Vous êtes nouveau ? Alors passage obligatoire par ici, afin de vous présenter à toute la communauté !
Par Lamperouge
Homme de 33 ans vierge
#219845
Bonjour,

C'est impulsé par un élan de solitude et d'accablement que je me décide aujourd'hui à rejoindre VT. Ca fait de longue années que je connais le forum, mais j'avais toujours pensé que je n'en aurais pas besoin, que je surmonterai chaque jour mes démons et que ça irait bien comme ça. Depuis peu, j'en suis las. Je ne compte plus le nombre de fois où je ne me suis pas senti légitime dans une conversation sur le sujet des rencontres, des couples, des enfants ou de la sexualité. Les couples dans la rue, les rapports de rencards de mes collègues au bureau, ou encore les films et les séries font exploser mon cœur d'une douleur infinie.

Je suis donc un homme de 33 ans, vierge. Je n'ai eu qu'une seule "petite amie", quand j'avais 19 ans (en 2005), et plus le temps file plus je trouve difficile d'employer ce terme puisque notre relation n'a duré qu'une semaine avant qu'elle n'y mette fin. On est un peu sortis ensemble, on s'est embrassé deux fois, et voilà. Depuis mon adolescence mon rapport aux filles et aux femmes dont j'ai été amoureux ou intéressé a été globalement non-réciproque. Il y a eu pourtant des rendez-vous, des discussions passionnées au téléphone, des échanges de messages empreints de tendresse... mais toujours suivis d'une dramatique douche froide. J'en suis venu à penser que je ne savais probablement instaurer la moindre tension sexuelle, probablement parce que j'en ai peur et que je ne me sente pas du tout capable de séduire, tout simplement.

En amour, tout va mal. Je suis en détresse affective. Je rêve ne serait-ce que de tenir la main d'une femme, de sentir ses doigts entrelacés avec les miens, et cette seule pensée me fait parfois éclater en sanglots. Ça fait quelques années que je n'ai pas ressenti de réel sentiment amoureux... pour mon bien, peut-être. Il faut dire aussi que j'ai hélas un don pour m'enticher des personnes les plus susceptibles de me faire souffrir (pas volontairement, mais parce que les situations sont déjà compliquées de base). Mais cette composante est indispensable pour moi, j'ai besoin de me sentir amoureux, et de la même manière qu'on ne choisis pas sa famille on ne choisis pas qui on aime...

Indéniablement timide, je ne mets plus les pieds en dehors de chez moi que pour me rendre sur mon lieu de travail, faire des achats, aller chez le coiffeur ou le médecin, bref quand c'est nécessaire. Car malheureusement ma propre estime est au plus bas, je ne sais plus contrôler mon auto-dépréciation et je projette mon propre mépris dans le regard de tout ceux que je croise. De fait je n'arrive plus à soutenir les regards, et quand mon regard en croise un autre je me sens aussitôt coupable, honteux, et je voudrais disparaître. Parallèlement j'ai un frère qui est un peu plus âgé que moi et qui a plus de conquêtes que je n'ai d'années de vie, ce qui contribue a ma grande solitude.

Sensible et fragile, je le suis certainement. J'ai du mal a tourner la page quand j'ai été amoureux. Après "ma rupture" avec ma "petite amie" j'ai sombré dans la dépression. Il faut dire qu'à cette époque je disais à qui voulait l'entendre que j'étais « sur un petit nuage rose en forme de cœur », et la chute à été violente. J'ai pris la pire habitude de ma vie en me mutilant sur l'avant-bras pour réagir aux douleurs émotionnelles. Au fil des années celui-ci s'est transformée en une sorte de post-it indélébile de ces moments. Terrible erreur, et pas très séduisant, même si heureusement elle s'estompent un peu avec le temps.

Enfin, que pourrais-je ajouter d'autre...

Je n'ai pas encore réussi à aller voir un psy même si je pense que ce serait une bonne idée (l'une des raisons principales étant que je ne sais pas quel genre de professionnel aller voir). Même si ma virginité me pèse ce n'est hélas qu'une petite partie qu'un problème de timidité et de solitude affective plus vaste.

Côté vie sociale les rares soirées ou je sors un peu sont avec des collègues, et beaucoup plus rarement avec des amis de longue date du fait qu'ils soient déjà tous un couple avec au moins un enfant.

