Le forum libre, pour parler de tout et de rien, si aucune autre rubrique ne convient Ă  votre message. Evitez les abus quand mĂŞme !
Avatar de l’utilisateur
Par Genisa
Femme de 27 ans non vierge
#216301
impala a écrit :- Genisa, peut-être que les gens trouveront des modes d'utilisation différents et plus solidaires, tels que le covoiturage, pour répartir les coûts (et j'aurais envie de dire "pour consommer moins", mais la vérité c'est que ce n'est que quand on touche au portefeuille que l'on peut espérer un changement). Ce ne serait pas possible dans ton cas, par exemple ?
Impossible, personne ne bosse lĂ  oĂą je bosse dans ma ville.
Pour le train, il faut quand même prendre la voiture pour se rendre à la gare. Et ensuite, on a pas la garantie d'arriver à l'heure, ou d'avoir son train qui passera. Je suis sûre que ça serait plus utilisé si c'était un moyen fiable, mais on en est loin, surtout dans les toutes petites gares (qui ferment, de toute façon).

Et je me rends bien compte de l'urgence d'agir, mais ce sont les politiques que je trouve minables. Depuis que je suis en primaire on me parle de changement climatique, arrivée à 26 ans rien n'a été fait. Pas d'alternative en carburant, pas de lignes de bus dignes de ce nom, rien.
Par contre on va taper joyeusement sur ceux qui n'ont pas de choix pour se déplacer, en les culpabilisant.. c'est trop simple. Le ras-le-bol vient de là.
VACN, Amaz aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par Lereveur
Homme de 38 ans non vierge
#216324
@ impala : Tu prêches un convaincu doublé d'un informé ; perso j'ai pris le pli des trajets en vélo depuis 2003 si je compte bien, pour les trajets domicile - fac qui comprenait une bonne montée sur la fin, sachant que je ne suis pas un athlète ; à vue de pif j'ai estimé que la plupart des trajets dans nos villes de taille moyenne (je me base sur mon expérience au Mans, à Dijon et à Nantes) font 4 à 5 km à tout casser. Parfaitement abordable pour le quidam moyen.

Et je le redis, tout à fait d'accord sur le principe de la taxe, mais les mesures écologiques doivent aller de pair avec de la justice fiscale, et du bon sens (cf. par exemple les difficultés de Genisa).

Même si des surprises sont toujours possibles, je n'attends pas de miracles de la part de la classe politique actuelle (trop peu de gens bien comme François Ruffin). Sans pour autant m'être lancé dans la construction d'un bunker, je suis parfaitement conscient qu'il est probable qu'on vive un scénario façon " Mad Max ", " Fallout ", ou autre univers à votre préférence. Et contrairement aux gens qui restent dans le déni, ou la fuite en avant (comme Macron & co...), je l'accepte (*) même si c'est évidemment sans joie et je me bats dans la modeste mesure de mes moyens pour éviter le pire.

(*) : J'ai eu l'occasion de lire un peu les travaux des collapsologues, Pablo Servigne & co, notamment l'ouvrage " Comment tout peut s'effondrer ".
Avatar de l’utilisateur
Par guizmo33
Homme de 36 ans non vierge
#216338
quand on voit que le monde tourne autour du commerce fluvial , aérien , et que l'on encourage cela déjà cela fait mal au discours écolo de nos politiques. Trump est limite ( je blague) plus écolo que macron. En faisant du protectionnisme, il réduit les échanges commerciaux . Après boycott, tendre vers le zero déchet, gérer ses déchets; participer à des actions pour l'environnement, on peut agir individuellement mais globalement on sait bien que c'est les Etats qui peuvent faire la grosse différence.
SnapBack aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par VACN
Homme de 26 ans non vierge
#216343
Un scénario à la Mad Max, j'en doute. Il suffit de voir ce qui se passe dès lors qu'il y a une crise : la plupart des gens s'entraident, nos instincts de survie et d'adaptation se réveillent...

Que le système actuel puisse s'effondrer, en causant de gros dégâts dans sa chute, je n'en doute pas. Qu'on vive moins bien après, non plus. Mais je pense quand même que l'être humain est très doué pour trouver des solutions dans les pires situations.

