Le forum libre, pour parler de tout et de rien, si aucune autre rubrique ne convient à votre message. Evitez les abus quand même !
par fopaldir
Homme de 62 ans vierge
#258193
Fictions.jpg

"Fictions" de Jorge Luis Borges

"Fictions" est un recueil de nouvelles de l'écrivain argentin Jorge Luis Borges, publié en 1944.
Ce livre est composé de deux parties : "Le Jardin aux sentiers qui bifurquent" et "Artifices".
Borges y abord des thèmes tels que l'infini, les labyrinthes, les mondes parallèles... avec une approche métaphysique et philosophique.

Résumé des 8 nouvelles de la 1ère partie "Le Jardin aux sentiers qui bifurquent" :
1. "Tlön, Uqbar, Orbis Tertius" : cette nouvelle raconte la découverte d'une encyclopédie décrivant un monde imaginaire appelé Tlön. À mesure que les détails de Tlön sont révélés, ils commencent à influencer et altérer la réalité du monde réel. Tlön devient une obsession, posant des questions sur la nature de la réalité et l'impact de la fiction sur notre perception du monde.
2. "Le Jardin aux sentiers qui bifurquent" : la nouvelle suit le sinologue Yu Tsun, espion chinois pour les Allemands durant la Première Guerre mondiale. Pour transmettre un message crucial, il décide de tuer un homme nommé Albert. Avant de commettre le meurtre, Albert lui révèle le secret de son ancêtre, qui a écrit un roman-labyrinthe où toutes les possibilités se réalisent simultanément.
3. "La Lotterie à Babylone" : cette histoire décrit une société régie par une loterie omniprésente, dont les tirages déterminent le destin de chaque individu. Initialement un jeu simple, la loterie devient progressivement obligatoire et secrète, influençant tous les aspects de la vie.
4. "Examen de l'œuvre d'Herbert Quain" : Borges présente une critique fictive des œuvres d'Herbert Quain, un auteur imaginaire dont les livres sont des expériences littéraires complexes. Chaque œuvre de Quain se caractérise par une structure narrative unique, souvent labyrinthique, invitant le lecteur à des interprétations multiples et explorant les limites de la littérature.
5. "La Bibliothèque de Babel" : Borges imagine une bibliothèque infinie contenant tous les livres possibles, organisés de manière aléatoire. Les habitants de cette bibliothèque passent leur vie à chercher des livres qui donnent un sens à l'existence, mais la tâche est désespérément infinie.
6. "Le Congrès" : un narrateur anonyme relate la tentative d'un groupe d'individus de créer un "congrès du monde" qui représenterait toutes les voix de l'humanité. Le projet échoue en raison de sa grandeur utopique et de la diversité infinie des opinions et des voix.
7. "La Forme de l'Épée" : un homme raconte comment il a trahi son ami, un révolutionnaire irlandais, lors de la guerre civile. Le traître vit avec une cicatrice sur son visage, symbole de sa lâcheté et de sa trahison.
8. "La Mort et la Boussole" : Lönnrot, un détective, enquête sur une série de meurtres qui semblent suivre un motif cabalistique. Convaincu qu'il peut anticiper le prochain meurtre en résolvant l'énigme, Lönnrot se retrouve piégé par l'assassin Scharlach, qui avait orchestré les meurtres pour se venger du détective.

