Comment nous avez-vous connu ? Recherche, bouche à oreille...
Avatar de l’utilisateur
par Valsiny
Homme de 32 ans vierge
#182401
Bonsoir,

Je me pose la question suivante, question que je ne me posais pas il y a quelques années : l'amertume, je veux dire par là l'ensemble des souffrances liées au manque d'amour ou de relations sexuelles, s'amplifie-t-elle à mesure que les années passent et que nos désirs restent sans réponse ?

Il y a bientôt dix ans, lorsque j'abordais la vingtaine, je me figurais que, sauf changement important dans ma vie, je n'atteindrais jamais la trentaine : l'amertume allait croître jusqu'à devenir insupportable, ce serait la mort ou l'asile. Je suis tombé récemment sur un passage d'Extension du domaine de la lutte qui m'a rappelé cette crainte :
Tu resteras toujours orphelin de ces amours adolescentes que tu n'as pas connues. En toi, la blessure est déjà douloureuse ; elle le deviendra de plus en plus. Une amertume atroce, sans rémission, finira par emplir ton cœur. Il n'y aura pour toi ni rédemption, ni délivrance. C'est ainsi.
Je me rapproche de la trentaine. Les blessures sont douloureuses, oui, et peut-être davantage celles de l'adolescence, en effet. Pour autant, je n'ai pas l'impression de souffrir plus qu'il y a deux ans, quatre ans, huit ans. Il se pourrait même que je souffre un peu moins qu'il y a dix ans. Je me souviens que je pleurais presque chaque soir, et cela m'étonne. Chose qui eût été incroyable autrefois, il m'arrive même de connaître des périodes assez longues, de deux ou trois semaines, sans que l'absence de relation amoureuse me gène d'aucune façon. Je ne vois pas bien quelle compensation serait à l'oeuvre : j'ai plus de mal qu'avant à trouver du plaisir dans les autres domaines de la vie, l'époque est finie où un morceau de musique, un film, une journée avec des amis pouvaient me procurer une véritable jouissance. Je m'ennuie ni plus ni moins qu'avant. Tout se passe en fait comme s'il n'y avait pas d'accumulation dans le temps, comme si cette image de la cocotte-minute n'avait aucune pertinence.

Je suis donc curieux de savoir ce qu'il en est pour vous.
Avatar de l’utilisateur
par Pasta
Homme de 33 ans vierge
#182409
Je dirais que c’est resté constant pendant tout ce temps pour moi. La différence c’est qu’à l’époque je ne doutais pas que ça allais finir par m’arriver à un moment ou un autre, et rester vierge jusqu’à 30 ans me paraissait absurde.
Avatar de l’utilisateur
par Mattia43
Homme de 39 ans vierge
#182410
Chez moi je dirais que ça a diminué. Sans doute parce que je me suis habitué aux râteaux, et aussi parce que je vois bien que j'ai pas mal progressé depuis mon adolescence (lentement mais sûrement).
Avatar de l’utilisateur
par rooter
Homme de 35 ans vierge
#182414
Je crois que c'est comme une blessure qu'on se fait au palais ou à la langue : on ne peut pas s’empêcher de l'aggraver en la touchant, mais pour en sortir, il faut arriver à ne pas s'y concentrer. Ça demande une certaine discipline personnelle que peu de gens sont prêt à investir, mais ça n'est pas inéducable.
VACN, SnapBack aime ça
Avatar de l’utilisateur
par Lereveur
Homme de 39 ans non vierge
#182417
Oui et non... Je ne regrette pas tellement mon adolescence, dans le sens où même si, évidemment, j'aurais préféré que ça se passe mieux (avec le recul, certaines filles devaient être intéressantes, ça auraient pu être des amies), et plus encore différemment, je n'ai pas le sentiment d'avoir loupé de superbes rencontres sentimentalement parlant - du reste, en-dehors de quelques vagues élans, mon désir charnel n'a sérieusement débuté qu'à 18 ans.

Le néant de la vingtaine est une blessure plus sérieuse, mais j'ai encore espoir de plus ou moins l'effacer, si du moins je parviens à accomplir une remontée en flèche dans un futur très proche, car la bonne nouvelle, c'est que je sais que quand il m'arrive quelque chose de vraiment bien, ça me booste vraiment, et que je peux aussi (encore) ressentir facilement du bien-être avec des trucs anodins et sans grand rapport avec le domaine sentimental (comme mes accomplissements en tant qu'apprenti-plombier ou programme de jeu vidéo pour noël).

Par contre, j'appréhende vraiment les prochaines années si mon statut amoureux ne s'améliore pas...
par katy81
ans
#182424
je dirai que l'on devient plus mature avec le temps. je ne dis pas que c'est plus simple à vivre au quotidien mais se focaliser sur d'autres priorités permet de souffler, de reprendre confiance et de repartir un peu plus armé.

Le désire de vouloir être accompagné dans la vie est lié très fortement à la société, si elle acceptait un peu plus la différence dans sa globalité je crois que beaucoup d'entre nous vivrai bien mieux leur célibat.
je parle de célibat et pas de virginité car c'est surtout à mon avis cet état qui est pesant.

Actuellement je lis l’Alchimiste, et suis tombé sur cette phrase "c'est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante" l'espoir fait que l'on avance toujours, que l'on se relève malgré les embûches et que les rêves quel qu'ils soient sont le moteur de la vie.
(désolé si ça parait très spirituel comme réponse)
Dernière modification par katy81 le 11 déc. 2016, 16:47, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
par Fye
Homme de 33 ans vierge
#182425
Je ne pense pas ressentir de l'amertume quant à l'absence de vie amoureuse, c'est "comme ça".

Je pense que je manque de lucidité sur la vie en fait, c'est peut-être ça qui me protège de l'amertume, bien sûr j'ai envie de contact, de tendresse, mais je fais avec.
Avatar de l’utilisateur
par Berthier
Homme de 38 ans non vierge
#182434
Fye a écrit :c'est peut-être ça qui me protège de l'amertume
à la lecture de ton post, je dirais plutôt que c'est la résignation qui te protège de l'amertume. Et c'est vrai que ça marche assez bien :confused:
Avatar de l’utilisateur
par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#182435
Pas amer, mais moins naïf.
Plus lucide sur certaines choses qui feront que je ne serais plus VT car niveau physique, ça va (je m'apprécie mieux en vieillissant et je me fais au nouveau reflet gris de mes cheveux néanmoins).

Je peux avoir des excès de colère (ça m'arrive) mais amer, non.
Frustré, certaines fois. Car il n'y a pas de raisons pour que je n'arrive pas hormis l'absence de travail et de statut social.

Cela fait, je pense que ça devrait aller, j'ai mon "plan" à moi pour la suite.
Mais étape par étape...
Avatar de l’utilisateur
par Fye
Homme de 33 ans vierge
#182438
Berthier a écrit :
Fye a écrit :c'est peut-être ça qui me protège de l'amertume
à la lecture de ton post, je dirais plutôt que c'est la résignation qui te protège de l'amertume. Et c'est vrai que ça marche assez bien :confused:
Il y a peut-être un truc qui ne va pas chez moi, mais au lycée par exemple je n'étais pas encore "éveillé" concernant les relations amoureuses avec des filles.

Pendant les grandes études non plus, et là je ne sais pas trop. Est-ce que vous ressentez un besoin viscéral d'être un couple ?
Je ne me sens pas trop résigné non plus, comme si c'était une fatalité, j'ai déjà du mal à imaginer la vie de couple, c'est plus ce coté là que je voulais dire ^^;.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 7