Vous avez des questions à poser concernant votre prochaine rencontre ? C'est par ici que ça se passe !
Par Ness
Homme de 24 ans vierge
#226199
Jusqu’à un âge assez tardif en comparaison avec mon entourage, le désir et la recherche d’une relation amoureuse ne me préoccupaient pas. Je regardais les femmes comme je regardais les hommes (je suis hétérosexuel), de façon neutre.

Aujourd’hui, où mon inexpérience dans le domaine amoureux est vécue comme une souffrance et où cette recherche a ainsi beaucoup gagné en importance, mon regard sur les femmes n’a plus rien de neutre. Il est sexualisant.

Progressivement, l’habitude s’est installée de chercher à croiser le regard des femmes. Comme à la recherche d’un contact, même le plus primaire et précaire, quelques secondes de flottement où la possibilité d’une attirance mutuelle ne peut trouver aucun obstacle - sauf irruptions incongrues de trottinettes électriques, lancées à 20 km/h par des collégiens hilares.
Lorsque le regard est soutenu quelques secondes, renvoie l’image d’une ouverture, je ressens une sensation fugitive mais agréable, narcissique. Je cherche alors à renouveler la sensation, un autre regard, une autre dose de cette sensation agréable, qui par ailleurs m’échappe dans le quotidien de mes relations avec le sexe opposé. Lorsqu’il n’y a pas d’échange, ou que le regard échangé m’apparaît comme neutre, c’est un échec.
Une succession d’échanges, selon si je les considère comme réussis ou infructueux (les mots sont un peu forts), pourra avoir de l’influence sur ma bonne ou mauvaise humeur.

Oui, c’est parfaitement subjectif, bien que cela parte d’un contact réel c’est unilatéralement que je détermine si de l’intérêt, un désir, a pu traverser ou non l’esprit de l’autre personne au moment où nous nous sommes croisés.


A partir de ce ressenti, je me suis interrogé. Ces quelques secondes, a priori triviales, me posent trois questions :

- Est-ce un comportement spécifique aux personnes frustrées affectivement ? Ou est-ce un comportement commun, simplement amplifié par la frustration affective ?

- Est-ce un comportement principalement masculin ou également féminin ?

- La dernière question est liée à la deuxième : dans quelle mesure ce comportement est-il malsain, met-il mal à l’aise la personne regardée ?


J’aurais tendance à penser que c’est un comportement commun pour les hommes, amplifié par la frustration affective, et qu’il met mal à l’aise les femmes, susceptibles de ressentir comme une agression cette invasion permanente du désir masculin.

La réponse à ces questions est évidente pour les regards sur les fesses, les seins, les regards interminables type caméra de surveillance. Je parle ici d’un échange de regards, de regarder dans les yeux, quelques secondes.

Tout le problème est celui de l’équilibre. On pourrait dire que "c'est quelque chose de normal et sans conséquence". Mais si ce comportement est pris à grande échelle, est-ce que ce n’est pas fatiguant pour les regardées ?
Pour faire un parallèle, mais ce n’est pas directement le sujet qui m’intéresse ici, être désiré ponctuellement peut-être agréable. En revanche pour une personne (homme ou femme) parfaitement conforme aux canons de beauté, qui ne se verrait jamais regardée autrement que par le prisme du désir, ça peut être terrible.

J'ai l'impression d'avoir trop pensé seul à ce sujet. J’aimerais avoir vos avis sur ce comportement : est-ce qu'il vous est familier, comment le considérer, etc.
Avatar de l’utilisateur
Par MathSo
Homme de 25 ans vierge
#226231
Je viens de lire ton "pavé" avec attention. Et il y a plusieurs choses sur lesquelles j'aimerais revenir.