Résumé des 9 nouvelles de la 2e partie "Artifices" :
1. "Funes, ou la Mémoire" : la nouvelle raconte l'histoire de Ireneo Funes, un jeune homme de campagne qui, après un accident de cheval, développe une mémoire parfaite. Funes peut se rappeler chaque détail de chaque moment de sa vie, mais cette capacité extraordinaire l'empêche de penser abstraitement, le condamnant à vivre enfermé dans un monde de souvenirs minutieux et infinis.
2. "La Forme de l'Épée" : le narrateur raconte sa rencontre avec un homme au visage marqué par une cicatrice en forme de croissant. Cet homme raconte à son tour l'histoire de sa trahison durant la guerre civile en Irlande, où il a dénoncé un révolutionnaire, laissant des remords et une cicatrice sur son visage comme témoignage de son acte lâche.
3. "Thème du traître et du héros" : Borges propose une relecture de l'histoire irlandaise à travers le récit d'un complot ourdi par un héros révolutionnaire qui, en fait, est un traître. La trahison est découverte après sa mort, mais pour maintenir son image de héros, ses compagnons transforment sa trahison en acte héroïque, créant ainsi une histoire officielle délibérément falsifiée.
4. "La Mort et la Boussole" : Lönnrot, un détective méticuleux, enquête sur une série de meurtres dont les indices semblent suivre un schéma cabalistique complexe. La quête de la vérité conduit Lönnrot à un piège tendu par l'assassin, Scharlach, qui avait orchestré les meurtres pour attirer le détective dans une embuscade.
5. "Le Miracle secret" : Jaromir Hladík, un écrivain tchèque, est arrêté par les nazis et condamné à mort. La veille de son exécution, il prie pour avoir le temps de terminer sa pièce inachevée. Dieu lui accorde une année supplémentaire de vie subjective dans l'instant de sa mort, lui permettant d'achever son œuvre avant de mourir réellement.
6. "Trois Versions de Judas" : Runeberg, un théologien, propose trois interprétations radicales de la trahison de Judas. La dernière hypothèse suggère que Judas est une incarnation de Dieu, choisissant le rôle du traître pour accomplir un acte d'humilité divine ultime. Cette vision hérétique conduit à la ruine mentale et physique de Runeberg.
7. "La Fin" : un gaucho mutilé et un jeune homme se retrouvent dans une auberge isolée. Le jeune homme se révèle être l’ennemi du gaucho et vient venger un affront ancien. Ils s’affrontent en duel, et le jeune homme tue le gaucho, accomplissant ainsi sa vengeance.
8. "La Secte du Phénix" : Borges décrit une société secrète millénaire, la "Sekte du Phénix", dont les membres sont dispersés dans le monde entier et se reconnaissent par une expérience secrète, indéfinissable et universelle. Cette secte transcende les époques, les cultures et les classes sociales, et son secret est si banal qu'il est incommunicable.
9. "Le Sud" : Juan Dahlmann, bibliothécaire à Buenos Aires, contracte une septicémie et se retrouve dans un sanatorium. Après sa convalescence, il décide de retourner à la campagne pour se reposer. Dans une auberge, une confrontation avec des voyous mène à un duel au couteau, où Dahlmann, acceptant son destin, trouve une forme de rédemption héroïque.

Qui est l'auteur ?
Jorge Luis Borges (1899-1986) était un écrivain, poète et essayiste argentin.
Il est considéré comme l'un des plus grands auteurs du XXe siècle.
Son œuvre a influencé la littérature mondiale, notamment dans les domaines du réalisme magique et de la littérature fantastique.
Borges a également été un érudit passionné, maîtrisant plusieurs langues et étudiant une vaste gamme de sujets, de la littérature classique à la philosophie contemporaine.
Enfin, il faut savoir que Borges a été atteint assez jeune par la cécité (certes, progressive).

Mon avis :
Lors de ma 1ère lecture du livre, j'ai absolument été subjugué par l'univers complexe et fascinant créé par Borges.
"Fictions" est un chef-d'œuvre littéraire qui transcende les limites de la narration traditionnelle pour explorer des concepts profonds et intrigants, mêler réalité et fiction, créer des mondes imbriqués, défier notre perception du temps et de l'espace.
Le livre est court (moins de 200 pages) et se lit très bien.
Je recommande très chaudement cet ouvrage : "Fictions" est un livre incontournable !
Nota : je préconise de lire en parallèle l'essai de Jean-Yves Pouilloux "Fictions de Jorge Luis Borges" qui servira de "guide" pour décrypter votre lecture de "Fictions".
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
par fopaldir
Homme de 62 ans vierge
#258219
Wilt 1.jpg

"Wilt 1" de Tom Sharpe

"Wilt 1 - Comment se sortir d'une poupée gonflable et de beaucoup d'autres ennuis encore" est un roman hilarant écrit par Tom Sharpe, publié en 1976.