On est nuls en planification, mais en impro on déchire.
Par LiPo
Homme de 26 ans vierge
#216344
Les développements du transport aérien et maritime vont de paire avec la mondialisation.

Pour info, en prenant le même référentiel, le transport aérien pollue moins que le transport routier. Un avion consomme au maximum 2,2 à 2,5L au 100 par passager. En général autour de 40L par pax pour un trajet type de 2000km. Et c'est sans parler des nouveaux avions qui arrivent à des scores de dingue (à peine plus d'1L au 100/pax)

L'aviation a fait des progrès considérables en 30/40 ans, contrairement au secteur de l'automobile qui reste ancré dans ses standards du siècle dernier niveau consommation etc...

Ce qui m'écoeure d'avantage, c'est bien le transport maritime, les cargos avalent des super tankers à eux seuls, personne en parle et tout l'monde s'en fout. J'ai l'impression qu'il y a quasi un embargo de ce côté.

Concernant Trump, c'est pas faux. Quoiqu'on dise, quoiqu'on pense, ses mesures économiques ont du sens. Le protectionnisme relance totalement l'économie US et montre déjà de nombreux signes positifs. Niveau écologie, il en a par contre rien à faire...

Mais on est tout de même en droit de se poser une question quand on voit de tels résultats... Si Macron appliquait le même modèle, tout du moins pour partie, on peut penser que cela aurait les mêmes effets et de fait ré-hausserait de quelques points le moral des français. Je suis persuadé que si l'économie, le pouvoir d'achat, ainsi que l'emploi étaient en meilleure forme, tout le monde serait plus enclin à aller de l'avant concernant le climat et ne rechignerait pas devant quelconque "petite" taxe. On n'est pas réticent au progrès, on n'a juste pas les moyens de se le permettre à l'heure actuelle.
Avatar de l’utilisateur
Par VACN
Homme de 26 ans non vierge
#216345
En plus, les générations actuellement aux commandes ne vont pas y rester éternellement ; et les nouvelles sont plus sensibilisées à tout ça.
Avatar de l’utilisateur
Par impala
Femme de 36 ans non vierge
#216372
LiPo a écrit :Pour info, en prenant le même référentiel, le transport aérien pollue moins que le transport routier. Un avion consomme au maximum 2,2 à 2,5L au 100 par passager. En général autour de 40L par pax pour un trajet type de 2000km. Et c'est sans parler des nouveaux avions qui arrivent à des scores de dingue (à peine plus d'1L au 100/pax)
Attention, car c'est un argument extrêmement biaisé. Pourquoi ?

1) Ce n'est justement pas le même référentiel. Le même référentiel, ce serait de comparer, par exemple, un trajet Paris - New York effectué en avion et le même trajet en voiture. ...Oups ! Cette dernière situation est impossible.
L'avion crée de nouveaux "besoins" de mobilité, puisqu'il permet d'avaler en un temps record de longues distances qui n'étaient pas parcourues autrefois, à part par quelques aventuriers extrêmement minoritaires. Je viens de prendre l'exemple d'un trajet comportant un océan à traverser, ce qui est rigoureusement impossible en voiture. Mais prenons un autre exemple, tel que Paris-Rome ; de nombreuses personnes font l'aller-retour en un week-end grâce à l'avion (2 h de vol). En voiture, il faudrait au moins deux jours pour le trajet dans un sens, ce qui rend la chose impossible en un week-end et la réserverait à certaines longues vacances.

Il faut comparer ce qui est comparable. L'avion et la voiture ne le sont généralement pas, puisque l'offre de trajets n'est pas la même.

D'ailleurs si on prend un trajet faisable tant en avion qu'en voiture, par exemple Paris - Clermont-Ferrand, l'éco-calculateur de la DGAC indique que l'avion consomme 6,6 L pour 100 voy.km (voy = voyageur), soit autant voire un peu plus qu'une voiture comportant une seule personne (or en moyenne, une voiture, surtout pour des trajets de ce type, est un peu plus remplie que ça). Donc en réalité, pour des trajets où la voiture et l'avion sont réellement concurrents, l'avion s'en sort moins bien que la voiture du point de vue consommation d'énergie et émissions de gaz à effet de serre. Et c'est tout à fait logique, puisqu'il faut une énergie folle pour envoyer un véhicule dans les airs.