Déjà, en général, je t'avoue qu'être "yeux dans les yeux avec des inconnus", ça me gêne un peu à titre personnel. Sauf si c'est pour engager la conversation ou demander un renseignement, j'évite de regarder les "inconnus" dans les yeux (bonjour le cliché des gens qui ne se regardent absolument pas dans le métro :joy: ). Mais après, dans ton post, est-ce que tu parlais aussi de tout le monde, ou seulement des femmes que tu regardais dans les yeux ? Pour la suite, je vais admettre que c'est uniquement les femmes que tu regardes.
Ness a écrit :Jusqu’à un âge assez tardif en comparaison avec mon entourage, le désir et la recherche d’une relation amoureuse ne me préoccupaient pas. Je regardais les femmes comme je regardais les hommes (je suis hétérosexuel), de façon neutre. Aujourd’hui, où mon inexpérience dans le domaine amoureux est vécue comme une souffrance et où cette recherche a ainsi beaucoup gagné en importance, mon regard sur les femmes n’a plus rien de neutre. Il est sexualisant.
J'ai lu ta présentation, et comme toi, je suis moi aussi vierge de toute expérience (et de tout orifice accessoirement :joy: ). Je ne sais pas si ce que tu décris là, c'est la cause ou la conséquence de cette non-expérience. Mais c'est vrai que lorsqu'on souffre de misère affective, on a tendance à idéaliser l'autre, à se faire des films. Et ça, je pense que ça n'est pas très bon, puisque justement après, on passe pour quelqu'un de bizarre. Le regard transmet beaucoup de choses, plus même que la parole. C'est sûr que si l'on regarde les filles tel un mort de faim, c'est pas sexy du tout.
Après, tout dépend des personnes. Moi par exemple, c'est tout l'inverse : plus le temps passe, plus je finis par me ficher du sexe opposé (sauf si il y en a une qui s'intéresse à moi :laughing: ). Je crois même que je vais finir par devenir asexuel ^^.
Ness a écrit :Progressivement, l’habitude s’est installée de chercher à croiser le regard des femmes. Comme à la recherche d’un contact, même le plus primaire et précaire, quelques secondes de flottement où la possibilité d’une attirance mutuelle ne peut trouver aucun obstacle - sauf irruptions incongrues de trottinettes électriques, lancées à 20 km/h par des collégiens hilares.
Lorsque le regard est soutenu quelques secondes, renvoie l’image d’une ouverture, je ressens une sensation fugitive mais agréable, narcissique. Je cherche alors à renouveler la sensation, un autre regard, une autre dose de cette sensation agréable, qui par ailleurs m’échappe dans le quotidien de mes relations avec le sexe opposé. Lorsqu’il n’y a pas d’échange, ou que le regard échangé m’apparaît comme neutre, c’est un échec.
Une succession d’échanges, selon si je les considère comme réussis ou infructueux (les mots sont un peu forts), pourra avoir de l’influence sur ma bonne ou mauvaise humeur.
Comme je le dis, il faut de tout pour faire un monde. Si tu fais ça, c'est peut-être aussi parce-que tu as envie de démontrer tes capacités à plaire, ou bien à te rassurer. Selon toi, est-ce que tu as confiance en toi ? L'estime de soi joue beaucoup. Et si jamais tu te considères comme un "moins que rien", peut-être que tu devrais aller voir un/une thérapeute. J'en vois une depuis le mois de Février. C'est vraiment pas facile de changer, mais ça en vaut la peine.
Après, en "cherchant" le regard des femmes comme tu le fais, à leurs yeux tu passes pour quelqu'un de bizarre ou bien, on voit clairement le gars dans le besoin, qui a besoin d'avoir une copine. Et ça, c'est un véritable repoussoir pour les filles. Après, ça dépend bien sûr de comment tu les regardes. Tu l'as d'ailleurs dit à un moment : oui, si regarder quelques secondes dans les yeux une fille ça passe encore, ça devient carrément malaisant si tu appuies longtemps le regard (ou que tu regardes avec insistance les seins ou les fesses bien évidemment).
Ness a écrit : A partir de ce ressenti, je me suis interrogé. Ces quelques secondes, a priori triviales, me posent trois questions :

- Est-ce un comportement spécifique aux personnes frustrées affectivement ? Ou est-ce un comportement commun, simplement amplifié par la frustration affective ?