Résumé :

Henry Wilt, professeur de littérature anglaise dans un collège technique, vit une vie terne et monotone, dominée par sa femme autoritaire, Eva. Ses rêves de meurtre et d'évasion sont ses seuls moyens de faire face à son existence morne : "Si seulement Eva pouvait disparaître comme par magie… ou, mieux encore, être frappée par une météorite".

Lors d'une soirée chez des voisins excentriques, Eva disparaît mystérieusement après s'être enivrée et avoir embarrassé tout le monde avec ses danses grotesques. Wilt, pensant enfin se débarrasser de sa femme, se retrouve en possession d'une poupée gonflable qu'il décide d'enterrer comme substitut pour camoufler son crime fantasmé : "Wilt observait la poupée gonflable avec un mélange d'horreur et de fascination. C'était Eva toute crachée, mais beaucoup plus silencieuse".

Les choses prennent une tournure encore plus absurde lorsque la police découvre la poupée enterrée et suspecte Wilt de meurtre. L'enquêteur en chef, le commissaire Flint, ne peut croire qu'un homme puisse être aussi maladroit et innocent à la fois : "Flint avait vu des suspects bizarres, mais jamais un professeur aussi inepte avec une poupée gonflable enfouie dans son jardin".

Alors que l'enquête s'intensifie, Wilt doit prouver son innocence tout en naviguant à travers une série de situations de plus en plus loufoques et ridicules. Les tentatives maladroites de Wilt pour expliquer la situation ne font qu'empirer les choses, notamment lorsqu'il se retrouve à faire des déclarations embarrassantes devant la police : "Wilt se racla la gorge et dit : 'Je vous jure, ce n'était qu'une expérience pédagogique. La poupée n'a rien fait de mal'".

Finalement, Eva réapparaît, vivante et bien portante, totalement inconsciente du chaos qu'elle a causé : "Eva entra dans la pièce, pétillante et fraîche comme une rose, tandis que Wilt se demandait si l'enfer ne serait pas un endroit plus paisible que son propre salon". La réapparition d'Eva résout la situation... mais pas sans laisser une trace d'absurdité et d'humour noir.

Mon avis :

Cette première série de mésaventures de Wilt est vraiment très drôle.
Wilt ne peut s'empêcher de se mettre dans des situations toujours plus désespérées.
C'est une comédie un peu extrême teintée de beaucoup d'absurdités.
Si vous êtes morose, Wilt vous redonnera le sourire !
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
par fopaldir
Homme de 62 ans vierge
#258232
Moi qui ai servi le roi d'Angleterre.jpg

"Moi qui ai servi le roi d'Angleterre" est un roman de l'écrivain tchèque Bohumil Hrabal, publié en 1971.
Il raconte l'histoire de Ditie, un serveur ambitieux dont la vie est traversée par les tumultes de l'histoire tchèque du XXe siècle.

Résumé :
Les débuts de Ditie
: Ditie, jeune serveur dans un hôtel de Prague, aspire à devenir riche et respecté. Il travaille dur et observe avec fascination les riches clients. Il dit souvent : "Un jour, moi aussi, je serai quelqu’un". Cette aspiration marque le début de son parcours ambitieux.
L'apprentissage : Ditie passe d'un hôtel à un autre, apprenant les subtilités du métier de serveur et rencontrant des personnages influents. Il est témoin de scènes absurdes et souvent comiques, révélant l'absurdité du monde autour de lui. Il se répète : "Si je travaille bien, je serai riche et respecté".
La rencontre avec Lisa : Ditie tombe amoureux de Lisa, une Allemande fervente partisane du nazisme. Leur relation évolue au fil des événements politiques, et Ditie commence à se questionner sur ses aspirations et sur la nature de la réussite. Lisa le pousse à exploiter la situation politique à son avantage.
L'apogée et la chute : grâce à ses connexions et à son mariage avec Lisa, Ditie ouvre son propre hôtel, mais la guerre [la 2e guerre mondiale] et ses conséquences changent le cours de sa vie. Son hôtel est nationalisé après la guerre, et il perd tout ce qu'il avait acquis. Il réalise alors que "la richesse matérielle est éphémère".
La rédemption : Ditie finit par se retirer dans une région isolée, vivant modestement et trouvant un certain apaisement loin des tumultes de la société. Il réfléchit à sa vie et à ses erreurs, comprenant que la véritable richesse réside dans la simplicité et l'acceptation de soi.