Sinon pour ce qui est du physique c'est pas la folie, surtout en ce moment. Il y a quelques années j'avais réussi à me sentir bien dans mon corps mais suite à ma dernière déception amoureuse il y a 3 ans je me suis complètement perdu et j'ai pris une trentaine de kilos que je m'efforce d'essayer de rattraper maintenant - sans grande motivation cependant. Sinon globalement rien de spécial, a ceci près que j'ai les traits de mon père, très prononcés, et que je déteste ça. Mon frère, plus chanceux, a plutôt hérité du côté de ma mère.

Et... voilà, j'essaie de ne pas faire trop long (enfin, pas plus que ça) car je suis généralement adepte des grands posts de 12 pavés.

Lamperouge ~
Avatar de l’utilisateur
Par SnapBack
Homme de 27 ans non vierge
#219848
(Référence à Code Geass pour le pseudo ? Lelouch ? :grin: )

Tu as l’air d’un grand romantique, j’ai lu attentivement ta présentation mais fais attention à ce que ta future passion ne te consume pas de trop. Tu trouveras des oreilles et des yeux attentifs sur ce forum, sois encore le bienvenue.
Avatar de l’utilisateur
Par Lereveur
Homme de 38 ans non vierge
#219849
Bonsoir et bienvenue Lamperouge.

Je vais sortir une phrase traditionnelle ici : aussi bizarre que ça puisse paraître, la plupart des nouveaux membres s'excusent pour leurs pavés... alors que c'est devenu une coutume locale (faut croire que le VT est littéraire ou du moins bavard à l'écrit). Même si pour le coup, j'admets ne pas me souvenir de quelqu'un qui nous aurait en pondu 12 d'un coup !

Malgré la brièveté et l'ancienneté de la relation que tu mentionnes, ça reste la preuve que tu peux plaire (tout le monde ici ne peut pas en dire autant) ; après, l'enthousiasme, c'est bien, mais s'emballer, c'est effectivement une erreur à éviter tout prix, car comme tu l'as durement appris, en cas de pépin, la chute émotionnelle est rude !

Quelle est ta relation avec ton frère aîné ? Si vous êtes suffisamment proches, peut-être serait-il en mesure de te conseiller ? Même si à te lire, il serait plus du genre à papillonner là où tu sembles être un grand romantique (note bien que je ne fais pas de jugement de valeur entre ces positions).

Après c'est un avis de mec, mais perso je fais partie des gens que les cicatrices (sauf exception vraiment particulière ?) ne gênent pas, ça peut donner aussi un petit côté dur(e) à cuire. J'ai en ai moi-même trois bien que très discrètes.

Pour le poids j'imagine que c'est plus une question d'habitudes et d'alimentation que de devoir s'embêter à suivre un entraînement draconien de champion olympique.
Faelle aime ça
Par Amuerie
Femme de 36 ans non vierge
#219861
Bienvenue,

Ne t'excuses surtout pas d'avoir envie d'écrire tout ce que tu ressens, bien au contraire ça ne peut que te faire du bien et enlever le poids que tu as sur la poitrine. Poids que l'on a tous ou eu pour certains.
Je sais ce que c'est également de vivre avec une soeur pour ma part qui n'a aucun problème relationnel, elle est à l'aise partout et avec tout le monde, alors qu'on se souvient à peine de moi. J'ai pris la mauvaise habitude de me mettre en retrait dès que nous sommes en famille car elle prend "beaucoup de place" mais ce n'est pas un reproche que je lui fait mais je me reproche à moi même.
Je ne peux que te conseiller d'aller voir un psy. J'ai fais quelques séances mais il faut trouver le bon, il faut que tu te sentes à l'aise avec lui dès le début. Que sa méthode de travail te convienne.

Saches que tu trouveras ici une Ă©coute attentive
Avatar de l’utilisateur
Par VACN
Homme de 25 ans non vierge
#219865
Bienvenu !

Que fais-tu dans la vie ?
Lamperouge a écrit :J'en suis venu à penser que je ne savais probablement instaurer la moindre tension sexuelle, probablement parce que j'en ai peur et que je ne me sente pas du tout capable de séduire, tout simplement.
Question simple : pourquoi ? (La réponse est forcément plus compliquée :joy:)

Lamperouge a écrit :cette composante est indispensable pour moi, j'ai besoin de me sentir amoureux
C'est normal, on en a tous besoin. Sauf les aromantiques.