- Est-ce un comportement principalement masculin ou également féminin ?

- La dernière question est liée à la deuxième : dans quelle mesure ce comportement est-il malsain, met-il mal à l’aise la personne regardée ?
Je vais essayer de répondre à ces questions.

- Tout le monde a déjà regardé quelqu'un d'autre, même avec insistance. Après, est ce que ça peut être amplifié par frustration affective ? Je dirais que c'est très possible. Mais ça dépend des personnes. Moi même, je me considère comme un frustré affectif, et pourtant, je finis par me ficher de plus en plus des femmes.

- Je pense que c'est plus un comportement masculin. Même si bien sûr, il y a aussi des femmes qui le font.

- Là, je reprends ce que j'ai dit tout à l'heure. C'est malsain si tu fixes trop la personne dans les yeux, ou que tu jettes un regard trop appuyé à ses attributs physiques.


Donc je dirais au final que le regard, il faut savoir le doser. Regarder à peine un instant oui, mais pas plus. D'ailleurs je rebondis même sur ton dernier paragraphe : Si il est flatteur d'être regardé, ne jamais avoir été regardé peut amener à penser chez certains : "qu'est-ce qui cloche chez moi ?" .
godfreyho aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par godfreyho
Homme de 44 ans vierge
#226234
MathSo a écrit :je suis moi aussi vierge de toute expérience (et de tout orifice accessoirement :joy: )
Merci pour le fou rire.
MathSo a écrit :Même si bien sûr, il y a aussi des femmes qui le font.
Oui et je trouve ça très flippant surtout quand tu ne comprends pas ce que veut dire le regard. tiens pour rester dans le sujet, est-ce que vous arrivez à décrypter facilement un regard?

Pour ma part malgré les années, je n'y arrive toujours pas, je me base sur mes observations et mon expérience pour les autres messages non parlés mais le regard ça c'est le grand mystère.
MathSo aime ça
Avatar de l’utilisateur
Par MathSo
Homme de 25 ans vierge
#226237
godfreyho a écrit :
Merci pour le fou rire.
Ravi que mon humour fasse mouche :joy:
godfreyho a écrit :tiens pour rester dans le sujet, est-ce que vous arrivez à décrypter facilement un regard?

Pour ma part malgré les années, je n'y arrive toujours pas, je me base sur mes observations et mon expérience pour les autres messages non parlés mais le regard ça c'est le grand mystère.
Justement, le non verbal parle beaucoup plus que le verbal. Et y a pas que dans le domaine amoureux. Lors d'un entretien d'embauche par exemple, le recruteur va également faire très attention au non-verbal.
Le regard, c'est ce qu'il y a de plus important . Y a cette expression qui dit : "les yeux sont la porte de l'âme", et bien c'est tout à fait vrai. D'ailleurs, c'est plutôt facile à voir (du moins, si on y fait attention. Et je n'exclut pas le fait qu'il y ait des personnes qui n'y arrivent pas) :

Par exemple : une personne qui parle avec les yeux grands ouverts et les sourcils relevés est une personne intéressée par ce qu'on dit. Si en plus, elle a les pupilles dilatées, c'est jackpot (sauf si elle en a trop consommé :joy: ).

Une personne avec un regard vide, ou fuyant ne sera à l'inverse pas intéressée. Pire, si elle a les sourcils froncés, c'est qu'on l'importune carrément.

Après je ne me considère pas comme un spécialiste des regards, mais dans la plupart des cas c'est plutôt flagrant.
Par Ness
Homme de 24 ans vierge
#226319
MathSo :

Je te remercie d’avoir lu et répondu !

Je regarde à la fois les femmes et les hommes dans les yeux, en revanche je ne cherche que le regard des femmes. Je te rassure, je fais de mon mieux pour ne pas adopter une attitude canine ; pas de bave qui coule sur le menton ni frétillement de langue ou queue intempestif, à la rigueur un léger frémissement nasal que l’observatrice lambda assimilera sans inquiétude à une démangeaison passagère ou, l’hiver approchant, à un rhume.

