Comment nous avez-vous connu ? Recherche, bouche à oreille...
par akadoc42
Homme de 36 ans vierge
#223542
La VT, si je l'ai vue venir? Oui, un tout petit peu :sweat_smile: , mais maintenant j'aimerai bien la voir partir :joy: :joy: .
Plus sérieusement, à l'âge des premiers émois, lycée et fac, j'étais très timide, je ne m'aimais pas physiquement et j'étais complexé par la tzille de mon attribut viril donc rien.
Et puis avec le temps qui passe du rentre dans la spirale négative : vierge à 25 ans, c'est pas normal (sauf si c'est le signe astrologique :joy: )et si on le sait tu vas passer pour un extraterrestre donc isolement, vierge à 26 ans mais c'est encore pire :cold_sweat: ...
Et le années passent, jusqu'au jour ou tu te dis mais si je continuent dans cette voie, j'vais mourir vierge :scream: .
Alors à ce moment enfin, j'ai reagi. Pour l'instant sans réussite puisque pas de changement de statut :worried: , mais déjà une vie plus heureuse. :innocent:
par JaneDoe
Femme de 28 ans vierge
#233309
Bonsoir,

Il n'y a pas eu de réponses depuis longtemps mais en parcourant quelques unes des vôtres, j'ai eu envie de répondre à la question.

Alors, je crois pas l'avoir vu venir mais je me rappelle que quand j'étais ado, je me disais que je perdrai probablement ma virginité avant 18 ans, c'était ce qui me paraissait "normal". Je me rappelle avoir lu que l'âge moyen était 17 ans et je voulais être dans cette âge moyen. Je me rappelle avoir lu dans un livre à destination des adolescentes qu'il était possible de "rester coincé" en cas de stress et qu'il fallait essayer de détendre l'atmosphère ou en désespoir de cause, appeler les secours qui feraient un piqûre de je-ne-sais-plus quoi. Je me rappelle m'être dit qu ce serait horrible si ça arrivait et que mes parents apprenaient que j'avais des relations sexuelles. Je me rappelle que mes amis les plus proches ont perdu leur virginité en première et en terminale, et une à 13 ans me parlait déjà de ses expériences sexuelles. Je me rappelle les débuts du "social network" et ce jeu de question avec la question, "selon toi, quand ... a-t'il/elle perdu sa virginité?". Les réponses proposées étaient "collège "lycée", "fac", "pas encore". J'étais au lycée , je me disais que ça devait être ça la bonne réponse.

Je dirais que j'ai cru être en retard lorsque j'ai eu 18 ans et que je n'étais toujours pas passée à l'acte. A la fac, j'avais l'impression que tout le monde l'avait déjà fait. Etant réservée et ne faisant que peu confiance aux gens, je n'ai jamais rien dit. Certaines personnes semblaient croire que c'était fait, je les ai laissées le croire. Je me rappelle qu'à une soirée en fin de première année, on essayait de me caser avec quelqu'un mais ayant conscience de mon "retard", je me suis renfermée.

Si j'analyse ces dernières années, c'est ce que j'ai fait. Je sais que ce n'est pas une honte d'être vierge mais c'est un sujet de discussion en quelque sorte et je n'aime pas être au cœur des discussions alors lorsque quelqu'un s’intéressait à moi, j'avais tendance à me refermer. Je pense qu'à cette époque là, je pensais que je ferai ma première fois avec un vrai copain. Je me voyais pas forcément l'épouser et m'attendre à un truc incroyable mais je pensais que je serais en couple. Je n'ai jamais vraiment été en couple.

Il y a deux fois où ça aurait pu se passer. La première fois, c'était avec un ami d'un ami (que je connaissais peu), je l'ai avouée au mec (car je voulais pas qu'il y aille n'importe comment ), il a été sympa, m'a dit que ce n'était pas grave (je n'avais que 20 ans) mais il m'a dit qu'en fait il avait "plus ou moins" une copine et on en est restés là. Je ne sais pas si c'était vrai, s'il ne voulait pas être mon premier, s'il pensait que je ne voulais pas. Je ne l'ai jamais revu.
La deuxième fois, c'était un garçon différent, on a essayé mais ça n'a pas marché. En fait, j'avais peur d'avoir mal (ah tiens j'avais lu ça aussi quand j'étais ado...) et on a à peine essayé. J'avais 21 ans.
Depuis, il y a eu un flirt mais comme lui était un ami plus proche et que je ne voulais pas qu'il sache la vérité, j'ai arrêté les choses assez tôt prétextant que nos amis étaient dans la pièce à côté (c'était vrai).

Après le temps passe et on fait pas forcément attention. J'ai toujours eu du mal à voir le temps filer. Donc je pensais pas en être là à mon âge, non mais je pensais être tardive à 18 ans. Je sais maintenant que c'est complètement stupide et que cette croyance m'a mise en effet dans cette situation actuelle. Une sorte de cercle vicieux, je veux pas que ça se sache mais en même temps je ne pense pas que les femmes puissent passer le cap sans l'avouer à leur partenaire. Donc voilà, le serpent qui se mord la queue depuis une dizaine d'années.

En relisant tout ça, je me dis que je me suis mise une grosse pression là dessus (la pression de devoir s'en débarrasser avant d'avoir le droit de voter) mais c'est une pression qui est véhiculé par les médias et relayée par ses pairs (qu'ils soient vierges ou pas). Et je me dis aussi, heureusement que je ne me mets pas une pression de religion ou de devoir être dans une relation sérieuse voire de me marier avant de le faire car ça serait encore plus dur.

En bref, globalement, je l'ai pas vu venir...
Avatar de l’utilisateur
par Chuck
Homme de 31 ans non vierge
#234538
Siana a écrit : 28 nov. 2018, 16:47 Je me demandais si pour vous la VT s'est finalement révélée être une "surprise" ou au contraire une crainte qui s'est confirmée ?
Est-ce que le temps a passé sans vous inquiéter plus que ca, jusqu'à ce qu'un jour vous ayez une sorte de prise de conscience à 20, 30 ou 40 ans et de vous dire "zut, je suis en retard par rapport à mon entourage" ?
Ou bien vous pressentiez-vous déjà que vous alliez rencontrer plus de difficultés que les gens autour de vous ?

(j'espère que ma formulation peut être maladroite n'offusquera personne)
Pendant quelques années, non. J'ai eu beaucoup d'espoirs étant plus jeune (collège-lycée). A chaque fois je me disais que ma première copine/fois était au coin de la rue, à quelques pas de moi. Et, à chaque fois, j'allais de désillusion en désillusion. J'ai toujours eu "peur" que ça dure toute ma vie et de rester VT. Et, à partir de mes 20 ans on va dire, je voyais la VT venir et s'installer....