Appel à témoins de journalistes pour des reportages ou documentaires.
par phoen76
Homme de 44 ans non vierge
#147032
River a écrit :C'est un raisonnement un peu bizarre de la part du journaliste. Je vois pas trop en quoi ça altère un témoignage de ne pas rencontrer la personne IRL!
Au contraire c'est important dans le cadre de la VT, car l'aspect physique est quelque chose qui revient régulièrement dans les causes présumées.
S'il ne rencontre pas la personne, comment savoir si elle a vraiment un problème d'apparence ou si c'est juste une impression ?

Les plus grosses inexactitudes dans le texte recopié :
Cet ingénieur informatique
Déjà là ce n'est pas exact. Mais ça c'est plutôt bien, ça brouille les pistes ;)
"J'ai toujours été un peu lent et très faible. (...)"
Je ne pense pas avoir dit ça ainsi, et d'ailleurs c'est faux : J'étais très lent dans mon enfance et très faible jusqu'à environ 25 ans.
Ce n'est plus le cas aujourd'hui, bien que ma musculature reste éloignée de celle de l'homme moyen.
"Et le jour où j'ai réussi à dire 'je t'aime' pour la première fois, la personne d'en face a fait une de ces têtes! Comme si c'était inenvisageable." Un épisode qu'Eric semble ressasser à chaque fois que sa virginité, "pesante", se rappelle soudainement à lui.
Ca doit être vraiment ma phrase, mais son "analyse" n'est pas correcte : c'est un épisode parmi beaucoup d'autres qui m'ont traumatisé.

Ce qui m'a gêné aussi, c'est qu'il parle d'une ville belge. Je ne vois pas du tout ce que ça vient ajouter à mon témoignage, et ça augmente le risque d'identification.
Libertia a écrit : Sinon c'est toujours dur quand les médecins eux même montrent leur surprise :s
C'est même carrément violent quand on est dans une période de grande vulnérabilité.
J'ai compris la leçon maintenant : avertir.
Avatar de l’utilisateur
par River
Femme de 35 ans non vierge
#147038
phoen76 a écrit : Au contraire c'est important dans le cadre de la VT, car l'aspect physique est quelque chose qui revient régulièrement dans les causes présumées.
S'il ne rencontre pas la personne, comment savoir si elle a vraiment un problème d'apparence ou si c'est juste une impression ?
ça pourrait effectivement avoir son importance s'il y avait eu une vraie analyse de la situation des VT rencontrés. Ici ce n'est pas le cas, ils se sont contentés de livrer les propos recueillis. Alors il y a quelques éléments descriptifs (et uniquement dans vos deux témoignages il me semble) mais rien qui permette de se faire une idée sur ce point.
par traviata
Femme de 58 ans non vierge
#147052
Comme dans les précédents articles, il semble manquer une partie réellement analytique sur la problématique VT majoritaire qui est plus de l'ordre de la difficulté à communiquer, à rentrer dans la sphère de l'autre. Se limiter à "justifier" la VT par un problème de santé ou un aspect physique, c'est faire fausse route.

Ca m'avait déjà gênée sur Causette : les VT ça existe, je vous assure, ce sont des gens comme vous et moi, tout à fait normaux, n'ayez pas peur, vous pouvez même les fréquenter ... je veux bien que ça dédramatise la situation, mais on passe une fois de plus à côté du fond des choses.

J'en avait longuement discuté par mail avec le fameux Raphaël, qui devait me voir ... et qui a cessé brutalement de m'écrire. Je finis par en conclure qu'aller au fond des choses, ce n'est pas véritablement l'objectif d'un journaliste. Là encore, le but est d'avoir un truc vendeur, et venir parler de la VT comme d'un tigre blanc, sans expliquer le fond du problème, ça m'agace.

Mai je n'ai pas eu l'occasion d'acheter le canard.
Avatar de l’utilisateur
par Gorgone
Femme de 39 ans non vierge
#147059
J'ai relu au calme l'article. Je dois avouer que si certaines choses modifiées transcrivent bien mes propos, d'autres me gênent. Il s'agit de l'interprétation du journaliste et c'est loin de la réalité.
Et puis, je déteste cette photo...

Je partage le point de vue, l'article ne va pas creuser dans le fond du sujet, il n'y pas d'explications. Il aurait pu y avoir une interview d'un thérapeute.

Ce que je retiens de cette expérience, c'est que l'on peut difficilement empêcher les gens d'interpréter nos propos que ce soit sur le sujet de la VT ou autre.
Après pour moi, ça a aussi été thérapeutique. Je pense qu'il m'était nécessaire de parler à quelqu'un de ma virginité sans que ça soit un thérapeute, un proche ou quelqu'un concerné par le sujet. Ça m'a permis de prendre du recul.
par phoen76
Homme de 44 ans non vierge
#147112
traviata a écrit :J'en avait longuement discuté par mail avec le fameux Raphaël, qui devait me voir ... et qui a cessé brutalement de m'écrire.
Peut-être qu'il a été manipulé par son rédacteur en chef, et qu'il a eu trop honte pour poursuivre les contacts.