Lamperouge a écrit :je ne sais plus contrôler mon auto-dépréciation
Justement, pour la contrôler... il faut la contrôler. Tu pourrais t'entraîner à remplacer consciemment tes pensées négatives par d'autres. Ça sonne niais, mais ça peut marcher. Exemple : tu t'entends penser "je ne suis pas séduisant" ? Enchaîne avec "si, je suis séduisant".
Devant un miroir, ça a un certain effet aussi. Notre cerveau étant facile à berner, on peut s'entraîner à affronter le regard des autres en apprenant d'abord à soutenir celui de son reflet.

Lamperouge a écrit :Sensible et fragile, je le suis certainement
"Sensible", ce n'est pas quelque chose de négatif. C'est même une force :wink:
On peut apprendre à reconnaître, interpréter et utiliser ses émotions.

Par contre, "fragile", c'est un adjectif impropre pour se définir. Supprimer ce mot de la vision que tu as de toi-même serait un bon début, à mon avis.

Lamperouge a écrit :J'ai pris la pire habitude de ma vie en me mutilant sur l'avant-bras pour réagir aux douleurs émotionnelles.
Tu continues à faire ça aujourd'hui ?
Par Lamperouge
Homme de 33 ans vierge
#219876
Hello,

Avant toute chose merci d'avoir pris le temps de me lire et de répondre ! J'ai rapidement tendance à transformer mes posts de ce genre en véritable autobiographie de mon parcours sentimental/relationnel (c'est un exercice que j'ai fait 2-3 fois sur Doctissimo a des périodes différentes) mais à chaque fois j'ai l'impression de me plaindre, et ça m'ennuie...

VACN a écrit :Que fais-tu dans la vie ?
C'est vrai, j'ai oublié de le préciser ! Je suis UI/UX Designer, je travaille sur l'expérience utilisateur et le design d'interfaces pour un éditeur de solutions RH en ligne.

SnapBack a écrit :Référence à Code Geass pour le pseudo ?
Je m'en suis effectivement inspiré, mais c'est surtout parce que j'utilise toujours "rouge" accompagné d'un autre mot dans mes pseudonymes plus que pour la référence au personnage ;) Et celui-ci me plaisait bien car une lampe rouge c'est souvent synonyme d'alerte, ce que je trouvais approprié par rapport à mon humeur actuelle.

Lereveur a écrit :Malgré la brièveté et l'ancienneté de la relation que tu mentionnes, ça reste la preuve que tu peux plaire (tout le monde ici ne peut pas en dire autant) ; après, l'enthousiasme, c'est bien, mais s'emballer, c'est effectivement une erreur à éviter tout prix, car comme tu l'as durement appris, en cas de pépin, la chute émotionnelle est rude !
Oui et non, comment expliquer... cette fille était spéciale. Magnifique, mystérieuse, elle a obsédé mes pensées pendant six mois avant qu'on sorte ensemble et ce n'est arrivé que parce que une amie commune a fait l'intermédiaire et qu'elle a pris les devants. Sans ça j'aurais continué a me terrer dans mon silence. Quant à elle, disons qu'elle a un côté "expérimentaliste". D'ailleurs lorsqu'elle a rompu la semaine suivante elle invoquait l'envie d'essayer une relation homosexuelle. Il se peut que je me trompe, je ne le saurais jamais car je n'ai pas pensé à l'époque de tirer les choses au clair, mais en ce qui me concerne j'étais juste une autre de ses expériences.

Lereveur a écrit :Quelle est ta relation avec ton frère aîné ? Si vous êtes suffisamment proches, peut-être serait-il en mesure de te conseiller ? Même si à te lire, il serait plus du genre à papillonner là où tu sembles être un grand romantique (note bien que je ne fais pas de jugement de valeur entre ces positions).
C'est effectivement bien analysé. Nous avons des caractères très opposés. Il est impulsif, menteur, tourné vers lui-même et peut même être un peu violent . Quand on était petits on se faisait punir par nos parents à cause de lui, même moi parce que je me retrouvais souvent à devoir le couvrir. Aujourd'hui on vit dans des villes différentes, on se voit et s'appelle assez peu, et parce qu'on a une approche très différente de la gente féminine je sais que je n'irais jamais chercher de conseil auprès de lui. Nous avons fait un séjour à Majorque tous les deux il y a quelques années et j'ai bien vu comment il pensait et agissait. Persuadé que toutes les filles ont les yeux rivés sur lui – et je souhaite à celles-ci de ne jamais entendre ce qu'il en dit en aparté – il aborde les femmes comme j'aborde une tablette de chocolat qui me fait envie, pour faire le parallèle. Et de surcroît même si il a eu une relation de 3 ans avec la même fille il y a quelques années je doute qu'il sache réellement vivre avec. Bref, il a beau savoir séduire, par principe je ne peux/veux pas accepter de conseils de sa part.