L'auteur :
Bohumil Hrabal (1914-1997) est un des écrivains les plus célèbres de la littérature tchèque du XXe siècle.
Ses œuvres sont souvent caractérisées par un mélange d'humour noir, de réalisme, de critique sociale.
Hrabal a vécu une grande partie de sa vie sous le régime communiste en Tchécoslovaquie, ce qui a profondément influencé ses écrits.
Plusieurs de ses romans ont été adaptés au cinéma.

Mon avis :
Nous avons là un roman captivant qui mélange habilement humour et critique sociale.
Le livre explore des thèmes tels que l'aspiration sociale, la futilité des ambitions matérielles, les absurdités de la vie humaine.
En nous narrant les aventures comiques et tragiques de Ditie, Hrabal réussit à mener une réflexion sur les valeurs humaines et les illusions de la réussite.
C'est vivant et un peu mélancolique, divertissant et philosophique.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
par fopaldir
Homme de 62 ans vierge
#258237
La Vigie.jpg

"La Vigie" de Thierry Jonquet

Le 14 novembre 1995, vingt habitants de Feucherolles-les-Essarts meurent en moins de cinq minutes, dans des circonstances étranges. "Le village tout entier semblait figé dans une stupéfaction muette, incapable de comprendre l'ampleur de la tragédie".
Un an plus tard, Marcel (le postier), enquête sur ces décès mystérieux : des coïncidences troublantes entre la vie des victimes et celle du dernier poilu de la commune mort un peu avant. "Chaque détail découvert par Marcel, chaque lien entre les victimes et Laheurtière, rendait l’énigme plus sombre et plus complexe".
Son investigation l’amène à déterrer des secrets soigneusement dissimulés... et révèle une connexion inattendue entre des événements de la 1ère guerre mondiale et les morts mystérieuses de Feucherolles. "Les cicatrices de la Grande Guerre ne se referment jamais vraiment, elles continuent de saigner dans l’ombre".

Un petit livre riche en suspens, qui plonge le lecteur dans un mystère profondément enraciné dans l’Histoire.
L'intrigue est bien ficelée.
On en reste un peu coi !
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
par fopaldir
Homme de 62 ans vierge
#258248
Blizzard.jpg

"Blizzard" de Marie Vingtras

"Blizzard" est un roman de Marie Vingtras.
Le lecteur est ici plongé dans une impitoyable tempête de neige en Alaska.
L'intrigue se déroule sur une journée où la disparition d'un jeune garçon, Thomas, entraîne une série d'événements bouleversants pour les habitants d'un hameau isolé.
Les chapitres et l'intrigue avancent selon les points de vue de chaque protagoniste.
Bess : la femme qui était responsable de Thomas au moment de sa disparition est rongée par la culpabilité et l’angoisse : "Je n’aurais jamais dû le quitter des yeux, même pas une seconde. Maintenant, il est perdu, et c'est de ma faute".
Benedict : le père de Thomas est dévasté par la disparition de son fils ; il est prêt à braver la tempête pour le retrouver : "Peu importe les risques, je dois le retrouver. C’est mon fils, et je ne peux pas l’abandonner".
Cole : cet ancien militaire hanté par son passé voit dans cette quête une manière de se racheter : "Si je peux sauver ce gamin, peut-être que je pourrai enfin trouver la paix".
Freeman : ce vieil homme sage offre son soutien et ses connaissances locales pour aider à la recherche : "La neige peut être impitoyable, mais elle peut aussi révéler des vérités cachées".

