploi ?

Je te comprends, moi aussi je n'ai pas de boulot stable, je fais des jobs par défaut, non pas par ''plaisir'' mais parce qu'il faut bien payer les factures.

T'es parent sont au courant ou tu penses qu'il s'en doute de ta virginité ?

Encore une fois, je te comprends, moi aussi je n'ai jamais vraiment discuté avec des filles / des femmes dans la vie réel. Même par amitié, pourtant j'aurais bien voulu que ça soit le cas.
Avatar de l’utilisateur
par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#221789
Paolafg a écrit :Je suis une grande anxieuse, j’ai souffert pendant des années de grosses crises d’angoisse, spasmophilie et troubles obsessionnels. J’ai toujours eu peur d’aller vers les autres... je suis incapable de me « vendre » c’est à dire m’estimer vis à vis des autres.
Malgré une situation meilleure, je souffre encore de troubles anxieux... essentiellement des maux de ventre que l’on nomme colites mais malgré un côté ours mal léché (si si), je peux être à mon aise socialement mais j’ai une limite. Je n’aime pas vraiment les groupes et je finis toujours par camper dans mon coin même si on peut me trouver intéressant.
JaneDarc, Tyrus aime ça
Avatar de l’utilisateur
par VACN
Homme de 26 ans non vierge
#221791
C'est pudique de se balader seins nus ? :joy:
Avatar de l’utilisateur
par Decca
Femme de 29 ans vierge
#221795
Paolafg a écrit :On est plutôt pudique chez nous, la parole est pas vraiment libre, faut faire attention à ce qu’on dit. Ma mère ne m’a jamais parler de sexe librement... dès qu’il y a une scène de cul dans un film elle en est presque choquée mais pourtant elle se balade seins nus sans que ça pose de problème, laisse la porte ouverte quand elle va au wc je ne sais pas si j’ai le droit de dire ça...
:joy: Je crois qu'on a la même mère !

Pour ce qui est de la peur d'aller vers les autres (et notamment les hommes), pourquoi ne pas essayer de faire du théâtre ? Je suis une grande timide de nature et comme toi, entamer la conversation avec un(e) inconnu(e) c'est pas franchement mon truc :fearful: . Mais j'ai fais du théâtre et ça m'a pas mal aidé à me contrôler (genre arrêter de rougir pour un rien, contrôler ma respiration, faire genre je suis sûre de moi en intervention publique, etc.). Je flippe toujours autant mais ça ne se voit plus (ou presque)! Et l'avantage (en dehors des impros qui sont stressantes mais hyper constructives pour soi) ce qu'en général tu as un texte à lire donc pour te retrouver face à un homme et dialoguer, ça peut être un bon début :grin:
Avatar de l’utilisateur
par Cece
Femme de 33 ans vierge
#221799
Je vais pas tout résumé de ce qui mes arrivée plus jeune (comme j'ai fait un sujet dessus) mais pour résumer j'ai eu quelques soucis étant enfant a cause de mes grands mères qui me déteste toutes les deux. En grandissant je me suis forgée une carapace pour m'isoler de ce genre de personne. Même si j'étais en grande partie seule dans mon coin avec peu d'amis/es. Ma mère a dû m'envoyer chez une psy pour les enfants pour me faire parler/ pour m'ouvrir d'avantage.

Je parle mieux avec les gens, et j'ai quand même du mal à parler aux hommes.
Par contre si je sens pas une personne, c'est même pas la penne qu'elle essaie de me parler j'aurais dû mal à discuter ou à rester à côté.
Amaz aime ça
Avatar de l’utilisateur
par ludoch
Homme de 26 ans vierge
#221808
Comme toi Paula, j'ai déjà eu une crise de spasmophilie dans le train mais c'est la seule fois ou cela m'est arrivé. :wink:

Concernant la peur d'aller vers les autres, c'est sûr, ce n'est pas évident de vivre avec.
Mais parfois il faut savoir se jeter à l'eau.
Avatar de l’utilisateur
par Diogene
Homme de 29 ans vierge
#223015
Je me reconnais vraiment dans ce que tu décris concerne tes années collège et lycée. J’ai aussi été victime de harcellement (car c’est comme ça que ça s’appelle) et j’ai également forgé une personnalité auto dérisoire pour faire croire que j’étais capable d’encaisser sans que ça m’affecte, puis je me suis aussi isolé suite à ça, allant jusqu’à la dépression et l’échec scolaire. Ce qui a aidé à me refaire: un changement de cadre radial. J’ai changé de ville, décide de me moquer de l’avis des autres, de ne fréquenter que des gens qui en valaient la peine. Petit à petit le cercle s’est agrandit et le fait d’être mieux entouré me permettait de me sentir moins nul et d’aller plus facilement vers les autres.

Comme suggérait Decca, faire du théâtre est une excellente idée. Cette activité a permis à plusieurs personnes de mon entourage à vaincre leur timidité . Pour ma part, c’est ma passion pour la musique qui m’a forcé à me montrer devant des gens et qui m’a permis de connaître mes plus proches amis aujourd’hui.
Le théâtre, où une autre activité qui te conviendrait mieux tout en te mettant en scène devant les autres, te permettrait de recevoir des retours valorisants, ce qui est excellent pour retrouver ton ego. Quant à ton anxiété sociale, qui est effectivement très difficile à effacer totalement, s’atténuera au fur et à mesure que tu t’habituera à te représenter en public. Ma sœur fait du théâtre en vue de devenir professionnelle. Un de ses camarade de classe A partagé la sur scène avec elle et a été ovationné pendant une représentation que j’ai vue. Lui aussi était maladivement timide avant de faire cette école, ma sœur m’a dit qu’il était en train de pleurer juste avant de monter, mais au final, il a été un des meilleurs acteurs de la soirée.

En espérant que ça peux t’aider