Lereveur a écrit :Après c'est un avis de mec, mais perso je fais partie des gens que les cicatrices (sauf exception vraiment particulière ?) ne gênent pas, ça peut donner aussi un petit côté dur(e) à cuire. J'ai en ai moi-même trois bien que très discrètes.
VACN a écrit :Tu continues à faire ça aujourd'hui ?
Hélas je pense que ces cicatrices ne laissent plus planer le doute sur ce qu'elles sont - il y en a presque une centaine depuis le temps, plus ou moins estompées avec les années. On ne m'interroge jamais a ce sujet, pas même les collègues avec lesquels je travail depuis 6 ans, donc je pense que c'est implicite. Après on fixe rarement son attention sur un avant-bras donc peut-être que certains ne l'ont jamais remarqué, ou bien ils font attention a ne pas m'en parler pour ne pas jeter d'huile sur le feu, je n'en ai pas la moindre idée très honnêtement. Et oui ça m'arrive encore même si c'est plus rare, j'y cède moins facilement qu'avant, mais la dernière fois c'était en février suite a une soudaine chute de moral.

Lereveur a écrit :Pour le poids j'imagine que c'est plus une question d'habitudes et d'alimentation que de devoir s'embêter à suivre un entraînement draconien de champion olympique.
Effectivement, je suis pas trop inquiet de ce côté là, j'ai passé les dernières années à me laisser aller et à ne plus rien maîtriser de ce que je mangeait. Il me faudra quelques dizaines de semaines pour en revenir mais je l'ai déjà fait il y a 6-7 ans, dans une moindre mesure, et pour l'instant ça se passe bien.

Amuerie a écrit :Je ne peux que te conseiller d'aller voir un psy. J'ai fais quelques séances mais il faut trouver le bon, il faut que tu te sentes à l'aise avec lui dès le début. Que sa méthode de travail te convienne.
A vrai dire entre les psychiatres, psychologues, psychothérapeutes, psychanalystes, je n'ai jamais vraiment compris de quel "psy" on parle et ça freine grandement ma démarche. Mais au-delà de ça j'ai l'impression d'avoir énormément de choses à travailler, entre les mutilations, la confiance en moi, l'isolement social et j'en passe... que j'ai peur de ne pas savoir quoi faire, quoi dire, ni par ou commencer. Et d'une manière un peu moins admise, j'ai aussi peur d'échouer à m'améliorer et d'avoir épuisé mes solutions si ça se produisait.

VACN a écrit :
J'en suis venu à penser que je ne savais probablement instaurer la moindre tension sexuelle, probablement parce que j'en ai peur et que je ne me sente pas du tout capable de séduire, tout simplement.
Question simple : pourquoi ?
Je pense que c'est lié a mon expérience dans les relations sentimentales. Je vais résumer brièvement les rencontres les plus marquantes ces 15 dernières années et les leçons que j'en ai tiré pour éclaircir un peu mon propos :