Je n’ai pas de méthode, et écrire comment ça se passe est un peu rigide, mais, pour être plus clair, je vais donner un exemple. L’exemple : Je vais jeter un rapide coup d’œil pour voir si la personne en face ne m’a pas calculé, a l’air plongée dans ses pensées, son portable, etc. Une sorte de phase de repérage, pour déterminer si elle disposée. Le cas échéant, lorsque nous sommes plus proches, je la regarde et si elle fait de même je maintiens le regard légèrement trop longtemps.
Tout est dans le dosage en effet.

Tu dis que tu te fiches de plus en plus des femmes ? C’est intéressant parce que ça a été l'inverse pour moi, mon intérêt pour elles grandit en même temps que ma frustration affective.

Godfreyho :

Je pense moi aussi qu’il est très difficile d’interpréter un regard. Je ne pense pas que le regard soit la « porte de l’âme », mais qu’on donne aux regards une interprétation qui reflète bien plus nos propres préjugés et envies que l’esprit de celui qui nous regarde.
En élargissant le regard (au sens strict les yeux) à l’attitude corporelle (bouche, bras croisés, etc.), on peut sûrement se faire une idée de ce que ressent la personne même si je n’irais pas jusqu’à dire que c’est flagrant.
Avatar de l’utilisateur
Par Amaz
Homme de 29 ans vierge
#226320
Oui le non verbal est important et intéressant à saisir.

Perso, étant un ancien timide maladif j'ai toujours du mal (malgré de beau progrès au cours des années) à regarder dans les yeux, j'ai disons le regard fuyant.
Avatar de l’utilisateur
Par SnapBack
Homme de 28 ans non vierge
#226325
Amaz a écrit : ↑07 oct. 2019, 23:37Perso, étant un ancien timide maladif j'ai toujours du mal (malgré de beau progrès au cours des années) à regarder dans les yeux, j'ai disons le regard fuyant.
C’est le malaise de trop fixer le regard aussi :grin:
Par Max56
Homme de 31 ans vierge
#226326
Je baisse encore le regard encore de temps en temps quand je croise qqun et que je dis bonjour... Réflexe de complexe d'infériorité même si je me suis sacrément amélioré.

L'autre jour j'ai fais une ballade sur un sentier côtier qui me rappelle cette époque où j'y venais et où je m'entraînais a dire bonjour de manière audible et claire en regardant la personne...
Je partais de loin lol
Avatar de l’utilisateur
Par Genisa
Femme de 27 ans non vierge
#226338
Ness a écrit :Je n’ai pas de méthode, et écrire comment ça se passe est un peu rigide, mais, pour être plus clair, je vais donner un exemple. L’exemple : Je vais jeter un rapide coup d’œil pour voir si la personne en face ne m’a pas calculé, a l’air plongée dans ses pensées, son portable, etc. Une sorte de phase de repérage, pour déterminer si elle disposée. Le cas échéant, lorsque nous sommes plus proches, je la regarde et si elle fait de même je maintiens le regard légèrement trop longtemps.
Tout est dans le dosage en effet.
Je pense que je fais pareil pour la première partie quand je marche dans la rue : je scanne le visage des personnes qui arrivent en face. C'est un automatisme.
Par contre quand je les croise je regarde droit devant moi. J'imagine que si un type me fixait droit dans les yeux avec insistance je trouverais ça bizarre. Mais en vrai il y a peu de chance que je m'en rende compte vu que je regarde pas les gens (volontairement, parce que j'aime pas ça ).
Avatar de l’utilisateur
Par Lux
Femme de 33 ans non vierge
#226414
Je sais que j'Ă©vite au maximum de soutenir le regard des hommes dans l'espace public, de peur que ce soit pris comme une invitation.
Après, si quand la fille détourne le regard tu ne continues pas à la fixer de façon malaisante, j'imagine qu'il n'y a pas de mal à ça. Il faut juste comprendre les limites que les femmes t'imposent et ne pas les dépasser.