Sur fond de tempête de neige et de de recherche du garçon disparu, Marie Vingtras tisse une intrigue pleine de suspens où chaque protagoniste dévoile ses fragilités et ses "fantômes" du passé.
C'est assez haletant et le lecteur ne lâche plus le livre jusqu'à la fin !
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
par fopaldir
Homme de 62 ans vierge
#258256
Le Diable, tout le temps.jpg

"Le Diable, tout le temps" de Donald Ray Pollock

Voici est un roman très sombre qui plonge le lecteur dans les tréfonds de la noirceur humaine.
Situé dans l'Ohio rural et la Virginie-Occidentale des années 1950 et 1960, le récit entrelace les destins de personnages tourmentés, tous en proie à la violence, à l'obsession religieuse et à la folie.

Résumé :
L'histoire commence avec Willard Russell, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, qui, hanté par ses démons intérieurs et les horreurs qu'il a vues au front, cherche un sens à sa vie dans la foi. Sa foi se transforme rapidement en fanatisme religieux alors qu'il croit être appelé à exorciser le mal qui gangrène sa famille et sa communauté.
Le roman suit également Arvin Eugene Russell, le fils de Willard, un jeune homme tourmenté par le traumatisme de son passé familial. Alors qu'il grandit dans un environnement marqué par la violence et la superstition, Arvin est confronté à des choix moraux difficiles alors qu'il tente de naviguer dans un monde corrompu par le péché et la perversion.
Pendant ce temps, Carl et Sandy Henderson, un couple de tueurs en série dépravés, sillonnent les routes rurales à la recherche de victimes innocentes à sacrifier à leurs désirs pervers. Leurs actions sadiques, motivées par une quête insatiable de pouvoir et de domination, laissent une traînée de sang et de destruction sur leur passage.
À côté de ces protagonistes déjà pas mal atteints, nous avons aussi ce duo étrange constitué par Roy un prédicateur halluciné convaincu qu'il peut réveiller les morts et qui harangue les foules avec la complicité de son ami Theodore un musicien paralytique et pédophile ; et puis Henry Dunlap, un avocat véreux et efféminé ; et aussi le pasteur Preston Teagardin qui abuse des jeunes filles de sa paroisse ; et un shérif Bodecker pas vraiment à la hauteur des évènements.

Mon avis :
Nous avons ici un ramassis de personnages malfaisants assez répugnants.
Malgré la monstruosité de ces individus et les horreurs qu'ils commettent, le lecteur captivé poursuivra sa lecture haletante en se demandant "mais jusqu'où iront-ils ?" : on s'indigne... tout en étant fasciné.
Nous avons là un roman très noir, une atmosphère oppressante imprégnée de tension et de désespoir.
Pollock peint un tableau brutal de la condition humaine en explorant les thèmes de la culpabilité, de la rédemption et de la nature du mal : la frontière entre la sainteté et la damnation est mince.
Nous en ressortons avec une impression de malaise mais aussi de fascination pour l'obscurité... qui réside quelque part en chacun de nous.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
par fopaldir
Homme de 62 ans vierge
#258264
Charly 9.jpg

"Charly 9" de Jean Teulé

L'ouvrage est une relecture satirique et décalée de l'histoire tragique du roi Charles IX, surnommé ici "Charly 9", qui a régné sur la France au XVIe siècle. À travers un mélange habile de faits historiques et de fiction, Jean Teulé, dans son style habituel, nous plonge dans un univers où l'absurde et le comique se mêlent à la triste réalité politique et sociale de l'époque.

Résumé :
Le roman débute avec le portrait peu flatteur de Charly, un roi maladroit et malchanceux, plus intéressé par les plaisirs de la table que par les affaires d'État.
Sous la coupe de sa mère, Catherine de Médicis, obsédée par les prédictions astrologiques, Charly est constamment manipulé et entraîné dans des intrigues politiques complexes.
Entouré d'une galerie de personnages hauts en couleur, comme sa sœur, la redoutable reine Margot, et son frère, le duc d'Anjou machiavélique, Charly se retrouve au cœur d'un tourbillon de complots, de trahisons et de luttes de pouvoir.
Entre les tentatives désespérées de Charly pour impressionner sa maîtresse, sa lutte contre ses démons intérieurs et les manigances politiques de sa mère, le lecteur est entraîné dans une série d'événements dramatiques racontés de manière hilarante.