  • en 2005 je suis dont sorti une semaine avec une fille qui a finalement rompu par message pour essayer une relation homosexuelle. Douce, magnifique, avenante, envoĂ»tante... je n'ai jamais rĂ©ussi Ă  lui en vouloir. Mais je retiendrai toujours d'elle cette phrase : "t'es pas plus moche qu'un autre". Aujourd'hui encore je ne sais toujours pas comment le prendre.
  • en 2008 je confesse mes sentiments Ă  ma meilleure amie de l'Ă©poque qui fond en larmes au tĂ©lĂ©phone et s'excuse de ne pas s'en ĂŞtre rendu compte, de ne pas le mĂ©riter, etc. Puis peu après je la croise par hasard avec un nouveau petit ami, elle s'excuse encore et j'apprend que nos amis communs le savaient mais que tout le monde prenait bien soin de me le cacher. Soit dit en passant, elle m'a dit un jour alors que je dormais chez elle qu'elle serait OK pour me dĂ©puceler... proposition que je n'ai bien sĂ»r jamais acceptĂ©e du fait de mes sentiments non-rĂ©ciproques.
  • en 2014 je rencontre une fille par le biais d'un jeu en ligne, on passe beaucoup de temps Ă  discuter juste tous les deux et on fini mĂŞme par s'Ă©changer nos numĂ©ros en s'envoyer littĂ©ralement des milliers de textos en l'espace de 2-3 semaines. Elle a dĂ©jĂ  un copain, information que je connaissais, mais avec qui ça ne va pas fort et qu'elle ne voit qu'une fois par mois pour cause de travail. On fini par se rencontrer dans sa ville, passer une journĂ©e ensemble, et elle me raccompagne Ă  la gare puis me dira par message peu après qu'elle n'aurait pas rĂ©sistĂ© si j'avais essayĂ© de l'embrasser... mais elle avait dĂ©jĂ  un copain, comment aurais-je pu ? Bref, des mois plus tard elle dira que ce n'Ă©tait que la solitude qui l'avait rendue ainsi et qu'elle n'avait pas rĂ©ellement de sentiments pour moi.
  • en 2016 je m'attache Ă  une collègue que je vois de temps en temps pour le boulot (400 km nous sĂ©parent) et avec laquelle je discute beaucoup par messagerie. On a nos petits jeux/flirts Ă  base de cadeaux de paquets de Schockobons, et de toute Ă©vidence l'attirance est rĂ©ciproque puisqu'on finit par se donner rendez-vous et on s'impatiente tous les deux. A l'issue du premier rendez-vous je la raccompagne pour qu'elle puisse prendre un Uber pour rentrer chez elle. Je n'ai rien tentĂ© parce que je pense qu'elle n'a pas passĂ© une bonne soirĂ©e. A l'issu du second rendez-vous, le lendemain après-midi, elle me dira très clairement sur le chemin du retour que ça ne marchera pas.
C'est en particulier cette dernière expérience qui me laissera le goût amer de ne pas savoir instaurer cette tension propre à la séduction. Je n'ai pas une vie personnelle très intéressante donc pas grand chose à dire de moi d'excitant. Je ne sais pas non plus faire la conversation, ou plutôt je filtre tout ce que je pourrais vouloir dire qui ne me semble pas intéressant, ou qui au contraire serait plutôt du genre trop direct (sachant que quand je suis amoureux c'est souvent éperdument, j'ai envie que la personne le sache).

VACN a écrit :Justement, pour la contrôler... il faut la contrôler. [...] Devant un miroir, ça a un certain effet aussi. Notre cerveau étant facile à berner, on peut s'entraîner à affronter le regard des autres en apprenant d'abord à soutenir celui de son reflet.
Au fil des années j'ai graduellement continué à perdre confiance en moi et à me détester, à laisser la petite voix dans ma tête me mettre plus bas que terre. Mon propre reflet m'est devenu difficile à regarder, surtout que j'ai de plus en plus de difficulté à trouver l'énergie d'être positif et de ne pas m'abandonner à la dépression, donc j'y vois essentiellement un visage désespérément morne. Et comme je le disais en plus de ça j'y vois le visage de mon père. Un homme correct, hein, mais absolument pas un modèle que je veuille suivre et encore moins refléter.
Par Caro44
Femme de 37 ans vierge
#220613
Lamperouge,
Le point TRES positif de ta description est que visiblement tu plais physiquement et que tu as pu t'en rendre compte à de multiples reprises. De même, tu rencontres des gens qui te plaisent ! Et ça crois-moi, c'est une réelle chance, cela ne m'arrive jamais.
Pour ce qui est d'alimenter les conversations, fais-tu des activités annexes ? Cela peut aider grandement.
Par Lamperouge
Homme de 33 ans vierge
#220648
Hello ici,

Je ne sais pas quoi penser de ça Caro, c'est très loin de la vision que j'en ai. Il semblerait que j'ai pu plaire a quelques personnes au quotidien, mais... je le ressens pas du tout comme ça... dans mon esprit c'est plus comme si ces personnes s'étaient trompées. Pour être totalement transparent ces dernières années j'en suis venu à ne plus supporter de soutenir mon propre reflet, à porter casquette et écharpe ou lunettes de soleil pour me cacher derrière. Et je le dis très sérieusement. En tout cas ça m'attriste énormément de lire que ça ne t'arrive jamais, et du coup je culpabilise un peu d'avoir cette image... je dois être un peu comme un enfant gâté qui n'est pas reconnaissant des égards auxquels il a eu droit :(