J'e me suis senti mal lorsque le premier numéro de Society est sorti, quelques semaines après mon témoignage.
Je ne l'ai pas acheté, mais la couverture m'a directement fait craindre le pire.
Reste à savoir si les journalistes savaient que la présentation serait aussi légère.

C'est aussi fort possible que l'article a été remodifié par le chef, afin de le rendre plus "grand public".
traviata a écrit :Mai je n'ai pas eu l'occasion d'acheter le canard.
J'espère que tu ne sera pas trop choquée en lisant la description de la femme de ce forum avec qui je pensais pouvoir franchir le cap.
Mais ce n'est pas comme cela que je l'avais exprimé.
Il(s) a/ont pris des morceau de la description que j'en ai faite pour arriver à un résultat final très différent de ce que j'avais voulu exprimer.

@Gorgone : C'est vraiment choquant qu'ils ne t'ont même pas demandé de valider la photo.
Ils n'ont vraiment pas de morale.
par Tyrus
ans
#147119
Ce qui me choque dans tout ça c'est que vous n'ayez même pas eu l'article en main autrement qu'en l'achetant. Vous avez quand même dévoilé des choses sur vous, la moindre des choses aurait été de vous faire lire l'article sans que vous ayez à vous le procurer vous même.
Avatar de l’utilisateur
par victeur
Homme de 48 ans non vierge
#147125
.../... la suite du récit de Phoen76 :

Longtemps, Éric s'est fait une raison: il passerait le restant de ses jours seul. La découverte de sa stérilité, il y a une dizaine d'années, ne l'a ainsi pas secoué: l'idée de fonder une famille ne lui était jamais venue à l'esprit. Et puis, Internet a tout chamboulé. Il y a quatre ans, il rencontre une femme sur une plateforme de jeu en ligne. Très vite, la température de cette correspondance 2.0 monte de plusieurs degrés. "Elle était mariée mais pas vraiment satisfaite. Elle m'a proposé de démarrer une sorte de liaison par mails. On s'envoyait des textes dans lesquels on s'imaginait faire l'amour." Pour les premiers échanges, la correspondante d'Éric doit le guider: "Je ne savais pas trop comment ça se passait, c'était comme une sorte d'apprentissage." Éric prend goût à l'exercice. Pour lui, c'est un exutoire: il imagine des "scénarios déplus en plus osés". Après plusieurs mois d'ébats en ligne, la femme cesse la relation sur injonction de son mari. Pour Éric, ce n'est pas le plus important: "Cette histoire m'a fait du bien. Je me suis rendu compte que, malgré tout, j'étais quand même un homme. Ce n'est pas rien comme sensation. Aujourd'hui, j'ai changé, j'ai l'impression d'être prêt, je peux apporter quelque chose de positif" Quand il parle de celle avec qui il pourrait un jour perdre sa virginité, Éric dit "la personne". Il s'est inscrit sur des sites de rencontres. Récemment, il a cru être tombé sur la bonne. Ils se sont trouvés sur le fameux forum Virginité Tardive -plus de 1200 membres-, ils ont discuté pendant un mois. "Jusqu'à ce qu'elle me donne son nom pour que je l'ajoute sur Facebook. Elle avait prévenu qu'elle avait un problème de poids. Effectivement, au vu de ses photos, elle devait être proche des 100 kilos. Mais au fur et à mesure de nos échanges, j'ai commencé à éprouver du désir pour elle. Un jour, je lui ai posté un petit cœur dans un message. Ça l'a énervée. Elle trouvait que j'allais trop vite. On a fini par arrêter." Malgré cet échec, et ces autres filles qui n'ont pas donné suite sur
différents sites, Éric n'a pas abandonné sa quête. Il l'a dit, il est prêt. Si l'idée de faire appel à une prostituée lui a déjà traversé l'esprit, il estime que ce n'est pas encore le moment: "Peut-être si j'ai des envies suicidaires. grâce à une imagination assez riche". "De ce point de vue, dit-il, j'ai une vraie sexualité."


TRISTAN, 36 ANS

"J'ai l'impression d'être pris au piège"

Il se gratte le haut du crâne et souffle un coup. Il commence une phrase et s'arrête illico. Il peine à trouver ses mots. Et puis sans crier gare, il se lance: "En fait, j'en peux plus d'être seul, je ne le supporte plus. Voilà." Il souffle encore et tente d'esquisser un sourire qui ne vient pas. Tristan a 36 ans et réfléchit depuis quelque temps à contacter une agence matrimoniale. Il est vierge, mais il veut surtout trouver l'amour, fonder une famille, avoir des enfants. "Aujourd'hui, j'ai l'impression d'être pris au piège de l'âge, je suis en décalage. Être sans expérience, beaucoup de femmes ne l'acceptent pas. Il me reste l'agence. Surtout à l'étranger, où la virginité tardive n'est pas forcément un problème." .../...
  • 1
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9