Mon avis :
Sur un fond historique solide et véritable, l'auteur réussit à injecter une dose d'humour caustique dans des événements tragiques de l'histoire de France.
Nous voyons là un roi tourmenté et manipulé dans une époque mouvementée.
Teulé maîtrise l'art du grotesque et du burlesque et offre au lecteur des scènes mémorables pleines de quiproquos et de situations rocambolesques.
Ça se lit bien et vite, c'est divertissant et instructif.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
par fopaldir
Homme de 62 ans vierge
#258272
Wilt 2.jpg

"Wilt 2 - Comment se débarrasser d'un crocodile, de terroristes et d'une jeune fille au pair" de Tom Sharpe

Ce 2e volet de "Wilt" plonge à nouveau le professeur Henry Wilt dans une série de mésaventures absurdes, tumultueuses et hilarantes.
Wilt se retrouve une fois de plus plongé dans des situations extravagantes et dangereuses.

Résumé :
L'histoire commence par l'arrivée d'une jeune fille au pair allemande censée aider la famille Wilt.
Cependant, sa présence ne fait qu'ajouter au chaos familial.
Pendant ce temps, Wilt se retrouve impliqué dans une enquête antiterroriste après avoir été témoin d'une explosion dans un pub.
Les autorités, toujours prêtes à sauter aux conclusions, suspectent Wilt d'être un terroriste potentiel.
"Wilt se demanda comment un simple professeur de littérature pouvait attirer autant de problèmes. Était-ce une malédiction ou simplement un talent inné pour se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment ?"
La situation se complique encore lorsque Wilt découvre un crocodile dans le jardin de son collègue, qui doit être éliminé sans attirer l'attention des voisins et des autorités.
Entre temps, la jeune fille au pair, plus intéressée par les loisirs que par ses responsabilités, multiplie les bévues, rendant la vie de Wilt encore plus intenable.

Mon avis :
Nous avons toujours les mêmes ingrédients que pour le 1er volet de "Wilt".
Ça ne vole pas bien haut, c'est "très British", c'est toujours aussi invraisemblable, ça va de quiproquos en quiproquos, et les situations sont assez hilarantes.
Un livre sympa pour se détendre pendant l'été.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
par fopaldir
Homme de 62 ans vierge
#258291
Tempo di roma.jpg

"Tempo di Roma" d'Alexis Curvers

"Tempo di Roma" est un roman d'Alexis Curvers, publié en 1957.
L'histoire se déroule dans la Rome des années 1950 et suit les aventures intellectuelles et sentimentales d'un jeune Belge, Louis Darchis, qui s'installe dans la Ville Éternelle.

Résumé :
Arrivée à Rome : dans cette première partie, nous faisons la connaissance de Louis Darchis, un jeune érudit belge, qui arrive à Rome avec des rêves plein la tête. Il est immédiatement charmé par la beauté de la ville et l'effervescence de sa vie culturelle. Sa première rencontre significative est avec le Professeur Morelli, un intellectuel italien qui deviendra son mentor. Morelli incarne la sagesse et la profondeur intellectuelle de Rome. Louis est ébloui par les discussions érudites et les débats philosophiques. "Rome n'est pas une ville comme les autres; elle est une entité vivante, chargée d'histoire et de mystère".
Exploration et rencontres : Louis s'immerge de plus en plus dans la vie romaine. Il explore les ruines antiques, visite les musées et les galeries, et fait la connaissance de divers personnages qui enrichissent son expérience. Parmi eux, il y a Clara, une jeune artiste française dont il tombe amoureux. Leur relation est passionnée mais compliquée par les ambitions personnelles et les différences culturelles. "Chaque coin de rue, chaque place, semblait respirer l'histoire et l'art. Rome était un musée à ciel ouvert, une source inépuisable d'inspiration".
Crise et révélation : la vie de Louis prend un tournant lorsqu'il est confronté à une série de crises personnelles et intellectuelles. Il commence à douter de ses choix de vie et de ses aspirations. La relation avec Clara devient de plus en plus tendue, et il se sent déconnecté de ses racines. Cette période de doute le pousse à une introspection profonde, où il remet en question le sens de son existence et ses véritables désirs. "Les rêves de grandeur se heurtaient à la réalité brute. La beauté de Rome ne suffisait plus à masquer les incertitudes de l'âme".
Renaissance et accomplissement : dans la dernière partie du roman, Louis trouve une nouvelle forme de paix intérieure. Grâce aux conseils de Morelli et à ses propres réflexions, il parvient à réconcilier ses aspirations intellectuelles avec ses besoins émotionnels. Il décide de rester à Rome, non pas comme un étranger cherchant à s'y fondre, mais comme un individu ayant trouvé sa propre place dans ce vaste monde. "Rome m'a appris à voir au-delà des apparences, à comprendre la profondeur de l'être humain et à embrasser la complexité de la vie".