Sinon pour ce qui est des activités, l'ordinateur est un peu le centre de mes loisirs. Très classique mais un bonne part de mon temps se divise entre jeux et séries. A côté de ça je fais un peu de musique, un peu de dessin, un peu d'écriture, le tout de façon hyper-connectée. Mais bon, je ne produit rien, ce n'est que du divertissement. J'ai fait du badminton pendant quelques années (et je compte en refaire quand j'aurai fondu un peu) ainsi que du longboard (idem, j'adore ça mais j'ai dû m'arrêter l'automne dernier après une fracture du coude et là j'attends encore un peu pour m'y remettre).

Je passais par là un peu au gré de mes pensées, je pense que j'ai besoin de me livrer un peu sur mon état d'âme du moment, les pensées qui trottent dans ma tête... est-ce que je peux faire ça dans ce sujet ?
Avatar de l’utilisateur
Par glaraque
Homme de 30 ans non vierge
#220660
J'adore les biographies :)
Je te résume vite fait, ce que j'ai retenu

Tu avais une amie fille qui t’a mis en relation avec ta petite amie de l’époque. As-tu revu une des deux filles ? Tes amis de longues date les connaissent-elles? Les voient-elles ?
Tu sors peu, rare soirée = collègue, ami de longue date tous en couple avec enfants
Décris-nous les soirées avec tes collègues s.v.p., spécialement ta façon de socialiser, ta façon d’interagir, comment les perçois-tu, comment penses-tu qu'ils te perçoivent ?
Je connais bien la situation des amis en couple, je te garanti qu'elle est surmontable si tu souhaites socialiser un peu plus. Première questions que je me pose à ce sujet, c'est : "sont-ils loin géographiquement". Je te conseil de leur faire une visite surprise. Tu jugeras leurs réactions et t'y adapteras. Le meilleur moment reste à analyser, la phrase d'approche aussi, mais avant de m'éterniser sur ce sujet, je veux savoir ta première impression sur cette idée.

Tu dis ne pas avoir une vie trépidante, et donc te sentir plus ou moins intéressant dans le contexte de séduction. Comment aimerais-tu séduire ? Qu'aimerais-tu échanger ? C'est probablement un point que tu devras régler, car une relation est un échange, donc tu devras trouver quelque chose à échanger, une vision du monde ? de l'écoute ? tes passions ? etc...

Difficulté à établir une tension sexuelle et souvent les filles après te rencontrer laisse tomber.
As-tu une idée précise en dehors de la fameuse tension sexuelle ? Est-ce que la fille 2016 a élaboré légèrement à ce sujet ? est-ce qu'elle savait à quoi tu ressemblais avant de vous rencontrer ? pourquoi dis-tu qu'elle n'a pas passé une bonne soirée ?

Gros atouts : Ordi, musique, dessein, Ă©criture, badminton, longboard
beaucoup de centre d'intérêt qui te permettent d'explorer différents horizons, de devenir intéressant, je crois que le dessein peut très bien convenir à la "tension sexuelle"

Le visage de ton père = physiquement, mentalement ou les 2?

amusons-nous à voir le problème inversement, c'est-à-dire, ne parlons pas de toi, mais demandons-nous : "si tu t'imaginais la fille de tes rêves, la relation parfaite, quelles seraient ses opinions ? quelle serait sa relation avec toi ? que feriez-vous ensemble ? que feriez-vous séparément ? aimerais-tu discuter avec ? ou pas ? de quoi ?" allez fait nous un roman à ce sujet

merci
Avatar de l’utilisateur
Par SnapBack
Homme de 27 ans non vierge
#220674
glaraque a écrit :Je crois que le dessein peut très bien convenir à la "tension sexuelle"
Je ne sais pas... mais les gens sont toujours curieux de ce que l’on fait. Je dessine des femmes (sur mon temps libre, je ne fais plus que ça maintenant) mais ce n’est pas un art féministe. Ça m’a beaucoup aidé bien que j’estime avoir encore des choses à apprendre. Pour la tension sexuelle... je dirais juste qu’on se fait avant tout plaisir pour soi dans un premier temps en dessinant ce que l’on aime.

À moins de rejoindre un atelier ou un cercle d’amateurs d’art, c’est le hobby-type du solitaire (bien que pour le travail, je consulte plusieurs personnes pour que mes illustrations soient pertinentes).