2) Ensuite (mais cet argument-ci est moins important, c'est surtout le premier qui est primordial), j'ai connaissance de consommations plutôt de l'ordre de 2,5 à 4 L pour 100 voy.km. Tout dépend du nombre de personnes dans l'avion, autrement dit du taux de remplissage considéré. Une voiture comportant 4 ou 5 personnes affiche une consommation de l'ordre de 1 à 1,5 L/100 voy.km. Certes, le taux de remplissage d'une voiture n'est en Europe pas de cet ordre, mais c'est un problème d'usage et non de technique.
Avatar de l’utilisateur
Par Lereveur
Homme de 38 ans non vierge
#216427
VACN a écrit :Un scénario à la Mad Max, j'en doute. Il suffit de voir ce qui se passe dès lors qu'il y a une crise : la plupart des gens s'entraident, nos instincts de survie et d'adaptation se réveillent...

Que le système actuel puisse s'effondrer, en causant de gros dégâts dans sa chute, je n'en doute pas. Qu'on vive moins bien après, non plus. Mais je pense quand même que l'être humain est très doué pour trouver des solutions dans les pires situations.

On est nuls en planification, mais en impro on déchire.
J'aurais aussi pu (encore) citer le genre cyberpunk, qui résonne pas mal avec nombre de nos problèmes actuels. Pour le comportement des gens en situation extrême, je suis un peu le c*l entre deux chaises : là je me souviens d'une manif où une collègue de travail avait trouvé refuge dans un bar pour échapper aux gaz des CRS : des personnes restées au-dehors suppliaient qu'on les laisse entrer ; et à l'intérieur de l'établissement, c'était la division : certains étaient d'accord pour les ouvrir... Et d'autres non. Bref, je dirais que dans un tel contexte, le meilleur comme le pire de l'humain peut ressortir. J'ai en tête d'autres exemples, comme une vidéo datant du 11 septembre 2001 à New York (au sein d'une foule en fuite, un homme bousculant ouvertement les autres pour passer devant), ou une anecdote racontée par Marjane Satrapi dans sa BD " Persépolis " (au cours d'un bombardement en Iran, une jeune mère qui abandonne son bébé dans les bras de l'auteure avant de se mettre à l'abri - Satrapi précise que depuis, elle a des doutes sur le fameux " instinct maternel "). A l'inverse on pourrait parler de l'ouragan Katrina à La Nouvelle Orléans où les gens se sont effectivement entraidés... Contrairement aux dires initiaux des autorités ou des médias.

Je préfèrerais quand même planifier et anticiper autant que possible, que de tout laisser entre les mains de l'impro ; ça sonne un peu trop comme un film hollywoodien où tout va bien se finir au dernier moment, de manière épique. Dans la vraie vie c'est souvent un peu plus compliqué que ça.
VACN a écrit :En plus, les générations actuellement aux commandes ne vont pas y rester éternellement ; et les nouvelles sont plus sensibilisées à tout ça.
J'avais sorti un jour en 2006 lors de mon stage de M2, comme quoi les futures générations seraient plus écolos ; cependant, les c*ns se reproduisent aussi... Suffit de voir Macron : il fait partie d'une génération plus récente de la classe politique, cela ne l'empêche pas de donner dans l'idéologie qui produit la catastrophe environnementale que nous vivons...
SnapBack aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par VACN
Homme de 26 ans non vierge
#216430
Lereveur a écrit :Je préfèrerais quand même planifier et anticiper autant que possible, que de tout laisser entre les mains de l'impro ; ça sonne un peu trop comme un film hollywoodien où tout va bien se finir au dernier moment, de manière épique. Dans la vraie vie c'est souvent un peu plus compliqué que ça.
Ce n'est pas du tout ça.

Même au niveau individuel, on ne peut pas savoir à quoi ressemblera sa vie dans cinq ou dix ans. Pourtant, on continue de vivre en réglant des problèmes plus urgents, un par un. Planifier, c'est bien, mais on ne peut planifier que jusqu'à un certain point. Plus on essaie de voir loin dans le futur, plus les prévisions sont imprécises. C'est comme pour la météo.
  • 1
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 22