L'auteur
Alexis Curvers (1906-1992) était un écrivain et professeur belge.
Il est surtout connu pour ce livre "Tempo di Roma", son œuvre la plus célèbre.
Curvers a vécu une partie de sa vie en Italie, ce qui a profondément influencé son écriture.

Mon avis :
J'ai lu pour la 1ère fois "Tempo di Roma" l'été de mes 14 ans pendant les grandes vacances chez mes grands-parents : cette lecture m'avait laissé une impression de soleil méditerranéen, de beautés architecturales, d'insouciance et de farniente.
Quelques mois plus tard, ma prof de français nous faisait faire une dictée... et j'ai immédiatement reconnu un extrait du texte du livre. À la question "Donnez un titre au texte [de la dictée]", je répondais donc "Tempo di Roma" : la prof était à la fois furax parce que ce n'était pas ce qu'elle demandait, et en même temps épatée de constater qu'un ado puisse reconnaître ce livre (un peu inconnu) à partir d'un très court extrait et en citer son titre.
Curvers réussit ici à capturer l'essence de Rome et à en faire un personnage à part entière.
C'est un livre très agréable à lire : les personnages sont bien développés, les descriptions sont riches, il y a des réflexions philosophiques profondes.
Ce roman invite à la réflexion sur la quête de soi, l'amour, l'importance de trouver un équilibre entre ambition et contentement personnel.
Un petit chef-d'œuvre littéraire qui laisse une impression durable.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
par fopaldir
Homme de 62 ans vierge
#258300
Roman Fleuve.jpg

"Roman Fleuve" de Philibert Humm raconte l'épopée hilarante de trois amis qui décident de descendre la Seine en canoë.
Leur expédition se transforme rapidement en un mélange chaotique de moments comiques et de mésaventures.

Résumé :
Imaginez trois copains (dont un ex vierge tardif) qui, armés de leur enthousiasme et de leur inexpérience, s'embarquent dans une aventure nautique qui semble vouée à l'échec dès le départ.
Leur embarcation, plus proche d'une baignoire flottante que d'un véritable canoë, tangue, prend l'eau, les laisse assez souvent patauger en pleine nature.
Leurs talents de navigateurs laissent à désirer et leur équipement digne d'un vide-grenier n'arrange rien : tente déchirée, sacs de couchage trempés, provisions dignes d'un pique-nique raté.
En chemin, ils rencontrent une galerie de personnages aussi pittoresques que drôles : des pêcheurs grognons, des campeurs extravagants, et même des nudistes nonchalants.
Les mésaventures se succèdent : perte de pagaie, chavirages multiples, bivouacs sous la pluie.
Mais malgré tout, nos héros ne perdent jamais leur sens de l'humour.
Chaque obstacle devient une occasion de rire, chaque erreur une anecdote inoubliable.

Mon avis :
"Roman Fleuve" est une ode à l'amitié et à la débrouillardise.
C'est un récit où les rêves de grandeur se heurtent joyeusement à la réalité.
Philibert Humm nous offre une aventure farfelue et touchante, où l'on apprend que parfois, le plus important n'est pas d'arriver à bon port, mais de profiter du voyage... même si ce voyage est une succession de galères mémorables.
Ce livre vous donnera le sourire et vous fera même rire !
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
  • 1
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9